Vente Les collections Aristophil - 02 avril 2019 /Lot 295 FRANCISCO DE GOYA Y LUCIENTES (1746-1828) Lettre autographe signée, en espagnol

  • FRANCISCO DE GOYA Y LUCIENTES (1746-1828) Lettre autographe signée, en espagnol
  • FRANCISCO DE GOYA Y LUCIENTES (1746-1828) Lettre autographe signée, en espagnol
FRANCISCO DE GOYA Y LUCIENTES (1746-1828)
Lettre autographe signée, en espagnol
Bordeaux, 24 décembre 1824
1 p. sur 1 f. in-4 (25,6 x 20,5 cm)

Lettre autographe signée, en espagnol, à son fils Javier de Goya.
Après la répression absolutiste de Ferdinand VII et les troubles qui suivirent, Goya se réfugie en France sous prétexte d'aller prendre les eaux à Plombières-les-Bains. Il avait auparavant obtenu la permission royale de sortir du pays mais également de continuer à bénéficier de
son traitement de premier peintre de la Cour dont il est question ici.
Goya souhaite protéger ce revenu et l'investir car il sent son âge avancé. Il cite l'exemple du Titien qui vécut 99 ans et songe à ne pas être un fardeau pour ses enfants. Il conclut en avouant : « aunque me gusta este pueblo no es suficiente p[ara] aband[onaros] y su Patria. » (bien que j'aime cette ville [Bordeaux], ce n'est pas assez pour vous [sa famille] abandonner ainsi que [ma] Patrie.)

Provenance :
- Ancienne collection Félix Boix (mention manuscrite au dos du f.)

Rousseurs, déchirures et petit manque sans atteinte au texte

Estimation 20 000 - 25 000 €

Vendu 52 000 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 295

FRANCISCO DE GOYA Y LUCIENTES (1746-1828)
Lettre autographe signée, en espagnol

Vendu 52 000 € [$]

FRANCISCO DE GOYA Y LUCIENTES (1746-1828)
Lettre autographe signée, en espagnol
Bordeaux, 24 décembre 1824
1 p. sur 1 f. in-4 (25,6 x 20,5 cm)

Lettre autographe signée, en espagnol, à son fils Javier de Goya.
Après la répression absolutiste de Ferdinand VII et les troubles qui suivirent, Goya se réfugie en France sous prétexte d'aller prendre les eaux à Plombières-les-Bains. Il avait auparavant obtenu la permission royale de sortir du pays mais également de continuer à bénéficier de
son traitement de premier peintre de la Cour dont il est question ici.
Goya souhaite protéger ce revenu et l'investir car il sent son âge avancé. Il cite l'exemple du Titien qui vécut 99 ans et songe à ne pas être un fardeau pour ses enfants. Il conclut en avouant : « aunque me gusta este pueblo no es suficiente p[ara] aband[onaros] y su Patria. » (bien que j'aime cette ville [Bordeaux], ce n'est pas assez pour vous [sa famille] abandonner ainsi que [ma] Patrie.)

Provenance :
- Ancienne collection Félix Boix (mention manuscrite au dos du f.)

Rousseurs, déchirures et petit manque sans atteinte au texte

Estimation 20 000 - 25 000 €

Vendu 52 000 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 3947
Lieu : Hôtel Drouot #6
Date : 02 avr. 2019 14:00
Commissaire-priseur : Francis Briest

Contact

Lucie Moison
Tél. +33 1 42 99 16 58
lmoison@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Les collections Aristophil Écrits et œuvres d'artistes du XVIe au XXe siècle