Vente Bibliothèque littéraire et poétique - 16 octobre 2013 /Lot 229 MALCOLM DE CHAZAL. MOÏSE. MANUSCRIT AUTOGRAPHE. Sans date. 3pages in-4 au stylo à bille bleu sur une double feuille de papier vergé ...

  • MALCOLM DE CHAZAL. MOÏSE. MANUSCRIT AUTOGRAPHE. Sans date. 3pages in-4 au stylo à bille bleu sur une double feuille de papier vergé ...
MALCOLM DE CHAZAL. MOÏSE. MANUSCRIT AUTOGRAPHE. Sans date. 3pages in-4 au stylo à bille bleu sur une double feuille de papier vergé ligné de cahier d'écolier. Plusieurs corrections et ratures au stylo à bille rouge ; sur la dernière page titre et nom autographié de l'écrivain. Excellent état de conservation (marques de pliures). ETONNANTE EVOCATION PAR LA VISION DE LA CRUCIFIXION DU CHRIST.. « Maître je vois des choses. Le dernier coup de fouet a frappé. Je croyais qu'il soulevait toute une partie du visage du Christ. Le sang a humecté le regard. Un peu en a jailli plus grand qu'avant. L'œil du sauveur est humide, mais il ne pleure pas. Seule, sa sueur fait des larmes, et son regard est distant comme fixant des planètes impossibles. On le bouscule, on le pousse. Son pas est ferme et ondule comme la mer. Il avance. [passage biffé d'un trait rouge : Il est ivre et joyeux du corps. Sa tête balance la douleur. Deborah, que fait le peuple ? Christ sort à peine du corps de garde, que déjà la soldatesque a fait haie et repousse la foule. Quelques-uns se prosternent. Certains baisent la terre où il a passé, mais bien derrière, par peur des représailles. Je vois certains regards luisants parmi la foule. Ce sont les regards des prêtres, abrutis et insultants.] La croix est lourde. Très peu le suivent de près. (…) Dans sa robe écarlate, le divin fou ne voulait pas un rire, pas un sourire. Très peu de larmes. L'étonnement. L'abrutissement. L'écrasement. Comptes-tu la foule ? Tout Jérusalem est là. Où est la mère de Jésus ? – Derrière lui, elle se traîne. Où est Jean ? – À dix pas du Sublime. Où sont les autres ? – Nulle part. – Même pas dans la foule ? – Même pas dans la foule. Marthe et Marie sont là, avec Lazare. Pas un miracle ? Pas un miracle. Le temps des miracles est passé. (…) Je vois le meurtre s'accomplir. ON le cloue. Il ne jette aucun cri. Marthe lui baise les pieds. Marie essuie son visage. Son masque a changé. Sa face de pierre est devenue de cire. (…) » Le présent texte est un saisissant « reportage-vision » décrivant le chemin de croix et la crucifixion du Christ, comme vécu de visu par l'auteur. Il s'inscrit sans aucun doute dans cette quête visionnaire de l'imitation divine, telle que Chazal en a fait le principe de sa cosmogonie.
Estimation 1 000 - 1 500 €

Vendu 1 299 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 229

MALCOLM DE CHAZAL. MOÏSE. MANUSCRIT AUTOGRAPHE. Sans date. 3pages in-4 au stylo à bille bleu sur une double feuille de papier vergé ...

Vendu 1 299 € [$]

MALCOLM DE CHAZAL. MOÏSE. MANUSCRIT AUTOGRAPHE. Sans date. 3pages in-4 au stylo à bille bleu sur une double feuille de papier vergé ligné de cahier d'écolier. Plusieurs corrections et ratures au stylo à bille rouge ; sur la dernière page titre et nom autographié de l'écrivain. Excellent état de conservation (marques de pliures). ETONNANTE EVOCATION PAR LA VISION DE LA CRUCIFIXION DU CHRIST.. « Maître je vois des choses. Le dernier coup de fouet a frappé. Je croyais qu'il soulevait toute une partie du visage du Christ. Le sang a humecté le regard. Un peu en a jailli plus grand qu'avant. L'œil du sauveur est humide, mais il ne pleure pas. Seule, sa sueur fait des larmes, et son regard est distant comme fixant des planètes impossibles. On le bouscule, on le pousse. Son pas est ferme et ondule comme la mer. Il avance. [passage biffé d'un trait rouge : Il est ivre et joyeux du corps. Sa tête balance la douleur. Deborah, que fait le peuple ? Christ sort à peine du corps de garde, que déjà la soldatesque a fait haie et repousse la foule. Quelques-uns se prosternent. Certains baisent la terre où il a passé, mais bien derrière, par peur des représailles. Je vois certains regards luisants parmi la foule. Ce sont les regards des prêtres, abrutis et insultants.] La croix est lourde. Très peu le suivent de près. (…) Dans sa robe écarlate, le divin fou ne voulait pas un rire, pas un sourire. Très peu de larmes. L'étonnement. L'abrutissement. L'écrasement. Comptes-tu la foule ? Tout Jérusalem est là. Où est la mère de Jésus ? – Derrière lui, elle se traîne. Où est Jean ? – À dix pas du Sublime. Où sont les autres ? – Nulle part. – Même pas dans la foule ? – Même pas dans la foule. Marthe et Marie sont là, avec Lazare. Pas un miracle ? Pas un miracle. Le temps des miracles est passé. (…) Je vois le meurtre s'accomplir. ON le cloue. Il ne jette aucun cri. Marthe lui baise les pieds. Marie essuie son visage. Son masque a changé. Sa face de pierre est devenue de cire. (…) » Le présent texte est un saisissant « reportage-vision » décrivant le chemin de croix et la crucifixion du Christ, comme vécu de visu par l'auteur. Il s'inscrit sans aucun doute dans cette quête visionnaire de l'imitation divine, telle que Chazal en a fait le principe de sa cosmogonie.
Estimation 1 000 - 1 500 €

Vendu 1 299 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 2398
Date : 16 oct. 2013 14:30

Contact

Lorena de Las Heras
Tél.
ldelasheras@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Bibliothèque littéraire et poétique. Livres et manuscrits des 19e et 20e siècles