Aéronautique

Aéronautique

Précurseur dans de nombreuses spécialités, Artcurial organise en 2008 la première vente Aéronautique. Suscitant l’engouement de tous les passionnés et collectionneurs d’aviation, la maison de vente en fait un rendez-vous annuel incontournable et devient la référence pour la thématique.

Placé sous la responsabilité de Sophie Peyrache depuis 2013, la sélection propose une déclinaison de pièces qui témoigne des premières heures de l’aéronautique jusqu’à l’épopée des supersoniques.

Bénéficiant d’un lieu d’exposition exceptionnel au rond-point des Champs-Elysées et relevant les défis, Artcurial a accueilli au sein de sa cour ces dernières années un Mirage V, vendu 102 453 €, un Fouga Magister, cédé 88 521 €, ainsi qu’une maquette de Spitfire à l’échelle 1, adjugé 36 400 €.

La pluralité des œuvres proposées, associé au savoir-faire de la Maison, permet au département de s’illustrer à travers des adjudications importantes telle que le démontre la vente d’un Stampe SV-4C de 1949, qui change de main pour 89 400 €, frais compris.

Marché en pleine croissance, les pièces de design aéronautique sont largement représentées et recherchées par la clientèle internationale comme en témoigne le prix obtenu par Elevate Sofa des ateliers Flown en juin 2017, vendu 18 200 €.

Les sessions de ventes s’appuient également sur l’actualité aéronautique en célébrant par exemple, en avril 2016, le centenaire de Dassault Aviation, en ou rendant hommage en 2017 au 90e anniversaire de la traversée de l’Atlantique par Charles Lindbergh en présentant le bonnet porté par l’aviateur lors de la traversée, adjugé 35 100 €.

Le département s’attache à rendre hommage à chaque pièce présentée en proposant des ventes dédiées et préparées pour obtenir le meilleur résultat.

Contact

À Découvrir

Retour en images sur l’année 2020

Retour en images sur l’année 2020

L’année a notamment été marquée pour Artcurial par de nombreux records et enchères millionnaires, à l'instar d'un important stabile d’Alexander Calder vendu 4,9 M€ ou encore du chef-d’œuvre « La Madeleine pénitente » de Salaì, élève de Léonard de Vinci, qui s’est envolé à 1,7 M€.

Pour en savoir plus, découvrez un retour sur l’année en images…

Voir la vidéo

Prochaine vente