Vente Maîtres anciens & du XIX siècle - 13 novembre 2018 /Lot 50 Pieter Boel Anvers, 1622 - Paris, 1674 Perdreau, geai et martin pêcheur sur un entablement

  • Pieter Boel Anvers, 1622 - Paris, 1674 Perdreau, geai et martin pêcheur sur un entablement Huile sur toile
Pieter Boel Anvers, 1622 - Paris, 1674
Perdreau, geai et martin pêcheur sur un entablement
Huile sur toile
Porte une signature 'J Fijt f' en bas vers la droite

Partridge, jay and kingfisher on a ledge, oil on canvas, inscribed, by P. Boel
Hauteur : 54 Largeur : 50,50 cm

Provenance : Collection Stefan von Auspitz, Vienne ;
Chez K. W. Bachstitz, La Haye, en 1935 ;
Chez Agnew's, Londres, en 1939 ;
Collection Daniel George van Beuningen, Vierhouten, en 1949 (comme Jan Fyt) ;
Vente anonyme ; Rotterdam, Notarishuis, 11 décembre 1981, n° 9 (comme Jan Fyt) ;
Vente anonyme ; Amsterdam, Sotheby's, 22 mai 1989, n° 107 (comme Jan Fyt) ;
Acquis lors de cette vente par l'actuel propriétaire ;
Collection particulière, Paris

Expositions : K. W. Bachstitz, La Haye, 1935, n° 45 (comme Jan Fyt)

Bibliographie : D. Hannema, 'Meesterwerken uit de Verzameling D. G. van Beuningen', Rotterdam, 1949, n° 46 et fig. 113 (comme Jan Fyt)

Commentaire : Voyageant de sa ville natale d'Anvers vers l'Italie, d'abord à Rome puis à Gênes pendant un long séjour de trois ans durant lequel il s'imprégna de la manière de Castiglione, Pieter Boel revint travailler en Flandres, développant son propre style, inspiré de l'art de Jan Fyt et Frans Snyders. Ces deux grands maîtres l'influencèrent mais la personnalité de Pieter Boel le poussa au-delà de la confortable carrière qui l'attendait à son retour à Anvers. Il fit en effet partie des nombreux artistes flamands qui rejoignirent Paris au début du règne personnel de Louis XIV. Le gigantesque bouillonnement artistique orchestré par Charles Le Brun au sein des Gobelins dans les années 1660 attira Boel qui devint le meilleur artiste animalier de sa génération à Paris.
La grande exposition sur l'artiste organisée au Louvre en 2001 par Elisabeth Foucart-Walter et son catalogue rendent justement hommage à ce grand artiste qui fut à l'origine d'une véritable école nationale de peinture animalière1. Ses études d'animaux sur le vif, notamment réalisées dans le cadre de la commande des tentures des 'Mois' ou 'Maisons royales' constituèrent des modèles maintes fois repris par Desportes ou Oudry.
Notre séduisante composition, à la touche généreuse et assurée témoigne du grand artiste que fut Pieter Boel, injustement traité par l'histoire de l'art qui le plaça dans un étau entre un Jan Fyt (comme l'atteste l'inscription apposée sur notre toile) et un Desportes à qui fut attribué l'ensemble des études sur fond brun-rouge ou rose jusqu'à ce que Georges de Lastic en exhume la juste paternité dans les années 1960. Selon Fred Meijer, notre tableau peut être daté des années 1650, et il n'est pas rare, sur des compositions de ce type, de voir le monogramme 'PB' de Pieter Boel supprimé, et parfois remplacé par une signature apocryphe de Jan Fyt.

Nous remercions Monsieur Fred Meijer de nous avoir confirmé l'attribution de ce tableau d'après photographie (email en date du 19 juillet 2018).

