Vente Archéologie & Arts d’Orient - 29 avril 2021 /Lot 137 ENSEIGNE " ALAM " Iran safavide, début du 18e siècle

  • ENSEIGNE " ALAM "  Iran safavide, début du 18e siècle
  • ENSEIGNE " ALAM "  Iran safavide, début du 18e siècle
  • ENSEIGNE " ALAM "  Iran safavide, début du 18e siècle
  • ENSEIGNE " ALAM "  Iran safavide, début du 18e siècle
  • ENSEIGNE " ALAM "  Iran safavide, début du 18e siècle
ENSEIGNE " ALAM "
Iran safavide, début du 18e siècle
Enseigne en acier ajouré bordé et rehaussé de cuivre.

Une plaque d'acier lancéolée, terminée en pointe, présente un décor ajouré autour d'une alvéole centrale creuse. Celle-ci est bordée d'une plaque rivetée, ornée de rinceaux floraux, qui se prolonge verticalement vers la pointe de l'étendard et s'élargit, gravée d'une inscription, vers la base pour maintenir une hampe. L'inscription mentionne bi-tarikh-i duyum-i-Shawwal 1(1)37 (1724- 1725 A.D.).

La plaque d'acier est agrémentée de deux ourlets de cuivre : l'un, cannelé, de forme lancéolée, délimite le décor pour le répartir en deux registres ; l'autre, aux extrémités divergentes, borde les contours de l'enseigne et se termine par deux têtes de dragons opposées, gueule ouverte et langue saillante.

La surface d'acier ajourée la plus large est entièrement tapissée d'une élégante inscription coranique (Sourate XLVIII Al Fath - versets 1-2) en larges caractères thuluth, datée 1126 A.H./1714-5 A.D.
La partie ajourée intérieure s'orne d'un entrelacs de fleurons trilobés.
Haut. : 49,5 cm

Provenance :
Axel Weber, Cologne, 1967
Puis par descendance à l'actuel propriétaire

A Safavid steel and copper "alam" standard, Iran, early 18th century

Ainsi qu'en témoignent nombre de miniatures, ce type d'enseigne semble avoir été particulièrement en faveur dans la Perse safavide et l'Inde moghole.
Figurant tantôt dans des scènes de batailles, tantôt dans des sujets religieux, de telles enseignes se trouvent mentionnées au 17e siècle par les voyageurs occidentaux en Orient, qui relatent leur usage à des fins militaires ou religieuses, processionnelles, célébrant notamment le martyre de l'Imam Hussein.
Le décor calligraphique ajouré apparaît fréquemment sur des appliques d'acier.
Quant aux dragons, d'inspiration chinoise, ils constituent un motif ornemental à valeur prophylactique très prisé en Iran à l'époque timouride et safavide, décorant les anses des aiguières ou des coupes navicelles de derviches (keshkul).
Une enseigne, de facture identique à celle-ci, a été vendue à Londres chez Christie's le 5 Octobre 2010.

As evidenced by a number of miniatures, this type of standard seems to have been particularly popular in Safavid Persia and Mughal India.

Sometimes appearing in battle scenes, sometimes in religious subjects, such standards are noted in the 17th century by Western travelers in the East, which relate their use for military or religious purposes, processional, celebrating in particular the martyrdom of Imam Hussein. The openwork calligraphic decoration frequently appears on steel sconces.

As for the dragons, of Chinese inspiration, they constitute an ornamental motif of prophylactic value very popular in Iran during the Timurid and Safavid times, decorating the handles of ewers or cups of dervishes (keshkul).
A standard, similar to this one, was sold in London at Christie's on October 5, 2010.

Bibliographie :
Islamic Art and Patronage - Treasures from Kuwait, Sharjah, 2008 : p.77
S.Makariou, Chefs-d'œuvre islamiques de l'Aga Khan Museum, Paris, Musée du Louvre, 2007-8 : n°52
J.Thompson-S.R.Canby, Hunt for Paradise Court Arts of Safavid Iran 1501-1576, New York, Metropolitan Museum of Art, 2003 : n°817
K.von Folsach, Art from the World of Islam, Copenhague, The David Collection, 2001 : n°557




Estimation 30 000 - 40 000 €

Lot 137

ENSEIGNE " ALAM "
Iran safavide, début du 18e siècle

Estimation 30 000 - 40 000 € [$]

ENSEIGNE " ALAM "
Iran safavide, début du 18e siècle
Enseigne en acier ajouré bordé et rehaussé de cuivre.

