Vente Mobilier, Sculpture & Objets d’Art - 14 décembre 2021 /Lot 16 FAUTEUIL À CHASSIS À LA REINE D'ÉPOQUE TRANSITION

  • FAUTEUIL À CHASSIS À LA REINE D'ÉPOQUE TRANSITION
  • FAUTEUIL À CHASSIS À LA REINE D'ÉPOQUE TRANSITION
  • FAUTEUIL À CHASSIS À LA REINE D'ÉPOQUE TRANSITION
  • FAUTEUIL À CHASSIS À LA REINE D'ÉPOQUE TRANSITION
FAUTEUIL À CHASSIS À LA REINE D'ÉPOQUE TRANSITION
En bois sculpté, laqué crème et en partie doré, le dossier orné au centre d'une cassolette flanquée de guirlandes de laurier, la ceinture à motif de rameaux de laurier noués d'un ruban, les pieds fuselés à cannelures rudentées, garniture de lampas à décor floral polychrome sur fond brun; petits accidents, renforts en ceinture
H. : 108,5 cm (42 3/4 in.)
l. : 82 cm (32 1/4 in.)

Provenance :
Collection d'un amateur parisien.

A Transitional parcel-gilt and cream lacquered fauteuil a chassis a la reine

Une paire de fauteuils de ce modèle a été vendu par Sotheby's Londres, le 28 mai 1993, lot 244.

Combinant des lignes souples de style Louis XV avec des pieds et des ornements Louis XVI, ce siège aux lignes imposantes s'inscrit dans le courant artistique des années 1760-70 marquées par un retour aux formes classiques et antiquisantes et qualifié de goût grec. Il présente certaines similitudes avec les œuvres de Louis Delanois (maître en 1761) et plus particulièrement avec un siège vers 1765-1770, estampillé de ce menuisier, conservé au Metropolitan Museum de New York (1). Un cartouche à la manière de ceux de l'ornemaniste Jean-Charles Delafosse est disposé au sommet du dossier, les épaulements soulignés d'un enroulement de feuillage, la ceinture ornée au centre de frises de laurier. Notre siège reprend la même organisation des éléments de décor appartenant au registre néoclassique et appliqués aux endroits clefs venant souligner ses formes puissantes dessinées par de grasses moulures.

D'autres menuisiers ont suivi ce courant et notamment Nicolas Heurtaut (maître en 1753) ou Mathieu Bauve (maître en 1754) auquel certains ont pu être tentés d'attribuer ce siège du fait de son inventivité et de ses proportions. On doit notamment à cet ébéniste une étonnante paire de bergères exécutées vers 1767 pour le grand salon de l'hôtel Voyer d'Argenson d'après Charles de Wailly ou une remarquable paire de bergères provenant de la collection de la duchesse de Windsor (2).

1 - M. Jarry et L Devinoy, "Le siège français, Paris", 1973, fig. 173.
2 - P. Arrizoli-Clementel, "Le Mobilier de Versailles", Dijon, 2002, t.II pp.230-231.



Estimation 30 000 - 50 000 €

Vendu 36 400 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 16

FAUTEUIL À CHASSIS À LA REINE D'ÉPOQUE TRANSITION

Vendu 36 400 € [$]

FAUTEUIL À CHASSIS À LA REINE D'ÉPOQUE TRANSITION
En bois sculpté, laqué crème et en partie doré, le dossier orné au centre d'une cassolette flanquée de guirlandes de laurier, la ceinture à motif de rameaux de laurier noués d'un ruban, les pieds fuselés à cannelures rudentées, garniture de lampas à décor floral polychrome sur fond brun; petits accidents, renforts en ceinture
H. : 108,5 cm (42 3/4 in.)
l. : 82 cm (32 1/4 in.)

Provenance :
Collection d'un amateur parisien.

A Transitional parcel-gilt and cream lacquered fauteuil a chassis a la reine

Une paire de fauteuils de ce modèle a été vendu par Sotheby's Londres, le 28 mai 1993, lot 244.

Combinant des lignes souples de style Louis XV avec des pieds et des ornements Louis XVI, ce siège aux lignes imposantes s'inscrit dans le courant artistique des années 1760-70 marquées par un retour aux formes classiques et antiquisantes et qualifié de goût grec. Il présente certaines similitudes avec les œuvres de Louis Delanois (maître en 1761) et plus particulièrement avec un siège vers 1765-1770, estampillé de ce menuisier, conservé au Metropolitan Museum de New York (1). Un cartouche à la manière de ceux de l'ornemaniste Jean-Charles Delafosse est disposé au sommet du dossier, les épaulements soulignés d'un enroulement de feuillage, la ceinture ornée au centre de frises de laurier. Notre siège reprend la même organisation des éléments de décor appartenant au registre néoclassique et appliqués aux endroits clefs venant souligner ses formes puissantes dessinées par de grasses moulures.

D'autres menuisiers ont suivi ce courant et notamment Nicolas Heurtaut (maître en 1753) ou Mathieu Bauve (maître en 1754) auquel certains ont pu être tentés d'attribuer ce siège du fait de son inventivité et de ses proportions. On doit notamment à cet ébéniste une étonnante paire de bergères exécutées vers 1767 pour le grand salon de l'hôtel Voyer d'Argenson d'après Charles de Wailly ou une remarquable paire de bergères provenant de la collection de la duchesse de Windsor (2).

1 - M. Jarry et L Devinoy, "Le siège français, Paris", 1973, fig. 173.
2 - P. Arrizoli-Clementel, "Le Mobilier de Versailles", Dijon, 2002, t.II pp.230-231.



Estimation 30 000 - 50 000 €

Vendu 36 400 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 4120
Date : 14 déc. 2021 18:00
Commissaire-priseur : Isabelle Bresset

Contact

Laura Pierre
Tél. +33 1 42 99 20 68
lpierre@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Mobilier, Sculpture & Objets d‘Art