Vente Maîtres anciens & du XIX siècle - 18 novembre 2020 /Lot 178 Jules DESBOIS Parçay-les-Pins, 1851 - Paris, 1935 Naïade

  • Jules DESBOIS Parçay-les-Pins, 1851 - Paris, 1935 Naïade Plâtre, traces de crayon noir
  • Jules DESBOIS Parçay-les-Pins, 1851 - Paris, 1935 Naïade Plâtre, traces de crayon noir
  • Jules DESBOIS Parçay-les-Pins, 1851 - Paris, 1935 Naïade Plâtre, traces de crayon noir
  • Jules DESBOIS Parçay-les-Pins, 1851 - Paris, 1935 Naïade Plâtre, traces de crayon noir
Jules DESBOIS Parçay-les-Pins, 1851 - Paris, 1935
Naïade
Plâtre, traces de crayon noir
(Petits manques)

Naiad, plaster, by J. Desbois
Hauteur : 33 Largeur : 46 Profondeur : 25 cm

Commentaire : " Allez donc voir Desbois ! Il pratique la sculpture avec une ferveur qui confine à la religion. "
Cet hommage est d'autant plus gratifiant qu'il émane d'un des sculpteurs les plus importants de la seconde moitié du XIXe siècle, Auguste Rodin, instigateur de la modernité en sculpture et père spirituel de l'ensembles des sculpteurs modernes du XXe siècle. L'influence du maître fut telle que la quasi-totalité de ses contemporains, autant que ses plus proches collaborateurs, tombèrent inexorablement dans l'oubli écrasés par l'immense notoriété pré et post mortem du maître du Penseur. Jules Desbois n'échappa pas à la règle. En effet, notre artiste, qui rencontre Rodin dès les années 1870 mais qui ne travaille avec lui qu'à partir de 1884, tombe dans l'oubli après 1935 malgré son admirable métier et le succès considérable qu'il obtint de son vivant. Après une formation classique, Jules Desbois se libère des carcans de l'académisme au contact de Rodin et développe une esthétique éminemment personnelle teinté de l'art de son ami et collaborateur. Il fait sensation au Salon de la société nationale des Beaux-Arts de 1894 en exposant La Misère, représentant une femme âgée à l'allure décharnée. Ce succès lui valut l'honneur d'une exposition personnelle aux Beaux-Arts dès 1896 et nourrit par la suite l'ensemble de sa carrière.
Notre plâtre reprend une esthétique propre à notre artiste, qui rappelle précisément celle de Rodin ou de Camille Claudel. Dans un habile mélange métaphorique entre la naïade et la vague, Jules Desbois se fait ici le serviteur de la beauté de la femme dont le corps, tout en courbes et rondeurs lui permet d'étaler la virtuosité de son modelé.

Estimation 10 000 - 15 000 €

Vendu 16 900 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 178

Jules DESBOIS Parçay-les-Pins, 1851 - Paris, 1935
Naïade

Vendu 16 900 € [$]

Jules DESBOIS Parçay-les-Pins, 1851 - Paris, 1935
Naïade
Plâtre, traces de crayon noir
(Petits manques)

Naiad, plaster, by J. Desbois
Hauteur : 33 Largeur : 46 Profondeur : 25 cm

Commentaire : " Allez donc voir Desbois ! Il pratique la sculpture avec une ferveur qui confine à la religion. "
Cet hommage est d'autant plus gratifiant qu'il émane d'un des sculpteurs les plus importants de la seconde moitié du XIXe siècle, Auguste Rodin, instigateur de la modernité en sculpture et père spirituel de l'ensembles des sculpteurs modernes du XXe siècle. L'influence du maître fut telle que la quasi-totalité de ses contemporains, autant que ses plus proches collaborateurs, tombèrent inexorablement dans l'oubli écrasés par l'immense notoriété pré et post mortem du maître du Penseur. Jules Desbois n'échappa pas à la règle. En effet, notre artiste, qui rencontre Rodin dès les années 1870 mais qui ne travaille avec lui qu'à partir de 1884, tombe dans l'oubli après 1935 malgré son admirable métier et le succès considérable qu'il obtint de son vivant. Après une formation classique, Jules Desbois se libère des carcans de l'académisme au contact de Rodin et développe une esthétique éminemment personnelle teinté de l'art de son ami et collaborateur. Il fait sensation au Salon de la société nationale des Beaux-Arts de 1894 en exposant La Misère, représentant une femme âgée à l'allure décharnée. Ce succès lui valut l'honneur d'une exposition personnelle aux Beaux-Arts dès 1896 et nourrit par la suite l'ensemble de sa carrière.
Notre plâtre reprend une esthétique propre à notre artiste, qui rappelle précisément celle de Rodin ou de Camille Claudel. Dans un habile mélange métaphorique entre la naïade et la vague, Jules Desbois se fait ici le serviteur de la beauté de la femme dont le corps, tout en courbes et rondeurs lui permet d'étaler la virtuosité de son modelé.

Estimation 10 000 - 15 000 €

Vendu 16 900 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 4039
Lieu : Vente à Huis clos
Date : 18 nov. 2020 14:30
Commissaire-priseur : Matthieu Fournier

Contact

Matthieu Fournier
Tél. +33 1 42 99 20 26
mfournier@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Maîtres anciens & du XIXe siècle