Vente Collection Fernand Lafarge - 27 mars 2019 /Lot 19 Jean-Baptiste CARPEAUX Valenciennes, 1827 - Courbevoie, 1875 Le Génie de la Danse n°1

  • Jean-Baptiste CARPEAUX Valenciennes, 1827 - Courbevoie, 1875 Le Génie de la Danse n°1 Bronze à patine brune
  • Jean-Baptiste CARPEAUX Valenciennes, 1827 - Courbevoie, 1875 Le Génie de la Danse n°1 Bronze à patine brune
Jean-Baptiste CARPEAUX Valenciennes, 1827 - Courbevoie, 1875
Le Génie de la Danse n°1
Bronze à patine brune
Chef-modèle de l'atelier
Signé 'JBte Carpeaux sc' sur la base
Hauteur : 105 cm (41 1/4 in.)

The Genius of the Dance, bronze modele, brown patina, signed, by J. B. Carpeaux



Provenance : Vente de l'atelier de l'artiste (2e vente), Paris, galerie Manzi, 8-9 décembre 1913, n° 15 : " Génie de la Danse. Modèle en bronze " ( 6.680 fr. à Bousquet) ;
Collection Joseph Lafarge ;
Puis par descendance à Fernand Lafarge

Bibliographie : en rapport :
Michel Poletti et Alain Richarme, 'Jean-Baptiste Carpeaux sculpteur, catalogue raisonné de l'œuvre édité', Paris, 2003, p. 56, modèle répertorié sous le n° SA 4


Commentaire : Trois ans après avoir remporté à la surprise générale le chantier de l'Opéra qui aujourd'hui porte son nom, Charles Garnier proposa à son ancien camarade de la Petite-Ecole et désormais Prix de Rome Jean-Baptiste Carpeaux la réalisation de l'une des quatre sculptures de la façade. Après divers projets et maintes modifications Carpeaux commence en 1868 la réalisation en pierre de 'La Danse'.

Lors de la découverte au public le 27 juillet 1869, la presse se déchaine contre cette farandole endiablée de corps nus qui lui semble être un outrage aux bonnes mœurs. Un mois plus tard la polémique persiste et la statue essuie le jet d'une bouteille d'encre dont elle garde la trace. Mais c'est Carpeaux qui reste marqué par cet échec, quand Napoléon cédant à l'opinion publique décide de faire retirer La Danse. La guerre éclate pourtant qui sauve la statue.
De cet ensemble Carpeaux réalise de nombreuses réductions qui connaissent un immense succès. A la figure en pied du génie revient la place d'honneur car c'est elle qui incarne le mieux l'élan allégorique de ce groupe et sa grâce un temps incomprise. Indécis quant au sexe du génie, Carpeaux emprunta à Sébastien Visat, menuisier de vingt ans, son corps svelte et sain, et à la princesse Hélène de Racowitza cet éclatant sourire. Dans une figure frémissante de vie et de délicatesse, le sculpteur réussissait l'une des synthèses les plus brillantes de sa carrière.

Three years after being awarded the commission of the Opéra to general surprise, Charles Garnier suggested to his former fellow pupil at the Petite-Ecole and now holder of the Rome Prize, Jean Baptiste Carpeaux that he create one of the four sculptures of the façade of the building that now bears his name. After various projects and many changes, Carpeaux began to sculpt "the Dance" in stone in 1868.

When it was unveiled to the public on 27 July 1869, the press raged against this furious farandole of naked bodies that appeared to be an outrage against moral. A month later the polemic continued and a bottle of ink was thrown against the statue which still bears a trace of it. But it is Carpeaux who was especially marked by this failure when Napoleon gave in to public opinion and had The Dance removed. War broke out and this saved the statue.
Carpeaux made several reductions of this group which were very successful. Pride of place goes to the full length spirit because it is this figure which best incarnates the allegorical momentum, of this group and its grace, which was misunderstood for a time. Undecided about the genius's sex, Carpeaux borrowed the healthy, svelte body of Sébastien Visat, a twenty year old carpenter and the bright smile from Princess Hélène de Racowitza. In a figure that is bubbling with life and delicacy, the sculptor succeeded in creating one of the most brilliant combinations of his career.


