Vente Maîtres anciens & du XIX siècle - 16 juin 2020 /Lot 83 Augustin PAJOU Paris, 1730 - 1809 Etudes d'après l'Antique : un profil de femme au diadème surmontant un brasero, trois études d'après des intailles, trois études d'homme barbu et une tête d'empereur lauré

  • Augustin PAJOU Paris, 1730 - 1809 Etudes d'après l'Antique : un profil de femme au diadème surmontant un brasero, trois études d'apr
  • Augustin PAJOU Paris, 1730 - 1809 Etudes d'après l'Antique : un profil de femme au diadème surmontant un brasero, trois études d'apr
  • Augustin PAJOU Paris, 1730 - 1809 Etudes d'après l'Antique : un profil de femme au diadème surmontant un brasero, trois études d'apr
  • Augustin PAJOU Paris, 1730 - 1809 Etudes d'après l'Antique : un profil de femme au diadème surmontant un brasero, trois études d'apr
  • Augustin PAJOU Paris, 1730 - 1809 Etudes d'après l'Antique : un profil de femme au diadème surmontant un brasero, trois études d'apr
  • Augustin PAJOU Paris, 1730 - 1809 Etudes d'après l'Antique : un profil de femme au diadème surmontant un brasero, trois études d'apr
Augustin PAJOU Paris, 1730 - 1809
Etudes d'après l'Antique : un profil de femme au diadème surmontant un brasero, trois études d'après des intailles, trois études d'homme barbu et une tête d'empereur lauré
Suite de huit dessins répartis dans six montages
Six au crayon noir, les autres à la plume et encre noire, lavis gris ou à la plume et encre brune, lavis brun et tous sur trait de crayon noir
Légendés à la plume et encre brune, la tête d'empereur localisée 'a la villa medicis'
Dimensions de la plupart :

Studies after Antique, a set of 8 drawings, black chalk and pen and brown or black ink, brown or grey wash, inscribed, by A. Pajou
Hauteur : 19 Largeur : 13 cm

Provenance : Proviennent probablement d'un carnet de croquis réalisés par Pajou à Rome et démantelé à une date inconnue ;
Peut-être collection F. Abbott, Edimbourg ;
Galerie Cailleux, Paris, son cachet (L. 4461) en bas à droite ;
Acquis auprès de cette galerie par l'actuelle propriétaire ;
Collection particulière, Bruxelles


Bibliographie : James David Draper, Guilhem Scherf, 'Pajou. Sculpteur du roi 1730-1809', cat. exp., Paris, musée du Louvre, New York, Metropolitan Museum of Art, 1998, p. 172, mentionné et repr. dans la notice du n° 63, fig. 108 (pour les trois études d'homme barbu), p. 182, mentionné et repr. dans la notice des n° 67 à 69, fig. 115 (pour le profil de femme au diadème surmontant un brasero) et p. 365, mentionné et repr. dans la notice du n° 145, fig. 226 (pour la tête d'empereur)
James David Draper, Guilhem Scherf, 'Augustin Pajou dessinateur en Italie 1752-1756', Nouvelles archives de l'Art français, t. XXXIII, Nogent-le-Roi, 1997, mentionné p. 14 (ensemble des feuilles provenant de la galerie Cailleux)

Commentaire : Etape incontournable de toute formation artistique, le séjour à Rome était pour les jeunes artistes l'occasion de découvrir les merveilles de la Ville éternelle, où se côtoyaient les témoignages de l'Antiquité - monuments, sculptures et autres trésors archéologiques - et les chefs-d'œuvre des grands maîtres. Les élèves de l'Académie royale française étaient accueillis à Rome au palais Mancini pour y poursuivre leur apprentissage et c'est ainsi que le jeune Augustin Pajou y arriva à son tour, en février 1752, peu de temps après la nomination de Natoire comme directeur de l'Académie de France à Rome.
Le sculpteur montra tout au long de sa carrière une appétence particulière pour le dessin et n'eut sans doute guère besoin des encouragements de son directeur pour parcourir Rome, carnet de croquis à la main. Durant tout son séjour romain, qui dura jusqu'en 1756, Pajou coucha inlassablement sur le papier statues, reliefs, éléments de décor architecturaux, camées et autres pierres sculptées au gré de ses visites, avec une prédilection marquée pour l'antique. La suite de dessins que nous présentons, sur lesquels Pajou a souvent ajouté des précisions à la plume, témoigne de cet apprentissage bouillonnant d'un jeune artiste, séduit par la richesse, l'esthétique et la pureté du vocabulaire antique et se constituant avec passion un répertoire qui nourrira la suite de son œuvre.

