• 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
  • 1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
Carte grise française
Châssis n° 5525
Moteur : voir texte

- Histoire continue
- Restauration complète par Lecoq (environ 300 000€)
- Un des plus beaux modèles Grand Tourisme de Maranello

Au tout début des années 60, Pininfarina était occupé à la production de la 250 GTE 2+2 et seule une version routière (Lusso) de la 250 GT SWB continuait d'être produite en très petite série par Scaglietti. Ferrari, dont l'effort en compétition coûtait cher, voulait doubler sa production de voitures routières utilisables. Aussi, à Paris, en Octobre 1962, Ferrari et Pininfarina présentaient la 250 GTL berlinetta " Lusso ". Un deuxième prototype apparu peu après au salon de Turin, œuvre de la Carrozzeria Scaglietti de Modène. Les deux voitures reçurent un traitement un peu différent du toit et se démarquaient toutes deux par des détails de la version de série qui fut cataloguée en Janvier 1963 et resta en production jusqu'en Septembre 1964.
La " Lusso " avait été construite pour être la plus désirable possible et elle le fut.
Ce nouveau dessin fut et reste une parfaite réussite. Le châssis adoptait un empattement fétiche chez Ferrari, 2400 mm, et ressemblait beaucoup à celui de la GTO, partageant avec elle des éléments mécaniques et l'arrière tronqué à la manière de l'aérodynamicien Kamm. Sur cette voiture, Ferrari commençait réellement à prendre en compte les problèmes de confort et de fiabilité d'une voiture faite pour la route, cependant, les pare-chocs étaient purement décoratifs et les sièges de type baquet.
Le Comte Lurani, après un essai-marathon , concluait dans Auto Sport Italiana ses impressions sur celle qu'il appelait " La Piu bella del mondo ! " : " La berlinette 250 GT dessinée par Pininfarina a pleinement confirmé ses droits à être considérée comme la plus exceptionnelle des voitures sportives de hautes performances existant aujourd'hui. Elle révèle l'excellence de sa base mécanique distillée par une tradition sportive incomparable et une conception esthétique remarquablement réussie qui porte la signature du plus grand carrossier du monde ".

La voiture présentée # 5525 est l'un des rares 350 exemplaires de 250 GT/L produits. Il s'agit d'une conduite à gauche, achetée neuve en Suisse puis expédiée aux Etats-Unis où elle est acquise par Philip Ojena de San Diego, en Californie, avant d'être volée à Jim Payne (Louisville, Kentucky) en mars 1976. La voiture est retrouvée quatorze années plus tard, sans sa caisse. Alors réexpédiée en Italie, elle y est restaurée par Dino Ravani (Serenissima, Cremone). Le moteur est reconstruit par Salvetti autour d'un bloc neuf (l'original étant irréparable, son numéro a été réattribué au bloc de remplacement). La carrosserie et l'entretien est confié à l'artisan bien connu Giovanni Giordanengo à Cuneo. Une fois restaurée, la voiture est acquise par un collectionneur, Paolo Bozzano, basé à Monaco avant de s'établir en Italie. La Lusso est ensuite vendue par la veuve de ce dernier alors qu'elle n'avait que très peu roulé depuis la restauration totale. En février 2008, elle est acquise par son propriétaire actuel, homme d'affaires parisien, passionné de la marque. Constatant que le moteur n'était pas à la hauteur des performances attendues, il le confie à Franck Opderbeck, mécanicien de génie de la région parisienne et sous-traitant des Etablissements Lecoq, pour une réfection totale. Il démonte complètement le moteur, change le bloc et refait tous les composants. La boîte et le pont sont également refaits à neuf. Très exigeant, le propriétaire demandera à Lecoq de corriger certains défauts de ligne de la carrosserie. En tout, près de 300 000€ ont été dépensés pour que cette Lusso retrouve sa splendeur de sortie d'usine et ses performances originales. La couleur extérieure est, comme l'exige le goût personnel et sûr du propriétaire, Grigio Ferro, intérieur avec fauteuils tendus de cuir fauve et moquettes beige en parfait état. Cette Ferrari 250 GT/L Lusso se présente aujourd'hui dans un état exceptionnel, mécaniquement optimale, fidèle à l'élégance absolu de ce modèle Grand Tourisme, véritablement mythique chez Ferrari.


