Vente Maîtres anciens & du XIX siècle - 13 novembre 2019 /Lot 19 Jean-Honoré FRAGONARD Grasse, 1732 - Paris, 1806 L'éducation du chien

  • Jean-Honoré FRAGONARD Grasse, 1732 - Paris, 1806 L'éducation du chien Lavis de bistre sur trait de crayon noir
  • Jean-Honoré FRAGONARD Grasse, 1732 - Paris, 1806 L'éducation du chien Lavis de bistre sur trait de crayon noir
  • Jean-Honoré FRAGONARD Grasse, 1732 - Paris, 1806 L'éducation du chien Lavis de bistre sur trait de crayon noir
Jean-Honoré FRAGONARD Grasse, 1732 - Paris, 1806
L'éducation du chien
Lavis de bistre sur trait de crayon noir

The Education of the dog, brown wash on black chalk, by J. H. Fragonard
Hauteur : 24 Largeur : 36 cm

Provenance : Probablement collection Charles-François-René Mesnard de Clesle ;
Probablement sa vente ("Cabinet de M. le Chevalier de C."), Paris, hôtel de Bullion, 4 décembre 1786, n°116 : "Deux jeunes femmes & plusieurs enfans s'amusant à faire danser un chien. Cette scène agréable est représentée sur la terrasse d'un jardin. Ce Dessin, vigoureux de touche, est lavé au bistre sur papier blanc. Hauteur 9 pouces, largeur 13 pouces & demi" ;
Probablement collection Nicolas Delaunay, graveur du roi ;
Probablement sa vente, Paris, 7 mai 1792, partie du n° 22 : "Deux Dessins, par M. Fragonard; un Intérieur de Jardin où l'on voit deux Femmes faisant jouer des Enfans avec un chien ; l'autre, des jeunes Filles, cachées derrière un rideau & jouant avec des Fleurs" ;
Collection du vicomte de Grouchy, entre 1921 et 1931 ;
Collection Henri Feline ;
Acquis par les actuels propriétaires auprès de ce dernier en 1979 ;
Collection particulière, Paris

Expositions : 'Exposition d'oeuvres de J.-H. Fragonard', Paris, musée des Arts décoratifs, Pavillon de Marsan, 7 juin - 10 juillet 1921, n° 137
'Exposition de dessins de Fragonard', Paris, Hôtel de Sagan, Jacques Seligmann & fils, 9 -30 mai 1931, n° 34

Bibliographie : Probablement Roger Portalis, 'Fragonard', Paris, 1889, cat. p. 301
Henri Algoud, 'Fragonard', Monaco, 1941, pl. 85
Alexandre Ananoff, 'L'œuvre dessiné de Fragonard', t. II, Paris, 1963, p. 26, n° 591

Commentaire : C'est une charmante scène, hors du temps, du monde et de ses préoccupations, qu'il nous est donné ici de contempler : dans un jardin, deux jeunes femmes à la toilette à la fois élégante et légère sont affairées à faire marcher sur ses pattes arrières un petit chien, vêtu pour l'occasion d'une pèlerine, pour la plus grande joie des trois enfants dont elles s'occupent. Ceux-ci en ont délaissé le cheval sur roulettes qui, à droite de la composition, semble regarder la scène. C'est toute la quintessence des plaisirs de l'enfance qui est concentrée dans ce grand lavis de Fragonard, parvenu jusqu'à nous dans un état de fraîcheur exceptionnel.
Le peintre n'en est pas à son premier essai et l'aisance avec laquelle il trace sur le papier, à l'aide de quelques traits de crayon noir étoffés de lavis nuancé, une si séduisante composition est un témoignage de son éblouissante virtuosité, aussi bien dans la conception que dans l'exécution. Réalisée très probablement dans la première moitié des années 1780, cette grande feuille propose une vision idyllique du bonheur familial dans un cadre naturel, en écho aux préoccupations des Lumières qui brillent alors de leurs derniers feux. Sous l'impulsion des théories de Rousseau, d'une politique nataliste et d'une progressive libération de la parole des femmes, une nouvelle sensibilité avait vu le jour à partir des années 1760, se manifestant notamment par l'affirmation du sentiment de la famille et une plus grande implication des parents auprès de leurs enfants. Dans les arts, la représentation de l'enfant évolue également et celui-ci, avec ses émotions propres, ses jeux, sa place au sein du foyer et son rôle dans les plaisirs de la vie domestique va occuper une place de choix, notamment dans la scène de genre. Le sujet était tout désigné pour le pinceau de Fragonard, tout en sensibilité et en spontanéité, et il s'en empara avec délices dans de nombreuses compositions, suscitant l'émerveillement des amateurs de son siècle et des suivants : " Feuilletez tous ces dessins de Fragonard, feuilles éparses, pensées volantes que nous montre cette chapelle de son Œuvre : (…) - l'enfance y revient à tout moment, l'enfance y rit presque partout. Elle est la fraîcheur, la jeunesse, l'innocence de tous ces petits tableaux. (…) L'enfance porte bonheur à Fragonard1. "

