Vente Horlogerie de Collection - 17 janvier 2022 /Lot 351 ROLEX Submariner "Comex 6025", ref. 16800, n° 7285745

  • ROLEX  Submariner "Comex 6025", ref. 16800, n° 7285745
  • ROLEX  Submariner "Comex 6025", ref. 16800, n° 7285745
  • ROLEX  Submariner "Comex 6025", ref. 16800, n° 7285745
  • ROLEX  Submariner "Comex 6025", ref. 16800, n° 7285745
  • ROLEX  Submariner "Comex 6025", ref. 16800, n° 7285745
  • ROLEX  Submariner "Comex 6025", ref. 16800, n° 7285745
  • ROLEX  Submariner "Comex 6025", ref. 16800, n° 7285745
  • ROLEX  Submariner "Comex 6025", ref. 16800, n° 7285745
  • ROLEX  Submariner "Comex 6025", ref. 16800, n° 7285745
  • ROLEX  Submariner "Comex 6025", ref. 16800, n° 7285745
  • ROLEX  Submariner "Comex 6025", ref. 16800, n° 7285745
  • ROLEX  Submariner "Comex 6025", ref. 16800, n° 7285745
  • ROLEX  Submariner "Comex 6025", ref. 16800, n° 7285745
  • ROLEX  Submariner "Comex 6025", ref. 16800, n° 7285745
  • ROLEX  Submariner "Comex 6025", ref. 16800, n° 7285745
ROLEX
Submariner "Comex 6025", ref. 16800, n° 7285745
Vers 1982

Montre bracelet de plongée en acier livrée à la Comex
Boîtier : rond, lunette tournante graduée, couronne et fond vissés, double numérotation du numéro de série à l'intérieur, signé
Cadran : noir, index et aiguilles luminescents, trotteuse centrale, date à guichet, signé
Mouvement : automatique cal. 3035, certifié chronomètre, signé
Bracelet : Oyster en acier, ref. 93150, endlink 593 / déployante en acier, siglé
Tour de poignet : approx. 200 mm
Diam. : 40 mm
Avec : un livret de plongée (1976 - 1982), un livret de plongée (1995 - 2003), 2 casques de plongée siglés Comex ,une combinaison de plongée siglée Comex, 2 sacs de plongée siglés Comex Pro, une combinaison de travail en toile siglée, un ensemble de revue dédiées (Scaph50 et Le Ludion), 3 poignards, un ensemble de tables de plongée, un lot de 6 pins siglés Comex

Provenance : cette montre provient directement de son propriétaire d'origine, ancien plongeur à la COMEX

A stainless steel automatic diver's wristwatch, Oyster bracelet with deployant clasp signed, made for Comex. With 2 professional diver's booklet from the owner (period from 1976-1982 and 1995-2003), 1 combinations, 2 canvas bag branded Comex Pro, 3 knifes
The present watch comes directly from its original owner, diver at COMEX


"A partir de ce jour je suis officiellement scaphandrier professionnel. J'ai 14 ans"

Il est de la vieille école, à l'époque où le métier était particulièrement physique et les moyens beaucoup plus sommaires.
Il est devenu scaphandrier professionnel à 14 ans. Lui qui détestait l'école passait ses journées à regarder travailler les scaphandriers de la SOGETRAM sur le pont de la Charité sur Loire son village natal. Fondée en 1952, sous forme de coopérative ouvrière, la SOGETRAM fut l'inventeur des travaux publics subaquatiques. Il était fasciné par "ces demi-dieux musclés" qui inspirent le respect de tous les villageois.

C'est le décès de son père, et la précarité à laquelle ils doivent subitement faire face avec sa mère et son petit frère, qui va précipiter les choses. Il se revoit encore, son blouson de cuir noir à l'effigie de Johnny sur le dos, avancer timidement vers le chef de chantier et proposer un matin ses services comme "manoeuvre" un matin.