La participation aux enchères pour ce lot est soumise à une procédure d'enregistrement particulière. Si vous souhaitez enchérir sur ce lot, merci de vous rapprocher du bureau des enchères ou du département Motorcars minimum 48 heures avant la vente.



French title
Chassis n° 5525
Engine: see text

- Continuous history
- Full Lecoq restoration (approximately 300 000€)
- One of Maranello's most beautiful Gran Turismo models

At the start of the 1960s, Pininfarina was involved with the production of the 250 GTE 2+2 and the Lusso was the only road-going version of the 250 GT SWB still being built, in small numbers, by Scaglietti. Ferrari, with racing commitments that were proving expensive, wanted to double the production of usable road-going cars. It was in Paris in October 1962, that Ferrari and Pininfarina presented the 250 GTL berlinetta " Lusso ". A second prototype appeared shortly afterwards at the Turin Motor Show, built by Carrozzeria Scaglietti from Modena. The two cars had slightly different roofs and features from both appeared in the production version that was built between January 1963 and September 1964.
The " Lusso " was designed to be irresistibly attractive, and it certainly achieved that objective. The styling of this new model was and remains a perfect success. The chassis had Ferrari's favoured 2400 mm wheelbase and shared many similarities with the GTO, including mechanical elements and the truncated rear tail in the style of aerodynamicist Kamm. Ferrari began to take the issues of comfort and reliability seriously in this road-going model. The bumpers, however, were purely decorative and the car retained bucket seats.
Count Lurani, following a marathon test session, recorded in Auto Sport Italiana his impressions of what he called " La Piu bella del mondo ! " : " The 250 GT berlinetta designed by Pininfarina has earned its right to be seen as the most exceptional, high performance sports car in existence today. It displays an excellent mechanical base distilled from unrivalled sporting heritage and a remarkably successful aesthetic design carrying the signature of the greatest coachbuilder in the world. "


The car presented, # 5525, is one of just 350 examples of the 250 GT/L. A left-hand drive car, it sold new in Switzerland and was then shipped to the US to be bought by Philip Ojena from San Diego in California. In March 1976 it was stolen from Jim Payne of Louisville, Kentucky, and only discovered fourteen years later, minus its body. The car was shipped back to Italy and restored by Dino Ravani (Serenissima, Cremone). The engine was rebuilt by Salvetti using a new block (the original was irreparable and its number was reassigned to the replacement block). Maintenance and bodywork was entrusted to well-known craftsman Giovanni Giordanengo in Cuneo. Once restored, the car was bought by Paolo Bozzano, a collector who was based in Monaco before settling in Italy. The Lusso was later sold by the latter's widow, having been driven very little since its restoration. It was acquired by the current owner, a Parisian businessman and marque enthusiast, in February 2018. As the engine was not performing optimally, Franck Opderbeck, the talented mechanic sub-contracted by Lecoq and based next to Paris, was commissioned to completely rebuild it. Opderbeck dismantled the engine, changed the block and refurbished every component. The gearbox and rear axle were also rebuilt. The fastidious owner then asked Lecoq to rectify certain defects in the styling of the bodywork. In total, nearly 300 000 € was spent giving the car back the splendour and performance it had when it left the factory. The exterior colour, a wise choice by the owner, is Grigio Ferro, complemented by tawny brown leather upholstery and beige carpets in perfect condition. This Ferrari 250 GT/L Lusso is presented in exceptional condition today, mechanically perfect and faithful to the supreme elegance of this GT model, a true Ferrari legend.


Participating in the auction on this lot is subject to a special registration process. If you would like to bid on this lot, please get in touch with the bidding office or the motorcars department at least 48 hours before the sale.

