• 1991 Ferrari F40
  • 1991 Ferrari F40
  • 1991 Ferrari F40
  • 1991 Ferrari F40
  • 1991 Ferrari F40
  • 1991 Ferrari F40
  • 1991 Ferrari F40
  • 1991 Ferrari F40
  • 1991 Ferrari F40
  • 1991 Ferrari F40
  • 1991 Ferrari F40
  • 1991 Ferrari F40
  • 1991 Ferrari F40
  • 1991 Ferrari F40
  • 1991 Ferrari F40
  • 1991 Ferrari F40
  • 1991 Ferrari F40
  • 1991 Ferrari F40
  • 1991 Ferrari F40
  • 1991 Ferrari F40
  • 1991 Ferrari F40
  • 1991 Ferrari F40
  • 1991 Ferrari F40
  • 1991 Ferrari F40
  • 1991 Ferrari F40
  • 1991 Ferrari F40
  • 1991 Ferrari F40
  • 1991 Ferrari F40
  • 1991 Ferrari F40
  • 1991 Ferrari F40
  • 1991 Ferrari F40
  • 1991 Ferrari F40
  • 1991 Ferrari F40
1991 Ferrari F40
Carte grise française
Châssis n° ZFFGJ34B000084662
Moteur n° 21683

- Le dernier chef-d'œuvre d'Enzo Ferrari
- Carnets, travaux récents
- Sortant de révision

La F40 est connue des passionnés comme la dernière Ferrari conçue et fabriquée sous le contrôle et du vivant d'Enzo Ferrari. Cette voiture radicale reprenait le concept de la Ferrari 288 GTO. Celle-ci, forte de 400 ch et d'un châssis très sportif, dépassait 300 km/h ce qui, en 1984, était réservé à une élite. Ce modèle hors du commun avait marqué l'esprit et Ferrari souhaitait garder son avance sur ses concurrents dans le domaine de très hautes performances. L'année 1987 était particulièrement propice pour marquer un grand coup, car elle correspondait à l'anniversaire des 40 ans de Ferrari. C'est donc en 1987 que la F40 était présentée à quelque 80 journalistes triés sur le volet en présence d'Enzo Ferrari lui-même, de Giovanni Battista Ruzelli (directeur général), de l'ingénieur Materassi (chef de projet) et de Fioravanti (directeur du Centre d'Étude et de Recherche de Pininfarina). Son nom ne devait rien au hasard, le 40 correspondant à l'âge de l'entreprise. Pour la F40, Ferrari avait concentré tout son savoir-faire et elle se rapprochait d'une voiture de course adaptée à la route : son V8 double turbo développait 478 ch à 7 000 tr/mn, elle comportait des suspensions d'une incroyable efficacité et un châssis léger et rigide grâce aux matériaux composites utilisés également pour les capots, les portières et le toit. Au lieu de la boîte de vitesses à cinq rapports classique, le client pouvait commander une version course à crabots. La garde au sol de la voiture pouvait être modifiée selon trois positions : haute, normale et grande vitesse. À partir de 120 km/h, la garde au sol diminuait automatiquement, le relèvement s'effectuant par commande manuelle.
La carrosserie, malgré les écopes et les prises d'air aérodynamiques destinées aux douze radiateurs de refroidissement (pour le moteur, les turbos et les transmissions) et les très larges pneumatiques, affichait un excellent Cx de 0,34. La forme de la voiture, signée Pininfarina, traduisait la priorité accordée à la fonction et à l'efficacité aérodynamique, comme en témoignait le large aileron arrière montant presque au niveau du pavillon.
Aujourd'hui, les performances de la F40 restent époustouflantes mais, en 1987, la voiture faisait figure d'extra-terrestre : elle atteignait 324 km/h en vitesse de pointe et son chrono sur le km départ arrêté s'établissait à 21 secondes, un temps que n'égalait que quelques rares voitures de production artisanale. Au départ, la F40 devait être produite à 400 exemplaires mais, entraînée par l'engouement des acheteurs et des investisseurs, Ferrari en a produit presque autant que de Daytona, soit environ 1 300 exemplaires. Un an après la présentation de la F40, Enzo Ferrari s'éteignait, à l'âge de 90 ans. Avant de disparaître, il avait eu encore le temps de donner naissance à son dernier chef-d'œuvre sans compromis, la F40.

