Vente Les collections Aristophil - 02 avril 2019 /Lot 278 Théodore GÉRICAULT Rouen, 1791 - Paris, 1824 Quatre hommes retenant un cheval, étude pour la 'Course des chevaux libres'

  • Théodore GÉRICAULT Rouen, 1791 - Paris, 1824 Quatre hommes retenant un cheval, étude pour la 'Course des chevaux libres' Plume et en.
Théodore GÉRICAULT Rouen, 1791 - Paris, 1824
Quatre hommes retenant un cheval, étude pour la 'Course des chevaux libres'
Plume et encre brune sur traits de crayon noir, rehauts de gouache blanche en correction de la plume
Sans cadre
Hauteur : 25,50 Largeur : 32,10 cm

Provenance : - Collection Mahérault
- Collection Jean Dollfus, Paris
- Collection Pierre Olivier Dubaut, son cachet (L. 2103b) en bas à gauche
- Collection Marillier
- Vente anonyme ; New York, Christie's, 22 janvier 2003, n°102


Expositions : 'Les artistes français en Italie de Poussin à Renoir', Paris, musée des Arts Décoratifs, mai-juillet 1934, n°499
'Dessins, aquarelles et gouaches de Géricault 1791-1824', Paris, galerie Maurice Gobin, 5 - 21 décembre 1935, n°19
'Géricault, peintre et dessinateur', Paris, galerie Bernheim-Jeune, 10 mai - 12 juin 1937, n°112


Bibliographie : " Cronache parigine ", in 'Emporium', décembre 1937, p. 674, repr.
Pierre Dubaut, " Les dessins de Géricault ", in 'Bulletin des amis du musée de Poitiers', Poitiers, 1954, p. 41-43
Germain Bazin, 'Théodore Géricault. Etude critique, documents et catalogue raisonné', Paris, 1990, t. IV, p. 219, n°1400 (comme auteur inconnu)
Wheelock Whitney, 'Géricault in Italy', New Haven et Londres, 1997, p. 103-105, repr. fig. 128


Commentaire : La course des chevaux libres ou la Mossa est l'œuvre phare de Géricault lors de son séjour à Rome. La course des chevaux barbes a lieu chaque année durant le Carnaval sur le Corso à Rome. Passionné par le sujet de cette course, il multiplie les études dessinées et peintes. Il hésite plusieurs fois sur la composition à retenir, comme en témoigne notre dessin, montrant le groupe de face, groupe qui sera réutilisé en partie tourné de profil au premier plan du tableau de la Walker Art Gallery de Baltimore. Clément, dans son ouvrage de 1879 (Géricault, étude biographique et critique avec le catalogue raisonné de l'œuvre du maître, Paris, 1879, 3e éd., p. 339-340) donne de nombreux dessins pour cette composition.
Bazin n'accepte pas l'authenticité de ce dessin, qui se présente en sens inverse de la lithographie de Colin. Le problème du sens original est compliqué par l'utilisation de calques par Géricault lui-même. Ces calques peuvent permettre entre autres à l'artiste de reporter en sens inverse un dessin quand il recherche une composition. Il se trouve que le sujet de la course des chevaux libres qui occupa Géricault si intensément fut malaxé par l'artiste dans tous les sens, avec de nombreuses esquisses de recherche.
Eitner en défend au contraire l'attribution dans une lettre du 14 octobre 1998 (voir le catalogue de la vente de 2003). Eitner met en exergue dans son raisonnement les nombreuses esquisses au crayon sous-jacentes, dont les superpositions font vibrer le groupe par leur énergie et leur vivacité. Le trait de plume vient poser l'attitude finalement choisie. La synthétisation sculpturale, presque outrée, est atténuée par l'artiste au moyen de gouache blanche. Whitney émet des réserves selon le catalogue de la vente Christie's, mais dans son livre sur Géricault en Italie, il reproduit et cite le dessin - qu'il ne connaît que par une photographie ancienne - comme de grande qualité et pouvant correspondre à une des versions cataloguées par Clément. Bien que son avis soit annoncé comme négatif par Christie's dans son catalogue de vente de 2003, Monsieur Grunchec nous a confirmé, d'après l'examen d'une photographie, l'authenticité de ce dessin.

