Vente Livres et manuscrits anciens & modernes - 16 mai 2012 /Lot 312 Louis-Ferdinand CELINE Important dossier judiciaire de Céline (1948-1955)

  • Louis-Ferdinand CELINE  Important dossier judiciaire de Céline (1948-1955)
  • Louis-Ferdinand CELINE  Important dossier judiciaire de Céline (1948-1955)
Louis-Ferdinand CELINE
Important dossier judiciaire de Céline (1948-1955)
Le procès d'un génie littéraire
Volumineux dossier provenant du cabinet Tixier-Vignancour, défenseur de Céline pour plusieurs de ses causes. Les éléments de ce dossier concernent non seulement son jugement pour trahison qui eut lieu par contumace pendant qu'il était au Danemark, mais aussi diverses procédures, plainte en diffamation contre Julliard, plainte en contrefaçon contre les éditions Froissart, pour récupérer ses meubles après son retour en France, etc. Le dossier est particulièrement touffu ; nous ne pouvons donner ici qu'un aperçu très succint.
Le dossier comporte deux lettres a.s. de Céline.

1/ Procès pour trahison
Peu avant la défaite allemande, Céline se réfugie avec son épouse au Danemark, où il est hébergé par Thorvald Mikkelsen. Cet avocat organise la défense de l'écrivain avec Jean-Louis Tixier-Vignancour, avocat en France. Cet intéressant dossier permet de suivre toutes les péripéties du procès, les crises d'angoisse de Céline, ses espoirs et ses déceptions, jusqu'à son arrestation. Il comporte de nombreuses lettres (lt.s. ou copies de l.t.) qu'ont échangé les deux avocats, des notes de Tixier, etc.
- Correspondance entre Thorvald Mikkelsen et Jean-Louis Tixier-Vignancour, 5 oct. 1948-21 mars 1951. 34 p. tap. in-12 ou in-4. Lettres originales ou copies carbone, dont ne voici que quelques extraits : - 4 nov. 1948. Mikkelsen demande à son confrère français d'expliquer à Céline la notion d'une présentation "Incognito" : "après tout, il n'est pas question d'un souverain étranger, mais - dans les yeux de la loi - d'un criminel traqué. Un de ces jours j'irai le voir à la campagne. Je sais qu'il est malade, mais votre lettre va lui faire du bien. Entre nous, il se sent persécuté. Il m'inquiète un peu parfois." / - 4 mai 1949, Mikkelsen : "Voici l'affaire au point critique. Qu'espérer ? Il est déjà très beau d'avoir pu gagner 5 mois ! Grâce à vous ! la solution est en vue, mais quelle solution ? […] La seule chose qui est certaine, c'est qu'il refuse positivement de courir le risque de se rendre en France pour être condamné ; pessimiste comme il est, il ne s'attend pas à être acquitté". / - 17 oct. 1949 : Tixier-Vignancour annonce que les recherches contre Céline sont arrêtées : Céline peut rentrer en France ! / - 14 nov. 1949. Tixier-Vignancour : "Est-ce à dire que je lui conseille de rentrer ? Non. Qu'on le veuille ou non son procès sera retentissant du fait de sa personnalité à lui Céline et aussi de la mienne, je puis le dire sans fausse modestie […] En somme il vaut mieux que notre ami se laisse juger par défaut et attendre des temps meilleurs". Etc. Les autres lettres relatent toutes les péripéties administratives (une autre décision ouvre à nouveau des recherches contre Céline). / - Télégramme de Mikkelsen à Tixier-Vignancour, 27 DEC. 1949 : "Céline toujours malade, prière communiquer avec Naud. Amités." / - Jean-Louis Tixier-Vignancour : L.t. à Céline, 29 janv. 1951, 2 p. in-4, copie carbone, faisant un long état de la situation : "Vous avez été condamné à un an de prison par la Cour de Justice", etc.
- Décisions, conclusions du procès, dénonciations d'opposition à arrêt, accusé de réception de la lettre prononçant l'amnistie de Céline, traduction de décisions administratives danoises, Jugement "dont un paragraphe innocente totalement Louis-Ferdinand Céline de l'accusation d'avoir publié pendant l'occupation des écrits de nature à nuire à la défense nationale", etc. Dossier de 36 p., in-12 ou in-4, la plupart tap.

