Vente Sport & GTs au Mans Classic - 09 juillet 2010 /Lot 149 1967 FORD SHELBY GT 500 COUPE FASTBACK

  • 1967 FORD SHELBY GT 500 COUPE FASTBACK
  • 1967 FORD SHELBY GT 500 COUPE FASTBACK
  • 1967 FORD SHELBY GT 500 COUPE FASTBACK
  • 1967 FORD SHELBY GT 500 COUPE FASTBACK
  • 1967 FORD SHELBY GT 500 COUPE FASTBACK
  • 1967 FORD SHELBY GT 500 COUPE FASTBACK
  • 1967 FORD SHELBY GT 500 COUPE FASTBACK
  • 1967 FORD SHELBY GT 500 COUPE FASTBACK
  • 1967 FORD SHELBY GT 500 COUPE FASTBACK
  • 1967 FORD SHELBY GT 500 COUPE FASTBACK
  • 1967 FORD SHELBY GT 500 COUPE FASTBACK
  • 1967 FORD SHELBY GT 500 COUPE FASTBACK
  • 1967 FORD SHELBY GT 500 COUPE FASTBACK
  • 1967 FORD SHELBY GT 500 COUPE FASTBACK
  • 1967 FORD SHELBY GT 500 COUPE FASTBACK
  • 1967 FORD SHELBY GT 500 COUPE FASTBACK
  • 1967 FORD SHELBY GT 500 COUPE FASTBACK
  • 1967 FORD SHELBY GT 500 COUPE FASTBACK
  • 1967 FORD SHELBY GT 500 COUPE FASTBACK
  • 1967 FORD SHELBY GT 500 COUPE FASTBACK
  • 1967 FORD SHELBY GT 500 COUPE FASTBACK
  • 1967 FORD SHELBY GT 500 COUPE FASTBACK
1967 FORD SHELBY GT 500 COUPE FASTBACK Châssis 67411F8A02607

Dans le cadre de son programme promotionnel en faveur de la Mustang appelé " Total Performance ", Ford en la personne de Lee Iacocca prit contact avec Carroll Shelby, créateur de la Cobra, en vue de produire une version compétition de la plus puissante des Mustang. Ainsi naquit en 1965 la Shelby GT 350 sur la base du coupé fastback Mustang de première génération.

En 1967, la deuxième génération ayant grandi en dimension et en poids, Shelby n'hésita pas à opter pour le nouveau V8 Ford " big block " de 428 pc, le célèbre sept-litres qui équipa aussi les Cobra. Dans sa version 428 PI (Police Interceptor), le V8 donné officiellement pour 355 ch (pour les assurances) en délivrait près de 400 et grâce à un couplé de 60 mkg à 3200 tr/min seulement, la voiture accélérait de 0 à 100 km/h en 6,5 secondes. La vitesse maximale se situait à environ 210 km/h (selon rapport final).

Les ateliers Shelby sortirent 2 048 voitures, les premières ayant des projecteurs longue portée logés dans la prise d'air frontale, ce qui était illégal dans la plupart des Etats américains. En 1968, Ford reprit le contrôle total de la fabrication des Shelby, qui fut sous-traitée à une autre firme du Michigan. Au cours des années suivantes, les Shelby devinrent de plus en plus proches des Ford Mustang, donnant lieu à une concurrence interne entre les GT 350 et 500 et les Ford Mustang de série les plus puissantes. Shelby jeta l'éponge en 1970.

La voiture présentée, qui appartient donc à la série des premières GT-500, a vécu 25 ans en Floride avant d'être importée en France, où elle fut démontée en vue d'une restauration totale. Son propriétaire actuel l'a acquise lors de la vente Artcurial du 19 décembre 2000 (lot n° 24). Au cours de ces dernières années, la voiture a été améliorée et fiabilisée dans le respect de ses spécifications d'origine. Le moteur a été remplacé par un " big block " conforme au type original (série C6MEA), un bloc renforcé pour poids lourds. Ce 361 en cotes d'origine fut contrôlé et usiné pour être porté à 428 pc aux cotes exactes du type. Des pistons forgés et des bielles renforcées ont été adoptés et l'ensemble mobile tournant a été équilibré selon la technique " knife edge ". Pour une meilleure fiabilité, le graissage a été amélioré par rectification des canalisations d'huile et montage d'un carter de capacité supérieure et d'un radiateur. Une tubulure d'admission en aluminium a été installée portant deux carburateurs quadruple corps Edelbrock/Weber. Le pont arrière et les demi-arbres ont été remplacés et un différentiel autobloquant Detroit Locker (option d'époque) a été monté. La boîte de vitesses automatique à trois rapports et le convertisseur ont été refaits. Les deux lignes d'échappement ont été remplacées avec montage de collecteurs type " spaghetti ".

