De Watteau à Vuillard, Une collection parisienne : le raffinement à la française mis à l’honneur
 

Le 21 septembre prochain sera dispersée chez Artcurial une séduisante collection de dessins, tableaux, objets d’art et pièces de mobilier constituée avec goût dans la première moitié du XXe siècle et jouissant du prestige d’être demeurée dans la même famille depuis lors. Intitulée De Watteau à Vuillard, Une collection parisienne, la vente proposera de rares œuvres du XVIe au début du XXe siècle, faisant la part belle au XVIIIe siècle français et à son exquis raffinement.

 

Antoine Watteau
Jean-Antoine Watteau (1684-1721)
Tête de femme de profil
Estimation : 50 000 – 80 000 €

François Boucher, Antoine Watteau, Jean-Honoré Fragonard, Jacques-André Portail, Hubert Robert ou encore Charles-Nicolas Cochin : les grands noms du Siècle des Lumières ont été rassemblés avec passion et discernement par notre collectionneur.

 

Pour la plupart acquis dans les années 1920, les dessins qui seront présentés lors de cette vente mettront notamment à l’honneur une merveilleuse feuille de Jean-Honoré Fragonard reprenant un autoportrait de Rembrandt, estimée 20 000 – 30 000 € ou encore un séduisant Sganarelle à la sanguine de François Boucher, estimé 20 000 – 30 000 €, illustrant Molière.

 

Deux rares esquisses en cire de Antoine-Louis Barye, Hercule et le sanglier d’Erymanthe et un cheval pour la statue équestre de Napoléon à Grenoble, toutes deux dans un état de conservation remarquable seront également à retrouver dans cette vente. Deux tableaux de Édouard Vuillard commandés directement à l’artiste témoignent de la modernité également présente dans la collection.

 

Le second chapitre de la vente consacré au mobilier et aux arts décoratifs du XVIIIe siècle s’ouvrira sur une quarantaine de lots d’orfèvrerie, parmi lesquels une paire de flambeaux par Jean-François Balzac de 1755-1756, estimée 10 000 – 15 000 € et une écuelle de Charles François Croze de 1736-1738 estimée quant à elle 6 000 – 8 000 €.

 

La collection présentera notamment une carpe en porcelaine Qianlong ornée d’une monture de bronze doré Rocaille d’époque Louis XV d’une ciselure extraordinaire, estimée 30 000 – 50 000 €. Ce modèle, dont on connait plusieurs exemplaires, est célèbre pour avoir été livré par Lazare Duvaux aux plus grands collectionneurs de son époque, parmi lesquels Madame de Pompadour.

 

Tapisserie
Tapisserie, Bruges, Fin du XVIe-début du XVIIe siècle
Tenture de l’Histoire de Gombaut et Macée, La Danse
Estimation : 40 000 – 60 000 €

Des estampilles prestigieuses se côtoieront pour le mobilier : une élégante commode demi-lune d’époque Louis XVI de Lacroix en placage de satiné, estimée 15 000 – 20 000 € sera présentée aux côtés d’une chiffonnière d’époque Louis XV en marqueterie à décor cynégétique de Charles Topino estimée 3 000 – 5 000 €. Une paire de bergères d’époque Louis XV par Etienne Meunier estimée 5 000 – 8 000 € ou encore une paire de cabriolets par Nicolas Heurtaut d’époque Louis XV estimée 2 000 – 3 000 € seront aussi à retrouver. Une rare suite de trois tapisseries de Bruges de la fin du XVIe siècle relatant des épisodes de l’histoire des amants Gombault et Macée, récit populaire à la Renaissance sera également mis à l’honneur lors de cette vente.

 

 

 

 

 

 

Recevoir alerte catalogue en ligne 

 

 

Informations
Exposition
Du samedi 17 au mardi 20 septembre, 11h – 18h
Fermée le dimanche

 

Vente aux enchères
Mercredi 21 septembre – 14h

 

Contact
Matthieu Fournier
+33 1 42 99 20 26