2/ Plainte contre l'éditeur Froissart
Pierre Monnier, un jeune admirateur de Céline, s'entremet pour que l'éditeur Charles Frémenger réédite le Voyage à l'enseigne des Editions Froissart, mais l'affaire tourne mal :
- Pierre MONNIER : - L.a.s. à Me Tixier-Vignancour, 31 mai 1951, 2 p. Explication de la situation : Frémanger a édité le Voyage sans contrat, se contentant d'un échange de lettres ; mais lorsque Denoël réagit, Céline se rend compte que son nouvel éditeur ne lui a pas payé ses droits d'auteur. / - L.a.s., 1er nov. 1951, à l'avocat de Céline pour qu'il obtienne des décomptes des ventes.
- Charles FREMANGER : 3 L.T.S. à Céline, au Danemark : - 19 déc. 1948. L'éditeur propose une réédition du Voyage, soit clandestine en France, soit normale en Belgique et propose de lui envoyer un "projet de contrat, sérieux", "dans l'ordre de ceux que vous avez passés avec Denoël". / - 3 août 1949. "Nous y voici enfin ! 15 jours après la sortie des premiers exemplaires du Voyage, Denoël commence à s'agiter." Un policier "parcourt Paris pour bloquer les volumes chez les libraires et les grossistes", mais sans les trouver puisqu'ils sont à Bruxelles. L'éditeur propose de commencer la mise en page de Mort à Crédit. L'argent est payé à Daragnès. / - 6 sept. 1949. Les 5000 ex. du Voyage sont épuisés ; mais les choses se gâtent en Belgique et l'éditeur compte monter une nouvelle société au Danemark.
- Ch. FREMANGER : L.T.S., 10 sept. 1951 à Tixier-Vignancour. L'éditeur, de mauvaise foi, prétend que ce n'est pas lui qui, à Paris, a édité Céline, mais des éditions bruxelloises.
- L.-F. CELINE : 2 très belles lettres a.s., 4 p. gr. in-4, signées Destouches : - A Tixier-Vignancour., 24 janv. [1952]. "Mon cher et admirable défenseur ! Hélas ! hélas ! je ne retrouve plus du tout ce contrat-prime Frémanger ! N'a-t-il pas été versé à ce dossier par Monnier chez vous ? Sans doute, non ! Mes plus, nos plus chaleureux vœux, grand ami pour cette année 1952 ! J'essaye de dépêtrer quelques ronds de ci de là… mais je discerne que j'ai été pillé de tout et partout ! Je dois de l'argent, c'est tout ! à tous ! à tout ! La maison de Dieppe n'est pas vendable ! On me réclame du pognon ! Sabor ! " / - A Jean-Marc Déjan de la Batie, 8 mars 1955 (l'associé de Tixier-Vignancour). "Mon cher maître et ami, L'adresse de Marcel Aymé est 9ter rue Paul Féval. Je suis bien désolé de ne plus bouger de chez moi depuis deux ans, à aucun prix ! Je ne tiens plus debout ! Je vous remercie de vous occuper de cette affaire Froissart. Comme c'est un fieffé pendant acharné culotté coquin, il est sûr d'avoir raison, sans aucun mal, et devant toutes les justices et expertises, mais si vous avez le courage de me représenter, allez-y ! Me voir mettre en pièces ! Pour ma part, je suis trop malade pour offrir la moindre résistance." Joint : copie carbone tap. de la lettre de Déjan de la Batie.
- Documents administratifs : assignation devant le tribunal des Editions Jean Froissart, compte-rendu du procès, conclusions de l'avocat, décision du tribunal, conclusions d'opposition, diverses lettres des avocats, signification de jugement à partie, constat de huissier, conclusions après constat, nombreuses lettres des avocats, huissiers, etc. (originaux ou copies carbone).

3/ Procès en diffamation contre Julliard
En 1951, Julliard édite un ouvrage d'Ernst Jünger où figure un paragraphe grave pour Céline ("Il dit combien il [Céline] est surpris, stupéfait, que nous, soldats, nous ne fusillions pas, ne pensions pas, n'exterminions pas les Juifs", etc.), passage abondamment repris dans la presse. Un procès en diffamation est lancé, contre Jünger, Julliard et plusieurs revues. Ce dossier comprend : - "Observations faites dans l'intérêt de Monsieur Louis-Ferdinand Céline", 4 p., visant à montrer la mauvaise foi de Julliard et qu'il a sciemment laissé le nom de Céline lors de la publication de la traduction. / - 2 copies de l.t. de l'avocat de Céline à Albert Paraz à propos de l'article de France Soir. / - Assignation du directeur de France Soir, de L'aurore, de Preuves (2 p. chacun). / - Bulletin de consignation de partie civile ; avis d'ordonnance, etc. / - Diverses correspondances des avocats (copies et originaux). / - Convocations de Céline par le tribunal correctionnel, 22 oct. 1951. / - Exposé de défense de Céline, 2 p. (en deux ex.). Divers documents administratifs et exemplaires de 3 journaux incriminés. / - L.t.s. de Naud à Tixier-Vignancour. / - L.t. d'Albert Paraz à Naud, 16 fév. 1951 (copie).