Estimation 40 000 - 60 000 €

Vendu 52 000 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 278

Théodore GÉRICAULT Rouen, 1791 - Paris, 1824
Quatre hommes retenant un cheval, étude pour la 'Course des chevaux libres'

Vendu 52 000 € [$]

Théodore GÉRICAULT Rouen, 1791 - Paris, 1824
Quatre hommes retenant un cheval, étude pour la 'Course des chevaux libres'
Plume et encre brune sur traits de crayon noir, rehauts de gouache blanche en correction de la plume
Sans cadre
Hauteur : 25,50 Largeur : 32,10 cm

Provenance : - Collection Mahérault
- Collection Jean Dollfus, Paris
- Collection Pierre Olivier Dubaut, son cachet (L. 2103b) en bas à gauche
- Collection Marillier
- Vente anonyme ; New York, Christie's, 22 janvier 2003, n°102


Expositions : 'Les artistes français en Italie de Poussin à Renoir', Paris, musée des Arts Décoratifs, mai-juillet 1934, n°499
'Dessins, aquarelles et gouaches de Géricault 1791-1824', Paris, galerie Maurice Gobin, 5 - 21 décembre 1935, n°19
'Géricault, peintre et dessinateur', Paris, galerie Bernheim-Jeune, 10 mai - 12 juin 1937, n°112


Bibliographie : " Cronache parigine ", in 'Emporium', décembre 1937, p. 674, repr.
Pierre Dubaut, " Les dessins de Géricault ", in 'Bulletin des amis du musée de Poitiers', Poitiers, 1954, p. 41-43
Germain Bazin, 'Théodore Géricault. Etude critique, documents et catalogue raisonné', Paris, 1990, t. IV, p. 219, n°1400 (comme auteur inconnu)
Wheelock Whitney, 'Géricault in Italy', New Haven et Londres, 1997, p. 103-105, repr. fig. 128


Commentaire : La course des chevaux libres ou la Mossa est l'œuvre phare de Géricault lors de son séjour à Rome. La course des chevaux barbes a lieu chaque année durant le Carnaval sur le Corso à Rome. Passionné par le sujet de cette course, il multiplie les études dessinées et peintes. Il hésite plusieurs fois sur la composition à retenir, comme en témoigne notre dessin, montrant le groupe de face, groupe qui sera réutilisé en partie tourné de profil au premier plan du tableau de la Walker Art Gallery de Baltimore. Clément, dans son ouvrage de 1879 (Géricault, étude biographique et critique avec le catalogue raisonné de l'œuvre du maître, Paris, 1879, 3e éd., p. 339-340) donne de nombreux dessins pour cette composition.
Bazin n'accepte pas l'authenticité de ce dessin, qui se présente en sens inverse de la lithographie de Colin. Le problème du sens original est compliqué par l'utilisation de calques par Géricault lui-même. Ces calques peuvent permettre entre autres à l'artiste de reporter en sens inverse un dessin quand il recherche une composition. Il se trouve que le sujet de la course des chevaux libres qui occupa Géricault si intensément fut malaxé par l'artiste dans tous les sens, avec de nombreuses esquisses de recherche.
Eitner en défend au contraire l'attribution dans une lettre du 14 octobre 1998 (voir le catalogue de la vente de 2003). Eitner met en exergue dans son raisonnement les nombreuses esquisses au crayon sous-jacentes, dont les superpositions font vibrer le groupe par leur énergie et leur vivacité. Le trait de plume vient poser l'attitude finalement choisie. La synthétisation sculpturale, presque outrée, est atténuée par l'artiste au moyen de gouache blanche. Whitney émet des réserves selon le catalogue de la vente Christie's, mais dans son livre sur Géricault en Italie, il reproduit et cite le dessin - qu'il ne connaît que par une photographie ancienne - comme de grande qualité et pouvant correspondre à une des versions cataloguées par Clément. Bien que son avis soit annoncé comme négatif par Christie's dans son catalogue de vente de 2003, Monsieur Grunchec nous a confirmé, d'après l'examen d'une photographie, l'authenticité de ce dessin.

Estimation 40 000 - 60 000 €

Vendu 52 000 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 3947
Lieu : Hôtel Drouot #6
Date : 02 avr. 2019 14:00
Commissaire-priseur : Francis Briest

Contact

Lucie Moison
Tél. +33 1 42 99 16 58
lmoison@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Les collections Aristophil Écrits et œuvres d'artistes du XVIe au XXe siècle