Estimation 80 000 - 120 000 €

Lot 19

Jean-Baptiste CARPEAUX Valenciennes, 1827 - Courbevoie, 1875
Le Génie de la Danse n°1

Estimation 80 000 - 120 000 € [$]

Jean-Baptiste CARPEAUX Valenciennes, 1827 - Courbevoie, 1875
Le Génie de la Danse n°1
Bronze à patine brune
Chef-modèle de l'atelier
Signé 'JBte Carpeaux sc' sur la base
Hauteur : 105 cm (41 1/4 in.)

The Genius of the Dance, bronze modele, brown patina, signed, by J. B. Carpeaux



Provenance : Vente de l'atelier de l'artiste (2e vente), Paris, galerie Manzi, 8-9 décembre 1913, n° 15 : " Génie de la Danse. Modèle en bronze " ( 6.680 fr. à Bousquet) ;
Collection Joseph Lafarge ;
Puis par descendance à Fernand Lafarge

Bibliographie : en rapport :
Michel Poletti et Alain Richarme, 'Jean-Baptiste Carpeaux sculpteur, catalogue raisonné de l'œuvre édité', Paris, 2003, p. 56, modèle répertorié sous le n° SA 4


Commentaire : Trois ans après avoir remporté à la surprise générale le chantier de l'Opéra qui aujourd'hui porte son nom, Charles Garnier proposa à son ancien camarade de la Petite-Ecole et désormais Prix de Rome Jean-Baptiste Carpeaux la réalisation de l'une des quatre sculptures de la façade. Après divers projets et maintes modifications Carpeaux commence en 1868 la réalisation en pierre de 'La Danse'.

Lors de la découverte au public le 27 juillet 1869, la presse se déchaine contre cette farandole endiablée de corps nus qui lui semble être un outrage aux bonnes mœurs. Un mois plus tard la polémique persiste et la statue essuie le jet d'une bouteille d'encre dont elle garde la trace. Mais c'est Carpeaux qui reste marqué par cet échec, quand Napoléon cédant à l'opinion publique décide de faire retirer La Danse. La guerre éclate pourtant qui sauve la statue.
De cet ensemble Carpeaux réalise de nombreuses réductions qui connaissent un immense succès. A la figure en pied du génie revient la place d'honneur car c'est elle qui incarne le mieux l'élan allégorique de ce groupe et sa grâce un temps incomprise. Indécis quant au sexe du génie, Carpeaux emprunta à Sébastien Visat, menuisier de vingt ans, son corps svelte et sain, et à la princesse Hélène de Racowitza cet éclatant sourire. Dans une figure frémissante de vie et de délicatesse, le sculpteur réussissait l'une des synthèses les plus brillantes de sa carrière.

Three years after being awarded the commission of the Opéra to general surprise, Charles Garnier suggested to his former fellow pupil at the Petite-Ecole and now holder of the Rome Prize, Jean Baptiste Carpeaux that he create one of the four sculptures of the façade of the building that now bears his name. After various projects and many changes, Carpeaux began to sculpt "the Dance" in stone in 1868.

When it was unveiled to the public on 27 July 1869, the press raged against this furious farandole of naked bodies that appeared to be an outrage against moral. A month later the polemic continued and a bottle of ink was thrown against the statue which still bears a trace of it. But it is Carpeaux who was especially marked by this failure when Napoleon gave in to public opinion and had The Dance removed. War broke out and this saved the statue.
Carpeaux made several reductions of this group which were very successful. Pride of place goes to the full length spirit because it is this figure which best incarnates the allegorical momentum, of this group and its grace, which was misunderstood for a time. Undecided about the genius's sex, Carpeaux borrowed the healthy, svelte body of Sébastien Visat, a twenty year old carpenter and the bright smile from Princess Hélène de Racowitza. In a figure that is bubbling with life and delicacy, the sculptor succeeded in creating one of the most brilliant combinations of his career.


Estimation 80 000 - 120 000 €

Détails de la vente

Vente : 3945
Date : 27 mars 2019 17:00
Commissaire-priseur : Matthieu Fournier

Contact

Matthieu Fournier
Tél. +33 1 42 99 20 26
mfournier@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Collection Fernand Lafarge : Un hommage à la sculpture