Sale Le Mans Classic 2022 - 02 july 2022 /Lot 114 1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet

  • 1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet
  • 1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet
  • 1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet
  • 1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet
  • 1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet
  • 1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet
  • 1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet
  • 1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet
  • 1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet
  • 1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet
  • 1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet
  • 1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet
  • 1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet
  • 1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet
  • 1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet
  • 1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet
  • 1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet
  • 1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet
  • 1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet
  • 1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet
  • 1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet
  • 1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet
  • 1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet
  • 1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet
  • 1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet
  • 1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet
  • 1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet
  • 1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet
  • 1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet
  • 1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet
  • 1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet
1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet
Collection Pierre Héron

Sans titre de circulation
Châssis n° 101056
Moteur n° 26493

- Dans la collection depuis 1970
- Enviable version cabriolet d'un modèle aussi performant qu'élégant
- En cours de restauration mais semble complète

"Lago Record" : cette inscription plaquée à l'arrière en impose ! Elle traduit la présence du plus gros moteur alors disponible chez Talbot : le 6-cylindres 4,5 litres dont Antony Lago a posé les bases pendant la guerre, dans le but de se relancer dans la compétition dès le conflit terminé. Ses soupapes en tête dessinent une chambre de combustion hémisphérique et ses 170 ch l'emmènent à 170 km/h, ce qui en fait une des voitures de tourisme les plus rapides de son époque. Pour la boîte de vitesses, Antony Lago est resté fidèle à la présélective Wilson qui, si elle est maniée avec brio, permet de se concentrer sur les trajectoires. La T26 a signé de nombreux exploits sportifs, comme un trajet Paris-Nice en 21 h 35 mn avec Edmond Mouche et une victoire aux 24 Heures du Mans 1950 avec une version course. A l'époque, la T26 était une des voitures les plus chères du marché.

Contrairement à Delahaye dont les châssis partaient chez différents carrossiers qui les habillaient avec plus ou moins de bonheur, Talbot proposait un catalogue de carrosseries "usine", généralement réalisées dans son propre atelier, dans l'usine de Suresnes. Il existait toutefois des exceptions, en fonction des besoins ou de la charge de travail, nécessitant le recours à des sous-traitants. C'est le cas de la voiture qui nous intéresse ici, un cabriolet réalisé chez le carrossier Dubos Frères, selon le dessin usine (plan 334) et en utilisant la méthode traditionnelle d'une structure en bois sur laquelle sont rapportés les panneaux de carrosserie en acier. Ainsi qu'en témoigne la fiche de renseignements usine fournies par le Club Talbot, le beau cabriolet fut livré de couleur Gris Etna, avec intérieur cuir anglais rouge 8290 et son moteur était doté de pistons à 4 segments Segma et un segment course. L'équipement comportait en outre des roues Rudge chromées à fixation centrale.

La voiture fut livrée neuve le 1er juillet 1950 à M.L qui résidait à Lyon. Une copie d'une ancienne carte grise qui accompagne le véhicule mentionne le châssis 101052 au lieu de 101056 et indique une immatriculation à Paris sous le numéro 2336 C 75, puis un changement de mains le 6 juin 1958 sans modification de l'immatriculation, ainsi qu'une nouvelle cession le 14 avril 1967 au nom d'une demoiselle habitant Montreuil, en région parisienne, sous le numéro 4620 C 93. C'est en 1970 que Pierre Héron en fait l'acquisition, toujours d'après ce document.

La voiture a bénéficié d'un début de restauration avec une peinture neuve dans les années 80, de teinte grise comme à l'origine. Le remontage n'a pas été achevé mais l'ensemble paraît complet dont la capote, l'essentiel des enjoliveurs et les éléments de carrosserie frappés du numéro de montage 87, présent sur toutes les pièces. La tôlerie, ainsi que les boiseries sont en bon état et la sellerie, avec son cuir patiné, est bien préservée. Le tableau de bord est complet à l'exception de la montre.

Le cabriolet fait partie des versions les plus rares et les plus désirables de T26, car il allie les qualités sportives du modèle à l'agrément d'une carrosserie ouverte. Cet exemplaire bien préservé mérite de voir sa restauration menée à bien, ce qui en fera une automobile rapide et élégante, agréable à utiliser sur la route et bienvenue dans les événements historiques les plus en vue.



