Vente Bibliothèque littéraire et poétique - 16 octobre 2013 /Lot 239 GHERASIM LUCA. CORRESPONDANCE AUTOGRAPHE A CLAUDE TARNAUD. 5 lettres datées de mars à décembre1953, avec deux cartes portant des des...

  • GHERASIM LUCA. CORRESPONDANCE AUTOGRAPHE A CLAUDE TARNAUD. 5 lettres datées de mars à décembre1953, avec deux cartes portant des des...
GHERASIM LUCA. CORRESPONDANCE AUTOGRAPHE A CLAUDE TARNAUD. 5 lettres datées de mars à décembre1953, avec deux cartes portant des dessins originaux datés de mai 1954, signées du poète et de sa compagne Béatrice de la Sablière, adressées à ses " très chers ". Lettres accompagnées de dactylographies de poèmes, ainsi que d'" énumérations poétiques " et de jeux surréalisants. Total : 8 pp. in-4, 5 pp. in-12 et 3 pp. in-16 (dont 2 cartes avec dessins), très minutieusement et entièrement couvertes de la très fine écriture, parfois chantournée, de Luca (quelques fautes d'orthographe et d'accord des temps). Très importante correspondance. Ces lettres donnent une vision très synthétique de la vie difficile du poète, au moment de sa renaissance poétique avec la parution d'un de ses maîtres-livres Héros-Limite, aux Editions du Soleil Noir. Il y est notamment question de ses relations avec Victor Brauner, de la poésie ou de l'alchimie, dont le poète semble s'être préoccupé avec passion. Il est notable qu'une très large part d' " alchimie du verbe ", et particulièrement par la voix et le son, comme on le lit ici, est très présente dans la recherche poétique de Luca. - 4 pp. in-4, datées à la fin de Paris, le 2 mars 53, sur papier très fin : 2 pp. à l'encre, 2pp. au crayon et 1p. à l'encre rouge, cette dernière avec quelques lignes ajoutées signées de Béatrice. La première page comporte un collage d'un papier imprimé en vert représentant un château dessiné avec le nom en lettres gothiques " De Luca ". Une part importante de la lettre est constituée par deux énumérations poétiques surréalistes, la première concernant les effets de la latépyrine, médicament prescrit à Luca pour soigner ses fièvres, la seconde détaillant les objets se trouvant sur le bureau et dans ses tiroirs, dans l'atelier qu'on a prêté à Luca pour huit jours. Les énumérations à la fois froides et cocasses sont agrémentées de petits dessins rappelant les rébus enfantins, ainsi que de lettres ornées et de petits idéogrammes à base d'initiales. La lettre est agrafée avec deux pages dactylographiées en bleu sur papier machine fin portant deux poèmes, plus anciens de Luca : " Ma déraison d'être " et " Soupir - A - Trappes ". " J'ai mis très peu de temps pour apprendre que la poésie " maudite ", la révolution " absolue " et même la folie sont devenues à Paris les seuls moyens " modernes " de s'intégrer mais je ne sais pas encore combien de temps je dois mettre pour l'oublier. Rien ne m'indigne plus contre moi-même que cette stupeur inépuisable devant la même source de déception. Je veux dire que pour l'instant mes réflexes d'attaque ne se distinguent pas nettement des horreurs que nous sommes obligés de subir. Nous savons que le désespoir est un couteau à double tranchant (suis-je leur complice?) mais je ne sais pas pourquoi chez moi il refuse de lâcher sa lame et son manche. Peut-être que ce passage à l'humour enveloppe partiellement ma pensée mais pas ma vie… " - 4 pp. in-12, datées de Paris, 24 juin 53, à l'encre noire sur papier fin, avec collage d'une brève de journal sur la naissance d'un volcan aux Philippines. Superbe lettre sur Héros-Limite et ses relations avec Victor Brauner. " Hier soir, avant de me rendre à notre rendez-vous passage dechambre, j'avais mis à la poste la lettre où je vous disais mon regret de ne pas vous avoir averti qu'il fallait lire à haute voix Héros-Limite pour l'aimer. (…) Depuis un an je fais des efforts pour garder intacte ma grande estime pour Victor qui, pris par une sorte de folie de la petite grandeur (totalement privée d'humour) fait tout pour la démériter. Après les tableaux vraiment extraordinaires qu'il avait exposés en octobre dernier et qui n'avaient absolument aucun rapport avec la peinture peinture, il s'est mis à faire des portraits, des fleurs et de l'art tout court et s'est aperçu d'un coup que les Renoirs étaient les vrais personnages exemplaires ou, comme on dit dans le milieu, les grands maîtres. (...) " - 3pp. in-4, datées de Paris, 29 août 53, sur 2 feuillets de papier machine surfin, dont une page