• 1966 Ferrari 330 GTC
  • 1966 Ferrari 330 GTC
  • 1966 Ferrari 330 GTC
  • 1966 Ferrari 330 GTC
  • 1966 Ferrari 330 GTC
  • 1966 Ferrari 330 GTC
  • 1966 Ferrari 330 GTC
  • 1966 Ferrari 330 GTC
  • 1966 Ferrari 330 GTC
  • 1966 Ferrari 330 GTC
  • 1966 Ferrari 330 GTC
  • 1966 Ferrari 330 GTC
  • 1966 Ferrari 330 GTC
  • 1966 Ferrari 330 GTC
  • 1966 Ferrari 330 GTC
  • 1966 Ferrari 330 GTC
  • 1966 Ferrari 330 GTC
  • 1966 Ferrari 330 GTC
  • 1966 Ferrari 330 GTC
  • 1966 Ferrari 330 GTC
  • 1966 Ferrari 330 GTC
  • 1966 Ferrari 330 GTC
  • 1966 Ferrari 330 GTC
  • 1966 Ferrari 330 GTC
  • 1966 Ferrari 330 GTC
  • 1966 Ferrari 330 GTC
  • 1966 Ferrari 330 GTC
  • 1966 Ferrari 330 GTC
  • 1966 Ferrari 330 GTC
1966 Ferrari 330 GTC
LA COLLECTION SUEDOISE OUBLIEE

Titre de circulation suédois
Châssis n° 8723
Moteur n° 8723

- La 1ère 330 GTC livrée par la Franco Britannic
- Vendue neuve à George A Embiricos
- Même propriétaire depuis 1978
- Moteur d'origine
- 54 600 km probablement d'origine

Sortie d'usine en 1966, cette 330GTC est la 5ème produite et la 1ère livrée en France à l'importateur Franco Britannic Automobiles. Elle a été commandée de couleur 'blu scuro' (ref.18942 Italver) intérieur cuir beige scuro (ref VM 846) par le célèbre armateur grec George A. Embiricos (1920-2011) qui vivait entre Paris, Lausanne et New York.
L'importateur livrera #8723 en juin 1966 sous l'immatriculation 46C276 (plaque consulaire française) -46 pour Grèce, C pour Consulat, 276 n° attribué par la Préfecture de police. Dans les archives de l'importateur, nous retrouvons le dossier de la Ferrari que nous avons pu consulter et qui mentionne, le 28 novembre 1968, la vente de la voiture au Prince Amaury de BROGLIE, 15 Avenue Elisée- Reclus, Paris 7ème. L'état de la Ferrari est tellement exceptionnel avec moins de 15.000km que l'importateur offre au nouveau propriétaire une garantie de 6 mois pour toutes pièces détachées défectueuses. Le Prince de Broglie immatricule la 330GTC sous le numéro 417 PJ 14, dans le Calvados, département où il possède son château de famille dans la commune de Balleray. Quand il se rend à Paris entre novembre 1968 et juin 1969, la Ferrari est entretenue par l'importateur et le dossier d'entretien ne mentionne que les opérations courantes de vidange, graissage, antigel, garde d'embrayage ou nettoyage de filtre à essence, contrôle des rampes d'allumage et changement de bougies. Le passage d'un expert chez l'importateur à Levallois Perret est à signaler en mars 1969 suite à un léger accident à l'aile avant droite qui nécessite l'intervention du carrossier Chapron pour redresser l'aile, changer l'optique droite et repeindre l'ensemble. Un réglage du boitier de direction sera nécessaire suite à cette intervention du carrossier.
En aout 1969, #8723 est vendue en région parisienne à Mr SPIZER qui l'immatricule 949 AV 92. La Ferrari a 23.000km et l'entretien s'effectue dans les ateliers de Charles Pozzi à Levallois-Perret, qui est depuis le 1er janvier 1969 l'importateur officiel. En janvier 1970, alors qu'elle affiche 30 858 km au compteur, la voiture est accidentée par M.Spitzer. Elle est alors vendue par Pozzi, pour réparation, à un professionnel en Suède, où on la retrouve en 1971. La voiture est alors réparée est repeinte en noir. Elle est alors passée entre les mains de quatre propriétaires successifs, tous enregistrés auprès de l'administration suédoise entre 1971 et 1978, qui l'ont utilisée dans la région de Stockholm. En 1978, elle a été achetée par notre collectionneur suédois, amateur de voitures en bel état et utilisée avec parcimonie. Elle a été immatriculée à son nom en janvier de la même année et il l'a immédiatement mise de côté, sans s'en servir. Elle n'a donc pratiquement pas roulé depuis la fin des années 1970, ce qui lui permet d'être dans un état émouvant.
Le compteur kilométrique affiche 54 598 km, ce qui correspond selon toute vraisemblance à son kilométrage d'origine. L'intérieur est tel qu'il était dans les années 1970, la moquette a été changée pour une moquette plus épaisse non conforme. Le tableau de bord en teck a été reverni probablement à l'époque et habillé de cuir beige à une date indéterminée. Les sièges et les contreportes en cuir beige, donne à l'habitacle un séduisant cachet de chic et de raffinement qui convient à ce coupé GT de haut niveau. Prendre place au volant de cette automobile est comme effectuer un voyage dans le temps et revenir au début des années 1980, époque à laquelle elle s'est figée... Aujourd'hui, elle est à réviser entièrement, et est vendue avec son manuel d'utilisation et un catalogue de pièces détachées.