Unregistered
Chassis No. 101056
Engine No. 26493

- In the collection since 1970
- Desirable convertible version, efficient and elegant
- Under restoration but seems complete

"Lago Record": this inscription on the back is impressive! It reflects the presence of the largest engine then available from Talbot: the 4.5-litre 6-cylinder for which Antony Lago laid the foundations during the war, with the aim of getting back into competition as soon as the conflict was over. Its overhead valves form a hemispherical combustion chamber and its 170bhp took it to 170 km/h, making it one of the fastest passenger cars of its time. For the gearbox, Antony Lago remained faithful to the Wilson preselector which, if handled well, allows you to concentrate on the trajectories. The T26 had quite a record of sporting success, such as a Paris-Nice trip in 21 hours and 35 minutes with Edmond Mouche and a victory at the 1950 24 Hours of Le Mans with a racing version. At the time, the T26 was one of the most expensive cars on the market.

Unlike Delahaye, whose chassis went to various coachbuilders and who bodied them with varying degrees of success, Talbot offered a range of "factory" bodies, generally made in-house, in the Suresnes factory. However, there were exceptions, depending on the needs or the workload, requiring the use of subcontractors. This was the case of the car that we are offering, a convertible made by coachbuilder Dubos Frères, as per factory drawings (plan 334) and using the traditional method of a wooden structure on which the bodywork panels in steel are attached. As can be seen from the factory information sheet provided by Club Talbot, the beautiful cabriolet was delivered in Etna Grey color, with English red 8290 leather interior, and its engine was fitted with 4 Segma segment pistons and a racing segment. The equipment additionally featured center locking chrome Rudge wheels.

The car was delivered new on July 1, 1950, to M.L who lived in Lyon. A copy of an old registration document, which comes with the car, mentions chassis 101052 instead of 101056 and indicates a registration in Paris under the number 2336 C 75, and then a change of ownership on June 6, 1958, without modification to the registration, as well a new transfer on April 14, 1967, in the name of a young lady living in Montreuil, in the Paris region, under the number 4620 C 93. It was in 1970 that Pierre Héron acquired it, again according to this document.

The car benefited from an early restoration with new grey paint in the 1980s, as it was originally. The reassembly has not been completed but the car appears to be complete, including the soft top, most of the hubcaps and the body parts marked with the assembly number 87, present on all the parts. The sheet metal and woodwork are in good condition and the upholstery, with its patinated leather, is well preserved. The dashboard is complete except for the clock.

The convertible is one of the rarest and most desirable versions of the T26, as it combines the sporting qualities of the model with the pleasure of an open body. This well-preserved example deserves to have its restoration completed, which will make it a fast and elegant automobile, pleasant to use on the road and welcome in the more important of historic events.


Photos © Mathieu Bonnevie

Estimation 80 000 - 140 000 €

Sold 97,744 €
* Results are displayed including buyer’s fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Lot 114

1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet

Sold 97,744 € [$]

1950 Talbot Lago Record T26 cabriolet
Collection Pierre Héron

Sans titre de circulation
Châssis n° 101056
Moteur n° 26493

- Dans la collection depuis 1970
- Enviable version cabriolet d'un modèle aussi performant qu'élégant
- En cours de restauration mais semble complète

"Lago Record" : cette inscription plaquée à l'arrière en impose ! Elle traduit la présence du plus gros moteur alors disponible chez Talbot : le 6-cylindres 4,5 litres dont Antony Lago a posé les bases pendant la guerre, dans le but de se relancer dans la compétition dès le conflit terminé. Ses soupapes en tête dessinent une chambre de combustion hémisphérique et ses 170 ch l'emmènent à 170 km/h, ce qui en fait une des voitures de tourisme les plus rapides de son époque. Pour la boîte de vitesses, Antony Lago est resté fidèle à la présélective Wilson qui, si elle est maniée avec brio, permet de se concentrer sur les trajectoires. La T26 a signé de nombreux exploits sportifs, comme un trajet Paris-Nice en 21 h 35 mn avec Edmond Mouche et une victoire aux 24 Heures du Mans 1950 avec une version course. A l'époque, la T26 était une des voitures les plus chères du marché.

Contrairement à Delahaye dont les châssis partaient chez différents carrossiers qui les habillaient avec plus ou moins de bonheur, Talbot proposait un catalogue de carrosseries "usine", généralement réalisées dans son propre atelier, dans l'usine de Suresnes. Il existait toutefois des exceptions, en fonction des besoins ou de la charge de travail, nécessitant le recours à des sous-traitants. C'est le cas de la voiture qui nous intéresse ici, un cabriolet réalisé chez le carrossier Dubos Frères, selon le dessin usine (plan 334) et en utilisant la méthode traditionnelle d'une structure en bois sur laquelle sont rapportés les panneaux de carrosserie en acier. Ainsi qu'en témoigne la fiche de renseignements usine fournies par le Club Talbot, le beau cabriolet fut livré de couleur Gris Etna, avec intérieur cuir anglais rouge 8290 et son moteur était doté de pistons à 4 segments Segma et un segment course. L'équipement comportait en outre des roues Rudge chromées à fixation centrale.