4/ Affaire Coquillaud
Impliqué dans la collaboration, l'acteur Robert Le Vigan, Coquillaud pour la scène, est un ami de Céline. Pour échapper à l'épuration, Le Vigan rejoint Céline à Sigmaringen en 1944, fuite que l'écrivain racontera dans D'un Château L'autre (1957), Nord (1960) et Rigodon (1969). Après la libération, il fut condamné à l'indignité nationale et à dix ans de travaux forcés. Court dossier composé de plusieurs pièces qui évoquent Céline, et notamment sa fuite de Sigmaringen vers le Danemark : - Exposé de l'affaire, 30 juill. 194. / - Audition de Pacary-André. / - Lettre de Le Vigan à Tixier-Vignancour. / - Audition de Le Vigan (?). / - Audition à propos d'Herman Bickler, l'influent personnage qui permit à Céline de quitter Sigmaringen et d'entrer au Danemark.

5/ Les biens de Céline après son retour en France
- Lettres de Louis GUILLOU, oncle de Céline, 1874-1954. - L.a.s. à son neveu Céline, 21 avril 1947, 2 p. in-4, signé Louis."Il faut de suite te mettre en rapport avec ton avocat Tixier-Vignancourt pour faire arrêter les initiations du liquidateur judiciaire - Ducaux, qui contrairement à ce que tu peux penser, au lieu d'arrêter la réalisation de l'héritage de ta mère pourra très bien le réaliser, plus ce que tu possèdes, s'il trouve quelque chose à ton actif […]. Béraud a été ruiné, car tout ce qui avait été confisqué et réalisé avant la levée de toutes les sanctions ne lui a pas été rendu. Donc méfie-toi". Lui conseille de contacter très vite son avocat, "je pense qu'il est tout indiqué pour cela, ayant bien réussi à obtenir l'amnistie". / - L.a.s. à Me Tixier-Vignancourt, 5 mars 1951, 2 p. in-12, à propos de la succession de la mère de Céline. / - L.a.s. à Céline, 21 mai 1951, 2 p. in-12, à propos de la gestion de ses biens à Saint-Germain et à Dieppe. "Je pense qu'un jour prochain, tu commenceras à nous parler d'une époque rapprochée où tu viendras à Paris ; car je pense que maintenant tu dois être en droit de recevoir toutes vos feuilles d'identité, passeport, etc."
- Polémique sur les meubles de Céline, qui refusa de récupérer ses meubles. Me Parlier, avocat d'Yvon Morandat à Me Tixier-Vignancour, avocat de Céline, 2 l.t.s., 2 p. in-4, 29 sept. et 2 oct. 1952. Important résistant, le journaliste Yvon Morandat a occupé l'appartement de Céline en 1946 avec son épouse, en entreposant les meubles de l'écrivain. Une fois Céline revenu du Danemark, il réclama les frais de stockage à Céline : "Lorsqu'il est rentré en France, M. Destouches avait réclamé ce mobilier et M. Morandat lui avait déclaré qu'il était disposé à le lui restituer contre règlement, bien entendu, des frais de garde-meubles. Depuis lors, M. Destouches n'a plus donné signe de vie…" On sait que Céline refusa de récupérer son mobilier. / Copie des lettres de Texier-Vignancourt.

6/ Divers
- Notes de Tixier-Vignancour, 5 p. aut. : liste de dates de publication des ouvrages de Céline, point sur le départ pour le Danemark, etc. / - Médaille militaire. Lettre du Ministère de la Guerre décernant une médaille miliaire à Céline, 1 p. tap. in-4, 30 déc. 1914.

Provenance
Cabinet Tixier-Vignancour, défenseur de Céline.

