Vente Terres cuites - 10 juin 2021 /Lot 377 Jean-Joseph CARRIÈS Lyon, 1855 - Paris, 1894 Femme de Hollande, dite Madame Hals

  • Jean-Joseph CARRIÈS Lyon, 1855 - Paris, 1894 Femme de Hollande, dite Madame Hals Bronze à double patine, brune et mordorée
  • Jean-Joseph CARRIÈS Lyon, 1855 - Paris, 1894 Femme de Hollande, dite Madame Hals Bronze à double patine, brune et mordorée
Jean-Joseph CARRIÈS Lyon, 1855 - Paris, 1894
Femme de Hollande, dite Madame Hals
Bronze à double patine, brune et mordorée
Signé et daté 'CARRIES J.H. en 1884 Paris' devant et signé 'Carriès J.H.' et dédicacé 'A mon ami Ménard Dorian' au dos
Marque du fondeur 'BINGEN Fondeur' en dessous

Woman of Holland, called Mrs. Hals, bronze, brown patina, signed and dated, by J. J. Carriès
Hauteur : 48,50 Largeur : 62,50 Profondeur : 38,50 cm

Provenance : Collection Ménard-Dorian, Paris, en 1885 ;
Vente de la succession de Madame Ménard-Dorian, Paris, Galerie Georges Petit, 2 décembre 1929, n°18 ;
Acquis par le père de l'actuelle propriétaire auprès de la Galerie Talabardon & Gautier, Paris, en 2009 ;
Collection particulière, Bruxelles

Expositions : 'Exposition Carriès chez les Ménard-Dorian', Paris, 55 rue de la Faisanderie, 1888, n° 6 : "Hollandaise (ou Mme Hals)"
Salon de 1892, Paris, n° 1466 : "Femme de Hollande"
'Franco British Exhibition', Londres, 1908, n° 909 : "Jeune femme hollandaise"


Bibliographie : Edmond Pottier, "Les Salons de 1892", in 'Gazette des Beaux-Arts', Paris, 1892, II, hors texte, repr. entre les p. 38 et 39
Arsène Alexandre, 'Jean Carriès, imagier et potier : étude d'une oeuvre et d'une vie', Paris, 1895, p. 206
Aurélie Simier (dir.), 'Jean Carriès (1855-1894). La matière de l'étrange', cat. exp. Paris, Petit Palais, 2007-2008, mentionné p. 65 et modèle référencé sous le n° PPS00594, p. 206

Commentaire : C'est avant tout dans une démarche historicisante que notre artiste commence à proposer, au tournant des années 1880, un certain nombre de bustes sculptés inspirés des siècles passés. Il réalisa ainsi tout d'abord le buste de Frans Hals, en hommage au peintre et à son siècle glorieux pour les arts. A la suite de cette œuvre majestueuse, il réalisa un buste de femme, dont le premier titre 'Femme de Hollande', fut assez vite éclipsé par son second, 'Madame Hals', la femme du génial peintre devenant ainsi, deux siècles plus tard, un sujet autonome. Mais au contraire de son époux, la véritable identité du modèle ne peut être affirmée. Cette Madame Hals de Carriès n'étant en réalité que la femme du Frans Hals de Carriès, et la possibilité pour ce dernier d'offrir une autre notoriété à l'objet.
Le bronze que nous proposons au feu des enchères constitue un exemple prestigieux de ce modèle créé par notre artiste vers 1883-1884. C'est également un témoignage précieux de la collaboration fructueuse entre le sculpteur et le fondeur Pierre Bingen, réhabilitateur virtuose de la fonte à la cire perdue à Paris à la fin du XIXe siècle. Cette technique couteuse et plus exigeante est alors délaissée par les grands ateliers de fonderie qui lui préfèrent la fonte au sable. Carriès, dans son impératif de perfection, aspire à proposer ce qui se fait de mieux d'un point de vue technique. La fonte ainsi présentée, exemplaire unique d'une finesse exceptionnelle, arbore une patine chaude, profonde et translucide, presque vivante, que seule la méthode de la cire perdue permet de rendre.
L'artiste dédicacera l'œuvre à son ami et indéfectible soutien lors de ses débuts à Paris, Paul Ménard-Dorian homme politique français influent sous la IIIe République, premier propriétaire émérite de cette Madame Hals.