Présenté au Salon de Genève 1966, le coupé 330 GTC était une véritable synthèse des deux voitures qui lui tenaient compagnie sur le stand Ferrari : la 275 GTB et la 330 GT 2+2. Équipée du châssis tubulaire de la première, elle recevait le moteur 4 litres de la deuxième, sous une carrosserie réalisée par Pininfarina. Elle reprenait le style de la 330 GT mais son empattement plus court a permis de tracer un dessin plus ramassé, d'une extrême élégance, plus sobre et plus discret. Ce modèle symbolisait à merveille l'idée d'une berlinette GT combinant une personnalité sportive et un confort de grand luxe. Son V12 développant 300 ch lui permettait de passer le kilomètre départ arrêté en 27,5 s et de frôler 240 km/h en pointe, un monde réservé à cette époque à quelques rares voitures de sport. Discrète et raffinée, la 330 GTC connaîtra une production d'environ 600 exemplaires de 1966 à 1968, ce qui en fait une voiture rare.
En plus de ces qualités, l'exemplaire que nous proposons affiche une histoire incroyable, un état émouvant et constitue un formidable projet pour un passionné de la marque, ce qui le rend particulièrement désirable.



Swedish title
Chassis n° 8723
Engine n° 8723

- The forgotten swedish collection
- The 1st 330 GTC delivered by Franco Britannic
- Sold new to George A Embiricos
- Same owner since 1978
- Original engine
- 54 600 km believed from new

