Vente Les collections Aristophil 35 - 18 novembre 2020 /Lot 471 BLOY (Léon) Manuscrit autographe de son Journal d'enfance et de jeunesse.

  • BLOY (Léon)  Manuscrit autographe de son Journal d'enfance et de jeunesse.
  • BLOY (Léon)  Manuscrit autographe de son Journal d'enfance et de jeunesse.
  • BLOY (Léon)  Manuscrit autographe de son Journal d'enfance et de jeunesse.
BLOY (Léon)
Manuscrit autographe de son Journal d'enfance et de jeunesse.
1861-1866.

2 cahiers in-fol. (32 x 20, 5 cm), plats cartonnés, dos lisses, demi-toile verte pour le premier et demi-percaline prune pour le second.

184 p. sur 92 ff. in-folio et 5 becquets in-12 ; 81 p. sur 41 ff. in-folio.
Précieux manuscrit inédit du premier journal tenu par Léon Bloy à l'adolescence, de ses 14 à ses 20 ans.
Le journal est illustré de quelques dessins à la plume dans le texte du 1er registre et de quelques croquis sur la contregarde du 2e registre.
Ce témoignage exceptionnel de la jeunesse de Bloy n'est connu que très partiellement, par des extraits publiés en 1925- 1926 dans les Cahiers Léon Bloy, puis dans quelques études, mais la majeure partie de ce Journal est restée inédite. Ce journal fut tenu par Léon Bloy, avec de nombreuses interruptions, jusqu'aux premières années de son arrivée à Paris ; il fut interrompu définitivement le 16 novembre 1866. Le premier cahier (1er janvier 1861-31 mars 1862) renferme plusieurs lettres ou pièces, la plupart collées aux feuillets : un portrait de son père dessiné par Léon le 10 février 1861 ; une L. A. S. de Léon à son frère Paul, une de Paul à Léon, et une de F. Frenet à Léon ; une minute de lettre de Léon à un oncle maternel, et le canevas d'un premier acte de drame. Le jeune garçon décrit minutieusement sa vie quotidienne, au sein de sa famille, dans la maison de Fenestreau, en particulier son étude assidue du dessin industriel et architectural, et ses lectures (des feuilletons, les romans de Fenimore Cooper, Le Marquis de Létorière d'Eugène Sue). Le journal nous donne une idée des sociabilités dans ces années : le 27 octobre
1866, il relate une soirée passée chez Victor Lalotte en compagnie de Georges Landry où il fait une lecture de Victor Hugo : « Nous nous sommes occupés de poésie comme toujours. J'avais apporté selon ma promesse les 'Châtiments' j'en ai lu tout haut les plus remarquables endroits. En conscience, je crois que ce genre de divertissement est pour des jeunes gens, le plus innocent qui se puisse imaginer & même le plus sain. »
Émouvant journal de jeunesse.

Provenance :
Vente Paris, de Maigret, 15 mai 2013, n° 157.

Bibliographie :
Léon Bloy, Cat. de l'exposition à la Galerie Jean Loize, 1952, n° 171.

Dos manquant à un des cahiers, faiblesses au brochage, coins émoussés, petites rousseurs éparses.

Estimation 3 000 - 5 000 €

Vendu 3 900 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 471

BLOY (Léon)
Manuscrit autographe de son Journal d'enfance et de jeunesse.

Vendu 3 900 € [$]

BLOY (Léon)
Manuscrit autographe de son Journal d'enfance et de jeunesse.
1861-1866.

2 cahiers in-fol. (32 x 20, 5 cm), plats cartonnés, dos lisses, demi-toile verte pour le premier et demi-percaline prune pour le second.

184 p. sur 92 ff. in-folio et 5 becquets in-12 ; 81 p. sur 41 ff. in-folio.
Précieux manuscrit inédit du premier journal tenu par Léon Bloy à l'adolescence, de ses 14 à ses 20 ans.
Le journal est illustré de quelques dessins à la plume dans le texte du 1er registre et de quelques croquis sur la contregarde du 2e registre.
Ce témoignage exceptionnel de la jeunesse de Bloy n'est connu que très partiellement, par des extraits publiés en 1925- 1926 dans les Cahiers Léon Bloy, puis dans quelques études, mais la majeure partie de ce Journal est restée inédite. Ce journal fut tenu par Léon Bloy, avec de nombreuses interruptions, jusqu'aux premières années de son arrivée à Paris ; il fut interrompu définitivement le 16 novembre 1866. Le premier cahier (1er janvier 1861-31 mars 1862) renferme plusieurs lettres ou pièces, la plupart collées aux feuillets : un portrait de son père dessiné par Léon le 10 février 1861 ; une L. A. S. de Léon à son frère Paul, une de Paul à Léon, et une de F. Frenet à Léon ; une minute de lettre de Léon à un oncle maternel, et le canevas d'un premier acte de drame. Le jeune garçon décrit minutieusement sa vie quotidienne, au sein de sa famille, dans la maison de Fenestreau, en particulier son étude assidue du dessin industriel et architectural, et ses lectures (des feuilletons, les romans de Fenimore Cooper, Le Marquis de Létorière d'Eugène Sue). Le journal nous donne une idée des sociabilités dans ces années : le 27 octobre
1866, il relate une soirée passée chez Victor Lalotte en compagnie de Georges Landry où il fait une lecture de Victor Hugo : « Nous nous sommes occupés de poésie comme toujours. J'avais apporté selon ma promesse les 'Châtiments' j'en ai lu tout haut les plus remarquables endroits. En conscience, je crois que ce genre de divertissement est pour des jeunes gens, le plus innocent qui se puisse imaginer & même le plus sain. »
Émouvant journal de jeunesse.

Provenance :
Vente Paris, de Maigret, 15 mai 2013, n° 157.

Bibliographie :
Léon Bloy, Cat. de l'exposition à la Galerie Jean Loize, 1952, n° 171.

Dos manquant à un des cahiers, faiblesses au brochage, coins émoussés, petites rousseurs éparses.

Estimation 3 000 - 5 000 €

Vendu 3 900 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 4098
Lieu : Vente à Huis clos
Date : 18 nov. 2020 11:30
Commissaire-priseur : Francis Briest

Contact

Juliette Audet
Tél. +33 1 42 99 16 58
jaudet@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Aristophil 35, Littérature : Fonds Romain Gary & Littérature du XVIIe au XXe siècle