Vente Mobilier & Objets d’Art /Lot 54 SECRÉTAIRE À ABATTANT D'ÉPOQUE EMPIRE Provenant du château de Saint-Cloud Estampille de Pierre-Benoit Marcion (1769-1840)

  • SECRÉTAIRE À ABATTANT D'ÉPOQUE EMPIRE Provenant du château de Saint-Cloud Estampille de Pierre-Benoit Marcion (1769-1840)
  • SECRÉTAIRE À ABATTANT D'ÉPOQUE EMPIRE Provenant du château de Saint-Cloud Estampille de Pierre-Benoit Marcion (1769-1840)
  • SECRÉTAIRE À ABATTANT D'ÉPOQUE EMPIRE Provenant du château de Saint-Cloud Estampille de Pierre-Benoit Marcion (1769-1840)
  • SECRÉTAIRE À ABATTANT D'ÉPOQUE EMPIRE Provenant du château de Saint-Cloud Estampille de Pierre-Benoit Marcion (1769-1840)
  • SECRÉTAIRE À ABATTANT D'ÉPOQUE EMPIRE Provenant du château de Saint-Cloud Estampille de Pierre-Benoit Marcion (1769-1840)
SECRÉTAIRE À ABATTANT D'ÉPOQUE EMPIRE Provenant du château de Saint-Cloud
Estampille de Pierre-Benoit Marcion (1769-1840)
En acajou et placage d'acajou flammé, ornementation de bronze ciselé et doré, dessus de marbre vert de mer rapporté, la façade ouvrant par un tiroir en partie haute, un abattant découvrant une écritoire gainée de cuir doré aux petits fers, cinq tiroirs et deux compartiments, deux portes découvrant trois étagères coulissantes en partie basse, estampillé P. MARCION au dos ; Marques au dos : St C. 317 à l'encre noire ; le monogramme ST C. timbré d'une couronne royale et de trois fleurs
de lys apposé au fer
H. : 144,5 cm (56 3/4 in.)
l. : 98 cm (38 1/2 in.)
P. : 43 cm (17 in.)

An Empire gilt-bronze mounted and mahogany secretaire a abattant, stamped Pierre-Benoit Marcion (1769-1840), coming from Saint-Cloud Castle

Les inscriptions figurant au dos de notre commode et de notre secrétaire - " ST C. 316 " et " ST C. 317 " à l'encre noire ainsi que " ST C. " timbré d'une couronne royale et de trois fleurs de lys apposé au fer - correspondent aux marques du mobilier venant du Palais de Saint-Cloud.

L'absence de précision dans les inventaires/documents d'archives (AJ/19/293) ne nous permet pas de localiser ces meubles, de nombreuses commodes en paire avec des secrétaires ayant été livrés dans la période 1807-1810, date probable de leur arrivée à Saint-Cloud. Cependant on peut imaginer qu'ils étaient destinés pour les appartements princiers ou ceux de la suite.

Le château de Saint-Cloud

Dès le coup d'Etat du 9 novembre 1799, Napoléon Bonaparte fait du château de Saint-Cloud sa résidence favorite. Le 18 mai 1804, c'est dans la galerie d'Apollon que Bonaparte est officiellement proclamé Empereur des Français. Napoléon Ier y instaure une étiquette stricte pour une cour opulente et une salle du trône est aménagée. Après de nombreuses restaurations des intérieurs, des jardins et des Grandes Cascades notamment, Joséphine s'installe dans les anciens appartements Louis XVI vers 1802. L'ameublement hétéroclite du début sera complété et enrichi par des commandes faites aux meilleurs fournisseurs, comme la maison Jacob, Pierre-Benoît Marcion (1769-1840), les soyeux lyonnais et à d'autres prestigieux artisans qui donneront au château toute la pompe digne d'une résidence étatique. La magnificence des salles d'apparat fait de Saint-Cloud un lieu de pouvoir qui vit au rythme impérial. Des fêtes somptueuses ainsi que dans les jardins s'y déroulent, comme en 1806 pour la victoire d'Austerlitz, en 1810 pour le mariage civil de Napoléon avec Marie-Louise d'Autriche, en 1811 pour le baptême du roi de Rome… Mais à la défaite de Waterloo que cette ville impériale se met en retrait avec la capitulation de Paris signée à Saint-Cloud par le maréchal Davout le 3 juillet 1815. Et c'est seulement 34 ans plus tard que Louis-Napoléon Bonaparte séjournera à Saint-Cloud et y sera proclamé Empereur des français le 7 novembre 1852.

