Vente Maîtres anciens & du XIX siècle - 09 novembre 2021 /Lot 150 Luigi BIENAIMÉ Carrare, 1795 - Rome, 1878 Portrait présumé d'Anthony Sampayo (1795-1844), vers 1833

  • Luigi BIENAIMÉ Carrare, 1795 - Rome, 1878 Portrait présumé d'Anthony Sampayo (1795-1844), vers 1833 Buste en marbre blanc
  • Luigi BIENAIMÉ Carrare, 1795 - Rome, 1878 Portrait présumé d'Anthony Sampayo (1795-1844), vers 1833 Buste en marbre blanc
Luigi BIENAIMÉ Carrare, 1795 - Rome, 1878
Portrait présumé d'Anthony Sampayo (1795-1844), vers 1833
Buste en marbre blanc
Signé 'L. BIENAIME F.' et titré 'SAMPAYO' au revers
Hauteur : 71 cm

Presumed portrait of Anthony Sampayo, white marble, signed, by L. Bienaimé
H. 27,95 in.


Bibliographie : en rapport :
Léon Séché, 'Muses romantiques. Hortense Allart de méritens, dans ses rapports avec Chateaubriand, Béranger, Lamennais, Sainte-Beuve, G. Sand, Mme D'Agoult', Paris, 1898
'Nouvelles lettres à Sainte-Beuve, 1832-1864 : les lettres de la collection Lovenjoul', Paris, 1965, p.52, note 5
Jorgen Birkedal Hartmann, "La triade italiana del Thorvaldsen. Alcune considerazioni su temi mitologici e cristiani ", in 'Antologia di Belle Arti', 1984, n° 23-24, p. 90-115
'Bertel Thorvaldsen 1770-1844, scultore danese a Roma', cat. exp. Rome, Galleria Nazionale d'Arte Moderna, 1989, - 1990, p.17, 20, 23, 101-102, 111, 113, 124, 129, 313, 331


Commentaire : " Religieux, prélat, poète ensemble, sévère et satyrique, il réunissait des qualités, frappantes et opposées ", tels sont les mots avec lesquels l'écrivain Hortense Allart décrit son premier amant Anthony Sampayo dans son roman publié grâce à Chateaubriand dans les années 1830. Opposés sont aussi ce portrait à l'Antique, figé dans le marbre, pétri d'un esprit néoclassique pur et sévère et la vie tumultueuse de ce fils d'ancien consul général de Portugal en Angleterre.
Né à Cork en 1785, notre homme, fervent catholique, a non seulement été l'époux de Blanche Liévine Sophie Buffault, nièce de la célèbre Laure Guesnon de Bonneuil, comtesse Regnault de Saint-Jean d'Angély, mais aussi le premier amant et le héros du deuxième roman de Hortense Allart, grande femme de lettres de la veine romantique. Il rencontre son épouse puis sa maîtresse à l'abbaye de Val qui n'est autre que la demeure de la comtesse. " Ma jeunesse a été formée par Sampayo, un grand esprit, au dire de ceux qui l'ont connu, mais un esprit dédaigneux qui, à part la politique et le sublime, ne voyait rien. " écrit Hortense à son ami intime, l'écrivain Sainte-Beuve des années plus tard. Quittant la France et son amant alors qu'elle est enceinte quelques mois après leur rencontre, cette jeune femme libre et passionnée gardera toute sa vie une admiration sans faille pour cet aristocrate délicat.

Sampayo a très certainement été familiarisé au " Sublime " de l'art grâce aux liens qui l'unissaient aux Saint Jean d'Angely, eux même proches de la famille impériale, amateurs d'art, collectionneurs, et même bienfaiteurs du sculpteur Bartolini. Lors d'un séjour à Rome, Sampayo rencontre le célèbre sculpteur danois Thorvaldsen en 1833 à qui il commande pour son frère un 'Amour'. Les archives Thovaldsen (m18 1833, nr. 116) mentionnent également plusieurs autres œuvres commandées à " son élève et ami Mr. Bienaimé ", un " saint Jean ", et un "premier buste". Les archives sont lacunaires et nous n'avons pas trouvé mention du " deuxième buste " qui permettrait de déterminer si notre portrait est précisément celui d'Anthony ou de son frère. Cette information dans les archives met en exergue les liens étroits qui unissent le célèbre sculpteur danois, chef de fil du néoclassicisme à Rome avec Luigi Bienaimé. Né à Carrare, Bienaimé commence en tant qu'élève puis devient le chef de l'atelier de Thorvaldsen. Ce dernier l'encourage aussi à exercer son art de manière indépendante, comme en témoigne notre commande réalisée probablement vers 1833 avant la mort du sculpteur danois (1844). Ils partagent alors les mêmes commanditaires, ici le comte de Sampayo, mais aussi le duc de Devonshire (copies d'antiques pour le jardin de Chatsworth House), le tsar Nicolas Ier ('Portrait du Tsar', 1846, marbre, Saint-Pétersbourg, musée de l'Ermitage, n°inv. ?.??-1363) ou encore le prince Alessandro Torlonia ('Vénus', 1842, Rome, Palazzo Corsini).
Ce rare portrait identifié de l'artiste Bienaimé témoigne de l'empreinte de son maître Thorvaldsen par la synthèse, l'épure et la force froide de ce buste à l'antique.

