Vente Sport & GTs au Mans Classic /Lot 109 1966 ASTON MARTIN DB6 SUPERLEGGERA

  • 1966 ASTON MARTIN DB6 SUPERLEGGERA
1966 ASTON MARTIN DB6 SUPERLEGGERA Châssis n° DB6 2741L
Moteur n° 400/2723

Industriel prospère à la fin de la Seconde Guerre mondiale, David Brown racheta les marques Aston Martin en 1947 et Lagonda en 1948. Il récupéra aussi un nouveau moteur Lagonda conçu par William Owen Bentley et en équipa le châssis Aston Martin DB à moteur deux litres pour créer la DB2, deuxième Aston Martin produite sous son contrôle. Ce moteur six cylindres à 2 ACT évolua en cylindrée et en puissance jusqu'à la DB2/4 Mark III de 1956. Ce fut la première génération des DB de grand tourisme. Les DB3 furent des modèles sport de compétition.

La deuxième génération apparut fin 1958 sous la forme de la DB4 qui évolua en DB5 (lancée en 1963 ) et DB6 (1965), ultime version d'un type réussi et totalement nouveau tant par son moteur que par sa conception et son style. Les DB4 et DB5 à châssis plate-forme à caissons reçurent en effet une superbe carrosserie en aluminium dont la structure était faite de multiples petits tubes soudés en acier selon le procédé Superleggera du carrossier italien Touring. Le nouveau six-cylindres en ligne à 2 ACT tout en alliage léger de 3,4 litres sur la DB4 puis de 4 litres sur la DB5 se révèla puissant, robuste et fiable. Il sera repris sur la DB6 (285 ch en version standard), une DB5 allongée de plus de 9 cm et au toit surélevé pour dégager davantage d'espace aux places arrière, servie par une excellente boîte de vitesse ZF à cinq rapports, préférable à la boîte automatique optionnelle proposée au marché américain.

Cette DB6 (dite a posteriori Mark I) à conduite à gauche, boîte manuelle et carrosserie Superleggera offre une habitabilité, un confort de marche, des équipements et des finitions intérieures supérieurs à la DB5.


Livrée neuve en France, cette voiture, mise en vente par un dentiste, a été acquise par l'actuel propriétaire en 1992 lors d'une vacation de Me Poulain à Paris. Franck Opderbeck, le mécanicien de la collection, a adapté la culasse au sans-plomb en changeant les guides, les soupapes et les sièges de soupapes. Les chaînes de distribution ont été remplacées, allumage, carburation, freins révisés (servo-frein changé et maître-cylindre reconditionné), le radiateur est neuf. Les quatre pneus Michelin XWX n'ont que 2000 km environ. Franck nous a confié avoir amené cette voiture (sur circuit bien sûr…) à 240 km/h sans effort. Elle est présentée dans sa livrée d'origine, bleu nuit, intérieur en cuir noir superbement patiné. Une automobile dans la plus pure tradition anglaise, rare en conduite à gauche, très performante et très au point.

Carte grise française


The wealthy industrialist David Brown bought Aston Martin in 1947 and Lagonda in 1948. He also recuperated a new Lagonda engine designed by William Owen Bentley, and fitted the chassis of the Aston Martin DB with it to create the DB2, the second Aston Martin made under his direction. This six-cylinder 2 ACT evolved in terms of capacity and power to become the DB2/4 Mark III in 1956, the first generation of DB gran turismo models. The DB3 were racing models.

The second generation appeared at the end of 1958 in the form of the DB4, which became the DB5 (launched 1963) and DB6 (1965), the final version of a successful and totally new type, both for its engine and its design and style. The DB4 and DB5, with their platform chassis, received superb aluminium bodywork made from a host of tiny, welded steel tubes using the Superleggera technique pioneered by Italian coachbuilder Touring. The new six-cylinder 2 ACT line engine in light alloy throughout - first in a 3.4-litre version on the DB4, then in a 4-litre version on the DB5 - proved powerful, robust and reliable, and would be used for the DB6 (285bhp for the standard version), a DB5 extended by over 9cm, with the roof raised to give the back seats more rooms, and an excellent ZF five-speed gear-box, preferable to the optional automatic version available in America.

This DB6 (later known as Mark I) had left-hand drive, manual gear-box and Superleggera bodywork. It was superior to the DB5 for driving comfort, fittings and interior finish.

The car was delivered to France new. It was acquired by the current owner at an auction conducted by Hervé Poulain in Paris in 1992, after being consigned by a dentist. Franck Opderbeck, the collection's mechanic, has converted the cylinder-head for unleaded petrol; the timing chains have been replaced; carburation and brakes revised (with the servo-brake changed and the master-cylinder reconditioned); and a new radiator fitted. The four Michelin XWX tires have done only around 1,250 miles. Franck informs us that he has driven the car (on a circuit, of course) at 150mph without effort. It comes in its original dark blue livery with superbly patinated black leather interior. This is a car in the finest British tradition, with rare left-hand drive, high performance capabilities, and in excellent working order.