La Ferrari F40 que nous présentons a été livrée neuve en Autriche par l'importateur Ferrari Wolfgang Denzel AG le 30 mai 1990. Elle fut livrée à un amateur et collectionneur de voiture ancienne bien connu en Autriche qui a possédé parmi les plus belles voitures du monde. Ce dernier nous a confirmé qu'il avait vendu ensuite la voiture en 1993 à Ferrari Ebelein. Elle fut ensuite la propriété d'un anglais vivant sur la Côte d'Azur qui ne l'utilisa qu'avec grande parcimonie. C'est ainsi que la première révision reportée sur le carnet de service de la voiture fut effectuée en septembre 2013, via un marchand monégasque bien connu alors que la voiture avait parcouru 13 029 km. A cette occasion la courroie de distribution ainsi que les réservoirs furent remplacés. C'est en 2017, alors que la voiture avait parcouru moins de 15 000 km, que notre pilote collectionneur français se porta acquéreur de cette belle F40. Rêve qu'il avait longtemps caressé et qui put se concrétiser à point nommé, afin de participer aux 70 ans de la marque. C'est ainsi qu'il descendit avec la voiture sur la Côte d'Azur puis à Maranello pour fêter avec brio cet anniversaire immanquable.
Sortant d'une révision avec remplacement de la courroie de distribution, dans son élégante teinte Rosso Fer 300/9 avec intérieur Stoffa Vigogna, la configuration systématique pour une F40, elle n'affiche que 17 995 km et se présente dans un état rare.

La participation aux enchères pour ce lot est soumise à une procédure d'enregistrement particulière. Si vous souhaitez enchérir sur ce lot, merci de vous rapprocher du bureau des enchères ou du département Motorcars minimum 48 heures avant la vente.

MERCI DE NOTER QUE LA VOITURE EST VENDUE SANS CONTROLE TECHNIQUE.



French title
Chassis no. ZFFGJ34B000084662
Engine no. 21683

- Enzo Ferrari's last masterpiece
- Handbooks, recent work
- Just serviced


The F40 is known by enthusiasts as the last Ferrari designed and built under the direct supervision of Enzo Ferrari before he died. This radical car took up the concept of the Ferrari 288 GTO which, equipped with over 400 bhp and a very sporty chassis, was capable of over 300 km/h. This extraordinary machine, accessible to a lucky few, had made its mark in the realm of high performance cars and Ferrari was keen to keep this advantage over its competitors. 1987 was a good year to introduce a successor, being the 40th anniversary of Ferrari. And so this was the year that the F40 was presented to a group of 80 selected journalists, in the presence of Enzo Ferrari, Giovanni Battista Ruzelli (director general), engineer Materassi (project head) and Fioravanti (head of Pininfarina design and research). The name was chosen to mark the age of the enterprise. Ferrari poured all its resources into the F40 which was basically a race-car adapted for the road : its twin-turbo V8 developed 478 bhp at 7000 rpm, it had incredible suspension and a rigid, lightweight chassis made from composite materials that were also used for the boot, bonnet, doors and roof. In place of the standard five speed gearbox, the client could order a non-syncromesh racing version. Ground clearance could be set at three different heights: high, standard and high-speed. From 120 km/h the ground clearance reduced automatically, and could be re-set manually. In spite of ducts and cooling vents on the body for the twelve radiators (for the engine, turbos and transmission) and very wide tyres, it had an impressive drag coefficient of 0.34. The shape of the car, designed by Pininfarina, reflected the priority given to its function and aerodynamic efficiency, as seen in the large rear spoiler almost at roof level.
The F40 has a performance that is still breathtaking today. However in 1987, it was out of this world : the car had a top-speed of 324 km/h, and could cover a kilometre from a standing start in 21 seconds, a feat only achieved by a few hand-crafted cars. Originally, a production of 400 examples was planned, but driven by demand from buyers and investors, Ferrari built almost as many as the Daytona, some 1,300 examples. A year after the car was first presented, Enzo Ferrari passed away at the age of 90, having overseen the creation of his last uncompromising masterpiece, the F40.

The Ferrari F40 we are presenting was delivered new in Austria by the Ferrari importer Wolfgang Denzel AG on 30 May 1990. It was supplied to a well-known enthusiast and collector of classic cars who has owned some of the most beautiful cars in the world. He confirmed that he later sold the car in 1993 to Ferrari Ebelein. It was then owned by an Englishman on the French Riviera, who used it very sparingly. The first service recorded in the service book was therefore only carried out in September 2013, through a well-known dealer in Monaco, when the car had covered 13,029 km. At this time, the cam-belt and fuel tanks were replaced. In 2017, when the car had covered less than 15,000 km, our client, a French collector, acquired this attractive F40. It was a dream he had long cherished and which he fulfilled just in time to take part in the marque's 70th anniversary. And so he drove the car down to the French Riviera and on to Maranello to celebrate this unmissable anniversary in style.
The car has just been serviced and the cam-belt changed; elegantly finished in Rosso Fer 300/9, with an interior in Stoffo Vigogna, the standard configuration for an F40, it has just 17,995 km recorded and is in exceptional condition.

