Vente Tableaux et dessins anciens et du 19e siècle, sculptures /Lot 154 Henri Gervex Paris, 1852 - 1929 Scène de plage par mer agitée à Trouville. Le coup de vent.

  • Henri Gervex Paris, 1852 - 1929 Scène de plage par mer agitée à Trouville. Le coup de vent. Huile sur toile (Toile d'origine)
Henri Gervex Paris, 1852 - 1929
Scène de plage par mer agitée à Trouville. Le coup de vent.
Huile sur toile (Toile d'origine)
Signée des initiales 'H.G.' en bas à gauche
Toile et chassis de la maison Hardy-Alan, sa marque sur le chassis

'ROUGH SEA IN TROUVILLE', OIL ON CANVAS, SIGNED, BY H. GERVEX
Hauteur : 33 Largeur : 41 cm

Bibliographie : en rapport :
'Henri Gervex, 1852-1929', cat. exp., Paris-Musées, 1992.
'Un siècle de Bains de Mer dans l'estuaire de la Seine, 1830-1930', cat. exp., Honfleur, Musée Eugène Boudin, 2003, p. 126 et 127.


Commentaire : Gervex, peintre de marines. Si l'un des aspects les plus importants de la production de Gervex est son travail de paysagiste, il est souvent difficile de dater avec précision les très nombreuses marines montrant la côte normande et principalement Deauville et Trouville que comporte son œuvre. A ses débuts, il côtoie Eugène Boudin, comme Claude Monet, son aîné, l'a fait avant lui. La présence attestée du jeune peintre parisien à Deauville est confirmée dès la fin des années 1870, même si dans les années 80, il se rend plutôt à Dieppe chez les Blanche, en compagnie d'Edgar Degas ou de Ludovic Halevy. Il semble que, jusqu'à la toute fin de sa vie, Gervex ait été un familier des bords de mer de la Normandie logeant alors comme Proust au manoir des Frémonts à Trouville. Lorsqu'en 1924 la seule exposition rétrospective réalisée du vivant de Gervex est organisée par la galerie Charpentier, faubourg Saint Honoré, le catalogue comporte 33 vues des seules Deauville/Trouville sur les 101 paysages présentés…
Impressionnisme atmosphérique. De nombreux indices suggèrent que la marine présentée ici se situe tôt dans la carrière de Gervex. Sans doute autour des années 1880. On remarque d'abord la forme très particulière des cabines de bain à droite : davantage des cabanes de planches que les élégantes tentes colorées que Gervex peindra dans les années 1900. Autre élément surprenant : le linge que l'on voit claquer dans le vent est principalement noir. Pas de chemises ou de jupons blancs, pas de serviettes de bains ou de costumes clairs d'été. Ces vêtements sombres sont même surprenants dans un contexte balnéaire et s'ils sont des costumes de bains, ils correspondent exactement à ceux de la mode du Second Empire plutôt qu'aux années suivantes… Leur effet graphique est du reste particulièrement réussi et original et tout en suggérant des oiseaux noirs, menaçant et agités, ils accentuent le sujet véritable du tableau : un coup de vent et un orage sur la plage. Un sujet et une touche impressionnistes qui négligent l'anecdote, font même disparaître la figure humaine comme dans la série des 'Meules' de Claude Monet. Gervex installé sur une dune un peu en hauteur et en biais par rapport au rivage peut ainsi se concentrer sur le vent, les embruns et l'écume à gauche, traités par des aplats de matière blanche épaisse, alors qu'au contraire le ciel est rendu avec un pinceau très chargé de liant. Ainsi, de subtils effets de transparence d'une parfaite virtuosité suggèrent les zones de pluie sur le ciel et la mer ou celle au centre où la lumière du soleil va bientôt finir par percer les nuages. Si l'on ajoute la composition générale, centrée autour de deux vêtements rouges claquant dans l'air au milieu des drapés noirs et le premier plan de rochers ou d'algues laissé non fini, il semble difficile d'imaginer une marine tardive, même après 1900 quand Henri Gervex, président de la société des Pastellistes Français utilise la craie pour rendre ses subtils effets nuageux. Il semble plus difficile encore de trouver un paysage chez Gervex dans lequel la recherche plein-airiste de l'impressionnisme atmosphérique soit aboutie avec une aussi totale subtilité et une intelligence et une maitrise aussi complète. Ni Boudin, ni Stevens, ni Monet : le style particulier de Gervex qui sait allier les transparences en glacis et les effets de matière empâtés trouve dans cette vue de la plage de Trouville une de ses parfaites représentations.

Jean-Christophe Pralong-Gourvennec, octobre 2013.

Cette œuvre figurera dans le catalogue raisonné de Gervex actuellement en préparation par Jean-Christophe Pralong-Gourvennec sous le titre : 'Scène de plage par mer agitée à Trouville. Le coup de vent.'
Un certificat d'authenticité sera remis à l'acquéreur.

