Vente Maîtres anciens et du XIX siècle - 27 mars 2019 /Lot 304 Jan MIJTENS La Haye, vers 1614 - 1670 Portrait de famille dans un paysage

  • Jan MIJTENS La Haye, vers 1614 - 1670 Portrait de famille dans un paysage Huile sur toile
  • Jan MIJTENS La Haye, vers 1614 - 1670 Portrait de famille dans un paysage Huile sur toile
Jan MIJTENS La Haye, vers 1614 - 1670
Portrait de famille dans un paysage
Huile sur toile
Signée et datée 'Joa :Mytins. Fecit. / 1641' en bas à gauche

Portrait of a family in a landscape, oil on canvas, signed and dated, by J. Mijtens
Hauteur : 86 Largeur : 116 cm

Provenance : Collection Henri Saladin ;
Collection Jean Lullin, Genève ;
Sa vente, Londres, Christie's, 21 juin 1968, n° 107 ;
Acquis à cette occasion par la galerie Leger, Londres ;
Vente anonyme ; Londres, Bonhams, 6 décembre 2006, n° 29 ;
Vente anonyme ; Amsterdam, Sotheby's, 11 novembre 2008, n° 44 ;
Collection particulière, Belgique


Bibliographie : Alexandra Nina Bauer, 'Jan Mijtens (1613/14-1670). Leben und Werk', Petersberg, 2006, p. 237-238, n° A 115, repr. p. 405

Commentaire : Portraitiste le plus en vue à La Haye au milieu du XVIIe siècle, Jan Mytens commence sa formation auprès de son oncle Isaac Mytens et rejoint après 1634 l'atelier de son autre oncle peintre Daniel Mytens (l'ancien). Ce dernier, qui avait été peintre de cour de Charles Ier d'Angleterre, avait vu son style influencé par celui d'Anton van Dyck au contact de cet immense portraitiste à Londres. Il n'est donc pas étonnant de retrouver l'élégance des portraits mondains londoniens dans notre tableau daté de 1641, soit un an avant le mariage de Jan Mytens avec sa cousine Anna, fille de son oncle et maître. Jan Mytens suivra une carrière prospère jalonnée par l'accession à différentes charges et titres. Membre de la guilde de Saint-Luc à La Haye à partir de 1639, il en devient l'un des doyens en 1656. Membre fondateur de la société De pictura, il en devient le dirigeant en 1669-1670 tout en consacrant une partie de son temps à l'instruction de son fils et élève Daniel Mytens (le jeune).

Notre ambitieuse composition représente une famille dans un décor de campagne. Il s'agit probablement de riches commerçants au regard de la sobriété de leur habillement. Cette Conversation piece d'influence anglaise est un modèle largement répandu dans le corpus de l'artiste. En marge des portraits d'apparats de plus grands formats, centrés sur les modèles en pied ou à mi-corps, qui parsèment la production des grands peintres tels que Rubens, Van Dyck ou encore Cornelis de Vos, ces portraits de groupes, de dimensions plus modestes, représentent le plus souvent des familles dans leur intérieur ou comme ici dans la nature. Par leur mode de composition, ces Conversation pieces s'apparentent à la peinture de genre, très présente sur les murs des demeures en Flandres et en Hollande, et offrent la possibilité de mises en scènes variées. Ici la nourrice au sein gauche dénudé s'occupe du dernier né des deux enfants - sans doute un garçon si nous tenons compte de l'attention que lui porte le père par le mouvement de ses mains - alors que la belle épouse tient le symbole de l'amour au centre de la toile et que la fille aînée arrive à droite, suivi d'une servante ou dame de compagnie. La tenue vestimentaire de la fille ainée correspond à la dernière mode du début des années 1640. Tant cette tenue de prix que la revendication d'une attache rurale sont l'expression d'une ascension sociale, celle d'un commerçant qui revendique le statut d'un gentilhomme.