1. Elisabeth Foucart-Walter, 'Pieter Boel, peintre des animaux de Louis XIV. Le fonds des études peintes des Gobelins', Paris, 2001

Estimation 25 000 - 35 000 €

Vendu 32 500 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 50

Pieter Boel Anvers, 1622 - Paris, 1674
Perdreau, geai et martin pêcheur sur un entablement

Vendu 32 500 € [$]

Pieter Boel Anvers, 1622 - Paris, 1674
Perdreau, geai et martin pêcheur sur un entablement
Huile sur toile
Porte une signature 'J Fijt f' en bas vers la droite

Partridge, jay and kingfisher on a ledge, oil on canvas, inscribed, by P. Boel
Hauteur : 54 Largeur : 50,50 cm

Provenance : Collection Stefan von Auspitz, Vienne ;
Chez K. W. Bachstitz, La Haye, en 1935 ;
Chez Agnew's, Londres, en 1939 ;
Collection Daniel George van Beuningen, Vierhouten, en 1949 (comme Jan Fyt) ;
Vente anonyme ; Rotterdam, Notarishuis, 11 décembre 1981, n° 9 (comme Jan Fyt) ;
Vente anonyme ; Amsterdam, Sotheby's, 22 mai 1989, n° 107 (comme Jan Fyt) ;
Acquis lors de cette vente par l'actuel propriétaire ;
Collection particulière, Paris

Expositions : K. W. Bachstitz, La Haye, 1935, n° 45 (comme Jan Fyt)

Bibliographie : D. Hannema, 'Meesterwerken uit de Verzameling D. G. van Beuningen', Rotterdam, 1949, n° 46 et fig. 113 (comme Jan Fyt)

Commentaire : Voyageant de sa ville natale d'Anvers vers l'Italie, d'abord à Rome puis à Gênes pendant un long séjour de trois ans durant lequel il s'imprégna de la manière de Castiglione, Pieter Boel revint travailler en Flandres, développant son propre style, inspiré de l'art de Jan Fyt et Frans Snyders. Ces deux grands maîtres l'influencèrent mais la personnalité de Pieter Boel le poussa au-delà de la confortable carrière qui l'attendait à son retour à Anvers. Il fit en effet partie des nombreux artistes flamands qui rejoignirent Paris au début du règne personnel de Louis XIV. Le gigantesque bouillonnement artistique orchestré par Charles Le Brun au sein des Gobelins dans les années 1660 attira Boel qui devint le meilleur artiste animalier de sa génération à Paris.
La grande exposition sur l'artiste organisée au Louvre en 2001 par Elisabeth Foucart-Walter et son catalogue rendent justement hommage à ce grand artiste qui fut à l'origine d'une véritable école nationale de peinture animalière1. Ses études d'animaux sur le vif, notamment réalisées dans le cadre de la commande des tentures des 'Mois' ou 'Maisons royales' constituèrent des modèles maintes fois repris par Desportes ou Oudry.
Notre séduisante composition, à la touche généreuse et assurée témoigne du grand artiste que fut Pieter Boel, injustement traité par l'histoire de l'art qui le plaça dans un étau entre un Jan Fyt (comme l'atteste l'inscription apposée sur notre toile) et un Desportes à qui fut attribué l'ensemble des études sur fond brun-rouge ou rose jusqu'à ce que Georges de Lastic en exhume la juste paternité dans les années 1960. Selon Fred Meijer, notre tableau peut être daté des années 1650, et il n'est pas rare, sur des compositions de ce type, de voir le monogramme 'PB' de Pieter Boel supprimé, et parfois remplacé par une signature apocryphe de Jan Fyt.

Nous remercions Monsieur Fred Meijer de nous avoir confirmé l'attribution de ce tableau d'après photographie (email en date du 19 juillet 2018).

1. Elisabeth Foucart-Walter, 'Pieter Boel, peintre des animaux de Louis XIV. Le fonds des études peintes des Gobelins', Paris, 2001

Estimation 25 000 - 35 000 €

Vendu 32 500 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 3381
Date : 13 nov. 2018 18:00
Commissaire-priseur : Matthieu Fournier

Contact

Matthieu Fournier
Tél. +33 1 42 99 20 26
mfournier@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Maîtres anciens & du XIXe siècle