avec une grande fenêtre centrale et une autre ponctuée de traits colorés effectués par " un enfant en visite à Levallois au mois de mai " chez le poète. Importante lettre sur l'occultisme, au sujet de deux figures prédominantes du milieu occultiste de Paris des années cinquante, Alleau et Canseliet, ainsi que de l'ouvrage alchimique d'un certain Fulcanelli préfacé par ce dernier. Luca va envoyer à ses amis le livre d'Alleau : " (…) Je trouve le texte d'Alleau vraiment très beau et, pour un livre de vulgarisation, tout à fait étonnant. Ce qui m'a frappé dès les premières lignes c'est que le magnétisme de sa voix, remarqué lors de ses conférences, subsiste dans son écriture. Qu'en pensez-vous? En ce qui concerne Canseliet, je vais vous donner une longue citation d'un livre récemment paru (…) entre parenthèses, il paraît que Breton qui a connu Canseliet, il n'y a pas si longtemps, par l'entremise d'Alleau a été très gêné, très mal à l'aise en sa présence, sans aucune raison nettement bien discernable (…) " La longue citation qui suit tente d'établir les liens véritables entre Canseliet et le dénommé Fulcanelli. Le mystérieux alchimiste Fulcanelli ne serait autre que l'auteur des illustrations de l'ouvrage : " Le problème valait bien une enquête. De cette enquête, qui n'a pas manqué de difficultés et de rebondissements imprévus, je conclu que Fulcanelli, c'est Jean-Julien Champagne. Ce Champagne était un homme de petite taille, à longues moustaches gauloises, féru d'art gothique, dont il soutenait que c'était un style à clé, et que cette clé n'était autre que vieille argotique ou langue verte. Il professait, dès avant la parution des deux ouvrages, des idées qui s'y retrouvent. (…) Installé, ai-je dit, dans une pièce voisine, canseliet professait pour son vieil ami le plus grand respect. Celui-ci qui des dons de guérisseur, menait aussi avec une ardeur concentrée des recherches alchimiques dans un laboratoire, devant un four à feu lent et des cornues. Il devait y obtenir un éclatant succès : il avait fini par détenir la " matière première ". (...) " - 2 pp. in-16 et in-12, datées de Paris, le 16 novembre 53 : la première de texte, à l'encre bleue, avec la moitié de la page rédigée par Béatrice ; lettre dans laquelle il est question de " deux missives waldbergiennes ", du " silence de Hérold " et d'une " visite à l'atelier chez Victor [Brauner] ". La second page constituée d'un grand tableau de " satitistiques " sur les degrés d'attirance des proches du poètes à l'égard de quelques formes actives ou passives de l'amour : " mordre/être mordu ", " caresser/être caresser ", " frapper/être frappé "; etc, ainsi que de certaines formes de perversions : " masochisme ", " homosexualité ", " nécrophilie " etc. - 1 page in-4, datée de Paris, 12 décembre 53, sur papier vert très fin (bords légèrement jaunis) ; Luca a pratiqué dans la lettre deux petites fenêtres, l'une verticale et l'autre horizontale. Petit collage au scotch d'une brève de journal informant de la mort " brûlée vive " dans un incendie d'une dame âgée de 71 ans, tandis que sa sœur, une vingtaine d'années auparavant était morte gelée. " (…) Rien de plus amusant que la réforme du calendrier, ne trouvez-vous pas? En conséquence, la Terreur mise à part, nous avons décidé de nous amuser à la façon de nos grands prédécesseurs en disposant abusivement de la distribution des fêtes; les noms et les dates qui suivent indiquent onze jours artificiellement anniversaires et ont été choisis au hasard pour chaque personne. " Suivent dont les onze dates anniversaires, auxquelles correspondent une distribution poétique de qualifications : " jour sans souvenir "; " jour de la lettre télépathique "; " jour des neuf cous "; " jour du désœuvrement absolu ", etc. JOINTES : 2 Cartes du ciel du 27 mai 1954, l'une " vue par Luca ", l'autre " vue par Béatrice ". Il s'agit de deux dessins originaux diagrammatiques, au trait et à l'encre, contrecollés sur cartes postales, l'une représentant la " grotte de Rochefort ", l'autre une femme vêtue de voiles devant la Lune. Le texte des deux dessins est de Luca; le dessin du diagramme Luca représente un ange par le " pointage de 3360 étoiles ".
Estimation 3 000 - 4 000 €

Vendu 6 235 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 239

GHERASIM LUCA. CORRESPONDANCE AUTOGRAPHE A CLAUDE TARNAUD. 5 lettres datées de mars à décembre1953, avec deux cartes portant des des...

