Vente Archéologie & Arts d’Orient - 15 mai 2019 /Lot 25 QUATRE VASES CANOPES EN CALCAIRE, ÉGYPTE, IIIe PÉRIODE INTERMÉDIAIRE, XXIIIe-XXVe DYNASTIE

  • QUATRE VASES CANOPES EN CALCAIRE, ÉGYPTE, IIIe PÉRIODE INTERMÉDIAIRE, XXIIIe-XXVe DYNASTIE
  • QUATRE VASES CANOPES EN CALCAIRE, ÉGYPTE, IIIe PÉRIODE INTERMÉDIAIRE, XXIIIe-XXVe DYNASTIE
  • QUATRE VASES CANOPES EN CALCAIRE, ÉGYPTE, IIIe PÉRIODE INTERMÉDIAIRE, XXIIIe-XXVe DYNASTIE
  • QUATRE VASES CANOPES EN CALCAIRE, ÉGYPTE, IIIe PÉRIODE INTERMÉDIAIRE, XXIIIe-XXVe DYNASTIE
QUATRE VASES CANOPES EN CALCAIRE, ÉGYPTE, IIIe PÉRIODE INTERMÉDIAIRE, XXIIIe-XXVe DYNASTIE
Vases couverts à l'effigie des quatre fils d'Horus : Amsit (à tête humaine), Hapi (à tête de cynocéphale), Douamoutef (à tête de chien) et Qebehsenouf (à tête de faucon).
Quelques restaurations et éclats.
Haut. : 30 à 35 cm

Provenance :
Ancienne collection du Dr.Gatinot, vers 1898
Ancienne collection Maurice, 1917
Vente Hôtel Drouot, Paris, 6 avril 2001, n°89

Four Egyptian limestone Canopic jars, Third Intermediate Period, 23rd-25th Dynasty

Croyant que la conservation du corps assurerait l'immortalité, les Égyptiens développèrent un ensemble de pratiques funéraires visant à cet effet.
Parmi celles-ci le rituel de la momification au cours duquel les viscères -dont la conservation au sein du corps aurait entraîné la décomposition du corps et ainsi, à terme, la destruction de la personne- étaient ôtés. Lavés et enveloppés dans une toile de lin fine, les organes étaient recueillis dans quatre vases emplis d'un liquide conservateur. Ces vases, à compter de la XVIIIe dynastie, reçurent des bouchons à l'effigie des quatre enfants d'Horus qui, dans la tradition égyptienne, étaient les gardiens des organes vitaux momifiés du défunt. Amset, à la tête d'homme, protège le foie. Hapi, à la tête de babouin est le protecteur des poumons, tandis que Douamoutef, qui a l'apparence d'un chien, est le gardien de l'estomac. Kébehsénouf, à la tête de faucon, protège quant à lui l'intestin.
Ces vases reçurent le nom de canope, du nom de la ville éponyme où était voué un culte à Osiris au cours duquel des vases à tête humaine étaient employés.
L'utilité des vases canopes demeura inchangée jusqu'au début de la Troisième Période intermédiaire où une altération s'opéra dans les pratiques funéraires. En effet, à compter de la XXIe dynastie, les viscères ôtés lors de la momification étaient replacés dans l'abdomen. Ainsi, dépourvus de leur rôle de réceptacle, les vases canopes qui étaient devenus au fil des siècles des éléments primordiaux de l'équipement funéraire perdureront en tant que simulacres.
Les vases creux laissent alors place à des vases partiellement évidés à l'instar de ce groupe.

Egyptians believed that the dead body needed to be preserved in order for it to be reborn in the afterlife and thereby be immortal. To this extent they developed a wide range of funerary practices; amongst which mummification. During this process the viscera -whose conservation inside the dead body would have led to its putrefaction and therefore its death- were removed. Washed and wrapped in linen, the internal organs were placed in four jars. As of the 18th Dynasty, the stoppers of these jars were given the form of Horus's four sons; known as the guardians of the vital organs of the deceased. Imsety, the human-headed god, protected the liver. Hapi, with a baboon head, looked after the lungs while Duamutef, the falcon-headed god preserved the stomach. Qebehsenuef, with a falcon head, protected the intestines. These jars were given the name canopic from the town Canopus where human-headed jars were used in the cult of Osiris.
Up to the Third Intermediate Period, the use of canopic jars remained unchanged. However, during the 21st Dynasty innovations in mortuary practices led to a new conception of these jars. Indeed, from that moment on, the viscera removed during mummification were -once washed and wrapped- replaced in the body. Although they became useless to store the organs, canopic jars, which had become a crucial component of the burial equipment, continued to be made. However, the initial hollowed jars were replaced by dummy canopic jars with no interior cavity as epitomized by this set.


