Vente Automobiles de collection /Lot 30 SIMCA 8 Sport Cabriolet - 1952

  • SIMCA 8 Sport Cabriolet - 1952 N° de série : #912973 Moteur : #691174, quatre cylindres en ligne, avant, longitudinal Cyl...
SIMCA
8 Sport Cabriolet - 1952

N° de série : #912973
Moteur : #691174, quatre cylindres en ligne, avant, longitudinal
Cylindrée : 1221 cm3
Distribution : soupapes en tête actionnées par tiges et culbuteurs
Alimentation : 1 carburateur Solex 32PBiC
Puissance maximum : 51 ch à 4800 tr/mn
Boîte de vitesse : mécanique à quatre rapports + M.A.
Châssis : longerons ajourés et entretoise centrale en X
Carrosserie : cabriolet deux portes, deux places, #915466
Suspensions : roues indépendantes à l'avant, essieu rigide à l'arrière
Empattement : 2420 mm
Poids : 920 kg
Freins : hydrauliques à tambours sur les quatre roues
Roues : en tôle d'acier, enjoliveurs chromés

Au Salon de Paris 1947, Henri Pigozzi, directeur des usines Simca, tomba sous le charme d'un berlinette Cisitalia dessinée par Pinin Farina. Charmé, mais aussi intéressé, Pigozzi fit mettre rapidement au point un élégant cabriolet inspiré des lignes italiennes reposant sur un châssis de Simca 8. Un an plus tard, au Salon 1948, était donc présentée le cabriolet Simca 8, bien accueillit par les amateurs de petites automobiles sportives comme par les élégantes parisiennes. Ne restait donc plus qu'à le produire, ce qui fut fait par l'intermédiaire de Facel, entreprise dirigée par Jean Daninos, futur père des Facel-Véga. Les premiers exemplaires furent livrés à l'automne 1949 et vendus au prix astronomique de 920 000 Francs, soit plus du double qu'une berline Simca 8, et bien supérieur aux 580 000 Francs demandés par Citroën pour l'achat d'une 15 " Reine de la route "…
Voiture des élégantes, la 8 Sport fit également honneur à son patronyme puisque deux coupés terminèrent aux 4ème et 5ème places du Monte-Carlo 1950, premier et second de leur classe, avec Scarron/Pascal et Angelvin/Chaboud. La même année, un cabriolet remporta l'éprouvant Rallye de l'Atlas au Maroc. Au Tour de France 1951, ce sont quatre Simca Sport qui terminèrent l'épreuve, tandis qu'en 1952, on retrouvait Angelvin sur Simca Sport à la troisième place finale du Monte-Carlo.

La voiture présentée est intéressante à plus d'un titre. D'abord par son histoire, puisque propriété de la même famille depuis l'origine. Elle fut en effet achetée neuve par l'oncle du propriétaire actuel, qui était alors concessionnaire Simca à Chalon-sur-Saône. Ainsi, entre 1952 et 1984, date où son neveu récupéra la voiture, cette dernière fut utilisée quotidiennement. Elle séjournait alors au Château de la Mormaire, élégant domaine des Yvelines, et son propriétaire s'en servait pour rejoindre le bourg situé à quelques kilomètres de là. Elle se présente aujourd'hui dans un très bel état d'origine, puisque jamais restaurée. La peinture cellulosique noire de qualité ne demande qu'un bon lustrage pour retrouver tout son brillant, la capote beige n'est pas trouée et se verrouille sans problème, la lunette arrière semble neuve. L'intérieur en velours côtelé beige d'origine est magnifique et n'aura besoin que d'un bon nettoyage. Tous les boutons et commodos spécifiques sont en place, tout comme le beau volant d'origine. La voiture fonctionne, elle totalise 70 400 km au compteur, la pompe à eau vient d'être refaite, tout comme les freins et l'ensemble du système d'allumage. Les roues avec les rares enjoliveurs chromés d'origine sont chaussées de quatre pneumatiques neufs. C'est une belle automobile, émouvante et désirable, à l'historique limpide.
Carte grise française
SIMCA Sport cabriolet
Estimation 18 000 - 25 000 €

