Vente Mobilier & Objets d’Art - 20 mai 2019 /Lot 39 PAIRE DE CONSOLES À ÉTAGÈRES ALLEMANDES DE LA DEUXIÈME MOITIÉ DU XVIIIe SIÈCLE, VERS 1785 Attribuées à David Roentgen

  • PAIRE DE CONSOLES À ÉTAGÈRES ALLEMANDES DE LA DEUXIÈME MOITIÉ DU XVIIIe SIÈCLE, VERS 1785 Attribuées à David Roentgen
  • PAIRE DE CONSOLES À ÉTAGÈRES ALLEMANDES DE LA DEUXIÈME MOITIÉ DU XVIIIe SIÈCLE, VERS 1785 Attribuées à David Roentgen
  • PAIRE DE CONSOLES À ÉTAGÈRES ALLEMANDES DE LA DEUXIÈME MOITIÉ DU XVIIIe SIÈCLE, VERS 1785 Attribuées à David Roentgen
  • PAIRE DE CONSOLES À ÉTAGÈRES ALLEMANDES DE LA DEUXIÈME MOITIÉ DU XVIIIe SIÈCLE, VERS 1785 Attribuées à David Roentgen
PAIRE DE CONSOLES À ÉTAGÈRES ALLEMANDES DE LA DEUXIÈME MOITIÉ DU XVIIIe SIÈCLE, VERS 1785 Attribuées à David Roentgen
En acajou, incrustations de laiton, ornementation de bronze ciselé et doré, dessus de marbre bleu turquin, la ceinture ouvrant par un tiroir, les montants en pilastre cannelés réunis par deux tablettes d'entrejambe, reposant sur des pieds en gaine détachables, les deux plateaux portant une inscription à l'encre noir "N° 14"
H. : 85,5 cm (33 1/2 in.)
l. : 56,5 cm (22 1/4 in.)
P. : 27 cm (10 1/2 in.)

A pair of German ormolu-mounted, mahogany and brass-inlaid consoles fitted with shelves, second half of the 18th century, circa 1785, attributed to David Roentgen

Cette élégante paire de consoles, aux lignes sobres et épurées selon le vocabulaire décoratif du Néoclassicisme des années 1780, est typique de l'oeuvre de David Roentgen (1743-1807), l'un des plus célèbres ébénistes du dernier quart du XVIIIe siècle.

Né à Neuwied, fils de l'ébéniste Abraham Roentgen (1711-1793), David entre dans l'atelier paternel en 1757 pour en prendre la direction en 1772. Il en fit une véritable entreprise de dimension européenne, fournissant les plus importantes Cours d'Europe continentale, telle que celle de Louis XVI et Marie-Antoinette qui lui accordent le titre "d'ébéniste - mécanicien" du Roi et de la Reine, Fréderic le Grand, ou Catherine II de Russie.

Des montants similaires, en pilastre, présentant des cannelures de laiton et terminant par des pieds en gaine à décor de grattoirs, se retrouvent dans un certain nombre d'œuvres documentées de Roentgen, tels une commode conservée au Kunstgewerbemuseum de Berlin (W-1984, 168) ou bien un bureau à cylindre (FAS M 89) conservé dans les collections du Château de Fasanerie à Fulda (cf. W. Koeppe, "Extravagant Inventions : The Princely Furniture of the Roentgens", New Haven & London, 2012, p. 164).

Ses œuvres, comme ici, sont munies de pieds détachables et démontables (fig. 1), facilitant leur transport lors de leur exportation.

Outre cette caractéristique de fabrication, le même parti pris décoratif se retrouve sur des oeuvres documentées de Roentgen. Le bureau dit d'Apollon que Roentgen réalisa pour Catherine II vers 1793-1794, conservé au Musée de l'Hermitage, présente le même décor combinant canaux et feuilles d'acanthe.


Estimation 50 000 - 80 000 €

Lot 39

PAIRE DE CONSOLES À ÉTAGÈRES ALLEMANDES DE LA DEUXIÈME MOITIÉ DU XVIIIe SIÈCLE, VERS 1785 Attribuées à David Roentgen

Estimation 50 000 - 80 000 € [$]

PAIRE DE CONSOLES À ÉTAGÈRES ALLEMANDES DE LA DEUXIÈME MOITIÉ DU XVIIIe SIÈCLE, VERS 1785 Attribuées à David Roentgen
En acajou, incrustations de laiton, ornementation de bronze ciselé et doré, dessus de marbre bleu turquin, la ceinture ouvrant par un tiroir, les montants en pilastre cannelés réunis par deux tablettes d'entrejambe, reposant sur des pieds en gaine détachables, les deux plateaux portant une inscription à l'encre noir "N° 14"
H. : 85,5 cm (33 1/2 in.)
l. : 56,5 cm (22 1/4 in.)
P. : 27 cm (10 1/2 in.)

A pair of German ormolu-mounted, mahogany and brass-inlaid consoles fitted with shelves, second half of the 18th century, circa 1785, attributed to David Roentgen

Cette élégante paire de consoles, aux lignes sobres et épurées selon le vocabulaire décoratif du Néoclassicisme des années 1780, est typique de l'oeuvre de David Roentgen (1743-1807), l'un des plus célèbres ébénistes du dernier quart du XVIIIe siècle.

Né à Neuwied, fils de l'ébéniste Abraham Roentgen (1711-1793), David entre dans l'atelier paternel en 1757 pour en prendre la direction en 1772. Il en fit une véritable entreprise de dimension européenne, fournissant les plus importantes Cours d'Europe continentale, telle que celle de Louis XVI et Marie-Antoinette qui lui accordent le titre "d'ébéniste - mécanicien" du Roi et de la Reine, Fréderic le Grand, ou Catherine II de Russie.

Des montants similaires, en pilastre, présentant des cannelures de laiton et terminant par des pieds en gaine à décor de grattoirs, se retrouvent dans un certain nombre d'œuvres documentées de Roentgen, tels une commode conservée au Kunstgewerbemuseum de Berlin (W-1984, 168) ou bien un bureau à cylindre (FAS M 89) conservé dans les collections du Château de Fasanerie à Fulda (cf. W. Koeppe, "Extravagant Inventions : The Princely Furniture of the Roentgens", New Haven & London, 2012, p. 164).

Ses œuvres, comme ici, sont munies de pieds détachables et démontables (fig. 1), facilitant leur transport lors de leur exportation.

Outre cette caractéristique de fabrication, le même parti pris décoratif se retrouve sur des oeuvres documentées de Roentgen. Le bureau dit d'Apollon que Roentgen réalisa pour Catherine II vers 1793-1794, conservé au Musée de l'Hermitage, présente le même décor combinant canaux et feuilles d'acanthe.


Estimation 50 000 - 80 000 €

Détails de la vente

Vente : 3872
Date : 20 mai 2019 19:00
Commissaire-priseur : Isabelle Bresset

Contact

Charlotte Norton
Tél. +33 1 42 99 20 68
cnorton@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Mobilier & Objets d'Art