Vente Parisienne 2021 - 05 février 2021 /Lot 41 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer

  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
  • 1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
Carte grise française
Châssis n° 30717

- Superbe dans la couleur Verde Germoglio
- Moteur d'origine, trousse à outils
- Française d'origine
- Provenant d'un collectionneur de Ferrari du Sud-Ouest

Après avoir enfin répondu à la Lamborghini Miura et présenté sa Berlinetta Boxer à moteur central, Ferrari va poursuivre l'évolution de son modèle. La première 365 GT4 BB est commercialisée en 1973 et, en 1976, elle se transforme en 512 BB. Le nom correspond au nouveau système de numérotation choisi par Ferrari : au lieu d'indiquer la cylindrée unitaire, comme sur la 365, il comporte le chiffre de cylindrée suivi du nombre de cylindres. Donc ici 5 litres et 12 cylindres, la voiture comportant toujours un moteur à plat issu de la compétition et placé au-dessus de la boîte de vitesses. Dans cette version, il est encore alimenté par quatre carburateurs Weber à trois corps mais l'augmentation de cylindrée permet un gain en matière de couple, ce qui permet à la voiture d'offrir un agrément de conduite supérieur. Comme sa devancière, elle est capable d'atteindre 300 km/h, ce qui était à l'époque réservé à une élite automobile. Et en plus elle présente la stabilité et le comportement routier permettant de rouler à cette vitesse, ce qui n'était pas le cas de la Lamborghini Miura. Ce modèle a été produit à 929 exemplaires. C'est plus que la 365 GT4, mais moins que la 512 à injection. Il s'agit du tout dernier modèle produit par Ferrari avec une alimentation par carburateurs.

Cette Ferrari 512 Berlinetta Boxer a été vendue neuve en France par les établissements Pozzi en février 1980. Elle n'a connu que deux propriétaires ces vingt dernières années. En 2000, elle appartenait à un amateur de la région aixoise qui conserva la voiture une quinzaine d'années. Alors qu'elle affichait moins de 80 000 km au compteur, elle fut achetée en 2016, auprès de Ferrari Toulouse, par le propriétaire actuel, un passionné originaire de la ville rose, roulant en Ferrari 365 GT2+2. La voiture sortait d'une importante révision chez Ferrari Toulouse (facture dans le dossier) incluant le remplacement de l'embrayage et des courroies de distribution. Depuis ces travaux, elle a parcouru à peine 2000 km son compteur indiquant aujourd'hui un peu plus de 82 000 km.
Son propriétaire étant passionné par le design et aimant particulièrement les années 1970, il a décidé de réaliser un vieux rêve et de faire repeindre cette BB dans la rare couleur Ferrari de l'époque " Verde Germoglio ". Cette couleur (code Glidden Salchi 20-G-465) était courante sur les Dino 246 et pas moins de 69 voitures sortirent d'usine dans cette teinte. On sait que seulement trois Ferrari 365 GTB/4 Daytona sortirent dans cette couleur et moins de cinq BB. La voiture qui était rouge et dans un bel état d'origine, fut envoyée chez un spécialiste, les éléments furent démontés préparés et la peinture est de belle qualité. Ce travail soigneux est documenté par un reportage photographique et des factures.
Chaussée de quatre nouveaux pneus XWX, équipée de son moteur d'origine, de sa mallette à outils, cette BB a l'avantage de présenter une teinte se mariant parfaitement avec le dessin de Leonardo Fioravanti.



French title
Chassis n ° 30717

- Stunning in this color Verde Germoglio
- Original engine, tool kit
- French by provenance
- From a Ferrari collector from the South-West

Having finally responded to the Lamborghini Miura with the introduction of the mid-engined Berlinetta Boxer, Ferrari continued to develop this model. The first 365 GT4 BB went on sale in 1973 and in 1976 it evolved into the 512 BB. The name corresponded to the new numbering system chosen by Ferrari : instead of indicating the engine size, as with the 365, it was made up of the initial number of the cylinder size followed by the number of cylinders. Here it was 5-litres and 12 cylinders, and retained the flat engine derived from competition, positioned above the gearbox. In this version, the engine was still supplied by four triple-bodied Weber carburettors, but the larger engine size increased the torque, improving the driveability of the car. Like its predecessor, it was capable of a top speed of 300 km/h, something reserved for a small number of elite cars at that time. Moreover, it had superior handling and stability at high speeds that couldn't be matched by the Lamborghini Miura. Some 929 examples of this model were built, more than the 365 GT4, but less than the 512 injection model. It was the very last carburretor-fed model to be produced by Ferrari.

