Vente Le regard de Pierre Hebey - 23 février 2016 /Lot 402 Jean-Baptiste Carpeaux Valenciennes, 1827 - Courbevoie, 1875 Ugolin

  • Jean-Baptiste Carpeaux Valenciennes, 1827 - Courbevoie, 1875 Ugolin Bronze à patine brun vert nuancé
Jean-Baptiste Carpeaux Valenciennes, 1827 - Courbevoie, 1875
Ugolin
Bronze à patine brun vert nuancé
Epreuve ancienne, circa 1875, probablement fonte Propriété Carpeaux, sans cachet
Signée 'Carpeaux'
Hauteur : 47 cm (18,50 in.)

'UGOLINO', BRONZE, GREEN-BROWN PATINA, SIGNED, BY J.-B. CARPEAUX


Provenance : Collection Geneviève et Pierre Hebey, Paris

Bibliographie : en rapport :
Michel Poletti et Alain Richarme, 'Jean-Baptiste Carpeaux sculpteur, catalogue raisonné de l'oeuvre édité', Paris, 2003, p. 72-73, modèle référencé sous le n° SA 21

Commentaire : 'Ugolin' est le dernier envoi que Carpeaux fit de la villa Médicis à Rome où il était pensionnaire. Mis en confiance par le succès du 'Jeune pêcheur à la coquille' (voir lot 393), Carpeaux décide de se confronter à l'œuvre de Michel-Ange qu'il découvre alors, et annonce un chef-d'œuvre.
Pour ce faire Carpeaux tire de 'L'Enfer' de Dante un sujet propice aux expressions de terribilita : Ugolin, ancien podestat de Pise est condamné à mourir de faim, emmuré dans une tour avec ses deux fils et ses deux petits fils pour avoir trahi le parti des gibelins en faveur de celui des guelfes.
" Je vis mon propre aspect peint sur quatre visages
Et tordant mes deux poings, me pris à les ronger.
Eux croyant que c'était par besoin de manger
Se levèrent soudain: - Père, de grâce !
Nous en souffrirons moins si tu manges de nous.
Tu nous donnas ces chairs misérables à tous ;
Reprends-les à cette heure et nous en débarrasse.
Alors je me calmai pour ne plus les peiner. "
Cet exemple de dévouement filial, terrible en effet, ne fut pas du goût de l'Institut qui, informé par le directeur de la Villa Médicis, demanda à Carpeaux de modifier son projet. De rage Carpeaux détruisit sa statue... avant de la recoller pour n'y plus renoncer.
A la fin de trois ans de travail Carpeaux achève son œuvre qu'il considère comme la plus aboutie. Pour "exprimer les passions les plus violentes et y attacher la tendresse la plus délicate" Carpeaux mêla à la force de Michel-Ange les modèles multi séculaires du 'Laocoon' antique et de la 'Melencolia' de Dürer.
Ugolin transforma l'atelier romain de Carpeaux en un salon mondain où vinrent frissonner de terreur M. de Nieuwerkerke, Alexandre Dumas fils, la princesse Rospigliosi, la duchesse de Castiglione... qui promirent tous à l'élève la carrière d'un maître.
Du plâtre original de 1861, l'Etat commandera un bronze en 1862 (Paris, musée d'Orsay).

Estimation 15 000 - 20 000 €

Vendu 39 000 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 402

Jean-Baptiste Carpeaux Valenciennes, 1827 - Courbevoie, 1875
Ugolin

Vendu 39 000 € [$]

Jean-Baptiste Carpeaux Valenciennes, 1827 - Courbevoie, 1875
Ugolin
Bronze à patine brun vert nuancé
Epreuve ancienne, circa 1875, probablement fonte Propriété Carpeaux, sans cachet
Signée 'Carpeaux'
Hauteur : 47 cm (18,50 in.)

'UGOLINO', BRONZE, GREEN-BROWN PATINA, SIGNED, BY J.-B. CARPEAUX


Provenance : Collection Geneviève et Pierre Hebey, Paris

Bibliographie : en rapport :
Michel Poletti et Alain Richarme, 'Jean-Baptiste Carpeaux sculpteur, catalogue raisonné de l'oeuvre édité', Paris, 2003, p. 72-73, modèle référencé sous le n° SA 21

Commentaire : 'Ugolin' est le dernier envoi que Carpeaux fit de la villa Médicis à Rome où il était pensionnaire. Mis en confiance par le succès du 'Jeune pêcheur à la coquille' (voir lot 393), Carpeaux décide de se confronter à l'œuvre de Michel-Ange qu'il découvre alors, et annonce un chef-d'œuvre.
Pour ce faire Carpeaux tire de 'L'Enfer' de Dante un sujet propice aux expressions de terribilita : Ugolin, ancien podestat de Pise est condamné à mourir de faim, emmuré dans une tour avec ses deux fils et ses deux petits fils pour avoir trahi le parti des gibelins en faveur de celui des guelfes.
" Je vis mon propre aspect peint sur quatre visages
Et tordant mes deux poings, me pris à les ronger.
Eux croyant que c'était par besoin de manger
Se levèrent soudain: - Père, de grâce !
Nous en souffrirons moins si tu manges de nous.
Tu nous donnas ces chairs misérables à tous ;
Reprends-les à cette heure et nous en débarrasse.
Alors je me calmai pour ne plus les peiner. "
Cet exemple de dévouement filial, terrible en effet, ne fut pas du goût de l'Institut qui, informé par le directeur de la Villa Médicis, demanda à Carpeaux de modifier son projet. De rage Carpeaux détruisit sa statue... avant de la recoller pour n'y plus renoncer.
A la fin de trois ans de travail Carpeaux achève son œuvre qu'il considère comme la plus aboutie. Pour "exprimer les passions les plus violentes et y attacher la tendresse la plus délicate" Carpeaux mêla à la force de Michel-Ange les modèles multi séculaires du 'Laocoon' antique et de la 'Melencolia' de Dürer.
Ugolin transforma l'atelier romain de Carpeaux en un salon mondain où vinrent frissonner de terreur M. de Nieuwerkerke, Alexandre Dumas fils, la princesse Rospigliosi, la duchesse de Castiglione... qui promirent tous à l'élève la carrière d'un maître.
Du plâtre original de 1861, l'Etat commandera un bronze en 1862 (Paris, musée d'Orsay).

Estimation 15 000 - 20 000 €

Vendu 39 000 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 2994
Date : 23 févr. 2016 14:00

Contact

Matthieu Fournier
Tél. +33 1 42 99 20 26
mfournier@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Le regard de Pierre Hebey Les passions modérées Sculptures françaises du 19e siècle