• 1967 Serenissima Agena
  • 1967 Serenissima Agena
  • 1967 Serenissima Agena
  • 1967 Serenissima Agena
  • 1967 Serenissima Agena
  • 1967 Serenissima Agena
  • 1967 Serenissima Agena
  • 1967 Serenissima Agena
  • 1967 Serenissima Agena
  • 1967 Serenissima Agena
  • 1967 Serenissima Agena
  • 1967 Serenissima Agena
  • 1967 Serenissima Agena
  • 1967 Serenissima Agena
  • 1967 Serenissima Agena
  • 1967 Serenissima Agena
  • 1967 Serenissima Agena
  • 1967 Serenissima Agena
  • 1967 Serenissima Agena
  • 1967 Serenissima Agena
  • 1967 Serenissima Agena
  • 1967 Serenissima Agena
  • 1967 Serenissima Agena
  • 1967 Serenissima Agena
  • 1967 Serenissima Agena
  • 1967 Serenissima Agena
  • 1967 Serenissima Agena
  • 1967 Serenissima Agena
  • 1967 Serenissima Agena
  • 1967 Serenissima Agena

1967 Serenissima Agena
Prototype
Sans titre de circulation
Châssis n°EX001
Carrosserie n°EX001
Moteur Type 358 V
Boîte Type 308 V n°001

- Un prototype de génie, très en avance sur son temps
- Etat d'origine exceptionnel, historique limpide
- Une voiture légendaire
- Une future star des concours d'Elégance internationaux
- Moteur conçu par l'ingénieur Massimino, V8 de 3,5 litres double ACT et double allumage pratiquement identique à celui du spyder du Mans
- Vendue par le propriétaire de la marque, celui qui a permis à cette machine de voir le jour

Destinée à être une voiture de Grand Tourisme de haut niveau, cette voiture optait pour la solution alors avant-gardiste du moteur central arrière. A cette époque, rares étaient les constructeurs attirés par cette architecture, la Lamborghini Miura présentée au Salon de Genève 1966 faisant figure de précurseur. La De Tomaso Mangusta voyait le jour à peu près à la même époque, mais elle était équipée d'un moteur américain et n'innovait donc pas de façon aussi radicale.

Basée sur une structure caissonnée avec berceaux tubulaires avant et arrière, la Serenissima Agena reçoit le moteur Massimino Tipo 358 V, un V8 de 3,5 litres double ACT et double allumage, alimenté par quatre carburateurs Weber 40 DCN14. Un moteur pratiquement identique à celui du spyder du Mans.
La voiture est dotée d'une carrosserie coupé biplace en aluminium. "Au début, nous l'avions équipée de phares sous lamelles," précise Giovanni Volpi. "Puis les mécaniciens l'ont modifiée avec un avant quatre phares, mais comme il manquait d'élégance nous l'avons remanié pour que la voiture ait bonne allure." Le résultat est en effet plus harmonieux, avec des phares sous bulle et une discrète prise d'air inférieure. La carrosserie a été à un certain stade équipée d'un aileron arrière, supprimé par la suite.
Les photos d'époque permettent d'observer la méthode très empirique de création de la carrosserie, avec la réalisation d'une armature en fil de fer constituant la base de la forme finale. Certaines photos montrent aussi les premiers essais de la voiture alors qu'elle est en simple châssis, dépourvu de toute carrosserie.
L'habitacle présente deux sièges baquet en cuir, un levier de vitesse dans une grille solide avec première décalée et verrouillage de marche arrière. La planche de bord affiche un nombre d'instruments impressionnant, avec compte-tours à zone rouge à 7 000 tr/mn, température et pression d'huile, température d'eau, charge et voltage batterie, montre et même température de l'air d'admission ! Ces compteurs et manomètres sont fixés chacun avec quatre vis, façon aviation, ce qui donne à l'ensemble une forte personnalité expérimentale, impression renforcée par le volant à trois branches fixé par six boulons Allen apparents. Le confort n'est pourtant pas oublié avec un autoradio Becker Grand Prix, un lecteur de cassette Philips et un lecteur de cartouches huit pistes.

Par son allure et sa présentation, tout dans cette voiture respire le prototype, ce qu'elle est d'ailleurs. Une fois terminée, elle a été peu utilisée et se présente en état d'origine, hormis la modification de carrosserie mentionnée plus haut. Et surtout, elle est aujourd'hui vendue par le propriétaire de la marque, celui qui a permis à cette machine de voir le jour. La documentation et les photos qui l'accompagnent constituent un témoignage sans équivalent de la créativité qui caractérisait l'Italie du Nord au cours des années 1960, et qui a permis l'avènement des plus belles voitures de sport de tous les temps. L'Agena s'inscrit dans cette histoire aussi vivace que passionnante. Une fois remise en route, son originalité, ses spécificités et son histoire hors du commun lui ouvriront les portes des rencontres internationales les plus prestigieuses.