Photos © Kevin Van Campenhout

Estimation 900 000 - 1 300 000 €

Vendu 977 440 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Lot 100

1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "

Vendu 977 440 € [$]

1964 Ferrari 250 GT/L " Lusso "
Carte grise française
Châssis n° 5525
Moteur : voir texte

- Histoire continue
- Restauration complète par Lecoq (environ 300 000€)
- Un des plus beaux modèles Grand Tourisme de Maranello

Au tout début des années 60, Pininfarina était occupé à la production de la 250 GTE 2+2 et seule une version routière (Lusso) de la 250 GT SWB continuait d'être produite en très petite série par Scaglietti. Ferrari, dont l'effort en compétition coûtait cher, voulait doubler sa production de voitures routières utilisables. Aussi, à Paris, en Octobre 1962, Ferrari et Pininfarina présentaient la 250 GTL berlinetta " Lusso ". Un deuxième prototype apparu peu après au salon de Turin, œuvre de la Carrozzeria Scaglietti de Modène. Les deux voitures reçurent un traitement un peu différent du toit et se démarquaient toutes deux par des détails de la version de série qui fut cataloguée en Janvier 1963 et resta en production jusqu'en Septembre 1964.
La " Lusso " avait été construite pour être la plus désirable possible et elle le fut.
Ce nouveau dessin fut et reste une parfaite réussite. Le châssis adoptait un empattement fétiche chez Ferrari, 2400 mm, et ressemblait beaucoup à celui de la GTO, partageant avec elle des éléments mécaniques et l'arrière tronqué à la manière de l'aérodynamicien Kamm. Sur cette voiture, Ferrari commençait réellement à prendre en compte les problèmes de confort et de fiabilité d'une voiture faite pour la route, cependant, les pare-chocs étaient purement décoratifs et les sièges de type baquet.
Le Comte Lurani, après un essai-marathon , concluait dans Auto Sport Italiana ses impressions sur celle qu'il appelait " La Piu bella del mondo ! " : " La berlinette 250 GT dessinée par Pininfarina a pleinement confirmé ses droits à être considérée comme la plus exceptionnelle des voitures sportives de hautes performances existant aujourd'hui. Elle révèle l'excellence de sa base mécanique distillée par une tradition sportive incomparable et une conception esthétique remarquablement réussie qui porte la signature du plus grand carrossier du monde ".

La voiture présentée # 5525 est l'un des rares 350 exemplaires de 250 GT/L produits. Il s'agit d'une conduite à gauche, achetée neuve en Suisse puis expédiée aux Etats-Unis où elle est acquise par Philip Ojena de San Diego, en Californie, avant d'être volée à Jim Payne (Louisville, Kentucky) en mars 1976. La voiture est retrouvée quatorze années plus tard, sans sa caisse. Alors réexpédiée en Italie, elle y est restaurée par Dino Ravani (Serenissima, Cremone). Le moteur est reconstruit par Salvetti autour d'un bloc neuf (l'original étant irréparable, son numéro a été réattribué au bloc de remplacement). La carrosserie et l'entretien est confié à l'artisan bien connu Giovanni Giordanengo à Cuneo. Une fois restaurée, la voiture est acquise par un collectionneur, Paolo Bozzano, basé à Monaco avant de s'établir en Italie. La Lusso est ensuite vendue par la veuve de ce dernier alors qu'elle n'avait que très peu roulé depuis la restauration totale. En février 2008, elle est acquise par son propriétaire actuel, homme d'affaires parisien, passionné de la marque. Constatant que le moteur n'était pas à la hauteur des performances attendues, il le confie à Franck Opderbeck, mécanicien de génie de la région parisienne et sous-traitant des Etablissements Lecoq, pour une réfection totale. Il démonte complètement le moteur, change le bloc et refait tous les composants. La boîte et le pont sont également refaits à neuf. Très exigeant, le propriétaire demandera à Lecoq de corriger certains défauts de ligne de la carrosserie. En tout, près de 300 000€ ont été dépensés pour que cette Lusso retrouve sa splendeur de sortie d'usine et ses performances originales. La couleur extérieure est, comme l'exige le goût personnel et sûr du propriétaire, Grigio Ferro, intérieur avec fauteuils tendus de cuir fauve et moquettes beige en parfait état. Cette Ferrari 250 GT/L Lusso se présente aujourd'hui dans un état exceptionnel, mécaniquement optimale, fidèle à l'élégance absolu de ce modèle Grand Tourisme, véritablement mythique chez Ferrari.


La participation aux enchères pour ce lot est soumise à une procédure d'enregistrement particulière. Si vous souhaitez enchérir sur ce lot, merci de vous rapprocher du bureau des enchères ou du département Motorcars minimum 48 heures avant la vente.