This Ferrari 512 Berlinetta Boxer was sold new in France by Pozzi in February 1980. It has only had two owners over the past 20 years. In 2000, it belonged to an enthusiast from the South of France who kept the car for around 15 years. With less than 80,000 km on the odometer, it was purchased in 2016 from Ferrari Toulouse by the current owner, an enthusiast from the pink city, driving a Ferrari 365 GT2 + 2. The car just came out of a major overhaul at Ferrari Toulouse (invoices in folder) including the replacement of the clutch and timing belts. Since this work, it has barely covered 2,000 km with its odometer now showing just a little over 82,000 km.
Its owner, being passionate about design and particularly fond of the 1970s, decided to make an old dream come true and have this BB repainted in the rare Ferrari color of "Verde Germoglio" from the era. This color (Glidden Salchi code 20-G-465) was common on Dino 246s and no less than 69 cars left the factory in this shade. We know that only three Ferrari 365 GTB / 4 Daytona were released in this color too and less than five BBs. The car, which was red and in a beautiful original condition, was sent to a specialist, the parts were disassembled and prepared, and the paintwork is of good quality. This careful work is documented by photographs and invoices.
Fitted with four new XWX tires, equipped with its original engine, and its tool case, this BB has the advantage of being in a color that blends perfectly with the design penned by Leonardo Fioravanti.



Photos © Eric Corlay

Estimation 200 000 - 300 000 €

Lot 41

1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer

Estimation 200 000 - 300 000 € [$]

1980 Ferrari 512 Berlinetta Boxer
Carte grise française
Châssis n° 30717

- Superbe dans la couleur Verde Germoglio
- Moteur d'origine, trousse à outils
- Française d'origine
- Provenant d'un collectionneur de Ferrari du Sud-Ouest

Après avoir enfin répondu à la Lamborghini Miura et présenté sa Berlinetta Boxer à moteur central, Ferrari va poursuivre l'évolution de son modèle. La première 365 GT4 BB est commercialisée en 1973 et, en 1976, elle se transforme en 512 BB. Le nom correspond au nouveau système de numérotation choisi par Ferrari : au lieu d'indiquer la cylindrée unitaire, comme sur la 365, il comporte le chiffre de cylindrée suivi du nombre de cylindres. Donc ici 5 litres et 12 cylindres, la voiture comportant toujours un moteur à plat issu de la compétition et placé au-dessus de la boîte de vitesses. Dans cette version, il est encore alimenté par quatre carburateurs Weber à trois corps mais l'augmentation de cylindrée permet un gain en matière de couple, ce qui permet à la voiture d'offrir un agrément de conduite supérieur. Comme sa devancière, elle est capable d'atteindre 300 km/h, ce qui était à l'époque réservé à une élite automobile. Et en plus elle présente la stabilité et le comportement routier permettant de rouler à cette vitesse, ce qui n'était pas le cas de la Lamborghini Miura. Ce modèle a été produit à 929 exemplaires. C'est plus que la 365 GT4, mais moins que la 512 à injection. Il s'agit du tout dernier modèle produit par Ferrari avec une alimentation par carburateurs.

