Vente Maîtres anciens & du XIX siècle /Lot 202 Augustino BRUNIAS Rome, vers 1730 - Roseau , La Dominique, 1796 Le bain des Dominicaines

  • Augustino BRUNIAS Rome, vers 1730 - Roseau , La Dominique, 1796 Le bain des Dominicaines Toile
  • Augustino BRUNIAS Rome, vers 1730 - Roseau , La Dominique, 1796 Le bain des Dominicaines Toile
  • Augustino BRUNIAS Rome, vers 1730 - Roseau , La Dominique, 1796 Le bain des Dominicaines Toile
Augustino BRUNIAS Rome, vers 1730 - Roseau , La Dominique, 1796
Le bain des Dominicaines
Toile
(Restaurations anciennes)

The Dominicans' bath, canvas, by A. Brunias

Hauteur : 31 Largeur : 25 cm

Provenance : Collection William Lewis Bell, CMG, MBE, fondateur de la British Development Division in the Caribbean, selon le catalogue de vente de 2013 ;
Vente "Travel, Science and Natural History", Londres, Christie's, 24 avril 2013, n°253 ;
Chez Rafael Valls, Londres, en 2014, partie du n° 5 du catalogue

Commentaire : D'abord romain, inscrit à l'Accademia di San Luca, puis installé à Londres, Brunias voyage dès 1770 aux Antilles, appelé par Sir William Young, premier gouverneur britannique de la Dominique. Employé pour décrire la vie dans les plantations, l'artiste s'illustre comme peintre ethnographe. Il met en avant des sujets romancés représentant une population autochtone dans des scènes de la vie quotidienne idéalisées. Notre tableau, par exemple, adapte le thème mythologique de Diane au bain faisant des reproches à Calypso.
Brunias concentre l'essentiel de son œuvre à la mise en valeur de la variété des races, européennes, africaines, caraïbes, mulâtres. Ici, il met en scène quatre femmes, coiffées de foulards de couleurs, se soustrayant de la chaleur torride de la Dominique en se baignant dans un ruisseau peu profond abrité par un arbre. Des serviettes blanches cachent la nudité de deux d'entre elles alors que les deux autres laissent paraitre leur beauté naturelle au grand jour. En 1765, à l'heure où la peinture rocaille célèbre la nudité des peaux blanches, il propose des nus colorés pour les mécènes européens.
Une autre version de cette composition, avec quelques variantes, est conservée au Peabody Museum of Archaeology and Ethnology, Harvard University, à Cambridge (Massachusetts).

Estimation 8 000 - 10 000 €

Vendu 10 400 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 202

Augustino BRUNIAS Rome, vers 1730 - Roseau , La Dominique, 1796
Le bain des Dominicaines

Vendu 10 400 € [$]

Augustino BRUNIAS Rome, vers 1730 - Roseau , La Dominique, 1796
Le bain des Dominicaines
Toile
(Restaurations anciennes)

The Dominicans' bath, canvas, by A. Brunias

Hauteur : 31 Largeur : 25 cm

Provenance : Collection William Lewis Bell, CMG, MBE, fondateur de la British Development Division in the Caribbean, selon le catalogue de vente de 2013 ;
Vente "Travel, Science and Natural History", Londres, Christie's, 24 avril 2013, n°253 ;
Chez Rafael Valls, Londres, en 2014, partie du n° 5 du catalogue

Commentaire : D'abord romain, inscrit à l'Accademia di San Luca, puis installé à Londres, Brunias voyage dès 1770 aux Antilles, appelé par Sir William Young, premier gouverneur britannique de la Dominique. Employé pour décrire la vie dans les plantations, l'artiste s'illustre comme peintre ethnographe. Il met en avant des sujets romancés représentant une population autochtone dans des scènes de la vie quotidienne idéalisées. Notre tableau, par exemple, adapte le thème mythologique de Diane au bain faisant des reproches à Calypso.
Brunias concentre l'essentiel de son œuvre à la mise en valeur de la variété des races, européennes, africaines, caraïbes, mulâtres. Ici, il met en scène quatre femmes, coiffées de foulards de couleurs, se soustrayant de la chaleur torride de la Dominique en se baignant dans un ruisseau peu profond abrité par un arbre. Des serviettes blanches cachent la nudité de deux d'entre elles alors que les deux autres laissent paraitre leur beauté naturelle au grand jour. En 1765, à l'heure où la peinture rocaille célèbre la nudité des peaux blanches, il propose des nus colorés pour les mécènes européens.
Une autre version de cette composition, avec quelques variantes, est conservée au Peabody Museum of Archaeology and Ethnology, Harvard University, à Cambridge (Massachusetts).

Estimation 8 000 - 10 000 €

Vendu 10 400 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 4066
Date : 09 juin 2021 15:00
Commissaire-priseur : Matthieu Fournier

Contact

Matthieu Fournier
Tél. +33 1 42 99 20 26
mfournier@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Maîtres anciens & du XIXe siècle