La voiture, qui a fait la couverture du magazine Rétroviseur de mai 2004, est accompagnée de son dossier de restauration et d'un exemplaire du magazine. Elle serait actuellement la seule GT 500 1967 en circulation en France.

Carte grise française

As part of their Total Performance promotional campaign for the Mustang, Ford - in the person of Lee Iacocca - contacted Cobra designer Carroll Shelby with a view to producing a racing version of the most powerful Mustang. Hence the 1965 launch of the Shelby GT 350, based on the first-generation Mustang fastback coupé.

In 1967, the second generation having grown in size and weight, Shelby had no hesitation in opting for the new V8 Ford 428pc big-block, the famous 7-litre engine also used for the Cobra. In its 428 PI (Police Interceptor) version, the V8 officially (for insurance purposes) yielded 355bhp, but more accurately delivered nearly 400bhp and, thanks to a torque of 60mkg at just 3200rpm, could accelerate from 0-60mph in 6.5 seconds and reach a top speed of around 130mph.

The Shelby workshops produced 2,048 cars, the first with long-range headlamps lodged in the front air vent (which was illegal in most American states). In 1968 Ford took complete control over making the Shelby, which was sub-contracted to another firm in Michigan. Over the next few years the Shelby became increasingly similar to the Ford Mustang, prompting internal rivalry between the GT 350/500 and the most powerful serial Ford Mustangs. Shelby threw in the towel in 1970.

The car offered here comes from the first GT 500 series, and spent 25 years in Florida before being imported to France, where it was dismantled for total restoration. The current owner acquired it at Artcurial on 19 December 2000 (lot n°24). In recent years the car has been improved and made more reliable, while respecting its original specifications. The engine has been replaced with a big block conform to the original type (series C6MEA). This 361 engine was examined and machined up to 428pc, with forged pistons and reinforced connecting-rods installed. For increased reliability, the lubrication has been improved by resurfacing the oil passages and mounting a large-capacity sump and radiator. An aluminium intake tube was installed, bearing two Edelbrock/Weber four-barrel carburettors. The rear axle and half-shafts have been replaced, and a Detroit Locker differential (originally an option) has been mounted.

The three-speed automatic gear-box and converter have been restored. The two cat-backs have been replaced by 'spaghetti'-type collectors.

The car appeared on the cover of Rétroviseur in May 2004, and comes with a copy of the magazine, plus a file recording all the restoration work done on the car, which is thought to be the only 1967 GT 500 currently in circulation in France.

French registration "carte grise"



Estimation 80 000 - 120 000 €

Lot 149

1967 FORD SHELBY GT 500 COUPE FASTBACK

Estimation 80 000 - 120 000 € [$]

1967 FORD SHELBY GT 500 COUPE FASTBACK Châssis 67411F8A02607

Dans le cadre de son programme promotionnel en faveur de la Mustang appelé " Total Performance ", Ford en la personne de Lee Iacocca prit contact avec Carroll Shelby, créateur de la Cobra, en vue de produire une version compétition de la plus puissante des Mustang. Ainsi naquit en 1965 la Shelby GT 350 sur la base du coupé fastback Mustang de première génération.

En 1967, la deuxième génération ayant grandi en dimension et en poids, Shelby n'hésita pas à opter pour le nouveau V8 Ford " big block " de 428 pc, le célèbre sept-litres qui équipa aussi les Cobra. Dans sa version 428 PI (Police Interceptor), le V8 donné officiellement pour 355 ch (pour les assurances) en délivrait près de 400 et grâce à un couplé de 60 mkg à 3200 tr/min seulement, la voiture accélérait de 0 à 100 km/h en 6,5 secondes. La vitesse maximale se situait à environ 210 km/h (selon rapport final).

Les ateliers Shelby sortirent 2 048 voitures, les premières ayant des projecteurs longue portée logés dans la prise d'air frontale, ce qui était illégal dans la plupart des Etats américains. En 1968, Ford reprit le contrôle total de la fabrication des Shelby, qui fut sous-traitée à une autre firme du Michigan. Au cours des années suivantes, les Shelby devinrent de plus en plus proches des Ford Mustang, donnant lieu à une concurrence interne entre les GT 350 et 500 et les Ford Mustang de série les plus puissantes. Shelby jeta l'éponge en 1970.