Vendu 6 235 € [$]

GHERASIM LUCA. CORRESPONDANCE AUTOGRAPHE A CLAUDE TARNAUD. 5 lettres datées de mars à décembre1953, avec deux cartes portant des dessins originaux datés de mai 1954, signées du poète et de sa compagne Béatrice de la Sablière, adressées à ses " très chers ". Lettres accompagnées de dactylographies de poèmes, ainsi que d'" énumérations poétiques " et de jeux surréalisants. Total : 8 pp. in-4, 5 pp. in-12 et 3 pp. in-16 (dont 2 cartes avec dessins), très minutieusement et entièrement couvertes de la très fine écriture, parfois chantournée, de Luca (quelques fautes d'orthographe et d'accord des temps). Très importante correspondance. Ces lettres donnent une vision très synthétique de la vie difficile du poète, au moment de sa renaissance poétique avec la parution d'un de ses maîtres-livres Héros-Limite, aux Editions du Soleil Noir. Il y est notamment question de ses relations avec Victor Brauner, de la poésie ou de l'alchimie, dont le poète semble s'être préoccupé avec passion. Il est notable qu'une très large part d' " alchimie du verbe ", et particulièrement par la voix et le son, comme on le lit ici, est très présente dans la recherche poétique de Luca. - 4 pp. in-4, datées à la fin de Paris, le 2 mars 53, sur papier très fin : 2 pp. à l'encre, 2pp. au crayon et 1p. à l'encre rouge, cette dernière avec quelques lignes ajoutées signées de Béatrice. La première page comporte un collage d'un papier imprimé en vert représentant un château dessiné avec le nom en lettres gothiques " De Luca ". Une part importante de la lettre est constituée par deux énumérations poétiques surréalistes, la première concernant les effets de la latépyrine, médicament prescrit à Luca pour soigner ses fièvres, la seconde détaillant les objets se trouvant sur le bureau et dans ses tiroirs, dans l'atelier qu'on a prêté à Luca pour huit jours. Les énumérations à la fois froides et cocasses sont agrémentées de petits dessins rappelant les rébus enfantins, ainsi que de lettres ornées et de petits idéogrammes à base d'initiales. La lettre est agrafée avec deux pages dactylographiées en bleu sur papier machine fin portant deux poèmes, plus anciens de Luca : " Ma déraison d'être " et " Soupir - A - Trappes ". " J'ai mis très peu de temps pour apprendre que la poésie " maudite ", la révolution " absolue " et même la folie sont devenues à Paris les seuls moyens " modernes " de s'intégrer mais je ne sais pas encore combien de temps je dois mettre pour l'oublier. Rien ne m'indigne plus contre moi-même que cette stupeur inépuisable devant la même source de déception. Je veux dire que pour l'instant mes réflexes d'attaque ne se distinguent pas nettement des horreurs que nous sommes obligés de subir. Nous savons que le désespoir est un couteau à double tranchant (suis-je leur complice?) mais je ne sais pas pourquoi chez moi il refuse de lâcher sa lame et son manche. Peut-être que ce passage à l'humour enveloppe partiellement ma pensée mais pas ma vie… " - 4 pp. in-12, datées de Paris, 24 juin 53, à l'encre noire sur papier fin, avec collage d'une brève de journal sur la naissance d'un volcan aux Philippines. Superbe lettre sur Héros-Limite et ses relations avec Victor Brauner. " Hier soir, avant de me rendre à notre rendez-vous passage dechambre, j'avais mis à la poste la lettre où je vous disais mon regret de ne pas vous avoir averti qu'il fallait lire à haute voix Héros-Limite pour l'aimer. (…) Depuis un an je fais des efforts pour garder intacte ma grande estime pour Victor qui, pris par une sorte de folie de la petite grandeur (totalement privée d'humour) fait tout pour la démériter. Après les tableaux vraiment extraordinaires qu'il avait exposés en octobre dernier et qui n'avaient absolument aucun rapport avec la peinture peinture, il s'est mis à faire des portraits, des fleurs et de l'art tout court et s'est aperçu d'un coup que les Renoirs étaient les vrais personnages exemplaires ou, comme on dit dans le milieu, les grands maîtres. (...) " - 3pp. in-4, datées de Paris, 29 août 53, sur 2 feuillets de papier machine surfin, dont une page avec une grande fenêtre centrale et une autre ponctuée de traits colorés effectués par " un enfant en visite à Levallois au mois de mai " chez le poète. Importante lettre sur l'occultisme, au sujet