Cette Ferrari 512 Berlinetta Boxer a été vendue neuve en France par les établissements Pozzi en février 1980. Elle n'a connu que deux propriétaires ces vingt dernières années. En 2000, elle appartenait à un amateur de la région aixoise qui conserva la voiture une quinzaine d'années. Alors qu'elle affichait moins de 80 000 km au compteur, elle fut achetée en 2016, auprès de Ferrari Toulouse, par le propriétaire actuel, un passionné originaire de la ville rose, roulant en Ferrari 365 GT2+2. La voiture sortait d'une importante révision chez Ferrari Toulouse (facture dans le dossier) incluant le remplacement de l'embrayage et des courroies de distribution. Depuis ces travaux, elle a parcouru à peine 2000 km son compteur indiquant aujourd'hui un peu plus de 82 000 km.
Son propriétaire étant passionné par le design et aimant particulièrement les années 1970, il a décidé de réaliser un vieux rêve et de faire repeindre cette BB dans la rare couleur Ferrari de l'époque " Verde Germoglio ". Cette couleur (code Glidden Salchi 20-G-465) était courante sur les Dino 246 et pas moins de 69 voitures sortirent d'usine dans cette teinte. On sait que seulement trois Ferrari 365 GTB/4 Daytona sortirent dans cette couleur et moins de cinq BB. La voiture qui était rouge et dans un bel état d'origine, fut envoyée chez un spécialiste, les éléments furent démontés préparés et la peinture est de belle qualité. Ce travail soigneux est documenté par un reportage photographique et des factures.
Chaussée de quatre nouveaux pneus XWX, équipée de son moteur d'origine, de sa mallette à outils, cette BB a l'avantage de présenter une teinte se mariant parfaitement avec le dessin de Leonardo Fioravanti.



French title
Chassis n ° 30717

- Stunning in this color Verde Germoglio
- Original engine, tool kit
- French by provenance
- From a Ferrari collector from the South-West

Having finally responded to the Lamborghini Miura with the introduction of the mid-engined Berlinetta Boxer, Ferrari continued to develop this model. The first 365 GT4 BB went on sale in 1973 and in 1976 it evolved into the 512 BB. The name corresponded to the new numbering system chosen by Ferrari : instead of indicating the engine size, as with the 365, it was made up of the initial number of the cylinder size followed by the number of cylinders. Here it was 5-litres and 12 cylinders, and retained the flat engine derived from competition, positioned above the gearbox. In this version, the engine was still supplied by four triple-bodied Weber carburettors, but the larger engine size increased the torque, improving the driveability of the car. Like its predecessor, it was capable of a top speed of 300 km/h, something reserved for a small number of elite cars at that time. Moreover, it had superior handling and stability at high speeds that couldn't be matched by the Lamborghini Miura. Some 929 examples of this model were built, more than the 365 GT4, but less than the 512 injection model. It was the very last carburretor-fed model to be produced by Ferrari.

This Ferrari 512 Berlinetta Boxer was sold new in France by Pozzi in February 1980. It has only had two owners over the past 20 years. In 2000, it belonged to an enthusiast from the South of France who kept the car for around 15 years. With less than 80,000 km on the odometer, it was purchased in 2016 from Ferrari Toulouse by the current owner, an enthusiast from the pink city, driving a Ferrari 365 GT2 + 2. The car just came out of a major overhaul at Ferrari Toulouse (invoices in folder) including the replacement of the clutch and timing belts. Since this work, it has barely covered 2,000 km with its odometer now showing just a little over 82,000 km.
Its owner, being passionate about design and particularly fond of the 1970s, decided to make an old dream come true and have this BB repainted in the rare Ferrari color of "Verde Germoglio" from the era. This color (Glidden Salchi code 20-G-465) was common on Dino 246s and no less than 69 cars left the factory in this shade. We know that only three Ferrari 365 GTB / 4 Daytona were released in this color too and less than five BBs. The car, which was red and in a beautiful original condition, was sent to a specialist, the parts were disassembled and prepared, and the paintwork is of good quality. This careful work is documented by photographs and invoices.
Fitted with four new XWX tires, equipped with its original engine, and its tool case, this BB has the advantage of being in a color that blends perfectly with the design penned by Leonardo Fioravanti.



Photos © Eric Corlay

Estimation 200 000 - 300 000 €

Détails de la vente

Vente : 4058
Lieu : Artcurial, Paris
Date : 05 févr. 2021 16:00
Commissaire-priseur : Hervé Poulain

Contact

Anne-Claire Mandine
Tél. +33 1 42 99 20 73
motorcars@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Parisienne 2021 en partenariat avec Rétromobile