Auprès de ces enfants, la place des animaux, indispensables compagnons des jeux et d'une heureuse vie domestique, est une constante chez Fragonard. Nous retrouvons ainsi des petits épagneuls habillés et faisant le beau dans une composition probablement contemporaine de notre dessin, titrée " L'éducation fait tout " par la gravure, dont la scène est située dans un intérieur plus rustique que notre élégant jardin (fig. 1, Sao Paulo, Museo de Art ; un dessin est également conservé à Aylesbury, Waddesdon Manor). Si plusieurs versions de L'Education du chien sont mentionnées et connues², le dessin ayant appartenu au vicomte de Grouchy est aujourd'hui le seul incontestablement de Fragonard - les autres feuilles attestant de sa séduction - et sa redécouverte dans un si bel état de conservation est un privilège.

Nous remercions Madame Eunice Williams de nous avoir aimablement confirmé l'authenticité de ce dessin d'après une photographie.

1. E. et J. de Goncourt, 'L'Art du XVIIIe siècle. Troisième série', Paris, 1882, p. 300 et 302
2. Ananoff ('op. cit.', p. 25-26) en répertorie quatre : le n° 590 doit très vraisemblablement être rapproché de notre dessin décrit sous le numéro suivant, restent le n° 589, considéré comme un faux dans les collections du Metropolitan Museum of Art de New York, et le n°592, catalogué comme " attribué à Fragonard" au Fogg Art Museum de Cambridge.
Estimation 150 000 - 200 000 €

Vendu 182 000 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 19

Jean-Honoré FRAGONARD Grasse, 1732 - Paris, 1806
L'éducation du chien

Vendu 182 000 € [$]

Jean-Honoré FRAGONARD Grasse, 1732 - Paris, 1806
L'éducation du chien
Lavis de bistre sur trait de crayon noir

The Education of the dog, brown wash on black chalk, by J. H. Fragonard
Hauteur : 24 Largeur : 36 cm

Provenance : Probablement collection Charles-François-René Mesnard de Clesle ;
Probablement sa vente ("Cabinet de M. le Chevalier de C."), Paris, hôtel de Bullion, 4 décembre 1786, n°116 : "Deux jeunes femmes & plusieurs enfans s'amusant à faire danser un chien. Cette scène agréable est représentée sur la terrasse d'un jardin. Ce Dessin, vigoureux de touche, est lavé au bistre sur papier blanc. Hauteur 9 pouces, largeur 13 pouces & demi" ;
Probablement collection Nicolas Delaunay, graveur du roi ;
Probablement sa vente, Paris, 7 mai 1792, partie du n° 22 : "Deux Dessins, par M. Fragonard; un Intérieur de Jardin où l'on voit deux Femmes faisant jouer des Enfans avec un chien ; l'autre, des jeunes Filles, cachées derrière un rideau & jouant avec des Fleurs" ;
Collection du vicomte de Grouchy, entre 1921 et 1931 ;
Collection Henri Feline ;
Acquis par les actuels propriétaires auprès de ce dernier en 1979 ;
Collection particulière, Paris

Expositions : 'Exposition d'oeuvres de J.-H. Fragonard', Paris, musée des Arts décoratifs, Pavillon de Marsan, 7 juin - 10 juillet 1921, n° 137
'Exposition de dessins de Fragonard', Paris, Hôtel de Sagan, Jacques Seligmann & fils, 9 -30 mai 1931, n° 34

