Vente Maîtres anciens & du XIX siècle - 16 juin 2020 /Lot 299 James PRADIER Genève, 1790 - Bougival, 1852 Femme couchée, recroquevillée

  • James PRADIER Genève, 1790 - Bougival, 1852 Femme couchée, recroquevillée Bronze à patine brun-vert
James PRADIER Genève, 1790 - Bougival, 1852
Femme couchée, recroquevillée
Bronze à patine brun-vert
Signé et daté 'J PRADIER / 1842' sur le côté de la terrasse

Woman lying, bronze, green-brown patina, signed and dated, by J. Pradier
Hauteur : 18 Largeur : 9,70 cm

Bibliographie : en rapport :
Claude Lapaire, 'James Pradier et la sculpture française de la génération romantique. Catalogue raisonné', Milan-Lausanne, 2010, p. 316, modèle référencé sous le n° 187


Commentaire : Si James Pradier accède à la reconnaissance publique grâce à ses envois au Salon et aux œuvres monumentales qu'il crée dans le cadre de commandes, la diffusion plus large de son travail se fait par ses nombreuses sculptures d'édition en bronze. Celles que nous présentons ici illustrent assez bien la prédominance de la figure féminine dans ce domaine où Pradier se distingua particulièrement par la maitrise des proportions.
Pour sa 'Femme ôtant sa chemise' (lot 298), Pradier s'est inspiré de l'Antiquité et plus précisément de la 'Vénus Callipyge'. Son regard se porte à nouveau sur cette même source d'inspiration antique lorsqu'il réalise la 'Femme mettant un bas' (lot 297) dont l'attitude rappelle celle du 'Tireur d'épine' tout en mêlant une thématique intimiste héritée du XVIIIe siècle. James Pradier est aussi attiré par l'Orientalisme qu'il explore dans l'Odalisque' (lot 302), présentée pour la première fois au Salon de 1841 dans une version en marbre, puis par des statuettes en bronze.
Il s'inscrit par ces créations de petite dimension dans la vogue des petits bronzes d'édition venant agrémenter les intérieurs bourgeois sous la Monarchie de Juillet. Tout aussi savantes que les œuvres monumentales envoyées au Salon, ces statuettes résultant de leur réduction ou étant réalisées avant sont le reflet d'une maîtrise des proportions, d'un souci de monumentalité. Ces œuvres supportent brillamment les procédés d'agrandissement ou de réduction de ce XIXe siècle industriel.
Au-delà de la diversité des modèles et des sujets - antiques, orientalistes, galants et intimistes -, preuve de l'éclectisme de Pradier, l'unité règne dans le souci de la grâce, de la sensualité discrète de ces femmes exprimée dans leurs formes généreuses, leurs gestes calmes et gracieux. Cette approche est le fruit d'un regard porté sur le corps de la femme, revu à travers le prisme de l'antique et du maniérisme.

Estimation 1 000 - 1 500 €

Vendu 2 470 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 299

James PRADIER Genève, 1790 - Bougival, 1852
Femme couchée, recroquevillée

Vendu 2 470 € [$]

James PRADIER Genève, 1790 - Bougival, 1852
Femme couchée, recroquevillée
Bronze à patine brun-vert
Signé et daté 'J PRADIER / 1842' sur le côté de la terrasse

Woman lying, bronze, green-brown patina, signed and dated, by J. Pradier
Hauteur : 18 Largeur : 9,70 cm

Bibliographie : en rapport :
Claude Lapaire, 'James Pradier et la sculpture française de la génération romantique. Catalogue raisonné', Milan-Lausanne, 2010, p. 316, modèle référencé sous le n° 187


Commentaire : Si James Pradier accède à la reconnaissance publique grâce à ses envois au Salon et aux œuvres monumentales qu'il crée dans le cadre de commandes, la diffusion plus large de son travail se fait par ses nombreuses sculptures d'édition en bronze. Celles que nous présentons ici illustrent assez bien la prédominance de la figure féminine dans ce domaine où Pradier se distingua particulièrement par la maitrise des proportions.
Pour sa 'Femme ôtant sa chemise' (lot 298), Pradier s'est inspiré de l'Antiquité et plus précisément de la 'Vénus Callipyge'. Son regard se porte à nouveau sur cette même source d'inspiration antique lorsqu'il réalise la 'Femme mettant un bas' (lot 297) dont l'attitude rappelle celle du 'Tireur d'épine' tout en mêlant une thématique intimiste héritée du XVIIIe siècle. James Pradier est aussi attiré par l'Orientalisme qu'il explore dans l'Odalisque' (lot 302), présentée pour la première fois au Salon de 1841 dans une version en marbre, puis par des statuettes en bronze.
Il s'inscrit par ces créations de petite dimension dans la vogue des petits bronzes d'édition venant agrémenter les intérieurs bourgeois sous la Monarchie de Juillet. Tout aussi savantes que les œuvres monumentales envoyées au Salon, ces statuettes résultant de leur réduction ou étant réalisées avant sont le reflet d'une maîtrise des proportions, d'un souci de monumentalité. Ces œuvres supportent brillamment les procédés d'agrandissement ou de réduction de ce XIXe siècle industriel.
Au-delà de la diversité des modèles et des sujets - antiques, orientalistes, galants et intimistes -, preuve de l'éclectisme de Pradier, l'unité règne dans le souci de la grâce, de la sensualité discrète de ces femmes exprimée dans leurs formes généreuses, leurs gestes calmes et gracieux. Cette approche est le fruit d'un regard porté sur le corps de la femme, revu à travers le prisme de l'antique et du maniérisme.

Estimation 1 000 - 1 500 €

Vendu 2 470 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 3979
Date : 16 juin 2020 18:00
Commissaire-priseur : Matthieu Fournier

Contact

Matthieu Fournier
Tél. +33 1 42 99 20 26
mfournier@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Maîtres anciens & du XIXe siècle