This 330GTC left the factory in 1966 and was the 5th example built and the first delivered to France, for the importer Franco Britannic Automobiles. It had been ordered in 'blu scuro' (ref.18942 Italver) with beige 'scuro' (ref VM 846) leather interior by the famous Greek shipowner George A. Embiricos (1920-2011) who lived between Paris, Lausanne and New York.
The importer delivered #8723 in June 1966, registered 46C276 (French consular plate - 46 for Greece, C for Consulate, 276 was the number attributed by the police authority). We consulted the importer's archives and in the file for the Ferrari, dated 28 November 1968, it mentions the sale of the car to Prince Amaury de BROGLIE, 15 Avenue Elisée- Reclus, Paris 7. The car was in such immaculate condition, with less than 15,000 km on the clock, that the importer offered the new owner a six month guarantee for any faulty parts. The Prince of Broglie registered the 330GTC with the number 417 PJ 14, in Calvados, the department where he resided in his family château in the commune of Balleray. When he went to Paris, between November 1968 and June 1969, the Ferrari was maintained by the importer and the service file lists just routine jobs such as changing fluids, lubrication, antifreeze, clutch guard, cleaning the fuel filter, adjustment of the ignition and changing the spark plugs. The visit of an expert to the importer at Levallois Perret in March 1969 is noted, following a minor accident to the left front wing which required the intervention of coachbuilders Chapron to repair the wing, change the front right light and repaint. An adjustment of the steering box was carried out once this work was finished.
In August 1969, #8723 was sold in the Paris region to Mr Spitzer who registered it 949 AV 92. The Ferrari had covered 23,000 km and maintained by Charles Pozzi in Levallois-Perret, the official importer since 1 January 1969.
In January 1970, when it showed 30,858 km on the odometer, the car was crashed by Mr. Spitzer. It was subsequently sold by Pozzi, for repair, to a professional in Sweden.The car was repaired and repainted in black. It then passed through the hands of four owners between 1971 and 1978 who all registered it in Sweden for using in the Stockholm area. In 1978 it was acquired by our Swedish collector, an enthusiast for sparingly-used cars in excellent condition. It was registered in his name in January of that year and immediately put away without being used. This is therefore a car that has hardly been driven since the end of the 1970s and is presented in astonishing condition.
The odometer records 54 598 km which is likely to be the original mileage. The interior is exactly as was in the 1970s, and the carpet has been changed for a thicker, non-conforming one. The teak dashboard has been re-varnished, probably in period, and finished in beige leather at an unknown date. The beige leather seats and door linings add an appealing touch of sophistication in keeping with this top-level GT coupe. To sit behind the wheel of this automobile is to step back to the 1980s, to the date it was frozen in time. Today, the car requires a full overhaul, and will be sold with its owner's manual and a spare parts catalogue.

Launched at the 1966 Geneva Motor Show, the 330 GTC coupé was a perfect synthesis of two cars that could also be seen on the Ferrari stand : the 275 GTB and the 330 GT 2+2. Equipped with the tubular chassis of the first, it had the 4-litre engine of the second, and was fitted with a body built by Pininfarina. This was based on the style of the 330 GT, but a shorter wheelbase allowed for a more compact, pure and understated design that was supremely elegant. This model is the perfect illustration of a GT berlinetta combining a sporty personality with a luxurious level of comfort. Sophisticated and refined, the 330 GTC had a production of around 600 examples between 1966 and 1968, making it a rare car.
In addition to these qualities, the example on offer has an amazing history and is in wonderful condition. It will make a fantastic project for a marque enthusiast and as such is particularly desirable.

Photos © Christophe Gasco

Estimation 325 000 - 460 000 €

Lot 76

1966 Ferrari 330 GTC

Estimation 325 000 - 460 000 € [$]

1966 Ferrari 330 GTC
LA COLLECTION SUEDOISE OUBLIEE

Titre de circulation suédois
Châssis n° 8723
Moteur n° 8723

- La 1ère 330 GTC livrée par la Franco Britannic
- Vendue neuve à George A Embiricos
- Même propriétaire depuis 1978
- Moteur d'origine
- 54 600 km probablement d'origine

