Vente Sport & GTs au Mans Classic /Lot 127 1973 PORSCHE 911 CARRERA RS 2,7L

  • 1973 PORSCHE 911 CARRERA RS 2,7L
  • 1973 PORSCHE 911 CARRERA RS 2,7L
  • 1973 PORSCHE 911 CARRERA RS 2,7L
  • 1973 PORSCHE 911 CARRERA RS 2,7L
  • 1973 PORSCHE 911 CARRERA RS 2,7L
  • 1973 PORSCHE 911 CARRERA RS 2,7L
  • 1973 PORSCHE 911 CARRERA RS 2,7L
  • 1973 PORSCHE 911 CARRERA RS 2,7L
  • 1973 PORSCHE 911 CARRERA RS 2,7L
  • 1973 PORSCHE 911 CARRERA RS 2,7L
  • 1973 PORSCHE 911 CARRERA RS 2,7L
  • 1973 PORSCHE 911 CARRERA RS 2,7L
1973 PORSCHE 911 CARRERA RS 2,7L # 9113600110
Porsche
Châssis n° 9113600110
Moteur n° 6630126

Huit ans après le début de sa commercialisation, la 911 a atteint une belle maturité, grâce à un travail acharné de mises au point et de raffinements, qui a porté à la fois sur les motorisations et sur le comportement dynamique. Elle s'est imposée parmi les meilleurs GT du monde par son niveau de qualité globale et par sa fiabilité face à des machines d'une cylindrée bien supérieure. En 1969 une augmentation de cylindrée à 2,2 litres lui donne davantage de puissance et de souplesse et 1971 apporte la plus musclée des Porsche de première génération, la 2,4 litres, proposée en trois variantes désormais classiques : la T à carburateurs (125 ch), la E (155 ch) et la S à injection mécanique, cette dernière donnant 180 ch.

Tandis qu'en catégorie sport-prototypes, Porsche joue maintenant dans la cour des grands avec les 908, 910 et surtout les formidables 917 (programme coûteux dont les enseignements bien exploités vont améliorer la race des 911), le constructeur ne néglige pas les épreuves routières classiques dans lesquelles les victoires des voitures " normales " assurent la promotion de la 911 de production. Au vu de ces performances, Porsche décide de s'engager en catégorie GT Spécial Groupe 4 en extrapolant de la 2,4 litres un type porté à 2,7 litres, appelé Carrera RS (Renn Sport), par augmentation de l'alésage. Le lien avec les modèles de production est souligné par le règlement qui impose d'en produire 500 exemplaires. Les 210 ch à 6 300 tr/min du moteur 2,7 litres, bien servis par la nouvelle boîte type 915 des 2,4 litres. De plus, la voiture à homologuer est allégée sur de nombreux points : tôles plus minces pour les panneaux non structurels, pare-chocs et capot moteur en plastique, pare-brise et lunette moins épais, réduction des insonorisants et des protections du soubassement, sièges moins lourds, suppression des assises arrière, glaces de custode fixes, etc. Pour améliorer les appuis aérodynamiques, un becquet en queue de canard (optionnel sur les RS de production) est ajouté au capot pour diminuer la portance à l'arrière. À l'avant, un petit bouclier à lèvre déjà introduit sur la S diminue le flux d'air qui tendait à soulever la voiture.

Dix-sept voitures très allégées (fixant le poids minimum à 960 kg) furent livrées aux clients sportifs : ce furent les RSH (Homologation). Deux autres variantes routières furent proposées : la RS Sport (975 kg) moins dépouillée intérieurement et la RS Touring, garnie comme la Type S et plus équipée, qui accuse 100 kg de plus que la Sport. La Carrera RS fait un tabac auprès des porschistes et, dans ses trois variantes, la production totale finit par atteindre 1 580 exemplaires, soit environ 200 vraies " allégées " (RSH et RS Sport) et 1 380 RS Touring sur lesquelles, vers la fin, les composants spéciaux sont de plus en plus remplacés par des pièces normales.

Selon ses numéros de châssis et de moteur, on est ici en présence d'une rare Carrera RS Sport au fonctionnement impeccable, de couleur jaune clair avec intérieur noir, dans un bel état général. Un détail : ce rêve de porschiste qui accélère plus fort qu'une Miura P400 S demande juste un peu d'apprentissage. Au vu de ses performances et de son agilité, on lui pardonnera cette exigence.