Estimation 5 000 - 7 000 €

Lot 83

Augustin PAJOU Paris, 1730 - 1809
Etudes d'après l'Antique : un profil de femme au diadème surmontant un brasero, trois études d'après des intailles, trois études d'homme barbu et une tête d'empereur lauré

Estimation 5 000 - 7 000 € [$]

Augustin PAJOU Paris, 1730 - 1809
Etudes d'après l'Antique : un profil de femme au diadème surmontant un brasero, trois études d'après des intailles, trois études d'homme barbu et une tête d'empereur lauré
Suite de huit dessins répartis dans six montages
Six au crayon noir, les autres à la plume et encre noire, lavis gris ou à la plume et encre brune, lavis brun et tous sur trait de crayon noir
Légendés à la plume et encre brune, la tête d'empereur localisée 'a la villa medicis'
Dimensions de la plupart :

Studies after Antique, a set of 8 drawings, black chalk and pen and brown or black ink, brown or grey wash, inscribed, by A. Pajou
Hauteur : 19 Largeur : 13 cm

Provenance : Proviennent probablement d'un carnet de croquis réalisés par Pajou à Rome et démantelé à une date inconnue ;
Peut-être collection F. Abbott, Edimbourg ;
Galerie Cailleux, Paris, son cachet (L. 4461) en bas à droite ;
Acquis auprès de cette galerie par l'actuelle propriétaire ;
Collection particulière, Bruxelles


Bibliographie : James David Draper, Guilhem Scherf, 'Pajou. Sculpteur du roi 1730-1809', cat. exp., Paris, musée du Louvre, New York, Metropolitan Museum of Art, 1998, p. 172, mentionné et repr. dans la notice du n° 63, fig. 108 (pour les trois études d'homme barbu), p. 182, mentionné et repr. dans la notice des n° 67 à 69, fig. 115 (pour le profil de femme au diadème surmontant un brasero) et p. 365, mentionné et repr. dans la notice du n° 145, fig. 226 (pour la tête d'empereur)
James David Draper, Guilhem Scherf, 'Augustin Pajou dessinateur en Italie 1752-1756', Nouvelles archives de l'Art français, t. XXXIII, Nogent-le-Roi, 1997, mentionné p. 14 (ensemble des feuilles provenant de la galerie Cailleux)

Commentaire : Etape incontournable de toute formation artistique, le séjour à Rome était pour les jeunes artistes l'occasion de découvrir les merveilles de la Ville éternelle, où se côtoyaient les témoignages de l'Antiquité - monuments, sculptures et autres trésors archéologiques - et les chefs-d'œuvre des grands maîtres. Les élèves de l'Académie royale française étaient accueillis à Rome au palais Mancini pour y poursuivre leur apprentissage et c'est ainsi que le jeune Augustin Pajou y arriva à son tour, en février 1752, peu de temps après la nomination de Natoire comme directeur de l'Académie de France à Rome.
Le sculpteur montra tout au long de sa carrière une appétence particulière pour le dessin et n'eut sans doute guère besoin des encouragements de son directeur pour parcourir Rome, carnet de croquis à la main. Durant tout son séjour romain, qui dura jusqu'en 1756, Pajou coucha inlassablement sur le papier statues, reliefs, éléments de décor architecturaux, camées et autres pierres sculptées au gré de ses visites, avec une prédilection marquée pour l'antique. La suite de dessins que nous présentons, sur lesquels Pajou a souvent ajouté des précisions à la plume, témoigne de cet apprentissage bouillonnant d'un jeune artiste, séduit par la richesse, l'esthétique et la pureté du vocabulaire antique et se constituant avec passion un répertoire qui nourrira la suite de son œuvre.

Estimation 5 000 - 7 000 €

Détails de la vente

Vente : 3979
Date : 16 juin 2020 17:00
Commissaire-priseur : Matthieu Fournier

Contact

Matthieu Fournier
Tél. +33 1 42 99 20 26
mfournier@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Maîtres anciens & du XIXe siècle