Une plaque d'acier lancéolée, terminée en pointe, présente un décor ajouré autour d'une alvéole centrale creuse. Celle-ci est bordée d'une plaque rivetée, ornée de rinceaux floraux, qui se prolonge verticalement vers la pointe de l'étendard et s'élargit, gravée d'une inscription, vers la base pour maintenir une hampe. L'inscription mentionne bi-tarikh-i duyum-i-Shawwal 1(1)37 (1724- 1725 A.D.).

La plaque d'acier est agrémentée de deux ourlets de cuivre : l'un, cannelé, de forme lancéolée, délimite le décor pour le répartir en deux registres ; l'autre, aux extrémités divergentes, borde les contours de l'enseigne et se termine par deux têtes de dragons opposées, gueule ouverte et langue saillante.

La surface d'acier ajourée la plus large est entièrement tapissée d'une élégante inscription coranique (Sourate XLVIII Al Fath - versets 1-2) en larges caractères thuluth, datée 1126 A.H./1714-5 A.D.
La partie ajourée intérieure s'orne d'un entrelacs de fleurons trilobés.
Haut. : 49,5 cm

Provenance :
Axel Weber, Cologne, 1967
Puis par descendance à l'actuel propriétaire

A Safavid steel and copper "alam" standard, Iran, early 18th century

Ainsi qu'en témoignent nombre de miniatures, ce type d'enseigne semble avoir été particulièrement en faveur dans la Perse safavide et l'Inde moghole.
Figurant tantôt dans des scènes de batailles, tantôt dans des sujets religieux, de telles enseignes se trouvent mentionnées au 17e siècle par les voyageurs occidentaux en Orient, qui relatent leur usage à des fins militaires ou religieuses, processionnelles, célébrant notamment le martyre de l'Imam Hussein.
Le décor calligraphique ajouré apparaît fréquemment sur des appliques d'acier.
Quant aux dragons, d'inspiration chinoise, ils constituent un motif ornemental à valeur prophylactique très prisé en Iran à l'époque timouride et safavide, décorant les anses des aiguières ou des coupes navicelles de derviches (keshkul).
Une enseigne, de facture identique à celle-ci, a été vendue à Londres chez Christie's le 5 Octobre 2010.

As evidenced by a number of miniatures, this type of standard seems to have been particularly popular in Safavid Persia and Mughal India.

Sometimes appearing in battle scenes, sometimes in religious subjects, such standards are noted in the 17th century by Western travelers in the East, which relate their use for military or religious purposes, processional, celebrating in particular the martyrdom of Imam Hussein. The openwork calligraphic decoration frequently appears on steel sconces.

As for the dragons, of Chinese inspiration, they constitute an ornamental motif of prophylactic value very popular in Iran during the Timurid and Safavid times, decorating the handles of ewers or cups of dervishes (keshkul).
A standard, similar to this one, was sold in London at Christie's on October 5, 2010.

Bibliographie :
Islamic Art and Patronage - Treasures from Kuwait, Sharjah, 2008 : p.77
S.Makariou, Chefs-d'œuvre islamiques de l'Aga Khan Museum, Paris, Musée du Louvre, 2007-8 : n°52
J.Thompson-S.R.Canby, Hunt for Paradise Court Arts of Safavid Iran 1501-1576, New York, Metropolitan Museum of Art, 2003 : n°817
K.von Folsach, Art from the World of Islam, Copenhague, The David Collection, 2001 : n°557




Estimation 30 000 - 40 000 €

Détails de la vente

Vente : 4042
Date : 29 avr. 2021 14:30
Commissaire-priseur : Matthieu Fournier

Contact

Lamia Içame
Tél. +33 1 42 99 20 75
licame@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Archéologie et Arts d'Orient