Vente Collection Michel Fedoroff - 28 novembre 2016 /Lot 66 Mathieu MERCIER (Né en 1970) STILL UNTITLED, INTERPRETATION D'UNE OEUVRE AVANT-GARDISTE SUR UNE PLANCHE TROUVEE DANS LA RUE - 2001

  • Mathieu MERCIER (Né en 1970) STILL UNTITLED, INTERPRETATION D'UNE OEUVRE AVANT-GARDISTE SUR UNE PLANCHE TROUVEE DANS LA RUE - 2001 C...
Mathieu MERCIER (Né en 1970)
STILL UNTITLED, INTERPRETATION D'UNE OEUVRE AVANT-GARDISTE SUR UNE PLANCHE TROUVEE DANS LA RUE - 2001
Collage sur bois peint
Signé et daté au dos "Mathieu Mercier, 2001"

Hauteur : 34,50 Largeur : 28,50 cm

Provenance : Vente, Paris, Vente au profit de la lutte contre la maladie d'Alzheimer, 21 septembre 2002, lot 58
Collection Michel Fedoroff, Monaco


Commentaire : COLLAGE ON PAINTED WOOD; SIGNED AND DATED ON THE REVERSE
Estimation 2 000 - 3 000 €

Vendu 3 900 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 66

Mathieu MERCIER (Né en 1970)
STILL UNTITLED, INTERPRETATION D'UNE OEUVRE AVANT-GARDISTE SUR UNE PLANCHE TROUVEE DANS LA RUE - 2001

Vendu 3 900 € [$]

Mathieu MERCIER (Né en 1970)
STILL UNTITLED, INTERPRETATION D'UNE OEUVRE AVANT-GARDISTE SUR UNE PLANCHE TROUVEE DANS LA RUE - 2001
Collage sur bois peint
Signé et daté au dos "Mathieu Mercier, 2001"

Hauteur : 34,50 Largeur : 28,50 cm

Provenance : Vente, Paris, Vente au profit de la lutte contre la maladie d'Alzheimer, 21 septembre 2002, lot 58
Collection Michel Fedoroff, Monaco


Commentaire : COLLAGE ON PAINTED WOOD; SIGNED AND DATED ON THE REVERSE
Estimation 2 000 - 3 000 €

Vendu 3 900 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 3151
Date : 28 nov. 2016 20:00

Contact

Sophie Cariguel
Tél. +33 1 42 99 20 04
scariguel@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Collection Michel Fedoroff