Vente Maîtres anciens & du XIX siècle - 16 juin 2020 /Lot 221 Pays-Bas, XVIe siècle " Nous sommes huit " : Allégorie de la Folie

  • Pays-Bas, XVIe siècle  " Nous sommes huit " : Allégorie de la Folie Panneau décoratif sculpté en fort relief, bois polychrome
  • Pays-Bas, XVIe siècle  " Nous sommes huit " : Allégorie de la Folie Panneau décoratif sculpté en fort relief, bois polychrome
  • Pays-Bas, XVIe siècle  " Nous sommes huit " : Allégorie de la Folie Panneau décoratif sculpté en fort relief, bois polychrome
Pays-Bas, XVIe siècle
" Nous sommes huit " : Allégorie de la Folie
Panneau décoratif sculpté en fort relief, bois polychrome
Annoté postérieurement 'Nous sommes huit' sur la tranche du livre
(Manques et restaurations, reprises à la polychromie)

"We are seven" : Allegory of Folly, scultped wood relief, Netherlands, 16thC.
Hauteur : 45 Largeur : 38 cm

Provenance : Collection du baron François Empain, son hôtel, rue Zinner à Bruxelles ;
Puis par descendance ;
Collection particulière, Belgique

Commentaire : Quel est le plus fou des deux : le fou ou celui qui dit que le fou est fou ? Voilà le point de départ de la réflexion d'Erasme qui utilise dans son 'Eloge de la folie' la figure du fou comme un témoin de nos propres folies, celui qui doit nous permettre de nous interroger sur notre propre condition, de nous remettre en question sur notre état. Sommes-nous bons ? Sommes-nous fous ? Telle la figure du valet dans les pièces du XVIIe siècle, la figure du fou est notre salutaire miroir, celui qui va déclencher l'interrogation, et donc dans l'esprit d'Erasme, nous indiquer le bon chemin.
La stupéfiante sculpture de la collection du baron François Empain, il y a quelque mois encore cachée à l'ombre en haut du linteau de cheminée d'un petit bureau dans une belle maison du Hainaut nous observa dès que nous entrâmes dans la pièce ; l'effet de folie produisit son effet. Face à ces sept figures nous observant avec leurs trognes ô combien expressives, le message était clair : " Nous sommes huit ". Et en nous approchant de près c'est en effet ce que nous avons pu lire sur la tranche du livre. Il suffisait de savoir compter jusqu'à huit ! Dénombrer les trois fous, la chouette (quel savoureux double sens de retenir ce symbole classique de la sagesse), le singe, le chat et le petit oiseau posé sur la coiffe du personnage du centre et s'intégrer dans la danse pour comprendre que le spectateur que nous sommes est tout autant singe, chouette ou fou !
Ce groupe sculpté est une savoureuse adaptation du motto " Nous sommes sept ". Nous retrouvons cette démarche de captation de l'attention du spectateur de nombreuse fois dans les régions des Pays-Bas et nous illustrons ici une belle mezzotinte d'après Cornelis Dusart (fig.1) sur laquelle les traductions en de nombreuses langues démontrent l'ambition de rayonner dans l'ensemble du monde connu. De la même façon, tout comme le nombre sept, le nombre deux fut employé pour la même démarche (Hollstein 154). Ces nombreuses illustrations qui offrent la place d'un septième, d'un huitième ou d'un troisième fou au spectateur sont expliquées avec de nombreux exemples dans un intéressant article de Gregory Davies et Alison Stewart1.

1. G. Davies et A. Stewart, "Head of a Jester", in 'Print Quarterly', XIX, 2002-2, p. 170-174.

Estimation 10 000 - 15 000 €

Lot 221

Pays-Bas, XVIe siècle
" Nous sommes huit " : Allégorie de la Folie

Estimation 10 000 - 15 000 € [$]

Pays-Bas, XVIe siècle
" Nous sommes huit " : Allégorie de la Folie
Panneau décoratif sculpté en fort relief, bois polychrome
Annoté postérieurement 'Nous sommes huit' sur la tranche du livre
(Manques et restaurations, reprises à la polychromie)

"We are seven" : Allegory of Folly, scultped wood relief, Netherlands, 16thC.
Hauteur : 45 Largeur : 38 cm

Provenance : Collection du baron François Empain, son hôtel, rue Zinner à Bruxelles ;
Puis par descendance ;
Collection particulière, Belgique

Commentaire : Quel est le plus fou des deux : le fou ou celui qui dit que le fou est fou ? Voilà le point de départ de la réflexion d'Erasme qui utilise dans son 'Eloge de la folie' la figure du fou comme un témoin de nos propres folies, celui qui doit nous permettre de nous interroger sur notre propre condition, de nous remettre en question sur notre état. Sommes-nous bons ? Sommes-nous fous ? Telle la figure du valet dans les pièces du XVIIe siècle, la figure du fou est notre salutaire miroir, celui qui va déclencher l'interrogation, et donc dans l'esprit d'Erasme, nous indiquer le bon chemin.
La stupéfiante sculpture de la collection du baron François Empain, il y a quelque mois encore cachée à l'ombre en haut du linteau de cheminée d'un petit bureau dans une belle maison du Hainaut nous observa dès que nous entrâmes dans la pièce ; l'effet de folie produisit son effet. Face à ces sept figures nous observant avec leurs trognes ô combien expressives, le message était clair : " Nous sommes huit ". Et en nous approchant de près c'est en effet ce que nous avons pu lire sur la tranche du livre. Il suffisait de savoir compter jusqu'à huit ! Dénombrer les trois fous, la chouette (quel savoureux double sens de retenir ce symbole classique de la sagesse), le singe, le chat et le petit oiseau posé sur la coiffe du personnage du centre et s'intégrer dans la danse pour comprendre que le spectateur que nous sommes est tout autant singe, chouette ou fou !
Ce groupe sculpté est une savoureuse adaptation du motto " Nous sommes sept ". Nous retrouvons cette démarche de captation de l'attention du spectateur de nombreuse fois dans les régions des Pays-Bas et nous illustrons ici une belle mezzotinte d'après Cornelis Dusart (fig.1) sur laquelle les traductions en de nombreuses langues démontrent l'ambition de rayonner dans l'ensemble du monde connu. De la même façon, tout comme le nombre sept, le nombre deux fut employé pour la même démarche (Hollstein 154). Ces nombreuses illustrations qui offrent la place d'un septième, d'un huitième ou d'un troisième fou au spectateur sont expliquées avec de nombreux exemples dans un intéressant article de Gregory Davies et Alison Stewart1.

1. G. Davies et A. Stewart, "Head of a Jester", in 'Print Quarterly', XIX, 2002-2, p. 170-174.

Estimation 10 000 - 15 000 €

Détails de la vente

Vente : 3979
Date : 16 juin 2020 17:00
Commissaire-priseur : Matthieu Fournier

Contact

Matthieu Fournier
Tél. +33 1 42 99 20 26
mfournier@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Maîtres anciens & du XIXe siècle