Pierre-Benoît Marcion (1769-1840)

Cet artisan est le fils d'un marchand-fripier installé au faubourg Saint-Antoine. Sans précisions au sujet de son apprentissage ni de sa production à ses débuts, il se dénomme lui-même marchand-ébéniste, puis fabricant de meubles et de bronzes à partir de 1807. Le 23 avril 1801, il reçoit sa première grande commande officielle, celle du Sénat pour la production de 82 chaises " curules " en acajou. Cette prestigieuse commande lance sa carrière, et dès 1805, il fournit en quantité importante le Garde-Meuble de la Couronne pour l'ameublement des palais impériaux. Il compte donc parmi les fournisseurs les plus importants de l'Empereur après Jacob-Desmalter et livre ainsi pour le Petit Trianon, Saint-Cloud, Fontainebleau, le Palais des Tuileries, le pavillon de Bagatelle et celui de Monceau, le château de Laeken, le palais de Monte-Cavallo, etc. Sa clientèle privée fut tout aussi prestigieuse et se situe dans l'entourage direct de l'Empereur. Il en est ainsi d'Eugène de Beauharnais pour son hôtel rue de Lille, des Murat, du général Cambronne mais aussi de Talleyrand.
Pour satisfaire ses illustres commanditaires, sa production se caractérise par un soin particulier dans le choix des essences de bois, les finitions précises, les sculptures abouties. Le souci des proportions et l'harmonie du dessin d'ensemble font de Marcion un des plus grands artisans de son époque. Il quittera Paris en 1816 pour s'installer en province et cède alors tout son stock au Garde-Meuble de la Couronne.



Estimation 10 000 - 15 000 €

Vendu 10 400 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 54

SECRÉTAIRE À ABATTANT D'ÉPOQUE EMPIRE Provenant du château de Saint-Cloud
Estampille de Pierre-Benoit Marcion (1769-1840)

Vendu 10 400 € [$]

SECRÉTAIRE À ABATTANT D'ÉPOQUE EMPIRE Provenant du château de Saint-Cloud
Estampille de Pierre-Benoit Marcion (1769-1840)
En acajou et placage d'acajou flammé, ornementation de bronze ciselé et doré, dessus de marbre vert de mer rapporté, la façade ouvrant par un tiroir en partie haute, un abattant découvrant une écritoire gainée de cuir doré aux petits fers, cinq tiroirs et deux compartiments, deux portes découvrant trois étagères coulissantes en partie basse, estampillé P. MARCION au dos ; Marques au dos : St C. 317 à l'encre noire ; le monogramme ST C. timbré d'une couronne royale et de trois fleurs
de lys apposé au fer
H. : 144,5 cm (56 3/4 in.)
l. : 98 cm (38 1/2 in.)
P. : 43 cm (17 in.)

An Empire gilt-bronze mounted and mahogany secretaire a abattant, stamped Pierre-Benoit Marcion (1769-1840), coming from Saint-Cloud Castle

Les inscriptions figurant au dos de notre commode et de notre secrétaire - " ST C. 316 " et " ST C. 317 " à l'encre noire ainsi que " ST C. " timbré d'une couronne royale et de trois fleurs de lys apposé au fer - correspondent aux marques du mobilier venant du Palais de Saint-Cloud.

