Vente Maîtres anciens & du XIX siècle /Lot 74 Anne-Louis Girodet-Trioson Montargis, 1767 - Paris, 1824 Eole déchaine les vents contre les vaisseaux troyens

  • Anne-Louis Girodet-Trioson Montargis, 1767 - Paris, 1824
Anne-Louis Girodet-Trioson Montargis, 1767 - Paris, 1824
Eole déchaine les vents contre les vaisseaux troyens
Crayon noir

Aeolus unleashes the winds against the Trojans ships, black chalk, by A. -L. Girodet-Trioson

Hauteur : 25,80 Largeur : 35 cm

Provenance : Vente après-décès de l'artiste, Paris, 11 avril 1825 (recueil de dessins destinés à l'illustration des oeuvres de Virgile) ;
Acquis lors de cette vente par son élève et ami Antoine Pannetier ;
Collection Pannetier, jusqu'en 1859 ;
Collection La Bordes ;
Vente ("170 dessins de Girodet compositions pour l'Eneïde et les Georgiques de Virgile"), Paris, Hôtel Drouot, 15 avril 1867, n° 2 ;
Collection Firmin-Didot ;
Puis par descendance jusqu'en 1971 ;
Collection particulière, Paris

Bibliographie : Angela Stief, 'Die Aeneisillustrationen von Girodet-Trioson : künstlerische und literarische Rezeption von Vergils Epos in Frankreich um 1800', Francfort, 1986, p. 315, n° 2
'Dessiner l'Enéide', cat. exp. Montargis, musée Girodet, 1997, p. 44, n° 2

Commentaire : Gravure:
Lithographié dans Enéide / Suite de compositions de Girodet / Lithographiées d'après ses dessins / par (...) ses élèves / publiée par M. Pannetier, Paris, 1827, pl. II

Girodet travaille sur les œuvres de Virgile tout au long de sa vie. Dès 1791, il est chargé par David de réaliser avec Gérard les illustrations de l'Eneide pour l'édition de Didot, qui sera publié en 17981. Dans une lettre de février 1811 à son ami Marie-Philippe Coupin de la Couperie, Girodet explique s'être lancé dans une suite d'illustrations pour l'Enéide². Cette suite semble inachevée à sa mort, en 1824, en tout cas non publiée. Lors de sa vente après décès en 1825, selon Mme Amélie-Julie Simons-Candeille, un Anglais essaye d'acheter la suite de l'Enéide, mais les amis et élèves de Girodet contrent son offre pour défendre sa mémoire et afin de garder en France ces illustrations. La suite est achetée 10 000 francs par Antoine Pannetier, son élève et ami3. Ses élèves se chargent alors de lithographier, sous la direction de M. Pannetier, 72 dessins sur les 182 que Girodet avait laissés.
Notre dessin traduit les vers 50-85 du chant I de l'Enéide où Junon se rend auprès du dieu Éole, préposé par Jupiter à tenir les vents enchaînés dans de sombres cavernes et, flattant habilement le docile Éole, lui promettant une nymphe pour épouse en guise de récompense, elle le convainc de libérer les vents. Sur notre dessin Junon donne à Eole la nymphe qui lui est promise, et les vents s'échappent avec furie de la caverne où ils étaient enfermés. Au loin les frêles esquifs tentent désespérément de fuir la tempête qui gronde déjà.

Ce dessin sera inclus dans le catalogue raisonné de l'œuvre de Girodet actuellement en préparation par Madame Sidonie Lemeux-Fraitot.

