Vente Maîtres anciens & du XIX siècle - 13 novembre 2018 /Lot 96 Paul Baudry La Roche-sur-Yon, 1828 - Paris, 1886 Cybèle et Amphitrite

  • Paul Baudry La Roche-sur-Yon, 1828 - Paris, 1886 Cybèle et Amphitrite Paire de toiles (Toiles d'origine), bordées
  • Paul Baudry La Roche-sur-Yon, 1828 - Paris, 1886 Cybèle et Amphitrite Paire de toiles (Toiles d'origine), bordées
Paul Baudry La Roche-sur-Yon, 1828 - Paris, 1886
Cybèle et Amphitrite
Paire de toiles (Toiles d'origine), bordées
Daté et monogrammé '1859 / BP' en bas à gauche sur Cybèle

Cybele and Amphitrite, oil on canvas, a pair, by P. Baudry
Hauteur : 80 Largeur : 127 cm

Provenance : Dessus de porte exécutés pour le salon de l'hôtel de la comtesse de Nadaillac rue Raynouard à Passy en 1859 ;
Sa vente après décès, Paris, Hôtel Drouot, Me Albinet, 3 juin 1887, n° 1 et 2 ;
Collection de la marquise de Laborde, selon une étiquette au verso ;
Puis par descendance ;
Collection particulière, Espagne

Expositions : 'Paul Baudry', Paris, Ecole nationale des Beaux-Arts, 1886, n° 48 et 49

Bibliographie : René Ménard, "Paul Baudry", in 'Gazette des Beaux-Arts', 1874, p. 538
Charles Ephrussi, "Exposition des œuvres de M. Paul Baudry organisée par l'Union centrale des Arts décoratifs à l'Orangerie des Tuileries", in 'Gazette des Beaux-Arts', août 1882, p. 16, repr. et p. 34
Georges Lafenestre, " Paul Baudry et son exposition posthume ", in Gazette des Beaux-Arts, 1886, t. 33, p. 402
Charles Ephrussi, 'Paul Baudry. Sa vie et son œuvre', Paris, 1887, p. 185 et p. 317
Paul Eudel, 'L'Hôtel Drouot et la curiosité en 1886-1887', Paris, 1888, p. 327
Henry Havard, 'Dictionnaire de l'ameublement et de la décoration', Paris, 1894, t. II, p. 101-102, fig. 69 (Amphitrite)
'Paul Baudry, 1828-1886: les portraits et les nus', cat. exp. La Roche-sur-Yon, 2007, p. 130 et p. 207


Commentaire : Commandés en 1859, ces deux tableaux ornaient le salon de l'hôtel de la comtesse de Nadaillac rue Raynouard à Passy. Issue d'une famille de banquiers protestants, Cécile Delessert, veuve à 23 ans, épousa en 1852 en seconde noces le colonel Sigismond du Pouget, comte de Nadaillac. Elle devint dame d'honneur de l'impératrice, son amie d'enfance, et côtoya la Cour et la haute société parisienne. Elle accompagna régulièrement Eugénie à Biarritz et assista à l'inauguration du canal de Suez en 1869. Elle était elle-même artiste - ses recueils d'aquarelles sont conservés au Museum d'histoire naturelle de Paris - et Baudry l'avait portraiturée en 1858.

Les deux esquisses de nos tableaux ont été exposées au Salon de 1861 (n°152 et n°153) et ont appartenu à la marquise Arconati-Visconti1. Plus accessibles que nos grands formats, elles ont été volontiers commentées par les critiques, et de façon enthousiaste par Théophile Gautier². Ephrussi écrit à leur propos : "D'un côté, sur une draperie bleue, de ce bleu turquoise vif qui semble trouvé dans un jour d'enthousiaste gaieté, lambeau déchiré dans le tissu azuré du ciel, Cybèle embrasse un petit génie près de ses lions dételés, pendant qu'un autre génie plonge ses doigts dans leurs fauves crinières ; de l'autre côté, sur une draperie du même bleu, Amphitrite ajuste sa coiffure devant un miroir que lui présente un enfant ailé; au second plan, près de la proue d'une galère antique, un autre enfant sonne de la conque marine. Ce ne sont que deux beaux corps de femmes allongés dont l'épiderme transparent est animé d'une lumière blonde et dorée, mais cela suffit au peintre, grâce au choix heureux de l'entourage, à l'imprévu des attitudes, à l'élégance du dessin, à la rareté de la couleur, pour faire ce qui n'a point été fait depuis le commencement du siècle". Ces petites versions furent aussi diffusées par des gravures dans la Gazette des Beaux-Arts3.

