Vente Bibliothèque littéraire et poétique - 16 octobre 2013 /Lot 88 VICTOR HUGO. L.A. SIGNEE « VICTOR » A SON « BON ALFRED » [DE VIGNY], « OFFICIER AU 5` REGI DE LA GARDE. ROUEN » Datée de Paris, 27 a...

  • VICTOR HUGO. L.A. SIGNEE « VICTOR » A SON « BON ALFRED » [DE VIGNY], « OFFICIER AU 5` REGI DE LA GARDE. ROUEN » Datée de Paris, 27 a...
VICTOR HUGO. L.A. SIGNEE « VICTOR » A SON « BON ALFRED » [DE VIGNY], « OFFICIER AU 5` REGI DE LA GARDE. ROUEN » Datée de Paris, 27 août 1821. 4 pp. in-12 à l'encre noire sur un double feuillet de papier vergé. (Petit trou et déchirure au dernier feuillet à l'endroit du cachet.) SUPERBE LETTRE A VIGNY, DONT HUGO AVAIT FAIT LA CONNAISSANCE EN OCTOBRE 1820.. La lettre s'ouvre par une belle déclaration d'amitié : « ... J'ai besoin de vous embrasser et de vous dire avec la voix et le regard combien je vous aime ; depuis si longtemps vous me manquez ; je ne sais si vous l'éprouvez comme moi, tous les amis présens sont moins qu'un ami absent, il semble même en qque sorte qu'il y ait aussi qque chose d'absent chez chacun d'eux. Je ne m'étonnerais pas qu'un invalide prisât la jambe qu'il a perdue plus que le corps qu'il a conservé (...) » Il évoque ensuite la tragédie inspirée du Roland furieux que Vigny était en train d'écrire, et qu'il finira par détruire : « Que faites-vous des Muses là-bas ? Elles ne font rien de moi ici. Votre grand Roland erre souvent dans mon imagination, et il n'a pas besoin, comme les dieux d'Homère, de trois pas pour en trouver les bornes. Vous ne m'avez pas envoyé cette promenade tant promise et tant désirée, votre excuse est mauvaise, vous savez qu'il n'y a que vous qui puissiez être mécontent de ce que vous faites, il n'y a que vous qui puissiez dédaigner l'aigle auprès de son soleil... » Le jeune Hugo semble traverser une crise d'inspiration qu'il ne connaîtra plus guère dans la suite de sa carrière : « Les Muses fuient une âme inquiète. Je suis bien agité, bien tourmenté, et tourmenté par un calme plat. Je ne puis traverser le fleuve à la nage, il faut attendre qu'il se soit écoulé. » Il a alors cette phrase remarquable qui peint son caractère : « La patience chez moi ne se concilie pas avec la vie; je conçois la patience dans le tombeau. » Enfin, il clôt sa lettre par une pique à l'Académie, dont tous deux feront plus tard partie : « J'ai assisté avant-hier à la séance de l'Académie. Que n'y étiez-vous ? Vous auriez admiré le courage avec lequel on couronne des platitudes, bien correctes et bien léchées. Jamais le génie (je n'excepte que Soumet) [le poète et auteur dramatique Alexandre Soumet, 1788-1845] ne réussira près des académiciens ; un torrent les épouvante, elles couronnent un seau d'eau... » EXTRAORDINAIRE REUNION DE CES DEUX GEANTS DU ROMANTISME FRANÇAIS A L'AUBE DE LEUR GLOIRE.
Estimation 10 000 - 15 000 €

Vendu 14 289 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 88

VICTOR HUGO. L.A. SIGNEE « VICTOR » A SON « BON ALFRED » [DE VIGNY], « OFFICIER AU 5` REGI DE LA GARDE. ROUEN » Datée de Paris, 27 a...

Vendu 14 289 € [$]

VICTOR HUGO. L.A. SIGNEE « VICTOR » A SON « BON ALFRED » [DE VIGNY], « OFFICIER AU 5` REGI DE LA GARDE. ROUEN » Datée de Paris, 27 août 1821. 4 pp. in-12 à l'encre noire sur un double feuillet de papier vergé. (Petit trou et déchirure au dernier feuillet à l'endroit du cachet.) SUPERBE LETTRE A VIGNY, DONT HUGO AVAIT FAIT LA CONNAISSANCE EN OCTOBRE 1820.. La lettre s'ouvre par une belle déclaration d'amitié : « ... J'ai besoin de vous embrasser et de vous dire avec la voix et le regard combien je vous aime ; depuis si longtemps vous me manquez ; je ne sais si vous l'éprouvez comme moi, tous les amis présens sont moins qu'un ami absent, il semble même en qque sorte qu'il y ait aussi qque chose d'absent chez chacun d'eux. Je ne m'étonnerais pas qu'un invalide prisât la jambe qu'il a perdue plus que le corps qu'il a conservé (...) » Il évoque ensuite la tragédie inspirée du Roland furieux que Vigny était en train d'écrire, et qu'il finira par détruire : « Que faites-vous des Muses là-bas ? Elles ne font rien de moi ici. Votre grand Roland erre souvent dans mon imagination, et il n'a pas besoin, comme les dieux d'Homère, de trois pas pour en trouver les bornes. Vous ne m'avez pas envoyé cette promenade tant promise et tant désirée, votre excuse est mauvaise, vous savez qu'il n'y a que vous qui puissiez être mécontent de ce que vous faites, il n'y a que vous qui puissiez dédaigner l'aigle auprès de son soleil... » Le jeune Hugo semble traverser une crise d'inspiration qu'il ne connaîtra plus guère dans la suite de sa carrière : « Les Muses fuient une âme inquiète. Je suis bien agité, bien tourmenté, et tourmenté par un calme plat. Je ne puis traverser le fleuve à la nage, il faut attendre qu'il se soit écoulé. » Il a alors cette phrase remarquable qui peint son caractère : « La patience chez moi ne se concilie pas avec la vie; je conçois la patience dans le tombeau. » Enfin, il clôt sa lettre par une pique à l'Académie, dont tous deux feront plus tard partie : « J'ai assisté avant-hier à la séance de l'Académie. Que n'y étiez-vous ? Vous auriez admiré le courage avec lequel on couronne des platitudes, bien correctes et bien léchées. Jamais le génie (je n'excepte que Soumet) [le poète et auteur dramatique Alexandre Soumet, 1788-1845] ne réussira près des académiciens ; un torrent les épouvante, elles couronnent un seau d'eau... » EXTRAORDINAIRE REUNION DE CES DEUX GEANTS DU ROMANTISME FRANÇAIS A L'AUBE DE LEUR GLOIRE.
Estimation 10 000 - 15 000 €

Vendu 14 289 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 2398
Date : 16 oct. 2013 14:30

Contact

Lorena de Las Heras
Tél.
ldelasheras@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Bibliothèque littéraire et poétique. Livres et manuscrits des 19e et 20e siècles