Participating in the auction on this lot is subject to a special registration process. If you would like to bid on this lot, please get in touch with the bidding office or the motorcars department at least 48 hours before the sale.

PLEASE NOTE THAT THE CAR IS SOLD WITHOUT TECHNICAL INSPECTION.


Photos © Loïc Kernen


Estimation 1 000 000 - 1 200 000 €

Vendu 1 112 840 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 115

1991 Ferrari F40

Vendu 1 112 840 € [$]

1991 Ferrari F40
Carte grise française
Châssis n° ZFFGJ34B000084662
Moteur n° 21683

- Le dernier chef-d'œuvre d'Enzo Ferrari
- Carnets, travaux récents
- Sortant de révision

La F40 est connue des passionnés comme la dernière Ferrari conçue et fabriquée sous le contrôle et du vivant d'Enzo Ferrari. Cette voiture radicale reprenait le concept de la Ferrari 288 GTO. Celle-ci, forte de 400 ch et d'un châssis très sportif, dépassait 300 km/h ce qui, en 1984, était réservé à une élite. Ce modèle hors du commun avait marqué l'esprit et Ferrari souhaitait garder son avance sur ses concurrents dans le domaine de très hautes performances. L'année 1987 était particulièrement propice pour marquer un grand coup, car elle correspondait à l'anniversaire des 40 ans de Ferrari. C'est donc en 1987 que la F40 était présentée à quelque 80 journalistes triés sur le volet en présence d'Enzo Ferrari lui-même, de Giovanni Battista Ruzelli (directeur général), de l'ingénieur Materassi (chef de projet) et de Fioravanti (directeur du Centre d'Étude et de Recherche de Pininfarina). Son nom ne devait rien au hasard, le 40 correspondant à l'âge de l'entreprise. Pour la F40, Ferrari avait concentré tout son savoir-faire et elle se rapprochait d'une voiture de course adaptée à la route : son V8 double turbo développait 478 ch à 7 000 tr/mn, elle comportait des suspensions d'une incroyable efficacité et un châssis léger et rigide grâce aux matériaux composites utilisés également pour les capots, les portières et le toit. Au lieu de la boîte de vitesses à cinq rapports classique, le client pouvait commander une version course à crabots. La garde au sol de la voiture pouvait être modifiée selon trois positions : haute, normale et grande vitesse. À partir de 120 km/h, la garde au sol diminuait automatiquement, le relèvement s'effectuant par commande manuelle.
La carrosserie, malgré les écopes et les prises d'air aérodynamiques destinées aux douze radiateurs de refroidissement (pour le moteur, les turbos et les transmissions) et les très larges pneumatiques, affichait un excellent Cx de 0,34. La forme de la voiture, signée Pininfarina, traduisait la priorité accordée à la fonction et à l'efficacité aérodynamique, comme en témoignait le large aileron arrière montant presque au niveau du pavillon.
Aujourd'hui, les performances de la F40 restent époustouflantes mais, en 1987, la voiture faisait figure d'extra-terrestre : elle atteignait 324 km/h en vitesse de pointe et son chrono sur le km départ arrêté s'établissait à 21 secondes, un temps que n'égalait que quelques rares voitures de production artisanale. Au départ, la F40 devait être produite à 400 exemplaires mais, entraînée par l'engouement des acheteurs et des investisseurs, Ferrari en a produit presque autant que de Daytona, soit environ 1 300 exemplaires. Un an après la présentation de la F40, Enzo Ferrari s'éteignait, à l'âge de 90 ans. Avant de disparaître, il avait eu encore le temps de donner naissance à son dernier chef-d'œuvre sans compromis, la F40.

La Ferrari F40 que nous présentons a été livrée neuve en Autriche par l'importateur Ferrari Wolfgang Denzel AG le 30 mai 1990. Elle fut livrée à un amateur et collectionneur de voiture ancienne bien connu en Autriche qui a possédé parmi les plus belles voitures du monde. Ce dernier nous a confirmé qu'il avait vendu ensuite la voiture en 1993 à Ferrari Ebelein. Elle fut ensuite la propriété d'un anglais vivant sur la Côte d'Azur qui ne l'utilisa qu'avec grande parcimonie. C'est ainsi que la première révision reportée sur le carnet de service de la voiture fut effectuée en septembre 2013, via un marchand monégasque bien connu alors que la voiture avait parcouru 13 029 km. A cette occasion la courroie de distribution ainsi que les réservoirs furent remplacés. C'est en 2017, alors que la voiture avait parcouru moins de 15 000 km, que notre pilote collectionneur français se porta acquéreur de cette belle F40. Rêve qu'il avait longtemps caressé et qui put se concrétiser à point nommé, afin de participer aux 70 ans de la marque. C'est ainsi qu'il descendit avec la voiture sur la Côte d'Azur puis à Maranello pour fêter avec brio cet anniversaire immanquable.
Sortant d'une révision avec remplacement de la courroie de distribution, dans son élégante teinte Rosso Fer 300/9 avec intérieur Stoffa Vigogna, la configuration systématique pour une F40, elle n'affiche que 17 995 km et se présente dans un état rare.