Vendu 39 315 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 30

SIMCA
8 Sport Cabriolet - 1952

Vendu 39 315 € [$]

SIMCA
8 Sport Cabriolet - 1952

N° de série : #912973
Moteur : #691174, quatre cylindres en ligne, avant, longitudinal
Cylindrée : 1221 cm3
Distribution : soupapes en tête actionnées par tiges et culbuteurs
Alimentation : 1 carburateur Solex 32PBiC
Puissance maximum : 51 ch à 4800 tr/mn
Boîte de vitesse : mécanique à quatre rapports + M.A.
Châssis : longerons ajourés et entretoise centrale en X
Carrosserie : cabriolet deux portes, deux places, #915466
Suspensions : roues indépendantes à l'avant, essieu rigide à l'arrière
Empattement : 2420 mm
Poids : 920 kg
Freins : hydrauliques à tambours sur les quatre roues
Roues : en tôle d'acier, enjoliveurs chromés

Au Salon de Paris 1947, Henri Pigozzi, directeur des usines Simca, tomba sous le charme d'un berlinette Cisitalia dessinée par Pinin Farina. Charmé, mais aussi intéressé, Pigozzi fit mettre rapidement au point un élégant cabriolet inspiré des lignes italiennes reposant sur un châssis de Simca 8. Un an plus tard, au Salon 1948, était donc présentée le cabriolet Simca 8, bien accueillit par les amateurs de petites automobiles sportives comme par les élégantes parisiennes. Ne restait donc plus qu'à le produire, ce qui fut fait par l'intermédiaire de Facel, entreprise dirigée par Jean Daninos, futur père des Facel-Véga. Les premiers exemplaires furent livrés à l'automne 1949 et vendus au prix astronomique de 920 000 Francs, soit plus du double qu'une berline Simca 8, et bien supérieur aux 580 000 Francs demandés par Citroën pour l'achat d'une 15 " Reine de la route "…
Voiture des élégantes, la 8 Sport fit également honneur à son patronyme puisque deux coupés terminèrent aux 4ème et 5ème places du Monte-Carlo 1950, premier et second de leur classe, avec Scarron/Pascal et Angelvin/Chaboud. La même année, un cabriolet remporta l'éprouvant Rallye de l'Atlas au Maroc. Au Tour de France 1951, ce sont quatre Simca Sport qui terminèrent l'épreuve, tandis qu'en 1952, on retrouvait Angelvin sur Simca Sport à la troisième place finale du Monte-Carlo.

La voiture présentée est intéressante à plus d'un titre. D'abord par son histoire, puisque propriété de la même famille depuis l'origine. Elle fut en effet achetée neuve par l'oncle du propriétaire actuel, qui était alors concessionnaire Simca à Chalon-sur-Saône. Ainsi, entre 1952 et 1984, date où son neveu récupéra la voiture, cette dernière fut utilisée quotidiennement. Elle séjournait alors au Château de la Mormaire, élégant domaine des Yvelines, et son propriétaire s'en servait pour rejoindre le bourg situé à quelques kilomètres de là. Elle se présente aujourd'hui dans un très bel état d'origine, puisque jamais restaurée. La peinture cellulosique noire de qualité ne demande qu'un bon lustrage pour retrouver tout son brillant, la capote beige n'est pas trouée et se verrouille sans problème, la lunette arrière semble neuve. L'intérieur en velours côtelé beige d'origine est magnifique et n'aura besoin que d'un bon nettoyage. Tous les boutons et commodos spécifiques sont en place, tout comme le beau volant d'origine. La voiture fonctionne, elle totalise 70 400 km au compteur, la pompe à eau vient d'être refaite, tout comme les freins et l'ensemble du système d'allumage. Les roues avec les rares enjoliveurs chromés d'origine sont chaussées de quatre pneumatiques neufs. C'est une belle automobile, émouvante et désirable, à l'historique limpide.
Carte grise française
SIMCA Sport cabriolet
Estimation 18 000 - 25 000 €

Vendu 39 315 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 1505
Date : 28 juin 2008 18:00

Contact

Artcurial Motorcars
Tél. +33 1 42 99 20 73
motorcars@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Automobiles de collection