Vente Maîtres anciens & du XIX siècle - 13 novembre 2019 /Lot 124 Ecole française du début du XVIIIe siècle Atelier de Hyacinthe Rigaud Portrait du roi Louis XIV en armure

  • Ecole française du début du XVIIIe siècle Atelier de Hyacinthe Rigaud Portrait du roi Louis XIV en armure Huile sur toile
Ecole française du début du XVIIIe siècle Atelier de Hyacinthe Rigaud
Portrait du roi Louis XIV en armure
Huile sur toile

Portrait of Louis XIV in armor, oil on canvas, French School, early 18th C.
Hauteur : 139 Largeur : 107 cm

Provenance : Château de Jaligny, ancienne propriété des comtes de Barral, Auvergne

Commentaire : " Si l'on en croit le témoignage de ses livres de comptes (Paris, Bibliothèque de l'Institut de France), la première confrontation de Hyacinthe Rigaud (1659-1743) avec son royal modèle ne date pas de la succession d'Espagne en 1700-1701, mais remonte à l'orée de la décennie 1690. Le célèbre portrait de Louis XIV en grand costume royal (fig. 1, Paris, musée du Louvre) admet en effet un, voire deux précédents, en 1691 et 1694, dont on ne sait s'ils valurent à Rigaud d'obtenir des séances de pose ou bien s'ils furent inspirés, comme nous le pensons, par les images créées par certains de ses confrères, tels Charles-François Poerson (1653-1725) qui remporta, cette même année 1691, un beau succès avec son Louis XIV en armure complète, connu par la gravure de Pierre Drevet (Paris, Bibliothèque nationale de France) : le roi y est vu jusqu'aux genoux, de profil vers la gauche, main gauche à la hanche, main droite en appui sur un bâton de commandement qui repose en équilibre sur une table, près d'un armet empanaché, selon, en fin de compte, un parti pris assez proche de celui de notre tableau. Il semble qu'à son tour, Rigaud ait rencontré quelque " empressement du public ", lorsqu'en 1694, il proposa une effigie du roi, que ses livres de comptes nous décrivent tantôt " en grand " ou " en pied ", tantôt " en buste ", et selon une grille de prix dont la très grande diversité (de 40 à 600 livres pièce) suggère l'existence de multiples variantes dans le cadrage et l'habillement. En cinq ans, de 1694 à 1699, l'atelier de l'artiste, qui dut s'entourer pour l'occasion de sept collaborateurs, n'exécuta pas moins de cinquante et une répliques de cette œuvre pour toute la Cour, la Ville et la province. Le bruit s'en répandit ainsi jusqu'à Montpellier, si bien que l'ancien maître de Rigaud, Antoine Ranc (1634-1716), réclama qu'on lui en fît parvenir une version en buste…
Tout porte à croire que le tableau de 1694 avait quelque ambition : une figure jusqu'aux genoux, armée, assortie d'un fond de bataille à la Joseph Parrocel (1646-1704), soit le minimum exigé pour créer l'événement et susciter l'intérêt du public. Les sources scripturaires jointes à l'abondance des versions conservées militent désormais en faveur d'une assimilation du portrait de 1694 avec un 'Louis XIV' (voir A. James-Sarazin, Hyacinthe Rigaud (1659-1743), Dijon, 2016, t. I : 'L'Homme et son art', p. 124-135 et t. II : 'Le Catalogue raisonné', p. 131-134, n°*P.382) portant un simple plastron barré du cordon bleu de l'ordre du Saint-Esprit, sur un habit de velours marron aux larges revers brodés comme aime à les dessiner Rigaud dans les années 1690. Il n'y a pas jusqu'à la console devant laquelle se tient le royal modèle qui ne participe d'une mise en scène récurrente chez l'artiste à la fin du XVIIe siècle (Boufflers en 1694, Flamarens en 1694-1695, Croissy en 1693, Conti en 1697, etc.). De qualité inégale, les meilleures versions connues de ce portrait se limitent le plus souvent à une représentation de Louis XIV en buste, sans les mains. C'est dire tout l'intérêt de notre tableau qui, non content d'être particulièrement scrupuleux dans l'évocation de la prestance royale et de ses attributs (têtes de lions, soleils, fleurs de lys et arabesques des épaulières, parements argentés des revers, extrémités effilochées des rubans, etc.), nous restitue avec une belle maîtrise toute l'autorité d'une formule dont il est l'un des témoignages jusqu'à présent les plus accomplis. "

Nous remercions Madame Ariane James-Sarazin pour la rédaction de cette notice.