Estimation 10 000 - 12 000 €

Lot 312

Louis-Ferdinand CELINE
Important dossier judiciaire de Céline (1948-1955)

Estimation 10 000 - 12 000 € [$]

Louis-Ferdinand CELINE
Important dossier judiciaire de Céline (1948-1955)
Le procès d'un génie littéraire
Volumineux dossier provenant du cabinet Tixier-Vignancour, défenseur de Céline pour plusieurs de ses causes. Les éléments de ce dossier concernent non seulement son jugement pour trahison qui eut lieu par contumace pendant qu'il était au Danemark, mais aussi diverses procédures, plainte en diffamation contre Julliard, plainte en contrefaçon contre les éditions Froissart, pour récupérer ses meubles après son retour en France, etc. Le dossier est particulièrement touffu ; nous ne pouvons donner ici qu'un aperçu très succint.
Le dossier comporte deux lettres a.s. de Céline.

1/ Procès pour trahison
Peu avant la défaite allemande, Céline se réfugie avec son épouse au Danemark, où il est hébergé par Thorvald Mikkelsen. Cet avocat organise la défense de l'écrivain avec Jean-Louis Tixier-Vignancour, avocat en France. Cet intéressant dossier permet de suivre toutes les péripéties du procès, les crises d'angoisse de Céline, ses espoirs et ses déceptions, jusqu'à son arrestation. Il comporte de nombreuses lettres (lt.s. ou copies de l.t.) qu'ont échangé les deux avocats, des notes de Tixier, etc.
- Correspondance entre Thorvald Mikkelsen et Jean-Louis Tixier-Vignancour, 5 oct. 1948-21 mars 1951. 34 p. tap. in-12 ou in-4. Lettres originales ou copies carbone, dont ne voici que quelques extraits : - 4 nov. 1948. Mikkelsen demande à son confrère français d'expliquer à Céline la notion d'une présentation "Incognito" : "après tout, il n'est pas question d'un souverain étranger, mais - dans les yeux de la loi - d'un criminel traqué. Un de ces jours j'irai le voir à la campagne. Je sais qu'il est malade, mais votre lettre va lui faire du bien. Entre nous, il se sent persécuté. Il m'inquiète un peu parfois." / - 4 mai 1949, Mikkelsen : "Voici l'affaire au point critique. Qu'espérer ? Il est déjà très beau d'avoir pu gagner 5 mois ! Grâce à vous ! la solution est en vue, mais quelle solution ? […] La seule chose qui est certaine, c'est qu'il refuse positivement de courir le risque de se rendre en France pour être condamné ; pessimiste comme il est, il ne s'attend pas à être acquitté". / - 17 oct. 1949 : Tixier-Vignancour annonce que les recherches contre Céline sont arrêtées : Céline peut rentrer en France ! / - 14 nov. 1949. Tixier-Vignancour : "Est-ce à dire que je lui conseille de rentrer ? Non. Qu'on le veuille ou non son procès sera retentissant du fait de sa personnalité à lui Céline et aussi de la mienne, je puis le dire sans fausse modestie […] En somme il vaut mieux que notre ami se laisse juger par défaut et attendre des temps meilleurs". Etc. Les autres lettres relatent toutes les péripéties administratives (une autre décision ouvre à nouveau des recherches contre Céline). / - Télégramme de Mikkelsen à Tixier-Vignancour, 27 DEC. 1949 : "Céline toujours malade, prière communiquer avec Naud. Amités." / - Jean-Louis Tixier-Vignancour : L.t. à Céline, 29 janv. 1951, 2 p. in-4, copie carbone, faisant un long état de la situation : "Vous avez été condamné à un an de prison par la Cour de Justice", etc.
- Décisions, conclusions du procès, dénonciations d'opposition à arrêt, accusé de réception de la lettre prononçant l'amnistie de Céline, traduction de décisions administratives danoises, Jugement "dont un paragraphe innocente totalement Louis-Ferdinand Céline de l'accusation d'avoir publié pendant l'occupation des écrits de nature à nuire à la défense nationale", etc. Dossier de 36 p., in-12 ou in-4, la plupart tap.