de deux figures prédominantes du milieu occultiste de Paris des années cinquante, Alleau et Canseliet, ainsi que de l'ouvrage alchimique d'un certain Fulcanelli préfacé par ce dernier. Luca va envoyer à ses amis le livre d'Alleau : " (…) Je trouve le texte d'Alleau vraiment très beau et, pour un livre de vulgarisation, tout à fait étonnant. Ce qui m'a frappé dès les premières lignes c'est que le magnétisme de sa voix, remarqué lors de ses conférences, subsiste dans son écriture. Qu'en pensez-vous? En ce qui concerne Canseliet, je vais vous donner une longue citation d'un livre récemment paru (…) entre parenthèses, il paraît que Breton qui a connu Canseliet, il n'y a pas si longtemps, par l'entremise d'Alleau a été très gêné, très mal à l'aise en sa présence, sans aucune raison nettement bien discernable (…) " La longue citation qui suit tente d'établir les liens véritables entre Canseliet et le dénommé Fulcanelli. Le mystérieux alchimiste Fulcanelli ne serait autre que l'auteur des illustrations de l'ouvrage : " Le problème valait bien une enquête. De cette enquête, qui n'a pas manqué de difficultés et de rebondissements imprévus, je conclu que Fulcanelli, c'est Jean-Julien Champagne. Ce Champagne était un homme de petite taille, à longues moustaches gauloises, féru d'art gothique, dont il soutenait que c'était un style à clé, et que cette clé n'était autre que vieille argotique ou langue verte. Il professait, dès avant la parution des deux ouvrages, des idées qui s'y retrouvent. (…) Installé, ai-je dit, dans une pièce voisine, canseliet professait pour son vieil ami le plus grand respect. Celui-ci qui des dons de guérisseur, menait aussi avec une ardeur concentrée des recherches alchimiques dans un laboratoire, devant un four à feu lent et des cornues. Il devait y obtenir un éclatant succès : il avait fini par détenir la " matière première ". (...) " - 2 pp. in-16 et in-12, datées de Paris, le 16 novembre 53 : la première de texte, à l'encre bleue, avec la moitié de la page rédigée par Béatrice ; lettre dans laquelle il est question de " deux missives waldbergiennes ", du " silence de Hérold " et d'une " visite à l'atelier chez Victor [Brauner] ". La second page constituée d'un grand tableau de " satitistiques " sur les degrés d'attirance des proches du poètes à l'égard de quelques formes actives ou passives de l'amour : " mordre/être mordu ", " caresser/être caresser ", " frapper/être frappé "; etc, ainsi que de certaines formes de perversions : " masochisme ", " homosexualité ", " nécrophilie " etc. - 1 page in-4, datée de Paris, 12 décembre 53, sur papier vert très fin (bords légèrement jaunis) ; Luca a pratiqué dans la lettre deux petites fenêtres, l'une verticale et l'autre horizontale. Petit collage au scotch d'une brève de journal informant de la mort " brûlée vive " dans un incendie d'une dame âgée de 71 ans, tandis que sa sœur, une vingtaine d'années auparavant était morte gelée. " (…) Rien de plus amusant que la réforme du calendrier, ne trouvez-vous pas? En conséquence, la Terreur mise à part, nous avons décidé de nous amuser à la façon de nos grands prédécesseurs en disposant abusivement de la distribution des fêtes; les noms et les dates qui suivent indiquent onze jours artificiellement anniversaires et ont été choisis au hasard pour chaque personne. " Suivent dont les onze dates anniversaires, auxquelles correspondent une distribution poétique de qualifications : " jour sans souvenir "; " jour de la lettre télépathique "; " jour des neuf cous "; " jour du désœuvrement absolu ", etc. JOINTES : 2 Cartes du ciel du 27 mai 1954, l'une " vue par Luca ", l'autre " vue par Béatrice ". Il s'agit de deux dessins originaux diagrammatiques, au trait et à l'encre, contrecollés sur cartes postales, l'une représentant la " grotte de Rochefort ", l'autre une femme vêtue de voiles devant la Lune. Le texte des deux dessins est de Luca; le dessin du diagramme Luca représente un ange par le " pointage de 3360 étoiles ".
Estimation 3 000 - 4 000 €

Vendu 6 235 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 2398
Date : 16 oct. 2013 14:30

Contact

Lorena de Las Heras
Tél.
ldelasheras@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Bibliothèque littéraire et poétique. Livres et manuscrits des 19e et 20e siècles