Prototype
Unregistered
Chassis n°EX001
Body n°EX001
Engine Type 358 V
Gearbox Type 308 V n°001

- An inspired prototype, ahead of its time
- Exceptionally original condition, transparent history
- Legendary car
- A future star of international concours d'Elégance events
- Engine designed by Massimino, 3.5-litre V8 twin overhead cam and twin spark, practically identical to the engine in the Le Mans spyder
- Sold by the marque owner, who brought this machine to life

Designed as a high-end Grand Tourer, this car had a mid-engined layout still avant-garde at the time. In fact few manufacturers had opted for this set-up, with the Lamborghini Miura, presented at the 1966 Geneva Motor Show, leading the way. The De Tomaso Mangusta appeared shortly afterwards, but it had an American engine and was not as innovative.

Based on a box structure with tubular front and rear sub frames, the Serenissima Agena was equipped with the Massimino Tipo 358 V engine. This was a 3.5-litre twin overhead cam V8 with twin-spark ignition and four Weber DCN14 carburettors, practically identical to that of the Le Mans spyder. The car had a two-seater coupé body in aluminium. " Originally, we fitted louvred lights, " said Giovanni Volpi. " Then, the mechanics modified the front to include four lights, but as this was less elegant, we redesigned it to improve its appearance. " The end result, with covered lights, and a more discreet, lower air intake, was more harmonious. At some stage a rear spoiler was fitted, but this was later removed.
Period photos show the very hands-on methods adopted in building the body, with a wire frame forming the base of the final shape. There are some photos of an initial testing session, when the car was just a chassis, without the bodywork.
Inside, there are two leather bucket seats, a gear lever in a solid grille, with dog-leg first gear and a lock for reverse. The impressive number of instruments on the dashboard features a rev counter marked in red at 7000 rpm, temperature and oil pressure gauge, water temperature gauge, battery charge and voltage gauge, clock and even an air intake temperature gauge! These dials and gauges are each fixed with four screws, aviation-style, giving the dashboard an experimental feel, reinforced by the three-spoke steering wheel fixed with six Allen bolts. The interior is not without touches of comfort, however, and sports a Becker Grand Prix radio and Philips cassette player with eight-track cartridge.

Everything about the appearance and presentation of this car says prototype, which is what it was. Once finished, the Agena was little used, and it remains in original condition today, apart from the bodywork modification mentioned above. Remarkably, the car is being sold by none other than the marque owner, who was responsible for its creation. Documentation and photos with the car provide an exceptional testimony to the artistry flourishing in Northern Italy in the 1960s, which led to some of the most beautiful sports cars of all time. The Agena has its place in this history of prolific and passionate creativity. Once re-commissioned, the car's originality, special features and unusual history will open the door to the best international events.

Photos © Christian Martin


Estimation 400 000 - 600 000 €

Serenissima
Tiré à part

 



Vendu 441 040 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 87

1967 Serenissima Agena

Vendu 441 040 € [$]

1967 Serenissima Agena
Prototype
Sans titre de circulation
Châssis n°EX001
Carrosserie n°EX001
Moteur Type 358 V
Boîte Type 308 V n°001

- Un prototype de génie, très en avance sur son temps
- Etat d'origine exceptionnel, historique limpide
- Une voiture légendaire
- Une future star des concours d'Elégance internationaux
- Moteur conçu par l'ingénieur Massimino, V8 de 3,5 litres double ACT et double allumage pratiquement identique à celui du spyder du Mans
- Vendue par le propriétaire de la marque, celui qui a permis à cette machine de voir le jour

Destinée à être une voiture de Grand Tourisme de haut niveau, cette voiture optait pour la solution alors avant-gardiste du moteur central arrière. A cette époque, rares étaient les constructeurs attirés par cette architecture, la Lamborghini Miura présentée au Salon de Genève 1966 faisant figure de précurseur. La De Tomaso Mangusta voyait le jour à peu près à la même époque, mais elle était équipée d'un moteur américain et n'innovait donc pas de façon aussi radicale.

Basée sur une structure caissonnée avec berceaux tubulaires avant et arrière, la Serenissima Agena reçoit le moteur Massimino Tipo 358 V, un V8 de 3,5 litres double ACT et double allumage, alimenté par quatre carburateurs Weber 40 DCN14. Un moteur pratiquement identique à celui du spyder du Mans.
La voiture est dotée d'une carrosserie coupé biplace en aluminium. "Au début, nous l'avions équipée de phares sous lamelles," précise Giovanni Volpi. "Puis les mécaniciens l'ont modifiée avec un avant quatre phares, mais comme il manquait d'élégance nous l'avons remanié pour que la voiture ait bonne allure." Le résultat est en effet plus harmonieux, avec des phares sous bulle et une discrète prise d'air inférieure. La carrosserie a été à un certain stade équipée d'un aileron arrière, supprimé par la suite.
Les photos d'époque permettent d'observer la méthode très empirique de création de la carrosserie, avec la réalisation d'une armature en fil de fer constituant la base de la forme finale. Certaines photos montrent aussi les premiers essais de la voiture alors qu'elle est en simple châssis, dépourvu de toute carrosserie.
L'habitacle présente deux sièges baquet en cuir, un levier de vitesse dans une grille solide avec première décalée et verrouillage de marche arrière. La planche de bord affiche un nombre d'instruments impressionnant, avec compte-tours à zone rouge à 7 000 tr/mn, température et pression d'huile, température d'eau, charge et voltage batterie, montre et même température de l'air d'admission ! Ces compteurs et manomètres sont fixés chacun avec quatre vis, façon aviation, ce qui donne à l'ensemble une forte personnalité expérimentale, impression renforcée par le volant à trois branches fixé par six boulons Allen apparents. Le confort n'est pourtant pas oublié avec un autoradio Becker Grand Prix, un lecteur de cassette Philips et un lecteur de cartouches huit pistes.