La voiture présentée, qui appartient donc à la série des premières GT-500, a vécu 25 ans en Floride avant d'être importée en France, où elle fut démontée en vue d'une restauration totale. Son propriétaire actuel l'a acquise lors de la vente Artcurial du 19 décembre 2000 (lot n° 24). Au cours de ces dernières années, la voiture a été améliorée et fiabilisée dans le respect de ses spécifications d'origine. Le moteur a été remplacé par un " big block " conforme au type original (série C6MEA), un bloc renforcé pour poids lourds. Ce 361 en cotes d'origine fut contrôlé et usiné pour être porté à 428 pc aux cotes exactes du type. Des pistons forgés et des bielles renforcées ont été adoptés et l'ensemble mobile tournant a été équilibré selon la technique " knife edge ". Pour une meilleure fiabilité, le graissage a été amélioré par rectification des canalisations d'huile et montage d'un carter de capacité supérieure et d'un radiateur. Une tubulure d'admission en aluminium a été installée portant deux carburateurs quadruple corps Edelbrock/Weber. Le pont arrière et les demi-arbres ont été remplacés et un différentiel autobloquant Detroit Locker (option d'époque) a été monté. La boîte de vitesses automatique à trois rapports et le convertisseur ont été refaits. Les deux lignes d'échappement ont été remplacées avec montage de collecteurs type " spaghetti ".

La voiture, qui a fait la couverture du magazine Rétroviseur de mai 2004, est accompagnée de son dossier de restauration et d'un exemplaire du magazine. Elle serait actuellement la seule GT 500 1967 en circulation en France.

Carte grise française

As part of their Total Performance promotional campaign for the Mustang, Ford - in the person of Lee Iacocca - contacted Cobra designer Carroll Shelby with a view to producing a racing version of the most powerful Mustang. Hence the 1965 launch of the Shelby GT 350, based on the first-generation Mustang fastback coupé.

In 1967, the second generation having grown in size and weight, Shelby had no hesitation in opting for the new V8 Ford 428pc big-block, the famous 7-litre engine also used for the Cobra. In its 428 PI (Police Interceptor) version, the V8 officially (for insurance purposes) yielded 355bhp, but more accurately delivered nearly 400bhp and, thanks to a torque of 60mkg at just 3200rpm, could accelerate from 0-60mph in 6.5 seconds and reach a top speed of around 130mph.

The Shelby workshops produced 2,048 cars, the first with long-range headlamps lodged in the front air vent (which was illegal in most American states). In 1968 Ford took complete control over making the Shelby, which was sub-contracted to another firm in Michigan. Over the next few years the Shelby became increasingly similar to the Ford Mustang, prompting internal rivalry between the GT 350/500 and the most powerful serial Ford Mustangs. Shelby threw in the towel in 1970.

The car offered here comes from the first GT 500 series, and spent 25 years in Florida before being imported to France, where it was dismantled for total restoration. The current owner acquired it at Artcurial on 19 December 2000 (lot n°24). In recent years the car has been improved and made more reliable, while respecting its original specifications. The engine has been replaced with a big block conform to the original type (series C6MEA). This 361 engine was examined and machined up to 428pc, with forged pistons and reinforced connecting-rods installed. For increased reliability, the lubrication has been improved by resurfacing the oil passages and mounting a large-capacity sump and radiator. An aluminium intake tube was installed, bearing two Edelbrock/Weber four-barrel carburettors. The rear axle and half-shafts have been replaced, and a Detroit Locker differential (originally an option) has been mounted.

The three-speed automatic gear-box and converter have been restored. The two cat-backs have been replaced by 'spaghetti'-type collectors.

The car appeared on the cover of Rétroviseur in May 2004, and comes with a copy of the magazine, plus a file recording all the restoration work done on the car, which is thought to be the only 1967 GT 500 currently in circulation in France.

French registration "carte grise"



Estimation 80 000 - 120 000 €

Détails de la vente

Vente : 1855
Date : 09 juill. 2010 17:00

Contact

Artcurial Motorcars
Tél. +33 1 42 99 20 73
motorcars@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Sport & GTs au Mans Classic