Vente Maîtres anciens & du XIX siècle /Lot 154 François-André Vincent Paris, 1746 - 1816 Le martyre de saint Barthélémy, d'après Mattia Preti

  • François-André Vincent Paris, 1746 - 1816
François-André Vincent Paris, 1746 - 1816
Le martyre de saint Barthélémy, d'après Mattia Preti
Toile
Annotée 'BART.[olo]meus / X[tia]nus' sur le tronc

The Martyrdom of Saint Bartholomew, after M. Preti, oil on canvas, by F. A. Vincent
Hauteur : 76 Largeur : 76 cm

Provenance : Très probablement le tableau peint à Naples pour Bergeret de Grancourt fin mai 1774 ;
Très probablement collection Bergeret, Paris ;
Très probablement sa vente, Paris, Hôtel Bergeret, 24-26 avril 1786, n°94 ("Le Martyre de S. Barthelemi, étude savament faite d'après le Tableau du Calabrais, connu dans un Cabinet à Naples. Hauteur 27 pouces, largeur 27 pouces 6 lignes. T. ; 48 livres, acquis par Bellot) ;
Peut-être vente Eugène Tondu, Paris, 10-15 avril 1865, n°263 ;
Collection particulière


Bibliographie : Très probablement Pierre Jacques Onésyme Bergeret de Grancourt, Bergeret et Fragonard, Journal inédit d'un voyage en Italie, 1773-1774, publié par M.A. Tornézy, May et Motteroz, Paris, 1895, p. 330 : [Naples, 27 may] "Il y a un tableau de Calabrese qui est un Saint écorché ; j'en aurai une esquisse heurtée. C'est une belle chose dont il ne faut pas attendre d'autre explication ni détail "
Jean-Pierre Cuzin, François-André
Vincent, 1746-1816 : entre Fragonard et
David, Paris, 2013, p. 50 et p. 382, n° 176P (non illustré contrairement à ce qu'indique la notice)


Commentaire : Il existe trois versions connues de cette copie d'après Mattia Preti par Vincent, répertoriées dans la monographie de Jean-Pierre Cuzin, et non deux, comme l'indiquait le rectificatif publié en 2016 (J.-P. Cuzin, "Quelques nouveaux Vincent", in De David à Delacroix. Du tableau au dessin, Dijon, 2016, p. 97).
Notre tableau serait celui figurant dans la collection Bergeret de Grancourt, les dimensions (27 pouces x 27 pouces 6 lignes) correspondant presque exactement. Pierre Jacques Onézyme Bergeret de Grancourt (1715-1785) appartient à une lignée de financiers, mécènes et collectionneurs. Receveur général, puis trésorier général de Montauban, décoré de l'ordre de Saint-Louis, Bergeret de Grancourt occupe une place prépondérante dans le milieu des amateurs du XVIIIe siècle. Héritier d'une fortune considérable à la mort de son père, dont le château de Nègrepelisse, il parfait son goût en effectuant plusieurs voyages : il visite les Pays-Bas en 1772, puis en 1773 il entreprend un Grand Tour qui le mène dans les principales villes d'Italie, accompagné de Fragonard. A Rome, il fréquente assidûment l'Académie de France, dirigée alors par Natoire, et s'intéresse fortement aux travaux des élèves qui y résident. Il distingue plus particulièrement François-André Vincent, avec lequel il noue des liens d'amitié qui s'illustreront entre autres par le portrait du mécène (Portrait de Bergeret de Grancourt, toile, 61,5 x 47,5 cm, Besançon, musée des beaux-arts et d'archéologie, inv. D.843.1.27). De Rome, Bergeret descend à Naples, accompagné de Fragonard et de Vincent entre autres " docteurs peintres ", où il séjourne de mi-avril jusqu'à mi-juin. Il visite le site du Vésuve accompagné de Pierre-Jacques Volaire. La nouvelle de la mort du roi leur parvient le 22 mai, leur interdisant toute sortie publique tant qu'ils ne disposent pas de vêtements de deuils convenables. Les sorties sont également limitées par le mauvais temps et par l'état de santé du fils de Bergeret. Ces différentes circonstances expliqueraient pourquoi Vincent ne réalise pas moins de trois copies du Martyre de Saint Barthélémy de Mattia Preti, vu parmi " les tableaux du prince Stiliano dans la rüe de Tolède " (Bergeret de Grancourt, op. cit., p. 330).

