Vente Livres & Manuscrits - 22 septembre 2020 /Lot 228 BRASSENS (Georges) Manuscrit autographe pour la chanson Le Moyenâgeux.

  • BRASSENS (Georges)  Manuscrit autographe pour la chanson Le Moyenâgeux.
BRASSENS (Georges)
Manuscrit autographe pour la chanson Le Moyenâgeux.
2 p. in-4.

Version définitive, avec indication de tonalité, de la chanson le Moyenâgeux, figurant sur l'album Supplique pour être enterré à la plage de Sète, gravé en 1966.
Une faute corrigée deux fois.
C'est une des chansons de Brassens où l'influence du moyen-âge, et de François Villon, se fait sentir clairement :
" Après une franche repue, / J'eusse aimé, toute honte bue, / Aller courir le cotillon / Sur les pas de François Villon.
[…] À la fin, les anges du guet / M'auraient conduit sur le gibet. / Je serais mort, jambes en l'air, / Sur la veuve patibulaire.
[…] Ma dernière parole soit / Quelques vers de Maître François, / Et que j'emporte entre les dents / Un flocon des neiges d'antan... "
Il y développe également un autre de ses thèmes favoris : les femmes et l'amour, de préférence décomplexé :
" J'eusse aimé le corps féminin / Des nonnettes et des nonnains / Qui, dans ces jolis temps bénis, / Ne disaient pas toujours "nenni". "


Estimation 2 000 - 3 000 €

Vendu 26 000 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 228

BRASSENS (Georges)
Manuscrit autographe pour la chanson Le Moyenâgeux.

Vendu 26 000 € [$]

BRASSENS (Georges)
Manuscrit autographe pour la chanson Le Moyenâgeux.
2 p. in-4.

Version définitive, avec indication de tonalité, de la chanson le Moyenâgeux, figurant sur l'album Supplique pour être enterré à la plage de Sète, gravé en 1966.
Une faute corrigée deux fois.
C'est une des chansons de Brassens où l'influence du moyen-âge, et de François Villon, se fait sentir clairement :
" Après une franche repue, / J'eusse aimé, toute honte bue, / Aller courir le cotillon / Sur les pas de François Villon.
[…] À la fin, les anges du guet / M'auraient conduit sur le gibet. / Je serais mort, jambes en l'air, / Sur la veuve patibulaire.
[…] Ma dernière parole soit / Quelques vers de Maître François, / Et que j'emporte entre les dents / Un flocon des neiges d'antan... "
Il y développe également un autre de ses thèmes favoris : les femmes et l'amour, de préférence décomplexé :
" J'eusse aimé le corps féminin / Des nonnettes et des nonnains / Qui, dans ces jolis temps bénis, / Ne disaient pas toujours "nenni". "


Estimation 2 000 - 3 000 €

Vendu 26 000 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 4033
Date : 22 sept. 2020 18:00
Commissaires-priseurs: Stéphane Aubert, Hervé Poulain

Contact

Juliette Audet
Tél. +33 1 42 99 16 58
jaudet@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Livres & Manuscrits