2/ Plainte contre l'éditeur Froissart
Pierre Monnier, un jeune admirateur de Céline, s'entremet pour que l'éditeur Charles Frémenger réédite le Voyage à l'enseigne des Editions Froissart, mais l'affaire tourne mal :
- Pierre MONNIER : - L.a.s. à Me Tixier-Vignancour, 31 mai 1951, 2 p. Explication de la situation : Frémanger a édité le Voyage sans contrat, se contentant d'un échange de lettres ; mais lorsque Denoël réagit, Céline se rend compte que son nouvel éditeur ne lui a pas payé ses droits d'auteur. / - L.a.s., 1er nov. 1951, à l'avocat de Céline pour qu'il obtienne des décomptes des ventes.
- Charles FREMANGER : 3 L.T.S. à Céline, au Danemark : - 19 déc. 1948. L'éditeur propose une réédition du Voyage, soit clandestine en France, soit normale en Belgique et propose de lui envoyer un "projet de contrat, sérieux", "dans l'ordre de ceux que vous avez passés avec Denoël". / - 3 août 1949. "Nous y voici enfin ! 15 jours après la sortie des premiers exemplaires du Voyage, Denoël commence à s'agiter." Un policier "parcourt Paris pour bloquer les volumes chez les libraires et les grossistes", mais sans les trouver puisqu'ils sont à Bruxelles. L'éditeur propose de commencer la mise en page de Mort à Crédit. L'argent est payé à Daragnès. / - 6 sept. 1949. Les 5000 ex. du Voyage sont épuisés ; mais les choses se gâtent en Belgique et l'éditeur compte monter une nouvelle société au Danemark.
- Ch. FREMANGER : L.T.S., 10 sept. 1951 à Tixier-Vignancour. L'éditeur, de mauvaise foi, prétend que ce n'est pas lui qui, à Paris, a édité Céline, mais des éditions bruxelloises.
- L.-F. CELINE : 2 très belles lettres a.s., 4 p. gr. in-4, signées Destouches : - A Tixier-Vignancour., 24 janv. [1952]. "Mon cher et admirable défenseur ! Hélas ! hélas ! je ne retrouve plus du tout ce contrat-prime Frémanger ! N'a-t-il pas été versé à ce dossier par Monnier chez vous ? Sans doute, non ! Mes plus, nos plus chaleureux vœux, grand ami pour cette année 1952 ! J'essaye de dépêtrer quelques ronds de ci de là… mais je discerne que j'ai été pillé de tout et partout ! Je dois de l'argent, c'est tout ! à tous ! à tout ! La maison de Dieppe n'est pas vendable ! On me réclame du pognon ! Sabor ! " / - A Jean-Marc Déjan de la Batie, 8 mars 1955 (l'associé de Tixier-Vignancour). "Mon cher maître et ami, L'adresse de Marcel Aymé est 9ter rue Paul Féval. Je suis bien désolé de ne plus bouger de chez moi depuis deux ans, à aucun prix ! Je ne tiens plus debout ! Je vous remercie de vous occuper de cette affaire Froissart. Comme c'est un fieffé pendant acharné culotté coquin, il est sûr d'avoir raison, sans aucun mal, et devant toutes les justices et expertises, mais si vous avez le courage de me représenter, allez-y ! Me voir mettre en pièces ! Pour ma part, je suis trop malade pour offrir la moindre résistance." Joint : copie carbone tap. de la lettre de Déjan de la Batie.
- Documents administratifs : assignation devant le tribunal des Editions Jean Froissart, compte-rendu du procès, conclusions de l'avocat, décision du tribunal, conclusions d'opposition, diverses lettres des avocats, signification de jugement à partie, constat de huissier, conclusions après constat, nombreuses lettres des avocats, huissiers, etc. (originaux ou copies carbone).

3/ Procès en diffamation contre Julliard
En 1951, Julliard édite un ouvrage d'Ernst Jünger où figure un paragraphe grave pour Céline ("Il dit combien il [Céline] est surpris, stupéfait, que nous, soldats, nous ne fusillions pas, ne pensions pas, n'exterminions pas les Juifs", etc.), passage abondamment repris dans la presse. Un procès en diffamation est lancé, contre Jünger, Julliard et plusieurs revues. Ce dossier comprend : - "Observations faites dans l'intérêt de Monsieur Louis-Ferdinand Céline", 4 p., visant à montrer la mauvaise foi de Julliard et qu'il a sciemment laissé le nom de Céline lors de la publication de la traduction. / - 2 copies de l.t. de l'avocat de Céline à Albert Paraz à propos de l'article de France Soir. / - Assignation du directeur de France Soir, de L'aurore, de Preuves (2 p. chacun). / - Bulletin de consignation de partie civile ; avis d'ordonnance, etc. / - Diverses correspondances des avocats (copies et originaux). / - Convocations de Céline par le tribunal correctionnel, 22 oct. 1951. / - Exposé de défense de Céline, 2 p. (en deux ex.). Divers documents administratifs et exemplaires de 3 journaux incriminés. / - L.t.s. de Naud à Tixier-Vignancour. / - L.t. d'Albert Paraz à Naud, 16 fév. 1951 (copie).

