Vente Mobilier & Objets d’Art - 20 mai 2019 /Lot 6 DRESSOIR D'ÉPOQUE RENAISSANCE À la manière de Jacques Androuet du Cerceau Fin du XVIe siècle, Île de France, École de Fontainebleau

  • DRESSOIR D'ÉPOQUE RENAISSANCE À la manière de Jacques Androuet du Cerceau Fin du XVIe siècle, Île de France, École de Fontainebleau
  • DRESSOIR D'ÉPOQUE RENAISSANCE À la manière de Jacques Androuet du Cerceau Fin du XVIe siècle, Île de France, École de Fontainebleau
DRESSOIR D'ÉPOQUE RENAISSANCE À la manière de Jacques Androuet du Cerceau
Fin du XVIe siècle, Île de France, École de Fontainebleau
En noyer mouluré et sculpté, incrustations de marbre Nero antico, la façade architecturée composée de trois arches, rythmée par des pilastres, ouvrant par un vantail central orné d'une scène représentant une Vénus marine, la ceinture à motif de chevaux marins ouvrant par un tiroir, soutenue par quatre montants en balustre, reposant sur une plinthe terminée par des pieds en boule aplatie
H. : 150 cm (59 in.)
l. : 118,5 cm (46 1/2 in.)
P. : 48 cm (19 in.)

A Renaissance Nero antico marble inlaid and walnut dressoir, in the manner of Jacques Androuet du Cerceau, late 16th century, Ile de France, Fontainebleau school

Un dessin tiré d'un recueil anonyme intitulé cabinets architecturés à arcades, conservé à l'École Nationale des Beaux Arts à Paris, correspond à la forme du présent dressoir de ligne architecturée, composé de parties imbriquées jouant de la perspective, les jeux de colonnes accentuant la profondeur. Une gravure de Jacques Androuet du Cerceau (1510-1584) reprend cette composition (1).
Sur notre exemplaire vient s'appliquer un ornement sculpté directement tiré du répertoire bellifontain comme les figures allongées au sommet, les têtes de femme drapées, ou la scène mythologique autour de la
Vénus Marine.
Jacques Androuet du Cerceau (1510-1585), né à Paris, architecte, théoricien et graveur, fut l'un des artistes les plus influents dans l'élaboration de la structure et de l'ornementation du meuble de la Renaissance. À Rome dans les années 1540, il s'installa en 1549 à Orléans, le pays d'origine de sa famille. Le duc et la duchesse de Ferrare, Catherine de Médicis, comptent parmi ses mécènes. C'est à cette dernière qu'il dédicaça son "Livre de Grotesques" (1566) et "Les Plus Excellents Bastiments de France" (1576).
L'historien et conservateur Jacques Thirion (2), spécialiste de la période Médiévale et Renaissance, cite l'inventaire après décès de Gauthiot d'Ancier dressé en 1596 à Besançon dans lequel figure "un buffet de noyer façon de Paris, étant supporté par six colonnes prenant dès le haut en bas n'y ayant qu'une layette (tiroir) dessous le service" dont la description pourrait correspondre à la forme du présent meuble.
Ce modèle y est ainsi rattaché à une production parisienne.
Et, en effet, plusieurs dressoirs de ce type apparaissent dans les marchés passés par les menuisiers parisiens. En 1575, Jean Meusnier, maître menuisier rue du Roi de Sicile, promet au marchand Guillaume Vernier de réaliser un dressoir à trois travées.
On connaît plusieurs exemplaires suivant cette structure. Un dressoir sans ornement est conservé au musée des Arts Décoratifs à Paris (2). Un autre, orné d'une sculpture plus riche, faisait partie des collections d'Emil Weinberger à Vienne (3). Un exemplaire figurait dans les collections d'Emile Gavet, vente Galerie Georges Petit, 31 mai -
9 juin 1897, lot 6.
Jacqueline Boccador mentionne un dressoir de noyer blond orné d'incrustations de buis teinté appar-tenant à une collection privée (4).
Parmi les modèles comparables passés plus récemment en vente citons celui de la collection Bruno Perrier, vente hôtel Drouot, le
6 avril 1992, lot 39, sculpté d'une figure de Fortune sortant des eaux. Un dressoir sculpté uniquement de feuillage stylisé au sommet des arcades et sous le tiroir, et sans incrustations de marbre, vendu par Sotheby's Londres, le 31 octobre 2007, lot 178.
Un autre provenant des collections des barons Nathaniel et Albert von Rothschild à Vienne, surmonté d'un fronton brisé richement sculpté et orné d'incrustations de marbre vert a été vendu par Christie's à Londres,
le 8 juillet 1999, lot 196.

(1) S. Jervis, "Printed Furniture Designs before 1650", Leeds, 1974, fig. 71.
(2) J. Thirion, "Le Mobilier du Moyen Age et de la Renaissance", Faton, Dijon, 1998, pp. 114-115.
(3) F. Windisch-Graetz, "Möbel Europas, Renaissance-Manierismus", Munich, 1983,
p. 263, fig. 126.
(4) J. Boccador, "Le Mobilier Français du moyen Age à la Renaissance", Saint-Just-en-Chaussée, 1988, p. 186,
fig. 138.