Nos pendants furent réalisés deux ans après le retour du peintre de la villa Médicis, où il séjourna cinq ans en tant que Premier Grand Prix de Rome. Il fut par la suite particulièrement sollicité pour des décors, parmi lesquels notamment Les quatre saisons (1857, aujourd'hui à l'hôtel Marigny-Rothschild), deux dessus-de porte, Diane et Vénus pour l'hôtel Achille Fould en 1858 (Chantilly, musée Condé), les décors de l'hôtel Galliera et de l'hôtel de la Païva sur les Champs-Elysées en 1863, celui du Grand foyer de l'Opéra de Paris (1865-1874) et trois plafonds pour l'hôtel de W. K. Vanderbilt à New York en 1882.

La pose de la Cybèle, les corps nacrés, la coquille aux pieds d'Amphitrite annoncent le célèbre tableau La Perle et la Vague du musée du Prado à Madrid, qui fut confronté au Salon de 1863 à deux Naissance de Vénus, respectivement par Cabanel (Paris, musée d'Orsay) et Amaury-Duval (Lille, musée des Beaux-Arts). Avec sa virtuosité habituelle, Baudry mêle ici la sensualité des Vénus de Titien et de Corrège à la pureté de la ligne ingresque dans cette réinterprétation des sujets mythologiques classiques.

1. Sur panneaux, 19 x 31,50 cm, voir cat. exp. 1886, n°68 et 69.
2. 'Abécédaire du Salon de 1861', Paris, 1861, p. 41-42.
3. Pour Amphitrite : livraisons de mai 1861, t. X, p. 211 et de juin 1874, t. IX, 2e période, p.539 et en héliogravure par Dujardin pour Cybèle, en juin 1886, t.33, 6e livraison, p. 498.
Estimation 40 000 - 60 000 €

Vendu 52 000 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 96

Paul Baudry La Roche-sur-Yon, 1828 - Paris, 1886
Cybèle et Amphitrite

Vendu 52 000 € [$]

Paul Baudry La Roche-sur-Yon, 1828 - Paris, 1886
Cybèle et Amphitrite
Paire de toiles (Toiles d'origine), bordées
Daté et monogrammé '1859 / BP' en bas à gauche sur Cybèle

Cybele and Amphitrite, oil on canvas, a pair, by P. Baudry
Hauteur : 80 Largeur : 127 cm

Provenance : Dessus de porte exécutés pour le salon de l'hôtel de la comtesse de Nadaillac rue Raynouard à Passy en 1859 ;
Sa vente après décès, Paris, Hôtel Drouot, Me Albinet, 3 juin 1887, n° 1 et 2 ;
Collection de la marquise de Laborde, selon une étiquette au verso ;
Puis par descendance ;
Collection particulière, Espagne

Expositions : 'Paul Baudry', Paris, Ecole nationale des Beaux-Arts, 1886, n° 48 et 49

Bibliographie : René Ménard, "Paul Baudry", in 'Gazette des Beaux-Arts', 1874, p. 538
Charles Ephrussi, "Exposition des œuvres de M. Paul Baudry organisée par l'Union centrale des Arts décoratifs à l'Orangerie des Tuileries", in 'Gazette des Beaux-Arts', août 1882, p. 16, repr. et p. 34
Georges Lafenestre, " Paul Baudry et son exposition posthume ", in Gazette des Beaux-Arts, 1886, t. 33, p. 402
Charles Ephrussi, 'Paul Baudry. Sa vie et son œuvre', Paris, 1887, p. 185 et p. 317
Paul Eudel, 'L'Hôtel Drouot et la curiosité en 1886-1887', Paris, 1888, p. 327
Henry Havard, 'Dictionnaire de l'ameublement et de la décoration', Paris, 1894, t. II, p. 101-102, fig. 69 (Amphitrite)
'Paul Baudry, 1828-1886: les portraits et les nus', cat. exp. La Roche-sur-Yon, 2007, p. 130 et p. 207


