Vente Maîtres anciens & du XIX siècle - 13 novembre 2019 /Lot 26 Eugène DELACROIX Charenton-Saint-Maurice, 1798 - Paris, 1863 Deux têtes de lion et deux têtes de lionne

  • Eugène DELACROIX Charenton-Saint-Maurice, 1798 - Paris, 1863 Deux têtes de lion et deux têtes de lionne Mine de plomb
Eugène DELACROIX Charenton-Saint-Maurice, 1798 - Paris, 1863
Deux têtes de lion et deux têtes de lionne
Mine de plomb
Cachet de l'atelier (L.838a) en bas à droite
Sans cadre

Two lion's faces and two lionness' faces, black chalk, stamped, by E. Delacroix
Hauteur : 22,50 Largeur : 18,50 cm

Provenance : Acquis auprès de la galerie de Bayser, Paris ;
Collection particulière, Paris

Commentaire : Le 19 juin 1829, dans les chaleurs suffocantes du début de l'été parisien, une lionne meurt au Jardin des Plantes. Aussitôt prévenu, Delacroix écrit un mot à Barye, avec qui il étudie les animaux de la Ménagerie. " Le lion est mort, au galop ! ".
Il faut effectivement se mettre immédiatement au travail, avant que le cadavre ne se décompose. C'est ainsi que Delacroix put à loisir et sans risque étudier de près la morphologie des fauves qui le fascinaient. Le médium du crayon noir incline à penser que notre dessin fut exécuté sur place. Une importante feuille consacrée uniquement à l'étude de la tête de la lionne provenant de la collection Vitta a été présentée dans nos salles en 2009 (fig. 1)1.

" D'où vient le mouvement que la vue de tout cela a produit chez moi ", écrit Delacroix dans son 'Journal' en 1847. S'il est fasciné par le roi des animaux, c'est que Delacroix retrouve dans sa sauvagerie instinctive, égoïste et sanguinaire, celle qu'il sent monter du fond des entrailles humaines. En grand fauve des arts qui se repaît des artistes qui l'ont précédé sur cette voie, comme Rubens et Rembrandt, en opportuniste qui se saisit du moindre éclair de lumière ou de la moindre attitude de ses modèles, humain ou animalier, en ultime dépositaire d'un savoir transmis à travers les siècles, aussi noble dans son isolement génial que le solitaire des savanes, Delacroix explore les replis des fauves comme ceux de son âme.

1. Crayon noir, 25,30 x 18,80 cm, 27 mars 2009, n° 11, vendu 136.850€

Estimation 8 000 - 12 000 €

Vendu 16 250 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 26

Eugène DELACROIX Charenton-Saint-Maurice, 1798 - Paris, 1863
Deux têtes de lion et deux têtes de lionne

Vendu 16 250 € [$]

Eugène DELACROIX Charenton-Saint-Maurice, 1798 - Paris, 1863
Deux têtes de lion et deux têtes de lionne
Mine de plomb
Cachet de l'atelier (L.838a) en bas à droite
Sans cadre

Two lion's faces and two lionness' faces, black chalk, stamped, by E. Delacroix
Hauteur : 22,50 Largeur : 18,50 cm

Provenance : Acquis auprès de la galerie de Bayser, Paris ;
Collection particulière, Paris

Commentaire : Le 19 juin 1829, dans les chaleurs suffocantes du début de l'été parisien, une lionne meurt au Jardin des Plantes. Aussitôt prévenu, Delacroix écrit un mot à Barye, avec qui il étudie les animaux de la Ménagerie. " Le lion est mort, au galop ! ".
Il faut effectivement se mettre immédiatement au travail, avant que le cadavre ne se décompose. C'est ainsi que Delacroix put à loisir et sans risque étudier de près la morphologie des fauves qui le fascinaient. Le médium du crayon noir incline à penser que notre dessin fut exécuté sur place. Une importante feuille consacrée uniquement à l'étude de la tête de la lionne provenant de la collection Vitta a été présentée dans nos salles en 2009 (fig. 1)1.

" D'où vient le mouvement que la vue de tout cela a produit chez moi ", écrit Delacroix dans son 'Journal' en 1847. S'il est fasciné par le roi des animaux, c'est que Delacroix retrouve dans sa sauvagerie instinctive, égoïste et sanguinaire, celle qu'il sent monter du fond des entrailles humaines. En grand fauve des arts qui se repaît des artistes qui l'ont précédé sur cette voie, comme Rubens et Rembrandt, en opportuniste qui se saisit du moindre éclair de lumière ou de la moindre attitude de ses modèles, humain ou animalier, en ultime dépositaire d'un savoir transmis à travers les siècles, aussi noble dans son isolement génial que le solitaire des savanes, Delacroix explore les replis des fauves comme ceux de son âme.

1. Crayon noir, 25,30 x 18,80 cm, 27 mars 2009, n° 11, vendu 136.850€

Estimation 8 000 - 12 000 €

Vendu 16 250 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 3949
Date : 13 nov. 2019 18:00
Commissaire-priseur : Matthieu Fournier

Contact

Matthieu Fournier
Tél. +33 1 42 99 20 26
mfournier@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Maîtres anciens & du XIXe siècle