1. S. Bellenger, cat. exp. 'Girodet', Paris, 2005-2006, p. 437
2. P.A. Coupin, 'Œuvres posthumes de Girodet-Trioson, peintre d'histoire, suivies de sa correspondance ; précédées d'une notice historique, et mises en ordre', Paris, 1829, p. 309-310
3. Voir S. Lemeux Fraitot, 'Inventaire après décès de Gros et de Girodet', Paris, 2002, p.196

Estimation 30 000 - 40 000 €

Vendu 74 100 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 74

Anne-Louis Girodet-Trioson Montargis, 1767 - Paris, 1824
Eole déchaine les vents contre les vaisseaux troyens

Vendu 74 100 € [$]

Anne-Louis Girodet-Trioson Montargis, 1767 - Paris, 1824
Eole déchaine les vents contre les vaisseaux troyens
Crayon noir

Aeolus unleashes the winds against the Trojans ships, black chalk, by A. -L. Girodet-Trioson

Hauteur : 25,80 Largeur : 35 cm

Provenance : Vente après-décès de l'artiste, Paris, 11 avril 1825 (recueil de dessins destinés à l'illustration des oeuvres de Virgile) ;
Acquis lors de cette vente par son élève et ami Antoine Pannetier ;
Collection Pannetier, jusqu'en 1859 ;
Collection La Bordes ;
Vente ("170 dessins de Girodet compositions pour l'Eneïde et les Georgiques de Virgile"), Paris, Hôtel Drouot, 15 avril 1867, n° 2 ;
Collection Firmin-Didot ;
Puis par descendance jusqu'en 1971 ;
Collection particulière, Paris

Bibliographie : Angela Stief, 'Die Aeneisillustrationen von Girodet-Trioson : künstlerische und literarische Rezeption von Vergils Epos in Frankreich um 1800', Francfort, 1986, p. 315, n° 2
'Dessiner l'Enéide', cat. exp. Montargis, musée Girodet, 1997, p. 44, n° 2

Commentaire : Gravure:
Lithographié dans Enéide / Suite de compositions de Girodet / Lithographiées d'après ses dessins / par (...) ses élèves / publiée par M. Pannetier, Paris, 1827, pl. II

Girodet travaille sur les œuvres de Virgile tout au long de sa vie. Dès 1791, il est chargé par David de réaliser avec Gérard les illustrations de l'Eneide pour l'édition de Didot, qui sera publié en 17981. Dans une lettre de février 1811 à son ami Marie-Philippe Coupin de la Couperie, Girodet explique s'être lancé dans une suite d'illustrations pour l'Enéide². Cette suite semble inachevée à sa mort, en 1824, en tout cas non publiée. Lors de sa vente après décès en 1825, selon Mme Amélie-Julie Simons-Candeille, un Anglais essaye d'acheter la suite de l'Enéide, mais les amis et élèves de Girodet contrent son offre pour défendre sa mémoire et afin de garder en France ces illustrations. La suite est achetée 10 000 francs par Antoine Pannetier, son élève et ami3. Ses élèves se chargent alors de lithographier, sous la direction de M. Pannetier, 72 dessins sur les 182 que Girodet avait laissés.
Notre dessin traduit les vers 50-85 du chant I de l'Enéide où Junon se rend auprès du dieu Éole, préposé par Jupiter à tenir les vents enchaînés dans de sombres cavernes et, flattant habilement le docile Éole, lui promettant une nymphe pour épouse en guise de récompense, elle le convainc de libérer les vents. Sur notre dessin Junon donne à Eole la nymphe qui lui est promise, et les vents s'échappent avec furie de la caverne où ils étaient enfermés. Au loin les frêles esquifs tentent désespérément de fuir la tempête qui gronde déjà.

Ce dessin sera inclus dans le catalogue raisonné de l'œuvre de Girodet actuellement en préparation par Madame Sidonie Lemeux-Fraitot.

1. S. Bellenger, cat. exp. 'Girodet', Paris, 2005-2006, p. 437
2. P.A. Coupin, 'Œuvres posthumes de Girodet-Trioson, peintre d'histoire, suivies de sa correspondance ; précédées d'une notice historique, et mises en ordre', Paris, 1829, p. 309-310
3. Voir S. Lemeux Fraitot, 'Inventaire après décès de Gros et de Girodet', Paris, 2002, p.196

Estimation 30 000 - 40 000 €

Vendu 74 100 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 3034
Date : 23 mars 2017 18:00
Commissaire-priseur : Matthieu Fournier

Contact

Matthieu Fournier
Tél. +33 1 42 99 20 26
mfournier@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Maîtres anciens & du XIXe siècle