4/ Affaire Coquillaud
Impliqué dans la collaboration, l'acteur Robert Le Vigan, Coquillaud pour la scène, est un ami de Céline. Pour échapper à l'épuration, Le Vigan rejoint Céline à Sigmaringen en 1944, fuite que l'écrivain racontera dans D'un Château L'autre (1957), Nord (1960) et Rigodon (1969). Après la libération, il fut condamné à l'indignité nationale et à dix ans de travaux forcés. Court dossier composé de plusieurs pièces qui évoquent Céline, et notamment sa fuite de Sigmaringen vers le Danemark : - Exposé de l'affaire, 30 juill. 194. / - Audition de Pacary-André. / - Lettre de Le Vigan à Tixier-Vignancour. / - Audition de Le Vigan (?). / - Audition à propos d'Herman Bickler, l'influent personnage qui permit à Céline de quitter Sigmaringen et d'entrer au Danemark.

5/ Les biens de Céline après son retour en France
- Lettres de Louis GUILLOU, oncle de Céline, 1874-1954. - L.a.s. à son neveu Céline, 21 avril 1947, 2 p. in-4, signé Louis."Il faut de suite te mettre en rapport avec ton avocat Tixier-Vignancourt pour faire arrêter les initiations du liquidateur judiciaire - Ducaux, qui contrairement à ce que tu peux penser, au lieu d'arrêter la réalisation de l'héritage de ta mère pourra très bien le réaliser, plus ce que tu possèdes, s'il trouve quelque chose à ton actif […]. Béraud a été ruiné, car tout ce qui avait été confisqué et réalisé avant la levée de toutes les sanctions ne lui a pas été rendu. Donc méfie-toi". Lui conseille de contacter très vite son avocat, "je pense qu'il est tout indiqué pour cela, ayant bien réussi à obtenir l'amnistie". / - L.a.s. à Me Tixier-Vignancourt, 5 mars 1951, 2 p. in-12, à propos de la succession de la mère de Céline. / - L.a.s. à Céline, 21 mai 1951, 2 p. in-12, à propos de la gestion de ses biens à Saint-Germain et à Dieppe. "Je pense qu'un jour prochain, tu commenceras à nous parler d'une époque rapprochée où tu viendras à Paris ; car je pense que maintenant tu dois être en droit de recevoir toutes vos feuilles d'identité, passeport, etc."
- Polémique sur les meubles de Céline, qui refusa de récupérer ses meubles. Me Parlier, avocat d'Yvon Morandat à Me Tixier-Vignancour, avocat de Céline, 2 l.t.s., 2 p. in-4, 29 sept. et 2 oct. 1952. Important résistant, le journaliste Yvon Morandat a occupé l'appartement de Céline en 1946 avec son épouse, en entreposant les meubles de l'écrivain. Une fois Céline revenu du Danemark, il réclama les frais de stockage à Céline : "Lorsqu'il est rentré en France, M. Destouches avait réclamé ce mobilier et M. Morandat lui avait déclaré qu'il était disposé à le lui restituer contre règlement, bien entendu, des frais de garde-meubles. Depuis lors, M. Destouches n'a plus donné signe de vie…" On sait que Céline refusa de récupérer son mobilier. / Copie des lettres de Texier-Vignancourt.

6/ Divers
- Notes de Tixier-Vignancour, 5 p. aut. : liste de dates de publication des ouvrages de Céline, point sur le départ pour le Danemark, etc. / - Médaille militaire. Lettre du Ministère de la Guerre décernant une médaille miliaire à Céline, 1 p. tap. in-4, 30 déc. 1914.

Provenance
Cabinet Tixier-Vignancour, défenseur de Céline.

Estimation 10 000 - 12 000 €

Détails de la vente

Vente : 2130
Date : 16 mai. 2012 14:00

Contact

Benoît Puttemans
Tél.
bputtemans@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Lots similaires

Livres et manuscrits anciens & modernes