Estimation 20 000 - 30 000 €

Lot 377

Jean-Joseph CARRIÈS Lyon, 1855 - Paris, 1894
Femme de Hollande, dite Madame Hals

Estimation 20 000 - 30 000 € [$]

Jean-Joseph CARRIÈS Lyon, 1855 - Paris, 1894
Femme de Hollande, dite Madame Hals
Bronze à double patine, brune et mordorée
Signé et daté 'CARRIES J.H. en 1884 Paris' devant et signé 'Carriès J.H.' et dédicacé 'A mon ami Ménard Dorian' au dos
Marque du fondeur 'BINGEN Fondeur' en dessous

Woman of Holland, called Mrs. Hals, bronze, brown patina, signed and dated, by J. J. Carriès
Hauteur : 48,50 Largeur : 62,50 Profondeur : 38,50 cm

Provenance : Collection Ménard-Dorian, Paris, en 1885 ;
Vente de la succession de Madame Ménard-Dorian, Paris, Galerie Georges Petit, 2 décembre 1929, n°18 ;
Acquis par le père de l'actuelle propriétaire auprès de la Galerie Talabardon & Gautier, Paris, en 2009 ;
Collection particulière, Bruxelles

Expositions : 'Exposition Carriès chez les Ménard-Dorian', Paris, 55 rue de la Faisanderie, 1888, n° 6 : "Hollandaise (ou Mme Hals)"
Salon de 1892, Paris, n° 1466 : "Femme de Hollande"
'Franco British Exhibition', Londres, 1908, n° 909 : "Jeune femme hollandaise"


Bibliographie : Edmond Pottier, "Les Salons de 1892", in 'Gazette des Beaux-Arts', Paris, 1892, II, hors texte, repr. entre les p. 38 et 39
Arsène Alexandre, 'Jean Carriès, imagier et potier : étude d'une oeuvre et d'une vie', Paris, 1895, p. 206
Aurélie Simier (dir.), 'Jean Carriès (1855-1894). La matière de l'étrange', cat. exp. Paris, Petit Palais, 2007-2008, mentionné p. 65 et modèle référencé sous le n° PPS00594, p. 206

Commentaire : C'est avant tout dans une démarche historicisante que notre artiste commence à proposer, au tournant des années 1880, un certain nombre de bustes sculptés inspirés des siècles passés. Il réalisa ainsi tout d'abord le buste de Frans Hals, en hommage au peintre et à son siècle glorieux pour les arts. A la suite de cette œuvre majestueuse, il réalisa un buste de femme, dont le premier titre 'Femme de Hollande', fut assez vite éclipsé par son second, 'Madame Hals', la femme du génial peintre devenant ainsi, deux siècles plus tard, un sujet autonome. Mais au contraire de son époux, la véritable identité du modèle ne peut être affirmée. Cette Madame Hals de Carriès n'étant en réalité que la femme du Frans Hals de Carriès, et la possibilité pour ce dernier d'offrir une autre notoriété à l'objet.
Le bronze que nous proposons au feu des enchères constitue un exemple prestigieux de ce modèle créé par notre artiste vers 1883-1884. C'est également un témoignage précieux de la collaboration fructueuse entre le sculpteur et le fondeur Pierre Bingen, réhabilitateur virtuose de la fonte à la cire perdue à Paris à la fin du XIXe siècle. Cette technique couteuse et plus exigeante est alors délaissée par les grands ateliers de fonderie qui lui préfèrent la fonte au sable. Carriès, dans son impératif de perfection, aspire à proposer ce qui se fait de mieux d'un point de vue technique. La fonte ainsi présentée, exemplaire unique d'une finesse exceptionnelle, arbore une patine chaude, profonde et translucide, presque vivante, que seule la méthode de la cire perdue permet de rendre.
L'artiste dédicacera l'œuvre à son ami et indéfectible soutien lors de ses débuts à Paris, Paul Ménard-Dorian homme politique français influent sous la IIIe République, premier propriétaire émérite de cette Madame Hals.

Estimation 20 000 - 30 000 €

Détails de la vente

Vente : 4130
Date : 10 juin 2021 16:00
Commissaire-priseur : Matthieu Fournier

Contact

Matthieu Fournier
Tél. +33 1 42 99 20 26
mfournier@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Terres cuites & autres sculptures