Estimation 5 000 - 7 000 €

Vendu 6 495 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 154

Henri Gervex Paris, 1852 - 1929
Scène de plage par mer agitée à Trouville. Le coup de vent.

Vendu 6 495 € [$]

Henri Gervex Paris, 1852 - 1929
Scène de plage par mer agitée à Trouville. Le coup de vent.
Huile sur toile (Toile d'origine)
Signée des initiales 'H.G.' en bas à gauche
Toile et chassis de la maison Hardy-Alan, sa marque sur le chassis

'ROUGH SEA IN TROUVILLE', OIL ON CANVAS, SIGNED, BY H. GERVEX
Hauteur : 33 Largeur : 41 cm

Bibliographie : en rapport :
'Henri Gervex, 1852-1929', cat. exp., Paris-Musées, 1992.
'Un siècle de Bains de Mer dans l'estuaire de la Seine, 1830-1930', cat. exp., Honfleur, Musée Eugène Boudin, 2003, p. 126 et 127.


Commentaire : Gervex, peintre de marines. Si l'un des aspects les plus importants de la production de Gervex est son travail de paysagiste, il est souvent difficile de dater avec précision les très nombreuses marines montrant la côte normande et principalement Deauville et Trouville que comporte son œuvre. A ses débuts, il côtoie Eugène Boudin, comme Claude Monet, son aîné, l'a fait avant lui. La présence attestée du jeune peintre parisien à Deauville est confirmée dès la fin des années 1870, même si dans les années 80, il se rend plutôt à Dieppe chez les Blanche, en compagnie d'Edgar Degas ou de Ludovic Halevy. Il semble que, jusqu'à la toute fin de sa vie, Gervex ait été un familier des bords de mer de la Normandie logeant alors comme Proust au manoir des Frémonts à Trouville. Lorsqu'en 1924 la seule exposition rétrospective réalisée du vivant de Gervex est organisée par la galerie Charpentier, faubourg Saint Honoré, le catalogue comporte 33 vues des seules Deauville/Trouville sur les 101 paysages présentés…
Impressionnisme atmosphérique. De nombreux indices suggèrent que la marine présentée ici se situe tôt dans la carrière de Gervex. Sans doute autour des années 1880. On remarque d'abord la forme très particulière des cabines de bain à droite : davantage des cabanes de planches que les élégantes tentes colorées que Gervex peindra dans les années 1900. Autre élément surprenant : le linge que l'on voit claquer dans le vent est principalement noir. Pas de chemises ou de jupons blancs, pas de serviettes de bains ou de costumes clairs d'été. Ces vêtements sombres sont même surprenants dans un contexte balnéaire et s'ils sont des costumes de bains, ils correspondent exactement à ceux de la mode du Second Empire plutôt qu'aux années suivantes… Leur effet graphique est du reste particulièrement réussi et original et tout en suggérant des oiseaux noirs, menaçant et agités, ils accentuent le sujet véritable du tableau : un coup de vent et un orage sur la plage. Un sujet et une touche impressionnistes qui négligent l'anecdote, font même disparaître la figure humaine comme dans la série des 'Meules' de Claude Monet. Gervex installé sur une dune un peu en hauteur et en biais par rapport au rivage peut ainsi se concentrer sur le vent, les embruns et l'écume à gauche, traités par des aplats de matière blanche épaisse, alors qu'au contraire le ciel est rendu avec un pinceau très chargé de liant. Ainsi, de subtils effets de transparence d'une parfaite virtuosité suggèrent les zones de pluie sur le ciel et la mer ou celle au centre où la lumière du soleil va bientôt finir par percer les nuages. Si l'on ajoute la composition générale, centrée autour de deux vêtements rouges claquant dans l'air au milieu des drapés noirs et le premier plan de rochers ou d'algues laissé non fini, il semble difficile d'imaginer une marine tardive, même après 1900 quand Henri Gervex, président de la société des Pastellistes Français utilise la craie pour rendre ses subtils effets nuageux. Il semble plus difficile encore de trouver un paysage chez Gervex dans lequel la recherche plein-airiste de l'impressionnisme atmosphérique soit aboutie avec une aussi totale subtilité et une intelligence et une maitrise aussi complète. Ni Boudin, ni Stevens, ni Monet : le style particulier de Gervex qui sait allier les transparences en glacis et les effets de matière empâtés trouve dans cette vue de la plage de Trouville une de ses parfaites représentations.

Jean-Christophe Pralong-Gourvennec, octobre 2013.

Cette œuvre figurera dans le catalogue raisonné de Gervex actuellement en préparation par Jean-Christophe Pralong-Gourvennec sous le titre : 'Scène de plage par mer agitée à Trouville. Le coup de vent.'
Un certificat d'authenticité sera remis à l'acquéreur.

Estimation 5 000 - 7 000 €

Vendu 6 495 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 2349
Date : 13 nov. 2013 19:00

Contact

Matthieu Fournier
Tél. +33 1 42 99 20 26
mfournier@artcurial.com

Tableaux et dessins anciens et du 19e siècle, sculptures