Il commence le lundi suivant, et en quelques jours passe de "manar" à chauffeur d'engins. Enfin au bout de 2/3 semaines, il a le droit à son premier "tour de plonge". Les plongeurs le forment "sur le tas", il apprend le métier à une époque où la législation était plus libre, pour ne pas dire inexistante.

"Un mois après c'est la première paye, elle se faisait sur le chantier au bureau du chef. Petite angoisse pour mon avenir, tout le monde attend en file indienne devant le bureau. Je rentre à mon tour, le chef me félicite pour mes initiatives et me donne ma première paye. Il me signale qu'à partir de ce jour je suis officiellement scaphandrier professionnel. J'ai 14 ans"

Lorsque COMEX rachète la SOGETRAM, les missions s'intensifient et il change radicalement d'équipement. La Comex lui remet une Submariner ref. 16800, une référence produite à très peu d'exemplaires, pendant à peine 4 ans, entre 1982 et 1986. Cette référence dite " de transition " assimilée dans la production Rolex comme un trait d'union entre la 1680 première Sub' avec date et la 16610 première Sub' avec verre saphir.
Il est impossible de déterminer avec certitude combien d'exemplaires seront livrés à la Comex, et encore moins combien ont survécu mais probablement moins de 250.

La sienne, numérotée "6025" au dos, à un cadran " mat ", le plus rare, et donc le plus prisé des collectionneurs. Dans son "jus", sa Sub' porte les traces du métier, elle l'a accompagnée depuis 1982 aux 4 coins du monde où il a voyagé au rythme des missions.

La Comex pour lui restera une folle aventure, "une vie de vagabond" de laquelle il n'a "zéro regret" car "c'était trop bien".


RAPPORT DE CONDITION :
A la rédaction du catalogue le mouvement fonctionne. Veuillez noter que la précision de chronométrie n'est pas garantie et Artcurial ne pourra être tenu pour responsable des éventuels coûts de réparation.

Bel état de conservation
Belle patine du cadran, 2 signes de restauration visibles à 6h
Rayures sur la lunette (perle rayée)
égrisures sur le verre à 6h
Bracelet avec signes d'usage, détendu / 11 maillons / rallonge plongeur

CONDITION REPORT :
At the time of cataloguing the movement is ticking. Please note that the movement has not been checked for timekeeping accuracy and Artcurial will not be held responsible for any repairs should they be required.

Well preserved
Dial with lovely patina, 2 signs of restoration at 6h
Bezel with scuffs and scratches
Glass with scuff at 6h
Bracelet with signs of use / 11 links / diver's extension

Estimation 60 000 - 80 000 €

Vendu 80 600 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 351

ROLEX
Submariner "Comex 6025", ref. 16800, n° 7285745

Vendu 80 600 € [$]

ROLEX
Submariner "Comex 6025", ref. 16800, n° 7285745
Vers 1982

Montre bracelet de plongée en acier livrée à la Comex
Boîtier : rond, lunette tournante graduée, couronne et fond vissés, double numérotation du numéro de série à l'intérieur, signé
Cadran : noir, index et aiguilles luminescents, trotteuse centrale, date à guichet, signé
Mouvement : automatique cal. 3035, certifié chronomètre, signé
Bracelet : Oyster en acier, ref. 93150, endlink 593 / déployante en acier, siglé
Tour de poignet : approx. 200 mm
Diam. : 40 mm
Avec : un livret de plongée (1976 - 1982), un livret de plongée (1995 - 2003), 2 casques de plongée siglés Comex ,une combinaison de plongée siglée Comex, 2 sacs de plongée siglés Comex Pro, une combinaison de travail en toile siglée, un ensemble de revue dédiées (Scaph50 et Le Ludion), 3 poignards, un ensemble de tables de plongée, un lot de 6 pins siglés Comex

Provenance : cette montre provient directement de son propriétaire d'origine, ancien plongeur à la COMEX

A stainless steel automatic diver's wristwatch, Oyster bracelet with deployant clasp signed, made for Comex. With 2 professional diver's booklet from the owner (period from 1976-1982 and 1995-2003), 1 combinations, 2 canvas bag branded Comex Pro, 3 knifes
The present watch comes directly from its original owner, diver at COMEX