French title
Chassis n° 5525
Engine: see text

- Continuous history
- Full Lecoq restoration (approximately 300 000€)
- One of Maranello's most beautiful Gran Turismo models

At the start of the 1960s, Pininfarina was involved with the production of the 250 GTE 2+2 and the Lusso was the only road-going version of the 250 GT SWB still being built, in small numbers, by Scaglietti. Ferrari, with racing commitments that were proving expensive, wanted to double the production of usable road-going cars. It was in Paris in October 1962, that Ferrari and Pininfarina presented the 250 GTL berlinetta " Lusso ". A second prototype appeared shortly afterwards at the Turin Motor Show, built by Carrozzeria Scaglietti from Modena. The two cars had slightly different roofs and features from both appeared in the production version that was built between January 1963 and September 1964.
The " Lusso " was designed to be irresistibly attractive, and it certainly achieved that objective. The styling of this new model was and remains a perfect success. The chassis had Ferrari's favoured 2400 mm wheelbase and shared many similarities with the GTO, including mechanical elements and the truncated rear tail in the style of aerodynamicist Kamm. Ferrari began to take the issues of comfort and reliability seriously in this road-going model. The bumpers, however, were purely decorative and the car retained bucket seats.
Count Lurani, following a marathon test session, recorded in Auto Sport Italiana his impressions of what he called " La Piu bella del mondo ! " : " The 250 GT berlinetta designed by Pininfarina has earned its right to be seen as the most exceptional, high performance sports car in existence today. It displays an excellent mechanical base distilled from unrivalled sporting heritage and a remarkably successful aesthetic design carrying the signature of the greatest coachbuilder in the world. "


The car presented, # 5525, is one of just 350 examples of the 250 GT/L. A left-hand drive car, it sold new in Switzerland and was then shipped to the US to be bought by Philip Ojena from San Diego in California. In March 1976 it was stolen from Jim Payne of Louisville, Kentucky, and only discovered fourteen years later, minus its body. The car was shipped back to Italy and restored by Dino Ravani (Serenissima, Cremone). The engine was rebuilt by Salvetti using a new block (the original was irreparable and its number was reassigned to the replacement block). Maintenance and bodywork was entrusted to well-known craftsman Giovanni Giordanengo in Cuneo. Once restored, the car was bought by Paolo Bozzano, a collector who was based in Monaco before settling in Italy. The Lusso was later sold by the latter's widow, having been driven very little since its restoration. It was acquired by the current owner, a Parisian businessman and marque enthusiast, in February 2018. As the engine was not performing optimally, Franck Opderbeck, the talented mechanic sub-contracted by Lecoq and based next to Paris, was commissioned to completely rebuild it. Opderbeck dismantled the engine, changed the block and refurbished every component. The gearbox and rear axle were also rebuilt. The fastidious owner then asked Lecoq to rectify certain defects in the styling of the bodywork. In total, nearly 300 000 € was spent giving the car back the splendour and performance it had when it left the factory. The exterior colour, a wise choice by the owner, is Grigio Ferro, complemented by tawny brown leather upholstery and beige carpets in perfect condition. This Ferrari 250 GT/L Lusso is presented in exceptional condition today, mechanically perfect and faithful to the supreme elegance of this GT model, a true Ferrari legend.


Participating in the auction on this lot is subject to a special registration process. If you would like to bid on this lot, please get in touch with the bidding office or the motorcars department at least 48 hours before the sale.

Photos © Kevin Van Campenhout

Estimation 900 000 - 1 300 000 €

Vendu 977 440 €
* Les résultats sont affichés frais acheteur et taxes compris. Ils sont générés automatiquement et peuvent subir des modifications.

Détails de la vente

Vente : 3888
Lieu : Salon Rétromobile Hall 2.1 Paris Expo – Porte de Versailles 75015 Paris
Date : 08 févr. 2019 14:00
Commissaire-priseur : Hervé Poulain

Contact

Anne-Claire Mandine
Tél. +33 1 42 99 20 73
motorcars@artcurial.com

Ordres d’Achat & Enchères par Téléphone

Kristina Vrzests
Tél. +33 1 42 99 20 51
Fax +33 1 42 99 20 60
bids@artcurial.com

Conditions Générales d’Achat

Rétromobile 2019 La Vente Officielle