Vente Bibliothèque littéraire et poétique - 16 octobre 2013 /Lot 248 MARCEL PROUST. ALBERTINE DISPARUE. FRAGMENT MANUSCRIT AUTOGRAPHE. Sans date. 2 pp. in-8 oblongues à l’encre noire sur 2 feuillets, d...

  • MARCEL PROUST. ALBERTINE DISPARUE. FRAGMENT MANUSCRIT AUTOGRAPHE. Sans date. 2 pp. in-8 oblongues à l’encre noire sur 2 feuillets, d...
MARCEL PROUST. ALBERTINE DISPARUE. FRAGMENT MANUSCRIT AUTOGRAPHE. Sans date. 2 pp. in-8 oblongues à l'encre noire sur 2 feuillets, dont un double, de papier vergé. Chiffre « 25 » au crayon. 5 ratures ou corrections. Excellent état. (Petite tache marginale.) Intéressante addition au manuscrit du roman, qui présente quelques variantes par rapport au texte définitif : ainsi, notamment, la fille du duc de Luxembourg, Mlle de Marolles, deviendra Mlle d'Entragues. Ce passage est relatif aux remous causés par l'annonce du mariage de Robert de Saint-Loup avec Gilberte Swann. Fille d'Odette et de Charles Swann, elle assiste à l'ascension sociale de sa mère par son mariage avec le comte de Forcheville. Cette dernière, devenue Odette de Forcheville et très riche, peut alors marier sa fille Gilberte avec le comte Robert de Saint-Loup. Comme l'on sait, ce mariage qui sème le trouble dans le faubourg Saint-Germain à cause de l'union considérée par beaucoup comme « contre-nature » entre la fille d'un Juif (Swann) et un descendant de l'aristocratie française, est aussi un des moments-clés de La Recherche, puisque il permet à Proust de relier enfin le Côté de chez Swann avec le Côté de Guermantes dans Le Temps retrouvé. (Cf. Pléiade, t. IV, p. 240). Mme de Marsantes « eut le tort de dire que cette jeune fille [Mlle de Forcheville] était charmante, qu'elle ignorait absolument si elle était riche ou pauvre, qu'elle ne voulait pas le savoir mais que même sans dot ce serait une chance pour le jeune homme le plus difficile d'avoir une femme pareille. C'était beaucoup d'audace pour une femme tentée seulement par les cent millions qui lui fermaient les yeux sur le reste. La princesse de Silistrie jeta partout les hauts cris, se répandit sur les grandeurs des St Loup, et que si un St Loup épousait la fille d'Odette et d'un juif, il n'y avait plus de faubourg St Germain. (...) »
Estimation 10 000 - 15 000 €

Vendu 24 681 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 248

MARCEL PROUST. ALBERTINE DISPARUE. FRAGMENT MANUSCRIT AUTOGRAPHE. Sans date. 2 pp. in-8 oblongues à l’encre noire sur 2 feuillets, d...

Vendu 24 681 € [$]

MARCEL PROUST. ALBERTINE DISPARUE. FRAGMENT MANUSCRIT AUTOGRAPHE. Sans date. 2 pp. in-8 oblongues à l'encre noire sur 2 feuillets, dont un double, de papier vergé. Chiffre « 25 » au crayon. 5 ratures ou corrections. Excellent état. (Petite tache marginale.) Intéressante addition au manuscrit du roman, qui présente quelques variantes par rapport au texte définitif : ainsi, notamment, la fille du duc de Luxembourg, Mlle de Marolles, deviendra Mlle d'Entragues. Ce passage est relatif aux remous causés par l'annonce du mariage de Robert de Saint-Loup avec Gilberte Swann. Fille d'Odette et de Charles Swann, elle assiste à l'ascension sociale de sa mère par son mariage avec le comte de Forcheville. Cette dernière, devenue Odette de Forcheville et très riche, peut alors marier sa fille Gilberte avec le comte Robert de Saint-Loup. Comme l'on sait, ce mariage qui sème le trouble dans le faubourg Saint-Germain à cause de l'union considérée par beaucoup comme « contre-nature » entre la fille d'un Juif (Swann) et un descendant de l'aristocratie française, est aussi un des moments-clés de La Recherche, puisque il permet à Proust de relier enfin le Côté de chez Swann avec le Côté de Guermantes dans Le Temps retrouvé. (Cf. Pléiade, t. IV, p. 240). Mme de Marsantes « eut le tort de dire que cette jeune fille [Mlle de Forcheville] était charmante, qu'elle ignorait absolument si elle était riche ou pauvre, qu'elle ne voulait pas le savoir mais que même sans dot ce serait une chance pour le jeune homme le plus difficile d'avoir une femme pareille. C'était beaucoup d'audace pour une femme tentée seulement par les cent millions qui lui fermaient les yeux sur le reste. La princesse de Silistrie jeta partout les hauts cris, se répandit sur les grandeurs des St Loup, et que si un St Loup épousait la fille d'Odette et d'un juif, il n'y avait plus de faubourg St Germain. (...) »
Estimation 10 000 - 15 000 €

Vendu 24 681 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 2398
Date : 16 oct. 2013 14:30

Contact

Lorena de Las Heras
Tél.
ldelasheras@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Bibliothèque littéraire et poétique. Livres et manuscrits des 19e et 20e siècles