Estimation 3 000 - 4 000 €

Vendu 14 950 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 150

Luigi BIENAIMÉ Carrare, 1795 - Rome, 1878
Portrait présumé d'Anthony Sampayo (1795-1844), vers 1833

Vendu 14 950 € [$]

Luigi BIENAIMÉ Carrare, 1795 - Rome, 1878
Portrait présumé d'Anthony Sampayo (1795-1844), vers 1833
Buste en marbre blanc
Signé 'L. BIENAIME F.' et titré 'SAMPAYO' au revers
Hauteur : 71 cm

Presumed portrait of Anthony Sampayo, white marble, signed, by L. Bienaimé
H. 27,95 in.


Bibliographie : en rapport :
Léon Séché, 'Muses romantiques. Hortense Allart de méritens, dans ses rapports avec Chateaubriand, Béranger, Lamennais, Sainte-Beuve, G. Sand, Mme D'Agoult', Paris, 1898
'Nouvelles lettres à Sainte-Beuve, 1832-1864 : les lettres de la collection Lovenjoul', Paris, 1965, p.52, note 5
Jorgen Birkedal Hartmann, "La triade italiana del Thorvaldsen. Alcune considerazioni su temi mitologici e cristiani ", in 'Antologia di Belle Arti', 1984, n° 23-24, p. 90-115
'Bertel Thorvaldsen 1770-1844, scultore danese a Roma', cat. exp. Rome, Galleria Nazionale d'Arte Moderna, 1989, - 1990, p.17, 20, 23, 101-102, 111, 113, 124, 129, 313, 331


Commentaire : " Religieux, prélat, poète ensemble, sévère et satyrique, il réunissait des qualités, frappantes et opposées ", tels sont les mots avec lesquels l'écrivain Hortense Allart décrit son premier amant Anthony Sampayo dans son roman publié grâce à Chateaubriand dans les années 1830. Opposés sont aussi ce portrait à l'Antique, figé dans le marbre, pétri d'un esprit néoclassique pur et sévère et la vie tumultueuse de ce fils d'ancien consul général de Portugal en Angleterre.
Né à Cork en 1785, notre homme, fervent catholique, a non seulement été l'époux de Blanche Liévine Sophie Buffault, nièce de la célèbre Laure Guesnon de Bonneuil, comtesse Regnault de Saint-Jean d'Angély, mais aussi le premier amant et le héros du deuxième roman de Hortense Allart, grande femme de lettres de la veine romantique. Il rencontre son épouse puis sa maîtresse à l'abbaye de Val qui n'est autre que la demeure de la comtesse. " Ma jeunesse a été formée par Sampayo, un grand esprit, au dire de ceux qui l'ont connu, mais un esprit dédaigneux qui, à part la politique et le sublime, ne voyait rien. " écrit Hortense à son ami intime, l'écrivain Sainte-Beuve des années plus tard. Quittant la France et son amant alors qu'elle est enceinte quelques mois après leur rencontre, cette jeune femme libre et passionnée gardera toute sa vie une admiration sans faille pour cet aristocrate délicat.

Sampayo a très certainement été familiarisé au " Sublime " de l'art grâce aux liens qui l'unissaient aux Saint Jean d'Angely, eux même proches de la famille impériale, amateurs d'art, collectionneurs, et même bienfaiteurs du sculpteur Bartolini. Lors d'un séjour à Rome, Sampayo rencontre le célèbre sculpteur danois Thorvaldsen en 1833 à qui il commande pour son frère un 'Amour'. Les archives Thovaldsen (m18 1833, nr. 116) mentionnent également plusieurs autres œuvres commandées à " son élève et ami Mr. Bienaimé ", un " saint Jean ", et un "premier buste". Les archives sont lacunaires et nous n'avons pas trouvé mention du " deuxième buste " qui permettrait de déterminer si notre portrait est précisément celui d'Anthony ou de son frère. Cette information dans les archives met en exergue les liens étroits qui unissent le célèbre sculpteur danois, chef de fil du néoclassicisme à Rome avec Luigi Bienaimé. Né à Carrare, Bienaimé commence en tant qu'élève puis devient le chef de l'atelier de Thorvaldsen. Ce dernier l'encourage aussi à exercer son art de manière indépendante, comme en témoigne notre commande réalisée probablement vers 1833 avant la mort du sculpteur danois (1844). Ils partagent alors les mêmes commanditaires, ici le comte de Sampayo, mais aussi le duc de Devonshire (copies d'antiques pour le jardin de Chatsworth House), le tsar Nicolas Ier ('Portrait du Tsar', 1846, marbre, Saint-Pétersbourg, musée de l'Ermitage, n°inv. ?.??-1363) ou encore le prince Alessandro Torlonia ('Vénus', 1842, Rome, Palazzo Corsini).
Ce rare portrait identifié de l'artiste Bienaimé témoigne de l'empreinte de son maître Thorvaldsen par la synthèse, l'épure et la force froide de ce buste à l'antique.

Estimation 3 000 - 4 000 €

Vendu 14 950 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 4126
Date : 09 nov. 2021 18:00
Commissaire-priseur : Matthieu Fournier

Contact

Matthieu Fournier
Tél. +33 1 42 99 20 26
mfournier@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Maîtres anciens & du XIXe siècle