Par son allure et sa présentation, tout dans cette voiture respire le prototype, ce qu'elle est d'ailleurs. Une fois terminée, elle a été peu utilisée et se présente en état d'origine, hormis la modification de carrosserie mentionnée plus haut. Et surtout, elle est aujourd'hui vendue par le propriétaire de la marque, celui qui a permis à cette machine de voir le jour. La documentation et les photos qui l'accompagnent constituent un témoignage sans équivalent de la créativité qui caractérisait l'Italie du Nord au cours des années 1960, et qui a permis l'avènement des plus belles voitures de sport de tous les temps. L'Agena s'inscrit dans cette histoire aussi vivace que passionnante. Une fois remise en route, son originalité, ses spécificités et son histoire hors du commun lui ouvriront les portes des rencontres internationales les plus prestigieuses.



Prototype
Unregistered
Chassis n°EX001
Body n°EX001
Engine Type 358 V
Gearbox Type 308 V n°001

- An inspired prototype, ahead of its time
- Exceptionally original condition, transparent history
- Legendary car
- A future star of international concours d'Elégance events
- Engine designed by Massimino, 3.5-litre V8 twin overhead cam and twin spark, practically identical to the engine in the Le Mans spyder
- Sold by the marque owner, who brought this machine to life

Designed as a high-end Grand Tourer, this car had a mid-engined layout still avant-garde at the time. In fact few manufacturers had opted for this set-up, with the Lamborghini Miura, presented at the 1966 Geneva Motor Show, leading the way. The De Tomaso Mangusta appeared shortly afterwards, but it had an American engine and was not as innovative.

Based on a box structure with tubular front and rear sub frames, the Serenissima Agena was equipped with the Massimino Tipo 358 V engine. This was a 3.5-litre twin overhead cam V8 with twin-spark ignition and four Weber DCN14 carburettors, practically identical to that of the Le Mans spyder. The car had a two-seater coupé body in aluminium. " Originally, we fitted louvred lights, " said Giovanni Volpi. " Then, the mechanics modified the front to include four lights, but as this was less elegant, we redesigned it to improve its appearance. " The end result, with covered lights, and a more discreet, lower air intake, was more harmonious. At some stage a rear spoiler was fitted, but this was later removed.
Period photos show the very hands-on methods adopted in building the body, with a wire frame forming the base of the final shape. There are some photos of an initial testing session, when the car was just a chassis, without the bodywork.
Inside, there are two leather bucket seats, a gear lever in a solid grille, with dog-leg first gear and a lock for reverse. The impressive number of instruments on the dashboard features a rev counter marked in red at 7000 rpm, temperature and oil pressure gauge, water temperature gauge, battery charge and voltage gauge, clock and even an air intake temperature gauge! These dials and gauges are each fixed with four screws, aviation-style, giving the dashboard an experimental feel, reinforced by the three-spoke steering wheel fixed with six Allen bolts. The interior is not without touches of comfort, however, and sports a Becker Grand Prix radio and Philips cassette player with eight-track cartridge.

Everything about the appearance and presentation of this car says prototype, which is what it was. Once finished, the Agena was little used, and it remains in original condition today, apart from the bodywork modification mentioned above. Remarkably, the car is being sold by none other than the marque owner, who was responsible for its creation. Documentation and photos with the car provide an exceptional testimony to the artistry flourishing in Northern Italy in the 1960s, which led to some of the most beautiful sports cars of all time. The Agena has its place in this history of prolific and passionate creativity. Once re-commissioned, the car's originality, special features and unusual history will open the door to the best international events.

Photos © Christian Martin


Estimation 400 000 - 600 000 €

Serenissima
Tiré à part

 



Vendu 441 040 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 3888
Lieu : Salon Rétromobile Hall 2.1 Paris Expo – Porte de Versailles 75015 Paris
Date : 08 févr. 2019 14:00
Commissaire-priseur : Hervé Poulain

Contact

Anne-Claire Mandine
Tél. +33 1 42 99 20 73
motorcars@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Rétromobile 2019 La Vente Officielle