Commentaire : Commandés en 1859, ces deux tableaux ornaient le salon de l'hôtel de la comtesse de Nadaillac rue Raynouard à Passy. Issue d'une famille de banquiers protestants, Cécile Delessert, veuve à 23 ans, épousa en 1852 en seconde noces le colonel Sigismond du Pouget, comte de Nadaillac. Elle devint dame d'honneur de l'impératrice, son amie d'enfance, et côtoya la Cour et la haute société parisienne. Elle accompagna régulièrement Eugénie à Biarritz et assista à l'inauguration du canal de Suez en 1869. Elle était elle-même artiste - ses recueils d'aquarelles sont conservés au Museum d'histoire naturelle de Paris - et Baudry l'avait portraiturée en 1858.

Les deux esquisses de nos tableaux ont été exposées au Salon de 1861 (n°152 et n°153) et ont appartenu à la marquise Arconati-Visconti1. Plus accessibles que nos grands formats, elles ont été volontiers commentées par les critiques, et de façon enthousiaste par Théophile Gautier². Ephrussi écrit à leur propos : "D'un côté, sur une draperie bleue, de ce bleu turquoise vif qui semble trouvé dans un jour d'enthousiaste gaieté, lambeau déchiré dans le tissu azuré du ciel, Cybèle embrasse un petit génie près de ses lions dételés, pendant qu'un autre génie plonge ses doigts dans leurs fauves crinières ; de l'autre côté, sur une draperie du même bleu, Amphitrite ajuste sa coiffure devant un miroir que lui présente un enfant ailé; au second plan, près de la proue d'une galère antique, un autre enfant sonne de la conque marine. Ce ne sont que deux beaux corps de femmes allongés dont l'épiderme transparent est animé d'une lumière blonde et dorée, mais cela suffit au peintre, grâce au choix heureux de l'entourage, à l'imprévu des attitudes, à l'élégance du dessin, à la rareté de la couleur, pour faire ce qui n'a point été fait depuis le commencement du siècle". Ces petites versions furent aussi diffusées par des gravures dans la Gazette des Beaux-Arts3.

Nos pendants furent réalisés deux ans après le retour du peintre de la villa Médicis, où il séjourna cinq ans en tant que Premier Grand Prix de Rome. Il fut par la suite particulièrement sollicité pour des décors, parmi lesquels notamment Les quatre saisons (1857, aujourd'hui à l'hôtel Marigny-Rothschild), deux dessus-de porte, Diane et Vénus pour l'hôtel Achille Fould en 1858 (Chantilly, musée Condé), les décors de l'hôtel Galliera et de l'hôtel de la Païva sur les Champs-Elysées en 1863, celui du Grand foyer de l'Opéra de Paris (1865-1874) et trois plafonds pour l'hôtel de W. K. Vanderbilt à New York en 1882.

La pose de la Cybèle, les corps nacrés, la coquille aux pieds d'Amphitrite annoncent le célèbre tableau La Perle et la Vague du musée du Prado à Madrid, qui fut confronté au Salon de 1863 à deux Naissance de Vénus, respectivement par Cabanel (Paris, musée d'Orsay) et Amaury-Duval (Lille, musée des Beaux-Arts). Avec sa virtuosité habituelle, Baudry mêle ici la sensualité des Vénus de Titien et de Corrège à la pureté de la ligne ingresque dans cette réinterprétation des sujets mythologiques classiques.

1. Sur panneaux, 19 x 31,50 cm, voir cat. exp. 1886, n°68 et 69.
2. 'Abécédaire du Salon de 1861', Paris, 1861, p. 41-42.
3. Pour Amphitrite : livraisons de mai 1861, t. X, p. 211 et de juin 1874, t. IX, 2e période, p.539 et en héliogravure par Dujardin pour Cybèle, en juin 1886, t.33, 6e livraison, p. 498.
Estimation 40 000 - 60 000 €

Vendu 52 000 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 3381
Date : 13 nov. 2018 18:00
Commissaire-priseur : Matthieu Fournier

Contact

Matthieu Fournier
Tél. +33 1 42 99 20 26
mfournier@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Maîtres anciens & du XIXe siècle