Vente Mobilier, Sculpture & Objets d’Art - 14 décembre 2021 /Lot 18 PENDULE DE LA FIN DU XVIIIe-DÉBUT DU XIXe SIÈCLE Par la Manufacture de Guérhard et Dihl à Paris, dite du Duc d'Angoulême

  • PENDULE DE LA FIN DU XVIIIe-DÉBUT DU XIXe SIÈCLE Par la Manufacture de Guérhard et Dihl à Paris, dite du Duc d'Angoulême
  • PENDULE DE LA FIN DU XVIIIe-DÉBUT DU XIXe SIÈCLE Par la Manufacture de Guérhard et Dihl à Paris, dite du Duc d'Angoulême
PENDULE DE LA FIN DU XVIIIe-DÉBUT DU XIXe SIÈCLE Par la Manufacture de Guérhard et Dihl à Paris, dite du Duc d'Angoulême
En biscuit, le cadran signé "Schmit à Paris" inscrit dans une borne surmontée d'une femme drapée à l'antique représentant la Muse de l'Astronomie Uranie, reposant sur une base rectangulaire en porcelaine signée "Manuf.re de Mon.er Guerhard et Dihl à Paris" terminée par des pieds en bronze
H.: 46,5 cm (18 1/4 in.)
l. : 36 cm (14 1/4 in.)
P.: 16,5 cm (6 1/2 in.)

Schmit, acitf à Paris, Rue Saint Martin, entre 1800 et 1810.

Provenance:
Acquise auprès de la Galerie Pascal Izarn, Paris, en 2014.
Collection d'un amateur parisien.

A biscuit and porcelain mantel clock, late 18th-early 19th century, by Guérhard and Dihl manufactory, also called the Duke of Angoulême manufactory

Placée sous le patronage du fils aîné du comte d'Artois, la Manufacture dite du duc d'Angoulême fut créée en 1781 par Christophe Dihl et les époux Guérhard. Établie rue Bondy, elle se spécialise dans la production de biscuit, porcelaine dure et plaques à l'imitation du Wedgwood.

Elle continua à se développer brillamment sous la Révolution et connut son apogée avec l'Empire; ce n'est que sous la Restauration que la manufacture subit un déclin progressif pour disparaître avec ses fondateurs en 1830.

La manufacture s'entoura d'artistes talentueux dont le sculpteur Charles-Gabriel Sauvage dit Lemire (1741-1827); au service de la manufacture du duc d'Angoulême dès 1802, il fournit de nombreux modèles à l'origine des figures en biscuit. Il est vraisemblable que la muse Uranie de cette pendule ait pu être réalisée d'après une figure de Lemire. La manufacture collabora aussi activement avec l'horloger Jean-Nicolas Schmit, qui fournira régulièrement des mouvements pour les caisses des pendules.

Parmi les pendules du même modèle, comportant également un cadran signé par Schmit, rappelons l'exemplaire vendu à Fontainebleau, le 1er juillet 2018, lot 245 ou celui vendu à Paris, Hôtel Drouot, le 19 décembre 1990, lot 33.



Estimation 10 000 - 15 000 €

Vendu 49 400 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 18

PENDULE DE LA FIN DU XVIIIe-DÉBUT DU XIXe SIÈCLE Par la Manufacture de Guérhard et Dihl à Paris, dite du Duc d'Angoulême

Vendu 49 400 € [$]

PENDULE DE LA FIN DU XVIIIe-DÉBUT DU XIXe SIÈCLE Par la Manufacture de Guérhard et Dihl à Paris, dite du Duc d'Angoulême
En biscuit, le cadran signé "Schmit à Paris" inscrit dans une borne surmontée d'une femme drapée à l'antique représentant la Muse de l'Astronomie Uranie, reposant sur une base rectangulaire en porcelaine signée "Manuf.re de Mon.er Guerhard et Dihl à Paris" terminée par des pieds en bronze
H.: 46,5 cm (18 1/4 in.)
l. : 36 cm (14 1/4 in.)
P.: 16,5 cm (6 1/2 in.)

Schmit, acitf à Paris, Rue Saint Martin, entre 1800 et 1810.

Provenance:
Acquise auprès de la Galerie Pascal Izarn, Paris, en 2014.
Collection d'un amateur parisien.

A biscuit and porcelain mantel clock, late 18th-early 19th century, by Guérhard and Dihl manufactory, also called the Duke of Angoulême manufactory

Placée sous le patronage du fils aîné du comte d'Artois, la Manufacture dite du duc d'Angoulême fut créée en 1781 par Christophe Dihl et les époux Guérhard. Établie rue Bondy, elle se spécialise dans la production de biscuit, porcelaine dure et plaques à l'imitation du Wedgwood.

Elle continua à se développer brillamment sous la Révolution et connut son apogée avec l'Empire; ce n'est que sous la Restauration que la manufacture subit un déclin progressif pour disparaître avec ses fondateurs en 1830.

La manufacture s'entoura d'artistes talentueux dont le sculpteur Charles-Gabriel Sauvage dit Lemire (1741-1827); au service de la manufacture du duc d'Angoulême dès 1802, il fournit de nombreux modèles à l'origine des figures en biscuit. Il est vraisemblable que la muse Uranie de cette pendule ait pu être réalisée d'après une figure de Lemire. La manufacture collabora aussi activement avec l'horloger Jean-Nicolas Schmit, qui fournira régulièrement des mouvements pour les caisses des pendules.

Parmi les pendules du même modèle, comportant également un cadran signé par Schmit, rappelons l'exemplaire vendu à Fontainebleau, le 1er juillet 2018, lot 245 ou celui vendu à Paris, Hôtel Drouot, le 19 décembre 1990, lot 33.



Estimation 10 000 - 15 000 €

Vendu 49 400 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 4120
Date : 14 déc. 2021 18:00
Commissaire-priseur : Isabelle Bresset

Contact

Laura Pierre
Tél. +33 1 42 99 20 68
lpierre@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Mobilier, Sculpture & Objets d‘Art