Carte grise française


Eight years after it was first commercialized, the 911 reached maturity thanks to tireless development and refinements to its engine and dynamics, establishing itself as one of the world's finest GTs due to its overall quality and reliability, as compared to cars of superior capacity. In 1969, a larger 2.2-litre engine gave it more power and smoothness; 1971 brought the most robust of the first generation Porsches: the 2.4-litre, offered in three now classic variants - the T, with carburettors (125bhp); the E (155bhp); and the S with mechanical injection (180bhp).

Porsche are now frontline players in the sports-prototype class thanks to the 908, 910 and, above all, the tremendous 917 (a costly programme, but one which yielded valuable data that helped improve the 911), but they never neglected classic road events. Victories for 'normal' cars here were a boon to promoting the production 911 and inspired Porsche to commit to the GT Special Group 4 category, by extrapolating a 2.7-litre type - the Carrera RS (RennSport) - from the 2.4-litre. The link with production models was stressed by the regulations, which called for the production of 500 cars. The 2.7-litre engine, with its 210bhp at 6300rpm, was well served by the 2.4-litre's new 915-type gear-box. The certification car was made lighter in various ways, such as the use of thinner sheet-metal for non-structural panels; plastic bumpers and engine bonnet; thinner windscreen and rear-window; reduced sound-proofing; lighter seats; fixed door windows, etc. To improve the aerodynamics, a duck-tail spoiler (optional on the production RS) was added to the bonnet. A small air dam, already present on the S, was added to the front to reduce air-flow, which otherwise tended to raise the car.

17 very light cars (minimum weight 960kg) - the RSHs (H for homologation) - were made for sport clients. Two other roadcar variants were offered: the RS Sport (975kg), with a less spartan interior; and the RS Touring, fitted like the Type S and better equipped, weighing 100kg more than the RS Sport. The Carrera RS was a big hit among Porsche fans, and total production of the three versions reached 1,580 - around 200 of them truly 'light' (RSH and RS Sport), the rest RS Touring cars, whose special components were increasingly replaced by normal parts.

Going on the chassis and engine numbers, we have here a Carrera RS Sport in impeccable working order, with pale yellow livery and black interior, in fine overall condition. But please note: this Porsche-lover's dream accelerates faster than a Miura P400 S, and needs some getting to know. Given its performances and agility, that can be excused!

French registration "carte grise"


Estimation 130 000 - 170 000 €

Vendu 147 425 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 127

1973 PORSCHE 911 CARRERA RS 2,7L

Vendu 147 425 € [$]

1973 PORSCHE 911 CARRERA RS 2,7L # 9113600110
Porsche
Châssis n° 9113600110
Moteur n° 6630126

Huit ans après le début de sa commercialisation, la 911 a atteint une belle maturité, grâce à un travail acharné de mises au point et de raffinements, qui a porté à la fois sur les motorisations et sur le comportement dynamique. Elle s'est imposée parmi les meilleurs GT du monde par son niveau de qualité globale et par sa fiabilité face à des machines d'une cylindrée bien supérieure. En 1969 une augmentation de cylindrée à 2,2 litres lui donne davantage de puissance et de souplesse et 1971 apporte la plus musclée des Porsche de première génération, la 2,4 litres, proposée en trois variantes désormais classiques : la T à carburateurs (125 ch), la E (155 ch) et la S à injection mécanique, cette dernière donnant 180 ch.

Tandis qu'en catégorie sport-prototypes, Porsche joue maintenant dans la cour des grands avec les 908, 910 et surtout les formidables 917 (programme coûteux dont les enseignements bien exploités vont améliorer la race des 911), le constructeur ne néglige pas les épreuves routières classiques dans lesquelles les victoires des voitures " normales " assurent la promotion de la 911 de production. Au vu de ces performances, Porsche décide de s'engager en catégorie GT Spécial Groupe 4 en extrapolant de la 2,4 litres un type porté à 2,7 litres, appelé Carrera RS (Renn Sport), par augmentation de l'alésage. Le lien avec les modèles de production est souligné par le règlement qui impose d'en produire 500 exemplaires. Les 210 ch à 6 300 tr/min du moteur 2,7 litres, bien servis par la nouvelle boîte type 915 des 2,4 litres. De plus, la voiture à homologuer est allégée sur de nombreux points : tôles plus minces pour les panneaux non structurels, pare-chocs et capot moteur en plastique, pare-brise et lunette moins épais, réduction des insonorisants et des protections du soubassement, sièges moins lourds, suppression des assises arrière, glaces de custode fixes, etc. Pour améliorer les appuis aérodynamiques, un becquet en queue de canard (optionnel sur les RS de production) est ajouté au capot pour diminuer la portance à l'arrière. À l'avant, un petit bouclier à lèvre déjà introduit sur la S diminue le flux d'air qui tendait à soulever la voiture.