Estimation 40 000 - 60 000 €

Vendu 57 200 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 304

Jan MIJTENS La Haye, vers 1614 - 1670
Portrait de famille dans un paysage

Vendu 57 200 € [$]

Jan MIJTENS La Haye, vers 1614 - 1670
Portrait de famille dans un paysage
Huile sur toile
Signée et datée 'Joa :Mytins. Fecit. / 1641' en bas à gauche

Portrait of a family in a landscape, oil on canvas, signed and dated, by J. Mijtens
Hauteur : 86 Largeur : 116 cm

Provenance : Collection Henri Saladin ;
Collection Jean Lullin, Genève ;
Sa vente, Londres, Christie's, 21 juin 1968, n° 107 ;
Acquis à cette occasion par la galerie Leger, Londres ;
Vente anonyme ; Londres, Bonhams, 6 décembre 2006, n° 29 ;
Vente anonyme ; Amsterdam, Sotheby's, 11 novembre 2008, n° 44 ;
Collection particulière, Belgique


Bibliographie : Alexandra Nina Bauer, 'Jan Mijtens (1613/14-1670). Leben und Werk', Petersberg, 2006, p. 237-238, n° A 115, repr. p. 405

Commentaire : Portraitiste le plus en vue à La Haye au milieu du XVIIe siècle, Jan Mytens commence sa formation auprès de son oncle Isaac Mytens et rejoint après 1634 l'atelier de son autre oncle peintre Daniel Mytens (l'ancien). Ce dernier, qui avait été peintre de cour de Charles Ier d'Angleterre, avait vu son style influencé par celui d'Anton van Dyck au contact de cet immense portraitiste à Londres. Il n'est donc pas étonnant de retrouver l'élégance des portraits mondains londoniens dans notre tableau daté de 1641, soit un an avant le mariage de Jan Mytens avec sa cousine Anna, fille de son oncle et maître. Jan Mytens suivra une carrière prospère jalonnée par l'accession à différentes charges et titres. Membre de la guilde de Saint-Luc à La Haye à partir de 1639, il en devient l'un des doyens en 1656. Membre fondateur de la société De pictura, il en devient le dirigeant en 1669-1670 tout en consacrant une partie de son temps à l'instruction de son fils et élève Daniel Mytens (le jeune).

Notre ambitieuse composition représente une famille dans un décor de campagne. Il s'agit probablement de riches commerçants au regard de la sobriété de leur habillement. Cette Conversation piece d'influence anglaise est un modèle largement répandu dans le corpus de l'artiste. En marge des portraits d'apparats de plus grands formats, centrés sur les modèles en pied ou à mi-corps, qui parsèment la production des grands peintres tels que Rubens, Van Dyck ou encore Cornelis de Vos, ces portraits de groupes, de dimensions plus modestes, représentent le plus souvent des familles dans leur intérieur ou comme ici dans la nature. Par leur mode de composition, ces Conversation pieces s'apparentent à la peinture de genre, très présente sur les murs des demeures en Flandres et en Hollande, et offrent la possibilité de mises en scènes variées. Ici la nourrice au sein gauche dénudé s'occupe du dernier né des deux enfants - sans doute un garçon si nous tenons compte de l'attention que lui porte le père par le mouvement de ses mains - alors que la belle épouse tient le symbole de l'amour au centre de la toile et que la fille aînée arrive à droite, suivi d'une servante ou dame de compagnie. La tenue vestimentaire de la fille ainée correspond à la dernière mode du début des années 1640. Tant cette tenue de prix que la revendication d'une attache rurale sont l'expression d'une ascension sociale, celle d'un commerçant qui revendique le statut d'un gentilhomme.

Estimation 40 000 - 60 000 €

Vendu 57 200 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 3857
Date : 27 mars 2019 19:00
Commissaire-priseur : Matthieu Fournier

Contact

Matthieu Fournier
Tél. +33 1 42 99 20 26
mfournier@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Maîtres anciens et du XIXe siècle