Estimation 80 000 - 90 000 €

Lot 25

QUATRE VASES CANOPES EN CALCAIRE, ÉGYPTE, IIIe PÉRIODE INTERMÉDIAIRE, XXIIIe-XXVe DYNASTIE

Estimation 80 000 - 90 000 € [$]

QUATRE VASES CANOPES EN CALCAIRE, ÉGYPTE, IIIe PÉRIODE INTERMÉDIAIRE, XXIIIe-XXVe DYNASTIE
Vases couverts à l'effigie des quatre fils d'Horus : Amsit (à tête humaine), Hapi (à tête de cynocéphale), Douamoutef (à tête de chien) et Qebehsenouf (à tête de faucon).
Quelques restaurations et éclats.
Haut. : 30 à 35 cm

Provenance :
Ancienne collection du Dr.Gatinot, vers 1898
Ancienne collection Maurice, 1917
Vente Hôtel Drouot, Paris, 6 avril 2001, n°89

Four Egyptian limestone Canopic jars, Third Intermediate Period, 23rd-25th Dynasty

Croyant que la conservation du corps assurerait l'immortalité, les Égyptiens développèrent un ensemble de pratiques funéraires visant à cet effet.
Parmi celles-ci le rituel de la momification au cours duquel les viscères -dont la conservation au sein du corps aurait entraîné la décomposition du corps et ainsi, à terme, la destruction de la personne- étaient ôtés. Lavés et enveloppés dans une toile de lin fine, les organes étaient recueillis dans quatre vases emplis d'un liquide conservateur. Ces vases, à compter de la XVIIIe dynastie, reçurent des bouchons à l'effigie des quatre enfants d'Horus qui, dans la tradition égyptienne, étaient les gardiens des organes vitaux momifiés du défunt. Amset, à la tête d'homme, protège le foie. Hapi, à la tête de babouin est le protecteur des poumons, tandis que Douamoutef, qui a l'apparence d'un chien, est le gardien de l'estomac. Kébehsénouf, à la tête de faucon, protège quant à lui l'intestin.
Ces vases reçurent le nom de canope, du nom de la ville éponyme où était voué un culte à Osiris au cours duquel des vases à tête humaine étaient employés.
L'utilité des vases canopes demeura inchangée jusqu'au début de la Troisième Période intermédiaire où une altération s'opéra dans les pratiques funéraires. En effet, à compter de la XXIe dynastie, les viscères ôtés lors de la momification étaient replacés dans l'abdomen. Ainsi, dépourvus de leur rôle de réceptacle, les vases canopes qui étaient devenus au fil des siècles des éléments primordiaux de l'équipement funéraire perdureront en tant que simulacres.
Les vases creux laissent alors place à des vases partiellement évidés à l'instar de ce groupe.

Egyptians believed that the dead body needed to be preserved in order for it to be reborn in the afterlife and thereby be immortal. To this extent they developed a wide range of funerary practices; amongst which mummification. During this process the viscera -whose conservation inside the dead body would have led to its putrefaction and therefore its death- were removed. Washed and wrapped in linen, the internal organs were placed in four jars. As of the 18th Dynasty, the stoppers of these jars were given the form of Horus's four sons; known as the guardians of the vital organs of the deceased. Imsety, the human-headed god, protected the liver. Hapi, with a baboon head, looked after the lungs while Duamutef, the falcon-headed god preserved the stomach. Qebehsenuef, with a falcon head, protected the intestines. These jars were given the name canopic from the town Canopus where human-headed jars were used in the cult of Osiris.
Up to the Third Intermediate Period, the use of canopic jars remained unchanged. However, during the 21st Dynasty innovations in mortuary practices led to a new conception of these jars. Indeed, from that moment on, the viscera removed during mummification were -once washed and wrapped- replaced in the body. Although they became useless to store the organs, canopic jars, which had become a crucial component of the burial equipment, continued to be made. However, the initial hollowed jars were replaced by dummy canopic jars with no interior cavity as epitomized by this set.


Estimation 80 000 - 90 000 €

Détails de la vente

Vente : 3916
Date : 15 mai 2019 14:30
Commissaire-priseur : François Tajan

Contact

Lamia Içame
Tél. +33 1 42 99 20 75
licame@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Archéologie et Arts d'Orient