"A partir de ce jour je suis officiellement scaphandrier professionnel. J'ai 14 ans"

Il est de la vieille école, à l'époque où le métier était particulièrement physique et les moyens beaucoup plus sommaires.
Il est devenu scaphandrier professionnel à 14 ans. Lui qui détestait l'école passait ses journées à regarder travailler les scaphandriers de la SOGETRAM sur le pont de la Charité sur Loire son village natal. Fondée en 1952, sous forme de coopérative ouvrière, la SOGETRAM fut l'inventeur des travaux publics subaquatiques. Il était fasciné par "ces demi-dieux musclés" qui inspirent le respect de tous les villageois.

C'est le décès de son père, et la précarité à laquelle ils doivent subitement faire face avec sa mère et son petit frère, qui va précipiter les choses. Il se revoit encore, son blouson de cuir noir à l'effigie de Johnny sur le dos, avancer timidement vers le chef de chantier et proposer un matin ses services comme "manoeuvre" un matin.

Il commence le lundi suivant, et en quelques jours passe de "manar" à chauffeur d'engins. Enfin au bout de 2/3 semaines, il a le droit à son premier "tour de plonge". Les plongeurs le forment "sur le tas", il apprend le métier à une époque où la législation était plus libre, pour ne pas dire inexistante.

"Un mois après c'est la première paye, elle se faisait sur le chantier au bureau du chef. Petite angoisse pour mon avenir, tout le monde attend en file indienne devant le bureau. Je rentre à mon tour, le chef me félicite pour mes initiatives et me donne ma première paye. Il me signale qu'à partir de ce jour je suis officiellement scaphandrier professionnel. J'ai 14 ans"

Lorsque COMEX rachète la SOGETRAM, les missions s'intensifient et il change radicalement d'équipement. La Comex lui remet une Submariner ref. 16800, une référence produite à très peu d'exemplaires, pendant à peine 4 ans, entre 1982 et 1986. Cette référence dite " de transition " assimilée dans la production Rolex comme un trait d'union entre la 1680 première Sub' avec date et la 16610 première Sub' avec verre saphir.
Il est impossible de déterminer avec certitude combien d'exemplaires seront livrés à la Comex, et encore moins combien ont survécu mais probablement moins de 250.

La sienne, numérotée "6025" au dos, à un cadran " mat ", le plus rare, et donc le plus prisé des collectionneurs. Dans son "jus", sa Sub' porte les traces du métier, elle l'a accompagnée depuis 1982 aux 4 coins du monde où il a voyagé au rythme des missions.

La Comex pour lui restera une folle aventure, "une vie de vagabond" de laquelle il n'a "zéro regret" car "c'était trop bien".


RAPPORT DE CONDITION :
A la rédaction du catalogue le mouvement fonctionne. Veuillez noter que la précision de chronométrie n'est pas garantie et Artcurial ne pourra être tenu pour responsable des éventuels coûts de réparation.

Bel état de conservation
Belle patine du cadran, 2 signes de restauration visibles à 6h
Rayures sur la lunette (perle rayée)
égrisures sur le verre à 6h
Bracelet avec signes d'usage, détendu / 11 maillons / rallonge plongeur

CONDITION REPORT :
At the time of cataloguing the movement is ticking. Please note that the movement has not been checked for timekeeping accuracy and Artcurial will not be held responsible for any repairs should they be required.

Well preserved
Dial with lovely patina, 2 signs of restoration at 6h
Bezel with scuffs and scratches
Glass with scuff at 6h
Bracelet with signs of use / 11 links / diver's extension

Estimation 60 000 - 80 000 €

Vendu 80 600 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : M1089
Lieu : Hôtel Hermitage, Monte-Carlo
Date : 17 janv. 2022 18:00

Contact

Justine Lamarre
Tél. +33 1 42 99 20 39
jlamarre@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Horlogerie de Collection