French registration "carte grise"




Estimation 100 000 - 120 000 €

Vendu 172 500 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 109

1966 ASTON MARTIN DB6 SUPERLEGGERA

Vendu 172 500 € [$]

1966 ASTON MARTIN DB6 SUPERLEGGERA Châssis n° DB6 2741L
Moteur n° 400/2723

Industriel prospère à la fin de la Seconde Guerre mondiale, David Brown racheta les marques Aston Martin en 1947 et Lagonda en 1948. Il récupéra aussi un nouveau moteur Lagonda conçu par William Owen Bentley et en équipa le châssis Aston Martin DB à moteur deux litres pour créer la DB2, deuxième Aston Martin produite sous son contrôle. Ce moteur six cylindres à 2 ACT évolua en cylindrée et en puissance jusqu'à la DB2/4 Mark III de 1956. Ce fut la première génération des DB de grand tourisme. Les DB3 furent des modèles sport de compétition.

La deuxième génération apparut fin 1958 sous la forme de la DB4 qui évolua en DB5 (lancée en 1963 ) et DB6 (1965), ultime version d'un type réussi et totalement nouveau tant par son moteur que par sa conception et son style. Les DB4 et DB5 à châssis plate-forme à caissons reçurent en effet une superbe carrosserie en aluminium dont la structure était faite de multiples petits tubes soudés en acier selon le procédé Superleggera du carrossier italien Touring. Le nouveau six-cylindres en ligne à 2 ACT tout en alliage léger de 3,4 litres sur la DB4 puis de 4 litres sur la DB5 se révèla puissant, robuste et fiable. Il sera repris sur la DB6 (285 ch en version standard), une DB5 allongée de plus de 9 cm et au toit surélevé pour dégager davantage d'espace aux places arrière, servie par une excellente boîte de vitesse ZF à cinq rapports, préférable à la boîte automatique optionnelle proposée au marché américain.

Cette DB6 (dite a posteriori Mark I) à conduite à gauche, boîte manuelle et carrosserie Superleggera offre une habitabilité, un confort de marche, des équipements et des finitions intérieures supérieurs à la DB5.


Livrée neuve en France, cette voiture, mise en vente par un dentiste, a été acquise par l'actuel propriétaire en 1992 lors d'une vacation de Me Poulain à Paris. Franck Opderbeck, le mécanicien de la collection, a adapté la culasse au sans-plomb en changeant les guides, les soupapes et les sièges de soupapes. Les chaînes de distribution ont été remplacées, allumage, carburation, freins révisés (servo-frein changé et maître-cylindre reconditionné), le radiateur est neuf. Les quatre pneus Michelin XWX n'ont que 2000 km environ. Franck nous a confié avoir amené cette voiture (sur circuit bien sûr…) à 240 km/h sans effort. Elle est présentée dans sa livrée d'origine, bleu nuit, intérieur en cuir noir superbement patiné. Une automobile dans la plus pure tradition anglaise, rare en conduite à gauche, très performante et très au point.

Carte grise française


The wealthy industrialist David Brown bought Aston Martin in 1947 and Lagonda in 1948. He also recuperated a new Lagonda engine designed by William Owen Bentley, and fitted the chassis of the Aston Martin DB with it to create the DB2, the second Aston Martin made under his direction. This six-cylinder 2 ACT evolved in terms of capacity and power to become the DB2/4 Mark III in 1956, the first generation of DB gran turismo models. The DB3 were racing models.

The second generation appeared at the end of 1958 in the form of the DB4, which became the DB5 (launched 1963) and DB6 (1965), the final version of a successful and totally new type, both for its engine and its design and style. The DB4 and DB5, with their platform chassis, received superb aluminium bodywork made from a host of tiny, welded steel tubes using the Superleggera technique pioneered by Italian coachbuilder Touring. The new six-cylinder 2 ACT line engine in light alloy throughout - first in a 3.4-litre version on the DB4, then in a 4-litre version on the DB5 - proved powerful, robust and reliable, and would be used for the DB6 (285bhp for the standard version), a DB5 extended by over 9cm, with the roof raised to give the back seats more rooms, and an excellent ZF five-speed gear-box, preferable to the optional automatic version available in America.

This DB6 (later known as Mark I) had left-hand drive, manual gear-box and Superleggera bodywork. It was superior to the DB5 for driving comfort, fittings and interior finish.

The car was delivered to France new. It was acquired by the current owner at an auction conducted by Hervé Poulain in Paris in 1992, after being consigned by a dentist. Franck Opderbeck, the collection's mechanic, has converted the cylinder-head for unleaded petrol; the timing chains have been replaced; carburation and brakes revised (with the servo-brake changed and the master-cylinder reconditioned); and a new radiator fitted. The four Michelin XWX tires have done only around 1,250 miles. Franck informs us that he has driven the car (on a circuit, of course) at 150mph without effort. It comes in its original dark blue livery with superbly patinated black leather interior. This is a car in the finest British tradition, with rare left-hand drive, high performance capabilities, and in excellent working order.

French registration "carte grise"




Estimation 100 000 - 120 000 €

Vendu 172 500 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 1855
Date : 09 juill. 2010 17:00

Contact

Artcurial Motorcars
Tél. +33 1 42 99 20 73
motorcars@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Sport & GTs au Mans Classic