La participation aux enchères pour ce lot est soumise à une procédure d'enregistrement particulière. Si vous souhaitez enchérir sur ce lot, merci de vous rapprocher du bureau des enchères ou du département Motorcars minimum 48 heures avant la vente.

MERCI DE NOTER QUE LA VOITURE EST VENDUE SANS CONTROLE TECHNIQUE.



French title
Chassis no. ZFFGJ34B000084662
Engine no. 21683

- Enzo Ferrari's last masterpiece
- Handbooks, recent work
- Just serviced


The F40 is known by enthusiasts as the last Ferrari designed and built under the direct supervision of Enzo Ferrari before he died. This radical car took up the concept of the Ferrari 288 GTO which, equipped with over 400 bhp and a very sporty chassis, was capable of over 300 km/h. This extraordinary machine, accessible to a lucky few, had made its mark in the realm of high performance cars and Ferrari was keen to keep this advantage over its competitors. 1987 was a good year to introduce a successor, being the 40th anniversary of Ferrari. And so this was the year that the F40 was presented to a group of 80 selected journalists, in the presence of Enzo Ferrari, Giovanni Battista Ruzelli (director general), engineer Materassi (project head) and Fioravanti (head of Pininfarina design and research). The name was chosen to mark the age of the enterprise. Ferrari poured all its resources into the F40 which was basically a race-car adapted for the road : its twin-turbo V8 developed 478 bhp at 7000 rpm, it had incredible suspension and a rigid, lightweight chassis made from composite materials that were also used for the boot, bonnet, doors and roof. In place of the standard five speed gearbox, the client could order a non-syncromesh racing version. Ground clearance could be set at three different heights: high, standard and high-speed. From 120 km/h the ground clearance reduced automatically, and could be re-set manually. In spite of ducts and cooling vents on the body for the twelve radiators (for the engine, turbos and transmission) and very wide tyres, it had an impressive drag coefficient of 0.34. The shape of the car, designed by Pininfarina, reflected the priority given to its function and aerodynamic efficiency, as seen in the large rear spoiler almost at roof level.
The F40 has a performance that is still breathtaking today. However in 1987, it was out of this world : the car had a top-speed of 324 km/h, and could cover a kilometre from a standing start in 21 seconds, a feat only achieved by a few hand-crafted cars. Originally, a production of 400 examples was planned, but driven by demand from buyers and investors, Ferrari built almost as many as the Daytona, some 1,300 examples. A year after the car was first presented, Enzo Ferrari passed away at the age of 90, having overseen the creation of his last uncompromising masterpiece, the F40.

The Ferrari F40 we are presenting was delivered new in Austria by the Ferrari importer Wolfgang Denzel AG on 30 May 1990. It was supplied to a well-known enthusiast and collector of classic cars who has owned some of the most beautiful cars in the world. He confirmed that he later sold the car in 1993 to Ferrari Ebelein. It was then owned by an Englishman on the French Riviera, who used it very sparingly. The first service recorded in the service book was therefore only carried out in September 2013, through a well-known dealer in Monaco, when the car had covered 13,029 km. At this time, the cam-belt and fuel tanks were replaced. In 2017, when the car had covered less than 15,000 km, our client, a French collector, acquired this attractive F40. It was a dream he had long cherished and which he fulfilled just in time to take part in the marque's 70th anniversary. And so he drove the car down to the French Riviera and on to Maranello to celebrate this unmissable anniversary in style.
The car has just been serviced and the cam-belt changed; elegantly finished in Rosso Fer 300/9, with an interior in Stoffo Vigogna, the standard configuration for an F40, it has just 17,995 km recorded and is in exceptional condition.

Participating in the auction on this lot is subject to a special registration process. If you would like to bid on this lot, please get in touch with the bidding office or the motorcars department at least 48 hours before the sale.

PLEASE NOTE THAT THE CAR IS SOLD WITHOUT TECHNICAL INSPECTION.


Photos © Loïc Kernen


Estimation 1 000 000 - 1 200 000 €

Vendu 1 112 840 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 3980
Lieu : Salon Rétromobile, Paris
Date : 07 févr. 2020 14:00
Commissaire-priseur : Hervé Poulain

Contact

Anne-Claire Mandine
Tél. +33 1 42 99 20 73
motorcars@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Rétromobile 2020