Dix-sept voitures très allégées (fixant le poids minimum à 960 kg) furent livrées aux clients sportifs : ce furent les RSH (Homologation). Deux autres variantes routières furent proposées : la RS Sport (975 kg) moins dépouillée intérieurement et la RS Touring, garnie comme la Type S et plus équipée, qui accuse 100 kg de plus que la Sport. La Carrera RS fait un tabac auprès des porschistes et, dans ses trois variantes, la production totale finit par atteindre 1 580 exemplaires, soit environ 200 vraies " allégées " (RSH et RS Sport) et 1 380 RS Touring sur lesquelles, vers la fin, les composants spéciaux sont de plus en plus remplacés par des pièces normales.

Selon ses numéros de châssis et de moteur, on est ici en présence d'une rare Carrera RS Sport au fonctionnement impeccable, de couleur jaune clair avec intérieur noir, dans un bel état général. Un détail : ce rêve de porschiste qui accélère plus fort qu'une Miura P400 S demande juste un peu d'apprentissage. Au vu de ses performances et de son agilité, on lui pardonnera cette exigence.

Carte grise française


Eight years after it was first commercialized, the 911 reached maturity thanks to tireless development and refinements to its engine and dynamics, establishing itself as one of the world's finest GTs due to its overall quality and reliability, as compared to cars of superior capacity. In 1969, a larger 2.2-litre engine gave it more power and smoothness; 1971 brought the most robust of the first generation Porsches: the 2.4-litre, offered in three now classic variants - the T, with carburettors (125bhp); the E (155bhp); and the S with mechanical injection (180bhp).

Porsche are now frontline players in the sports-prototype class thanks to the 908, 910 and, above all, the tremendous 917 (a costly programme, but one which yielded valuable data that helped improve the 911), but they never neglected classic road events. Victories for 'normal' cars here were a boon to promoting the production 911 and inspired Porsche to commit to the GT Special Group 4 category, by extrapolating a 2.7-litre type - the Carrera RS (RennSport) - from the 2.4-litre. The link with production models was stressed by the regulations, which called for the production of 500 cars. The 2.7-litre engine, with its 210bhp at 6300rpm, was well served by the 2.4-litre's new 915-type gear-box. The certification car was made lighter in various ways, such as the use of thinner sheet-metal for non-structural panels; plastic bumpers and engine bonnet; thinner windscreen and rear-window; reduced sound-proofing; lighter seats; fixed door windows, etc. To improve the aerodynamics, a duck-tail spoiler (optional on the production RS) was added to the bonnet. A small air dam, already present on the S, was added to the front to reduce air-flow, which otherwise tended to raise the car.

17 very light cars (minimum weight 960kg) - the RSHs (H for homologation) - were made for sport clients. Two other roadcar variants were offered: the RS Sport (975kg), with a less spartan interior; and the RS Touring, fitted like the Type S and better equipped, weighing 100kg more than the RS Sport. The Carrera RS was a big hit among Porsche fans, and total production of the three versions reached 1,580 - around 200 of them truly 'light' (RSH and RS Sport), the rest RS Touring cars, whose special components were increasingly replaced by normal parts.

Going on the chassis and engine numbers, we have here a Carrera RS Sport in impeccable working order, with pale yellow livery and black interior, in fine overall condition. But please note: this Porsche-lover's dream accelerates faster than a Miura P400 S, and needs some getting to know. Given its performances and agility, that can be excused!

French registration "carte grise"


Estimation 130 000 - 170 000 €

Vendu 147 425 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 1855
Date : 09 juill. 2010 17:00

Contact

Artcurial Motorcars
Tél. +33 1 42 99 20 73
motorcars@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Sport & GTs au Mans Classic