Estimation 30 000 - 40 000 €

Vendu 39 000 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 154

François-André Vincent Paris, 1746 - 1816
Le martyre de saint Barthélémy, d'après Mattia Preti

Vendu 39 000 € [$]

François-André Vincent Paris, 1746 - 1816
Le martyre de saint Barthélémy, d'après Mattia Preti
Toile
Annotée 'BART.[olo]meus / X[tia]nus' sur le tronc

The Martyrdom of Saint Bartholomew, after M. Preti, oil on canvas, by F. A. Vincent
Hauteur : 76 Largeur : 76 cm

Provenance : Très probablement le tableau peint à Naples pour Bergeret de Grancourt fin mai 1774 ;
Très probablement collection Bergeret, Paris ;
Très probablement sa vente, Paris, Hôtel Bergeret, 24-26 avril 1786, n°94 ("Le Martyre de S. Barthelemi, étude savament faite d'après le Tableau du Calabrais, connu dans un Cabinet à Naples. Hauteur 27 pouces, largeur 27 pouces 6 lignes. T. ; 48 livres, acquis par Bellot) ;
Peut-être vente Eugène Tondu, Paris, 10-15 avril 1865, n°263 ;
Collection particulière


Bibliographie : Très probablement Pierre Jacques Onésyme Bergeret de Grancourt, Bergeret et Fragonard, Journal inédit d'un voyage en Italie, 1773-1774, publié par M.A. Tornézy, May et Motteroz, Paris, 1895, p. 330 : [Naples, 27 may] "Il y a un tableau de Calabrese qui est un Saint écorché ; j'en aurai une esquisse heurtée. C'est une belle chose dont il ne faut pas attendre d'autre explication ni détail "
Jean-Pierre Cuzin, François-André
Vincent, 1746-1816 : entre Fragonard et
David, Paris, 2013, p. 50 et p. 382, n° 176P (non illustré contrairement à ce qu'indique la notice)


Commentaire : Il existe trois versions connues de cette copie d'après Mattia Preti par Vincent, répertoriées dans la monographie de Jean-Pierre Cuzin, et non deux, comme l'indiquait le rectificatif publié en 2016 (J.-P. Cuzin, "Quelques nouveaux Vincent", in De David à Delacroix. Du tableau au dessin, Dijon, 2016, p. 97).
Notre tableau serait celui figurant dans la collection Bergeret de Grancourt, les dimensions (27 pouces x 27 pouces 6 lignes) correspondant presque exactement. Pierre Jacques Onézyme Bergeret de Grancourt (1715-1785) appartient à une lignée de financiers, mécènes et collectionneurs. Receveur général, puis trésorier général de Montauban, décoré de l'ordre de Saint-Louis, Bergeret de Grancourt occupe une place prépondérante dans le milieu des amateurs du XVIIIe siècle. Héritier d'une fortune considérable à la mort de son père, dont le château de Nègrepelisse, il parfait son goût en effectuant plusieurs voyages : il visite les Pays-Bas en 1772, puis en 1773 il entreprend un Grand Tour qui le mène dans les principales villes d'Italie, accompagné de Fragonard. A Rome, il fréquente assidûment l'Académie de France, dirigée alors par Natoire, et s'intéresse fortement aux travaux des élèves qui y résident. Il distingue plus particulièrement François-André Vincent, avec lequel il noue des liens d'amitié qui s'illustreront entre autres par le portrait du mécène (Portrait de Bergeret de Grancourt, toile, 61,5 x 47,5 cm, Besançon, musée des beaux-arts et d'archéologie, inv. D.843.1.27). De Rome, Bergeret descend à Naples, accompagné de Fragonard et de Vincent entre autres " docteurs peintres ", où il séjourne de mi-avril jusqu'à mi-juin. Il visite le site du Vésuve accompagné de Pierre-Jacques Volaire. La nouvelle de la mort du roi leur parvient le 22 mai, leur interdisant toute sortie publique tant qu'ils ne disposent pas de vêtements de deuils convenables. Les sorties sont également limitées par le mauvais temps et par l'état de santé du fils de Bergeret. Ces différentes circonstances expliqueraient pourquoi Vincent ne réalise pas moins de trois copies du Martyre de Saint Barthélémy de Mattia Preti, vu parmi " les tableaux du prince Stiliano dans la rüe de Tolède " (Bergeret de Grancourt, op. cit., p. 330).

Estimation 30 000 - 40 000 €

Vendu 39 000 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 3034
Date : 23 mars 2017 18:00
Commissaire-priseur : Matthieu Fournier

Contact

Matthieu Fournier
Tél. +33 1 42 99 20 26
mfournier@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Maîtres anciens & du XIXe siècle