Sale Old Master & 19th Century Paintings and Drawings, Sculptures - 13 november 2013 /Lot 104 Jean-Antoine Houdon Versailles, 1741 - Paris, 1828 Visage de Madame Mégret de Sérilly

  • Jean-Antoine Houdon Versailles, 1741 - Paris, 1828 Visage de Madame Mégret de Sérilly Plâtre
  • Jean-Antoine Houdon Versailles, 1741 - Paris, 1828 Visage de Madame Mégret de Sérilly Plâtre
Jean-Antoine Houdon Versailles, 1741 - Paris, 1828
Visage de Madame Mégret de Sérilly
Plâtre
(Petite restauration au niveau du nez)

'THE FACE OF MRS MEGRET DE SERILLY', PLASTER, BY J.-A. HOUDON
h: 47 cm

Bibliographie : en rapport :
Georges Giacometti, 'La vie et l'œuvre de Houdon', Paris, 1929
J.G. Hann, 'Wallace collection catalogues. Sculptures', Londres, 1931
Louis Réau, 'Houdon : sa vie et son œuvre : ouvrage posthume suivi d'un catalogue systématique', Paris, 1964
Gilhem Scherff, 'Houdon', 1741-1828, Paris, 2006


Commentaire : Au Salon de 1781, Houdon présente sous le n°257 le buste en plâtre teinté couleur terre cuite de Madame Mégret de Sérilly. Deux ans plus tard, en 1783, le sculpteur présente le même portrait sous le n°236, cette fois en marbre. Deux versions identiques en marbre de ce portrait sont aujourd'hui conservées, l'une à la Wallace Collection de Londres (fig. 1) et la seconde au Minneapolis Art Institute aux Etats Unis. Notre buste en plâtre, correspond à la partie supérieure du portrait définitif, sans les épaules ni le drapé.

Les traces non ébarbées des "coutures" et les points de repère à la pierre noire encore visibles par endroits laissent à penser qu'il s'agit sinon du plâtre original, tout du moins d'un plâtre d'atelier, d'une étape de travail antérieure au marbre définitif. Une variante est visible dans l'ordonnancement de la coiffure au niveau des mèches tombant sur le cou qui sont plus courtes sur notre buste que sur le buste définitif dont l'épaule a semble-t-il parut trop dénudée à Houdon.
Notre plâtre semble être l'un des très rares exemples conservés d'une œuvre de Houdon nous montrant une première phase de travail dans un processus créatif ouvert aux modifications jusqu'aux versions jugées définitives.
A la vente après décès de l'atelier du sculpteur, qui s'est tenue les 15 et 17 décembre 1828 à la Bibliothèque Nationale, on trouve sous le numéro 56, un plâtre : 'Portrait à mi-corps de Mme de Sérilly'. L'acquéreur de ce plâtre n'est pas mentionné dans le procès-verbal de la vente. La mention à mi-corps correspond-elle au buste en plâtre du salon de 1781 ou s'agit-il de décrire une version plus réduite telle que la nôtre ?

Madame Mégret de Sérilly (1763-1799), née Anne-Marie-Louise Thomas de Pange de Domangeville, était l'épouse de Jean-François Mégret de Sérilly, baron de Theil (1746-1794) qui fut l'un des principaux banquiers du règne de Louis XVI jusqu'à sa faillite retentissante de 1787.

"Ce buste est l'un des plus pénétrants chefs-d'œuvre de Houdon. De face, les prunelles, profondément creusées, donnent un regard direct, d'une franchise et comme d'une ingénuité frappante. La bouche est d'une finesse extrême, le dessin de la figure, le profil du front dégagé sont d'une pureté et d'une personnalité admirables, le traitement des cheveux d'une souplesse inouïe"
Paul Vitry, 1902.

Estimation 20 000 - 25 000 €

Sold 25,980 €
* Results are displayed including buyer’s fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Lot 104

Jean-Antoine Houdon Versailles, 1741 - Paris, 1828
Visage de Madame Mégret de Sérilly

Sold 25,980 € [$]

Jean-Antoine Houdon Versailles, 1741 - Paris, 1828
Visage de Madame Mégret de Sérilly
Plâtre
(Petite restauration au niveau du nez)

'THE FACE OF MRS MEGRET DE SERILLY', PLASTER, BY J.-A. HOUDON
h: 47 cm

Bibliographie : en rapport :
Georges Giacometti, 'La vie et l'œuvre de Houdon', Paris, 1929
J.G. Hann, 'Wallace collection catalogues. Sculptures', Londres, 1931
Louis Réau, 'Houdon : sa vie et son œuvre : ouvrage posthume suivi d'un catalogue systématique', Paris, 1964
Gilhem Scherff, 'Houdon', 1741-1828, Paris, 2006


Commentaire : Au Salon de 1781, Houdon présente sous le n°257 le buste en plâtre teinté couleur terre cuite de Madame Mégret de Sérilly. Deux ans plus tard, en 1783, le sculpteur présente le même portrait sous le n°236, cette fois en marbre. Deux versions identiques en marbre de ce portrait sont aujourd'hui conservées, l'une à la Wallace Collection de Londres (fig. 1) et la seconde au Minneapolis Art Institute aux Etats Unis. Notre buste en plâtre, correspond à la partie supérieure du portrait définitif, sans les épaules ni le drapé.

Les traces non ébarbées des "coutures" et les points de repère à la pierre noire encore visibles par endroits laissent à penser qu'il s'agit sinon du plâtre original, tout du moins d'un plâtre d'atelier, d'une étape de travail antérieure au marbre définitif. Une variante est visible dans l'ordonnancement de la coiffure au niveau des mèches tombant sur le cou qui sont plus courtes sur notre buste que sur le buste définitif dont l'épaule a semble-t-il parut trop dénudée à Houdon.
Notre plâtre semble être l'un des très rares exemples conservés d'une œuvre de Houdon nous montrant une première phase de travail dans un processus créatif ouvert aux modifications jusqu'aux versions jugées définitives.
A la vente après décès de l'atelier du sculpteur, qui s'est tenue les 15 et 17 décembre 1828 à la Bibliothèque Nationale, on trouve sous le numéro 56, un plâtre : 'Portrait à mi-corps de Mme de Sérilly'. L'acquéreur de ce plâtre n'est pas mentionné dans le procès-verbal de la vente. La mention à mi-corps correspond-elle au buste en plâtre du salon de 1781 ou s'agit-il de décrire une version plus réduite telle que la nôtre ?

Madame Mégret de Sérilly (1763-1799), née Anne-Marie-Louise Thomas de Pange de Domangeville, était l'épouse de Jean-François Mégret de Sérilly, baron de Theil (1746-1794) qui fut l'un des principaux banquiers du règne de Louis XVI jusqu'à sa faillite retentissante de 1787.

"Ce buste est l'un des plus pénétrants chefs-d'œuvre de Houdon. De face, les prunelles, profondément creusées, donnent un regard direct, d'une franchise et comme d'une ingénuité frappante. La bouche est d'une finesse extrême, le dessin de la figure, le profil du front dégagé sont d'une pureté et d'une personnalité admirables, le traitement des cheveux d'une souplesse inouïe"
Paul Vitry, 1902.

Estimation 20 000 - 25 000 €

Sold 25,980 €
* Results are displayed including buyer’s fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Sale’s details

Sale: 2349
Date: 13 nov. 2013 19:00

Contact

Matthieu Fournier
Phone +33 1 42 99 20 26
mfournier@artcurial.com

Old Master & 19th Century Paintings and Drawings, Sculptures