Bibliographie : Probablement Roger Portalis, 'Fragonard', Paris, 1889, cat. p. 301
Henri Algoud, 'Fragonard', Monaco, 1941, pl. 85
Alexandre Ananoff, 'L'œuvre dessiné de Fragonard', t. II, Paris, 1963, p. 26, n° 591

Commentaire : C'est une charmante scène, hors du temps, du monde et de ses préoccupations, qu'il nous est donné ici de contempler : dans un jardin, deux jeunes femmes à la toilette à la fois élégante et légère sont affairées à faire marcher sur ses pattes arrières un petit chien, vêtu pour l'occasion d'une pèlerine, pour la plus grande joie des trois enfants dont elles s'occupent. Ceux-ci en ont délaissé le cheval sur roulettes qui, à droite de la composition, semble regarder la scène. C'est toute la quintessence des plaisirs de l'enfance qui est concentrée dans ce grand lavis de Fragonard, parvenu jusqu'à nous dans un état de fraîcheur exceptionnel.
Le peintre n'en est pas à son premier essai et l'aisance avec laquelle il trace sur le papier, à l'aide de quelques traits de crayon noir étoffés de lavis nuancé, une si séduisante composition est un témoignage de son éblouissante virtuosité, aussi bien dans la conception que dans l'exécution. Réalisée très probablement dans la première moitié des années 1780, cette grande feuille propose une vision idyllique du bonheur familial dans un cadre naturel, en écho aux préoccupations des Lumières qui brillent alors de leurs derniers feux. Sous l'impulsion des théories de Rousseau, d'une politique nataliste et d'une progressive libération de la parole des femmes, une nouvelle sensibilité avait vu le jour à partir des années 1760, se manifestant notamment par l'affirmation du sentiment de la famille et une plus grande implication des parents auprès de leurs enfants. Dans les arts, la représentation de l'enfant évolue également et celui-ci, avec ses émotions propres, ses jeux, sa place au sein du foyer et son rôle dans les plaisirs de la vie domestique va occuper une place de choix, notamment dans la scène de genre. Le sujet était tout désigné pour le pinceau de Fragonard, tout en sensibilité et en spontanéité, et il s'en empara avec délices dans de nombreuses compositions, suscitant l'émerveillement des amateurs de son siècle et des suivants : " Feuilletez tous ces dessins de Fragonard, feuilles éparses, pensées volantes que nous montre cette chapelle de son Œuvre : (…) - l'enfance y revient à tout moment, l'enfance y rit presque partout. Elle est la fraîcheur, la jeunesse, l'innocence de tous ces petits tableaux. (…) L'enfance porte bonheur à Fragonard1. "

Auprès de ces enfants, la place des animaux, indispensables compagnons des jeux et d'une heureuse vie domestique, est une constante chez Fragonard. Nous retrouvons ainsi des petits épagneuls habillés et faisant le beau dans une composition probablement contemporaine de notre dessin, titrée " L'éducation fait tout " par la gravure, dont la scène est située dans un intérieur plus rustique que notre élégant jardin (fig. 1, Sao Paulo, Museo de Art ; un dessin est également conservé à Aylesbury, Waddesdon Manor). Si plusieurs versions de L'Education du chien sont mentionnées et connues², le dessin ayant appartenu au vicomte de Grouchy est aujourd'hui le seul incontestablement de Fragonard - les autres feuilles attestant de sa séduction - et sa redécouverte dans un si bel état de conservation est un privilège.

Nous remercions Madame Eunice Williams de nous avoir aimablement confirmé l'authenticité de ce dessin d'après une photographie.

1. E. et J. de Goncourt, 'L'Art du XVIIIe siècle. Troisième série', Paris, 1882, p. 300 et 302
2. Ananoff ('op. cit.', p. 25-26) en répertorie quatre : le n° 590 doit très vraisemblablement être rapproché de notre dessin décrit sous le numéro suivant, restent le n° 589, considéré comme un faux dans les collections du Metropolitan Museum of Art de New York, et le n°592, catalogué comme " attribué à Fragonard" au Fogg Art Museum de Cambridge.
Estimation 150 000 - 200 000 €

Vendu 182 000 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 3949
Date : 13 nov. 2019 18:00
Commissaire-priseur : Matthieu Fournier

Contact

Matthieu Fournier
Tél. +33 1 42 99 20 26
mfournier@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Maîtres anciens & du XIXe siècle