Estimation 7 000 - 10 000 €

Vendu 84 500 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 6

DRESSOIR D'ÉPOQUE RENAISSANCE À la manière de Jacques Androuet du Cerceau
Fin du XVIe siècle, Île de France, École de Fontainebleau

Vendu 84 500 € [$]

DRESSOIR D'ÉPOQUE RENAISSANCE À la manière de Jacques Androuet du Cerceau
Fin du XVIe siècle, Île de France, École de Fontainebleau
En noyer mouluré et sculpté, incrustations de marbre Nero antico, la façade architecturée composée de trois arches, rythmée par des pilastres, ouvrant par un vantail central orné d'une scène représentant une Vénus marine, la ceinture à motif de chevaux marins ouvrant par un tiroir, soutenue par quatre montants en balustre, reposant sur une plinthe terminée par des pieds en boule aplatie
H. : 150 cm (59 in.)
l. : 118,5 cm (46 1/2 in.)
P. : 48 cm (19 in.)

A Renaissance Nero antico marble inlaid and walnut dressoir, in the manner of Jacques Androuet du Cerceau, late 16th century, Ile de France, Fontainebleau school

Un dessin tiré d'un recueil anonyme intitulé cabinets architecturés à arcades, conservé à l'École Nationale des Beaux Arts à Paris, correspond à la forme du présent dressoir de ligne architecturée, composé de parties imbriquées jouant de la perspective, les jeux de colonnes accentuant la profondeur. Une gravure de Jacques Androuet du Cerceau (1510-1584) reprend cette composition (1).
Sur notre exemplaire vient s'appliquer un ornement sculpté directement tiré du répertoire bellifontain comme les figures allongées au sommet, les têtes de femme drapées, ou la scène mythologique autour de la
Vénus Marine.
Jacques Androuet du Cerceau (1510-1585), né à Paris, architecte, théoricien et graveur, fut l'un des artistes les plus influents dans l'élaboration de la structure et de l'ornementation du meuble de la Renaissance. À Rome dans les années 1540, il s'installa en 1549 à Orléans, le pays d'origine de sa famille. Le duc et la duchesse de Ferrare, Catherine de Médicis, comptent parmi ses mécènes. C'est à cette dernière qu'il dédicaça son "Livre de Grotesques" (1566) et "Les Plus Excellents Bastiments de France" (1576).
L'historien et conservateur Jacques Thirion (2), spécialiste de la période Médiévale et Renaissance, cite l'inventaire après décès de Gauthiot d'Ancier dressé en 1596 à Besançon dans lequel figure "un buffet de noyer façon de Paris, étant supporté par six colonnes prenant dès le haut en bas n'y ayant qu'une layette (tiroir) dessous le service" dont la description pourrait correspondre à la forme du présent meuble.
Ce modèle y est ainsi rattaché à une production parisienne.
Et, en effet, plusieurs dressoirs de ce type apparaissent dans les marchés passés par les menuisiers parisiens. En 1575, Jean Meusnier, maître menuisier rue du Roi de Sicile, promet au marchand Guillaume Vernier de réaliser un dressoir à trois travées.
On connaît plusieurs exemplaires suivant cette structure. Un dressoir sans ornement est conservé au musée des Arts Décoratifs à Paris (2). Un autre, orné d'une sculpture plus riche, faisait partie des collections d'Emil Weinberger à Vienne (3). Un exemplaire figurait dans les collections d'Emile Gavet, vente Galerie Georges Petit, 31 mai -
9 juin 1897, lot 6.
Jacqueline Boccador mentionne un dressoir de noyer blond orné d'incrustations de buis teinté appar-tenant à une collection privée (4).
Parmi les modèles comparables passés plus récemment en vente citons celui de la collection Bruno Perrier, vente hôtel Drouot, le
6 avril 1992, lot 39, sculpté d'une figure de Fortune sortant des eaux. Un dressoir sculpté uniquement de feuillage stylisé au sommet des arcades et sous le tiroir, et sans incrustations de marbre, vendu par Sotheby's Londres, le 31 octobre 2007, lot 178.
Un autre provenant des collections des barons Nathaniel et Albert von Rothschild à Vienne, surmonté d'un fronton brisé richement sculpté et orné d'incrustations de marbre vert a été vendu par Christie's à Londres,
le 8 juillet 1999, lot 196.

(1) S. Jervis, "Printed Furniture Designs before 1650", Leeds, 1974, fig. 71.
(2) J. Thirion, "Le Mobilier du Moyen Age et de la Renaissance", Faton, Dijon, 1998, pp. 114-115.
(3) F. Windisch-Graetz, "Möbel Europas, Renaissance-Manierismus", Munich, 1983,
p. 263, fig. 126.
(4) J. Boccador, "Le Mobilier Français du moyen Age à la Renaissance", Saint-Just-en-Chaussée, 1988, p. 186,
fig. 138.


Estimation 7 000 - 10 000 €

Vendu 84 500 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 3872
Date : 20 mai 2019 19:00
Commissaire-priseur : Isabelle Bresset

Contact

Charlotte Norton
Tél. +33 1 42 99 20 68
cnorton@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Mobilier & Objets d'Art