La voiture fut livrée neuve le 1er juillet 1950 à M.L qui résidait à Lyon. Une copie d'une ancienne carte grise qui accompagne le véhicule mentionne le châssis 101052 au lieu de 101056 et indique une immatriculation à Paris sous le numéro 2336 C 75, puis un changement de mains le 6 juin 1958 sans modification de l'immatriculation, ainsi qu'une nouvelle cession le 14 avril 1967 au nom d'une demoiselle habitant Montreuil, en région parisienne, sous le numéro 4620 C 93. C'est en 1970 que Pierre Héron en fait l'acquisition, toujours d'après ce document.

La voiture a bénéficié d'un début de restauration avec une peinture neuve dans les années 80, de teinte grise comme à l'origine. Le remontage n'a pas été achevé mais l'ensemble paraît complet dont la capote, l'essentiel des enjoliveurs et les éléments de carrosserie frappés du numéro de montage 87, présent sur toutes les pièces. La tôlerie, ainsi que les boiseries sont en bon état et la sellerie, avec son cuir patiné, est bien préservée. Le tableau de bord est complet à l'exception de la montre.

Le cabriolet fait partie des versions les plus rares et les plus désirables de T26, car il allie les qualités sportives du modèle à l'agrément d'une carrosserie ouverte. Cet exemplaire bien préservé mérite de voir sa restauration menée à bien, ce qui en fera une automobile rapide et élégante, agréable à utiliser sur la route et bienvenue dans les événements historiques les plus en vue.



Unregistered
Chassis No. 101056
Engine No. 26493

- In the collection since 1970
- Desirable convertible version, efficient and elegant
- Under restoration but seems complete

"Lago Record": this inscription on the back is impressive! It reflects the presence of the largest engine then available from Talbot: the 4.5-litre 6-cylinder for which Antony Lago laid the foundations during the war, with the aim of getting back into competition as soon as the conflict was over. Its overhead valves form a hemispherical combustion chamber and its 170bhp took it to 170 km/h, making it one of the fastest passenger cars of its time. For the gearbox, Antony Lago remained faithful to the Wilson preselector which, if handled well, allows you to concentrate on the trajectories. The T26 had quite a record of sporting success, such as a Paris-Nice trip in 21 hours and 35 minutes with Edmond Mouche and a victory at the 1950 24 Hours of Le Mans with a racing version. At the time, the T26 was one of the most expensive cars on the market.

Unlike Delahaye, whose chassis went to various coachbuilders and who bodied them with varying degrees of success, Talbot offered a range of "factory" bodies, generally made in-house, in the Suresnes factory. However, there were exceptions, depending on the needs or the workload, requiring the use of subcontractors. This was the case of the car that we are offering, a convertible made by coachbuilder Dubos Frères, as per factory drawings (plan 334) and using the traditional method of a wooden structure on which the bodywork panels in steel are attached. As can be seen from the factory information sheet provided by Club Talbot, the beautiful cabriolet was delivered in Etna Grey color, with English red 8290 leather interior, and its engine was fitted with 4 Segma segment pistons and a racing segment. The equipment additionally featured center locking chrome Rudge wheels.

The car was delivered new on July 1, 1950, to M.L who lived in Lyon. A copy of an old registration document, which comes with the car, mentions chassis 101052 instead of 101056 and indicates a registration in Paris under the number 2336 C 75, and then a change of ownership on June 6, 1958, without modification to the registration, as well a new transfer on April 14, 1967, in the name of a young lady living in Montreuil, in the Paris region, under the number 4620 C 93. It was in 1970 that Pierre Héron acquired it, again according to this document.

The car benefited from an early restoration with new grey paint in the 1980s, as it was originally. The reassembly has not been completed but the car appears to be complete, including the soft top, most of the hubcaps and the body parts marked with the assembly number 87, present on all the parts. The sheet metal and woodwork are in good condition and the upholstery, with its patinated leather, is well preserved. The dashboard is complete except for the clock.

The convertible is one of the rarest and most desirable versions of the T26, as it combines the sporting qualities of the model with the pleasure of an open body. This well-preserved example deserves to have its restoration completed, which will make it a fast and elegant automobile, pleasant to use on the road and welcome in the more important of historic events.


Photos © Mathieu Bonnevie

Estimation 80 000 - 140 000 €

Sold 97,744 €
* Results are displayed including buyer’s fees and taxes. They are generated automatically and can be modified.

Sale’s details

Sale: 4224
Location: Circuit des 24 Heures, Le Mans
Date: 02 jul. 2022 13:30
Auctioneer: Hervé Poulain

Contact

Anne-Claire Mandine
Phone +33 1 42 99 20 73
motorcars@artcurial.com

Purchase Orders & Auctions by Phone

Kristina Vrzests
Phone +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions of Purchase

Le Mans Classic 2022