Sortie d'usine en 1966, cette 330GTC est la 5ème produite et la 1ère livrée en France à l'importateur Franco Britannic Automobiles. Elle a été commandée de couleur 'blu scuro' (ref.18942 Italver) intérieur cuir beige scuro (ref VM 846) par le célèbre armateur grec George A. Embiricos (1920-2011) qui vivait entre Paris, Lausanne et New York.
L'importateur livrera #8723 en juin 1966 sous l'immatriculation 46C276 (plaque consulaire française) -46 pour Grèce, C pour Consulat, 276 n° attribué par la Préfecture de police. Dans les archives de l'importateur, nous retrouvons le dossier de la Ferrari que nous avons pu consulter et qui mentionne, le 28 novembre 1968, la vente de la voiture au Prince Amaury de BROGLIE, 15 Avenue Elisée- Reclus, Paris 7ème. L'état de la Ferrari est tellement exceptionnel avec moins de 15.000km que l'importateur offre au nouveau propriétaire une garantie de 6 mois pour toutes pièces détachées défectueuses. Le Prince de Broglie immatricule la 330GTC sous le numéro 417 PJ 14, dans le Calvados, département où il possède son château de famille dans la commune de Balleray. Quand il se rend à Paris entre novembre 1968 et juin 1969, la Ferrari est entretenue par l'importateur et le dossier d'entretien ne mentionne que les opérations courantes de vidange, graissage, antigel, garde d'embrayage ou nettoyage de filtre à essence, contrôle des rampes d'allumage et changement de bougies. Le passage d'un expert chez l'importateur à Levallois Perret est à signaler en mars 1969 suite à un léger accident à l'aile avant droite qui nécessite l'intervention du carrossier Chapron pour redresser l'aile, changer l'optique droite et repeindre l'ensemble. Un réglage du boitier de direction sera nécessaire suite à cette intervention du carrossier.
En aout 1969, #8723 est vendue en région parisienne à Mr SPIZER qui l'immatricule 949 AV 92. La Ferrari a 23.000km et l'entretien s'effectue dans les ateliers de Charles Pozzi à Levallois-Perret, qui est depuis le 1er janvier 1969 l'importateur officiel. En janvier 1970, alors qu'elle affiche 30 858 km au compteur, la voiture est accidentée par M.Spitzer. Elle est alors vendue par Pozzi, pour réparation, à un professionnel en Suède, où on la retrouve en 1971. La voiture est alors réparée est repeinte en noir. Elle est alors passée entre les mains de quatre propriétaires successifs, tous enregistrés auprès de l'administration suédoise entre 1971 et 1978, qui l'ont utilisée dans la région de Stockholm. En 1978, elle a été achetée par notre collectionneur suédois, amateur de voitures en bel état et utilisée avec parcimonie. Elle a été immatriculée à son nom en janvier de la même année et il l'a immédiatement mise de côté, sans s'en servir. Elle n'a donc pratiquement pas roulé depuis la fin des années 1970, ce qui lui permet d'être dans un état émouvant.
Le compteur kilométrique affiche 54 598 km, ce qui correspond selon toute vraisemblance à son kilométrage d'origine. L'intérieur est tel qu'il était dans les années 1970, la moquette a été changée pour une moquette plus épaisse non conforme. Le tableau de bord en teck a été reverni probablement à l'époque et habillé de cuir beige à une date indéterminée. Les sièges et les contreportes en cuir beige, donne à l'habitacle un séduisant cachet de chic et de raffinement qui convient à ce coupé GT de haut niveau. Prendre place au volant de cette automobile est comme effectuer un voyage dans le temps et revenir au début des années 1980, époque à laquelle elle s'est figée... Aujourd'hui, elle est à réviser entièrement, et est vendue avec son manuel d'utilisation et un catalogue de pièces détachées.

Présenté au Salon de Genève 1966, le coupé 330 GTC était une véritable synthèse des deux voitures qui lui tenaient compagnie sur le stand Ferrari : la 275 GTB et la 330 GT 2+2. Équipée du châssis tubulaire de la première, elle recevait le moteur 4 litres de la deuxième, sous une carrosserie réalisée par Pininfarina. Elle reprenait le style de la 330 GT mais son empattement plus court a permis de tracer un dessin plus ramassé, d'une extrême élégance, plus sobre et plus discret. Ce modèle symbolisait à merveille l'idée d'une berlinette GT combinant une personnalité sportive et un confort de grand luxe. Son V12 développant 300 ch lui permettait de passer le kilomètre départ arrêté en 27,5 s et de frôler 240 km/h en pointe, un monde réservé à cette époque à quelques rares voitures de sport. Discrète et raffinée, la 330 GTC connaîtra une production d'environ 600 exemplaires de 1966 à 1968, ce qui en fait une voiture rare.
En plus de ces qualités, l'exemplaire que nous proposons affiche une histoire incroyable, un état émouvant et constitue un formidable projet pour un passionné de la marque, ce qui le rend particulièrement désirable.