L'absence de précision dans les inventaires/documents d'archives (AJ/19/293) ne nous permet pas de localiser ces meubles, de nombreuses commodes en paire avec des secrétaires ayant été livrés dans la période 1807-1810, date probable de leur arrivée à Saint-Cloud. Cependant on peut imaginer qu'ils étaient destinés pour les appartements princiers ou ceux de la suite.

Le château de Saint-Cloud

Dès le coup d'Etat du 9 novembre 1799, Napoléon Bonaparte fait du château de Saint-Cloud sa résidence favorite. Le 18 mai 1804, c'est dans la galerie d'Apollon que Bonaparte est officiellement proclamé Empereur des Français. Napoléon Ier y instaure une étiquette stricte pour une cour opulente et une salle du trône est aménagée. Après de nombreuses restaurations des intérieurs, des jardins et des Grandes Cascades notamment, Joséphine s'installe dans les anciens appartements Louis XVI vers 1802. L'ameublement hétéroclite du début sera complété et enrichi par des commandes faites aux meilleurs fournisseurs, comme la maison Jacob, Pierre-Benoît Marcion (1769-1840), les soyeux lyonnais et à d'autres prestigieux artisans qui donneront au château toute la pompe digne d'une résidence étatique. La magnificence des salles d'apparat fait de Saint-Cloud un lieu de pouvoir qui vit au rythme impérial. Des fêtes somptueuses ainsi que dans les jardins s'y déroulent, comme en 1806 pour la victoire d'Austerlitz, en 1810 pour le mariage civil de Napoléon avec Marie-Louise d'Autriche, en 1811 pour le baptême du roi de Rome… Mais à la défaite de Waterloo que cette ville impériale se met en retrait avec la capitulation de Paris signée à Saint-Cloud par le maréchal Davout le 3 juillet 1815. Et c'est seulement 34 ans plus tard que Louis-Napoléon Bonaparte séjournera à Saint-Cloud et y sera proclamé Empereur des français le 7 novembre 1852.

Pierre-Benoît Marcion (1769-1840)

Cet artisan est le fils d'un marchand-fripier installé au faubourg Saint-Antoine. Sans précisions au sujet de son apprentissage ni de sa production à ses débuts, il se dénomme lui-même marchand-ébéniste, puis fabricant de meubles et de bronzes à partir de 1807. Le 23 avril 1801, il reçoit sa première grande commande officielle, celle du Sénat pour la production de 82 chaises " curules " en acajou. Cette prestigieuse commande lance sa carrière, et dès 1805, il fournit en quantité importante le Garde-Meuble de la Couronne pour l'ameublement des palais impériaux. Il compte donc parmi les fournisseurs les plus importants de l'Empereur après Jacob-Desmalter et livre ainsi pour le Petit Trianon, Saint-Cloud, Fontainebleau, le Palais des Tuileries, le pavillon de Bagatelle et celui de Monceau, le château de Laeken, le palais de Monte-Cavallo, etc. Sa clientèle privée fut tout aussi prestigieuse et se situe dans l'entourage direct de l'Empereur. Il en est ainsi d'Eugène de Beauharnais pour son hôtel rue de Lille, des Murat, du général Cambronne mais aussi de Talleyrand.
Pour satisfaire ses illustres commanditaires, sa production se caractérise par un soin particulier dans le choix des essences de bois, les finitions précises, les sculptures abouties. Le souci des proportions et l'harmonie du dessin d'ensemble font de Marcion un des plus grands artisans de son époque. Il quittera Paris en 1816 pour s'installer en province et cède alors tout son stock au Garde-Meuble de la Couronne.



Estimation 10 000 - 15 000 €

Vendu 10 400 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 4077
Date : 21 déc. 2020 17:00
Commissaire-priseur : Isabelle Bresset

Contact

Charlotte Norton
Tél. +33 1 42 99 20 68
cnorton@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Mobilier & Objets d‘Art