Vente Livres et Manuscrits - 15 décembre 2010 /Lot 19 Anthelme BRILLAT-SAVARIN (1755-1826) L.A.S. à M. PAVAT-BRILLAT à Belley

  • Anthelme BRILLAT-SAVARIN (1755-1826) L.A.S. à M. PAVAT-BRILLAT à Belley [Paris] 23 août [1790]. 2 ...
Anthelme BRILLAT-SAVARIN (1755-1826)L.A.S. à M. PAVAT-BRILLAT à Belley
[Paris] 23 août [1790]. 2 p. et demie in 4, adresse avec contreseing ms assemblée nationale, cachet cire rouge.
INTERESSANTE LETTRE A UN PARENT, COMME DEPUTE . Il veut le rassurer : il n'a pas oublié son remboursement et va faire le nécessaire pour le faire envoyer : " je vois bien que tu ne te douttes pas de la manière dont les affaires se traittent à Paris ". Il apprend que " tu es amoureux de Sophie comme un enragé. Je t'invite fort à pousser ta pointe la fille est belle bien entendu cependant que tu ne la laisseras pas flairer par ces petits farfadets car je commence à ne les aimer gueres mieux que toi "… L'ordre du jour du lendemain porte sur " la fixation du traitement tant des administrateurs que des juges, tout le côté aristocrate voudrait qu'on leur donne que peu de choses, mais pour moi je pense, et je dirai qu'ils doivent être justement indemnisés ; autrement on n'aura ni administrateurs, ni juges. Mon avis au sujet de la contre Revolution est qu'elle est absolument impossible du côté des Français, car il n'y a personne de ceux qui ont quelque chose à perdre qui puisse la désirer et ceux qui n'ont ni biens ni industrie ni femme ni enfant seront toujours le petit nombre "… Au sujet des nouveaux décrets sur l'immobilier et les biens nationaux, il pense que de nouvelles réformes vont être entreprises : " notre Comité ne scait ce qu'il fait, et si on lui croyait les biens nationaux ne seraient pas vendus dans dix ans, parce qu'ils veulent que tout se fasse au comité, tandis que l'assemblée ayant décrété que tous les biens seraient vendus, elle ne devrait pas se mêler de l'exécution qui est purement administrative, et l'abandonner en entier aux départements et districts. Déjà M. de MIRABEAU l'a remarqué, et certes il ne sera pas seul ". L'Assemblée vient en outre de fixer le traitement des juges de paix et de district : " Elle les a divisés sur trois classes, scavoir ceux qui habitent les villes de 20 000 âmes et au dessous, ceux qui habitent les villes au dessus de soixante mille âmes " ; et il lui en donne les montants…

Estimation 800 - 1 000 €

Vendu 1 020 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 19

Anthelme BRILLAT-SAVARIN (1755-1826)
L.A.S. à M. PAVAT-BRILLAT à Belley

Vendu 1 020 € [$]

Anthelme BRILLAT-SAVARIN (1755-1826)L.A.S. à M. PAVAT-BRILLAT à Belley
[Paris] 23 août [1790]. 2 p. et demie in 4, adresse avec contreseing ms assemblée nationale, cachet cire rouge.
INTERESSANTE LETTRE A UN PARENT, COMME DEPUTE . Il veut le rassurer : il n'a pas oublié son remboursement et va faire le nécessaire pour le faire envoyer : " je vois bien que tu ne te douttes pas de la manière dont les affaires se traittent à Paris ". Il apprend que " tu es amoureux de Sophie comme un enragé. Je t'invite fort à pousser ta pointe la fille est belle bien entendu cependant que tu ne la laisseras pas flairer par ces petits farfadets car je commence à ne les aimer gueres mieux que toi "… L'ordre du jour du lendemain porte sur " la fixation du traitement tant des administrateurs que des juges, tout le côté aristocrate voudrait qu'on leur donne que peu de choses, mais pour moi je pense, et je dirai qu'ils doivent être justement indemnisés ; autrement on n'aura ni administrateurs, ni juges. Mon avis au sujet de la contre Revolution est qu'elle est absolument impossible du côté des Français, car il n'y a personne de ceux qui ont quelque chose à perdre qui puisse la désirer et ceux qui n'ont ni biens ni industrie ni femme ni enfant seront toujours le petit nombre "… Au sujet des nouveaux décrets sur l'immobilier et les biens nationaux, il pense que de nouvelles réformes vont être entreprises : " notre Comité ne scait ce qu'il fait, et si on lui croyait les biens nationaux ne seraient pas vendus dans dix ans, parce qu'ils veulent que tout se fasse au comité, tandis que l'assemblée ayant décrété que tous les biens seraient vendus, elle ne devrait pas se mêler de l'exécution qui est purement administrative, et l'abandonner en entier aux départements et districts. Déjà M. de MIRABEAU l'a remarqué, et certes il ne sera pas seul ". L'Assemblée vient en outre de fixer le traitement des juges de paix et de district : " Elle les a divisés sur trois classes, scavoir ceux qui habitent les villes de 20 000 âmes et au dessous, ceux qui habitent les villes au dessus de soixante mille âmes " ; et il lui en donne les montants…

Estimation 800 - 1 000 €

Vendu 1 020 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 1886
Date : 14 déc. 2010 14:30

Contact

Benoît Puttemans
Tél.
bputtemans@artcurial.com

Livres et Manuscrits