Swedish title
Chassis n° 8723
Engine n° 8723

- The forgotten swedish collection
- The 1st 330 GTC delivered by Franco Britannic
- Sold new to George A Embiricos
- Same owner since 1978
- Original engine
- 54 600 km believed from new

This 330GTC left the factory in 1966 and was the 5th example built and the first delivered to France, for the importer Franco Britannic Automobiles. It had been ordered in 'blu scuro' (ref.18942 Italver) with beige 'scuro' (ref VM 846) leather interior by the famous Greek shipowner George A. Embiricos (1920-2011) who lived between Paris, Lausanne and New York.
The importer delivered #8723 in June 1966, registered 46C276 (French consular plate - 46 for Greece, C for Consulate, 276 was the number attributed by the police authority). We consulted the importer's archives and in the file for the Ferrari, dated 28 November 1968, it mentions the sale of the car to Prince Amaury de BROGLIE, 15 Avenue Elisée- Reclus, Paris 7. The car was in such immaculate condition, with less than 15,000 km on the clock, that the importer offered the new owner a six month guarantee for any faulty parts. The Prince of Broglie registered the 330GTC with the number 417 PJ 14, in Calvados, the department where he resided in his family château in the commune of Balleray. When he went to Paris, between November 1968 and June 1969, the Ferrari was maintained by the importer and the service file lists just routine jobs such as changing fluids, lubrication, antifreeze, clutch guard, cleaning the fuel filter, adjustment of the ignition and changing the spark plugs. The visit of an expert to the importer at Levallois Perret in March 1969 is noted, following a minor accident to the left front wing which required the intervention of coachbuilders Chapron to repair the wing, change the front right light and repaint. An adjustment of the steering box was carried out once this work was finished.
In August 1969, #8723 was sold in the Paris region to Mr Spitzer who registered it 949 AV 92. The Ferrari had covered 23,000 km and maintained by Charles Pozzi in Levallois-Perret, the official importer since 1 January 1969.
In January 1970, when it showed 30,858 km on the odometer, the car was crashed by Mr. Spitzer. It was subsequently sold by Pozzi, for repair, to a professional in Sweden.The car was repaired and repainted in black. It then passed through the hands of four owners between 1971 and 1978 who all registered it in Sweden for using in the Stockholm area. In 1978 it was acquired by our Swedish collector, an enthusiast for sparingly-used cars in excellent condition. It was registered in his name in January of that year and immediately put away without being used. This is therefore a car that has hardly been driven since the end of the 1970s and is presented in astonishing condition.
The odometer records 54 598 km which is likely to be the original mileage. The interior is exactly as was in the 1970s, and the carpet has been changed for a thicker, non-conforming one. The teak dashboard has been re-varnished, probably in period, and finished in beige leather at an unknown date. The beige leather seats and door linings add an appealing touch of sophistication in keeping with this top-level GT coupe. To sit behind the wheel of this automobile is to step back to the 1980s, to the date it was frozen in time. Today, the car requires a full overhaul, and will be sold with its owner's manual and a spare parts catalogue.

Launched at the 1966 Geneva Motor Show, the 330 GTC coupé was a perfect synthesis of two cars that could also be seen on the Ferrari stand : the 275 GTB and the 330 GT 2+2. Equipped with the tubular chassis of the first, it had the 4-litre engine of the second, and was fitted with a body built by Pininfarina. This was based on the style of the 330 GT, but a shorter wheelbase allowed for a more compact, pure and understated design that was supremely elegant. This model is the perfect illustration of a GT berlinetta combining a sporty personality with a luxurious level of comfort. Sophisticated and refined, the 330 GTC had a production of around 600 examples between 1966 and 1968, making it a rare car.
In addition to these qualities, the example on offer has an amazing history and is in wonderful condition. It will make a fantastic project for a marque enthusiast and as such is particularly desirable.

Photos © Christophe Gasco

Estimation 325 000 - 460 000 €

Détails de la vente

Vente : 3980
Lieu : Salon Rétromobile, Paris
Date : 07 févr. 2020 14:00
Commissaire-priseur : Hervé Poulain

Contact

Anne-Claire Mandine
Tél. +33 1 42 99 20 73
motorcars@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Rétromobile 2020