Estimation 20 000 - 30 000 €

Vendu 36 400 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 124

Ecole française du début du XVIIIe siècle Atelier de Hyacinthe Rigaud
Portrait du roi Louis XIV en armure

Vendu 36 400 € [$]

Ecole française du début du XVIIIe siècle Atelier de Hyacinthe Rigaud
Portrait du roi Louis XIV en armure
Huile sur toile

Portrait of Louis XIV in armor, oil on canvas, French School, early 18th C.
Hauteur : 139 Largeur : 107 cm

Provenance : Château de Jaligny, ancienne propriété des comtes de Barral, Auvergne

Commentaire : " Si l'on en croit le témoignage de ses livres de comptes (Paris, Bibliothèque de l'Institut de France), la première confrontation de Hyacinthe Rigaud (1659-1743) avec son royal modèle ne date pas de la succession d'Espagne en 1700-1701, mais remonte à l'orée de la décennie 1690. Le célèbre portrait de Louis XIV en grand costume royal (fig. 1, Paris, musée du Louvre) admet en effet un, voire deux précédents, en 1691 et 1694, dont on ne sait s'ils valurent à Rigaud d'obtenir des séances de pose ou bien s'ils furent inspirés, comme nous le pensons, par les images créées par certains de ses confrères, tels Charles-François Poerson (1653-1725) qui remporta, cette même année 1691, un beau succès avec son Louis XIV en armure complète, connu par la gravure de Pierre Drevet (Paris, Bibliothèque nationale de France) : le roi y est vu jusqu'aux genoux, de profil vers la gauche, main gauche à la hanche, main droite en appui sur un bâton de commandement qui repose en équilibre sur une table, près d'un armet empanaché, selon, en fin de compte, un parti pris assez proche de celui de notre tableau. Il semble qu'à son tour, Rigaud ait rencontré quelque " empressement du public ", lorsqu'en 1694, il proposa une effigie du roi, que ses livres de comptes nous décrivent tantôt " en grand " ou " en pied ", tantôt " en buste ", et selon une grille de prix dont la très grande diversité (de 40 à 600 livres pièce) suggère l'existence de multiples variantes dans le cadrage et l'habillement. En cinq ans, de 1694 à 1699, l'atelier de l'artiste, qui dut s'entourer pour l'occasion de sept collaborateurs, n'exécuta pas moins de cinquante et une répliques de cette œuvre pour toute la Cour, la Ville et la province. Le bruit s'en répandit ainsi jusqu'à Montpellier, si bien que l'ancien maître de Rigaud, Antoine Ranc (1634-1716), réclama qu'on lui en fît parvenir une version en buste…
Tout porte à croire que le tableau de 1694 avait quelque ambition : une figure jusqu'aux genoux, armée, assortie d'un fond de bataille à la Joseph Parrocel (1646-1704), soit le minimum exigé pour créer l'événement et susciter l'intérêt du public. Les sources scripturaires jointes à l'abondance des versions conservées militent désormais en faveur d'une assimilation du portrait de 1694 avec un 'Louis XIV' (voir A. James-Sarazin, Hyacinthe Rigaud (1659-1743), Dijon, 2016, t. I : 'L'Homme et son art', p. 124-135 et t. II : 'Le Catalogue raisonné', p. 131-134, n°*P.382) portant un simple plastron barré du cordon bleu de l'ordre du Saint-Esprit, sur un habit de velours marron aux larges revers brodés comme aime à les dessiner Rigaud dans les années 1690. Il n'y a pas jusqu'à la console devant laquelle se tient le royal modèle qui ne participe d'une mise en scène récurrente chez l'artiste à la fin du XVIIe siècle (Boufflers en 1694, Flamarens en 1694-1695, Croissy en 1693, Conti en 1697, etc.). De qualité inégale, les meilleures versions connues de ce portrait se limitent le plus souvent à une représentation de Louis XIV en buste, sans les mains. C'est dire tout l'intérêt de notre tableau qui, non content d'être particulièrement scrupuleux dans l'évocation de la prestance royale et de ses attributs (têtes de lions, soleils, fleurs de lys et arabesques des épaulières, parements argentés des revers, extrémités effilochées des rubans, etc.), nous restitue avec une belle maîtrise toute l'autorité d'une formule dont il est l'un des témoignages jusqu'à présent les plus accomplis. "

Nous remercions Madame Ariane James-Sarazin pour la rédaction de cette notice.

Estimation 20 000 - 30 000 €

Vendu 36 400 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 3949
Date : 13 nov. 2019 18:00
Commissaire-priseur : Matthieu Fournier

Contact

Matthieu Fournier
Tél. +33 1 42 99 20 26
mfournier@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Maîtres anciens & du XIXe siècle